Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
1458-06-20 - Un moment qui ne s'oublie pas... anoblissement de Cécé et Aimelin

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> Histoires de Famille
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Jeu 24 Juin - 13:04 (2010)    Sujet du message: 1458-06-20 - Un moment qui ne s'oublie pas... anoblissement de Cécé et Aimelin Répondre en citant

Arrivée d'une blonde et d'un ébouriffé



ptitmec13 a écrit:
[Pau.. devant l'Auberge du Casteth]


Il était tôt le matin, le soleil montrait doucement ses premiers rayons. Une fine pellicule de rosée recouvrait les feuilles de ci de là.
L'air vivifiant avait coloré les joues de la blonde qui attendait patiemment adossée au pilier devant la porte. Sa jument Belle Dragonne buvait calmement dans l'abreuvoir.
Elle entendit du bruit à l'intérieur de la maisonnée.. Avec quoi se battait-il encore? Sa botte fuyante? Son bouclier made in Lily?
Un large sourire éclairait le visage de Ptit lorsque la porte s'ouvrit..


Et ben c'est pas trop tôt beau brun!!!
Et après on dira que ce sont les femmes qui sont longues à se préparer!!!


Elle lui fit une tendre bisouille sur la joue et s'approcha de sa jument en émettant un petit rire cristallin.

Mon Seigneur est-il prêt?

Petite révérence comique puis elle sauta d'un bon sur sa selle en souriant pour attendre le départ.


[Sur les routes]

Le chemin était long et la blonde commençait à ne plus supporter sa selle, elle qui préférait de loin monter sa jument à cru pour ne faire qu'un avec elle.. enfin faire qu'une plutôt..
Résignée elle faisait mentalement le point de ce qu'elle avait mis dans ses sacoches.. La robe qu'elle avait fait faire tout exprès.. Ben oui, on ne prête pas allégeance à une grande dame en braies.. Les escarpins qui vont avec.. Pfff, elle allait encore marcher comme un canard.. Elle se dit qu'il faudrait qu'elle demande une paire de botte "habillée" à son tisserand attitré, qu'elle puisse les mettre avec ce genre de tenues et avoir ses petits pieds bien à l'aise. C'est dans ce genre de situation que Ptit aurait vraiment voulu être un homme.. même dans les grandes occasions ils portaient braies et bottes, le rêves quoi.
Les paysages défilaient et la jeune prévost n'y faisait plus gaffe, elle n'avait qu'une hâte, poser pied à terre.

Dis Aime, tu es sur que nous sommes sur la bonne route? Ça me parait loin quand même..

Enfin un toit d'argile se profila entre les arbres...


Aimelin a écrit:



[Pau, une chambre à l‘auberge du Casteth]


Nerveux il l’était depuis des mois tant les tensions étaient incessantes en Béarn, ne lui laissant que peu de répit, mais depuis quelques jours venaient s’ajouter à cette nervosité une angoisse et une inquiétude qui ne le lâchait plus. L’absence de Dance ne l’aidait pas à faire le vide dans son esprit et ses gestes étaient nerveux.
Quelques jours plus tôt, il avait rédigé un court message à la blonde Sénéchal, lui parlant de ce jour et espérant qu’elle puisse se libérer ne serait ce qu’un moment du couvent où elle était partie se reposer. La savoir présente lui donnait toujours du courage et il tenait à ce qu’elle soit là, dans tout les moments importants de sa vie.

Il vérifia ses fontes. Dans l'une il avait soigneusement rangé ses habits pour la cérémonie. Braies grises, chemise blanche finement ornée de gris et sa cape grise également.
Quelques herbes et fioles qui ne le quittaient pas lorsqu’il voyageait et une couverture occupaient l’autre fonte. Son bouclier Made in Lily était attaché à la selle d'Altaïr et il prenait épée courte et dague, ne se déplaçant plus sans ses armes.

Un dernier regard à la pièce et il sortit de la chambre pour dévaler les escaliers et rejoindre Altaïr, et Ptit qui devait déjà l'attendre devant l’auberge.



Et ben c'est pas trop tôt beau brun!!!
Et après on dira que ce sont les femmes qui sont longues à se préparer!!!


Haussement de sourcils en refermant la porte, se tournant vers elle.

Pas trop tôt ? j’ai sauté de mon lit et j’ai failli emporter les draps tant je me suis hâter. Et puis c’est la faute à Dance, elle n’est pas là pour me faire dépêcher.
J’espère d’ailleurs qu’on lui a remis ma missive au couvent où elle se repose, j’aimerais tant qu’elle soit là.


Les absents ont toujours tort alors il fallait qu’il profite de l’occasion, l’autre belle blonde n’étant pas là pour le regarder d’un air de reproche.

Mon Seigneur est-il prêt?

Un semblant de soupir résigné en la regardant grimper à cheval.

Ho encore souple pour ton grand âge belle blonde et un éclat de rire .. tiens regarde ce que j’adore faire avec Altaïr.

Il regarda ses habits, bien lui en avait pris de mettre braies et chemises simples pour le voyage, et lui tendit le ceinturon de son épée avant de s’éloigner d’une dizaine de pas de son étalon et de revenir avec quelques foulées, puis appui des deux mains sur la croupe pour se hisser et se laisser tomber sur la selle avec un grand sourire à sa blonde amie.

parfois je me loupe mais aujourd’hui c’était du grand art !
j’peux avoir mon ceinturon m’dame qu’je voudrai point que nous soyons attaqués en chemin.


Petite inclinaison du buste avec un clin d’œil malicieux à son amie en tandant la main.
Une fois le ceinturon autour de sa taille une petite pression des talons mit Altaïr au trot.



[ Arrivée au Domaine de Cassel]

Quelques galops entrecoupés de trot et de marche, Aimelin se faisait plaisir. Les chevauchés lui manquaient depuis ces nombreux mois passés en défense et en fonctions comtales. Aujourd’hui c’était la liberté et une seule chose gâchait cette joie qui le prenait : son absence.

Il fixait le chemin droit devant lui lorsque la voix de Ptit le fait sortir de ses pensées


- Dis Aime, tu es sur que nous sommes sur la bonne route? Ça me parait loin quand même..
- Oui d’apres les indications de beaux yeux, nous ne devrions d’ailleurs pas tarder, elle m’a parlé d’un puits pres d’une cabane abandonnée, regarde nous allons y passer devant.


Sa phrase à peine terminée, le château se présenta au bout du chemin. Un peu intimidé tant par les lieux que par la situation, le jeune homme ne dit mot jusqu’à ce qu’ils arrivent aux portes, où un garde les regardait arriver avec méfiance.


ptitmec13 a écrit:
Un garde devant la porte les regardait arriver. Ptit stoppa sa jument à son niveau et mit pied à terre.

Bonjour,
Nous sommes Célénya Océalys et Aimelin de Millelieues. La Duchesse de Saint Florentin nous attend.


Léon a écrit:



Léon était aux ordres de la Duchesse de Saint Florentin depuis peu de temps. Venant d'Espagne, il avait toujours cet accent chaleureux.

Buenos días,

Le Duch... Duchesse, nous a prevenu votre arrivée.

Le garde regardait les deux jeunes gens avec attention. Il remarqua que l'individu était armé.

Ye vais vous conduire auprès de le duchesse, mais avant y faut puedes poner vos armes, por favor.
Ne sachant pas le jeune homme avait compris ce qu'il lui baraguinait, il pointa du doigt, le ceinturon.

Y faut me confier ça.

Ye vais Fidèle qu'il previenne le Duchesse.


L'homme tourna les talons, pour aller prévenir Fidèle, le fervant serviteur de la Comtesse.

Fidèle a écrit:



Fidèle s'ennuyait un peu dans ce château, le plus souvent inoccupé. Il fut interpeller par le garde Léon, le nouveau, qu'est ce qu'il était difficile de tenir une conversation avec lui. Il en était même à se demander, pourquoi la Duchesse avait embauché ce jeune espagnol.

Oui Léon ?

Le garde lui expliqua dans un français semi espagnol que les invités de la Comtesse étaient arrivés.

Bien, je vais aller les accueillirs et les conduire dans leur suite.

Laissant en plan le garde, qui n'avait probablement rien compris à ce qu'il venait de dire, Fidèle, sortit sur le parvis.

Bonjour et bienvenue sur les terres de la Duchesse
L'homme avait l'habitude de recevoir des invités prestigieux il inclina le buste

Nous avons fait préparer deux suites pour vous, vos bagages vont être montés et vous pourrez vous préparer.

La Duchesse m'a demandé de vous conduire ensuite vers les jardins, où elle vous attendra.


Le majord'home invita les deux invités à le suivre pour leur montrer leur quartier.


Aimelin a écrit:
Aimelin avait mis pieds à terre aux côtés de son amie et regarda l'homme qui était venu vers eux.

- Ye vais vous conduire auprès de le duchesse, mais avant y faut puedes poner vos armes, por favor.

Y faut me confier ça.

Ye vais Fidèle qu'il previenne le Duchesse.


Un salut et un sourire en détachant son ceinturon et tendant son arme.

- je vous la confie, mais prenez en soin comme de la prunelle de vos yeux messire.

Suivant des yeux l'homme qui s'éloignait il ne fallut guère de temps pour qu'on vienne les accueillir.

Nous avons fait préparer deux suites pour vous, vos bagages vont être montés et vous pourrez vous préparer.

La Duchesse m'a demandé de vous conduire ensuite vers les jardins, où elle vous attendra.


Le jeune gars inclina le buste en souriant.

- bonjour, nos bagages sont sur nos montures.

Deux fontes n'étaient pas grand bagage mais il y avait l'essentiel.

- pourriez vous faire que quelqu'un donne à boire à nos chevaux, le chemin a été long.
Nous vous suivons volontier et avons hâte de rencontrer la Duchesse.


Emboitant le pas à l'homme il le suivit aux côté de Ptit, regardant autour de lui, l'endroit avait l'air si agréable et si calme.


ptitmec13 a écrit:
Ptit reconnut de suite l'accent ibère et sourit. Au moins elle serait moins dépaysée comme ça, il n'était pas rare d'entendre cet accent dans les tavernes de lourdes.

Il vous faut toutes nos armes?

Sans attendre la réponse elle fit le tour de sa jument et détacha le fourreau de son épée de la selle. Elle ouvrit une des sacoches pour en sortir sa hache. De toute façon ici tout cela ne servait à rien..
Elle fourgua tout ça dans les bras du garde et elle le regarda partir les bras chargés.

La blonde et l'ébouriffé n'attendirent que peu de temps avant de voir arriver un serviteur de la Duchesse.


Bonjour et bienvenue sur les terres de la Duchesse
Bonjour et merci de votre accueil.

Ptit le salua en inclinant la tête en réponse. Les conduire à leur chambre.. chouette, elle avait grand besoin de se rafraichir après cette longue route sur des chemins poussiéreux.
Aime s'enquit de faire donner les soins aux montures, il l'avait devancée..
Elle s'épousseta grosso modo et attrapa ses sacoches qu'elle jeta à cheval sur son épaule prête à suivre le serviteur.


Fidèle a écrit:
Menant les deux invités jusqu'à leur suite, Fidèle leur expliqua brièvement le programme.

Une fois que vous serez prêts, la Comtesse vous attendra dans les jardins, au pied de la fontaine.

L'homme s'arrêta dans le couloir, de chaque côté une porte.

Mademoiselle, votre suite, Dit-il en montrant la porte de droite.

Messire votre suite se trouve à gauche.

Dès que vous serez prêt, sonnez la cloche, un serviteur vous conduira jusqu'aux jardins.

Je vous laisse vous préparer à présent, si vous avez besoin de quoique se soit n'hésitez pas.


L'homme fit un sourire suivant d'une révérence et s'eclipsa dans les couloirs du château.


Aimelin a écrit:
[Dans le château]

Silencieusement, les deux jeunes gens avaient suivi le majordome, écoutant ses dires sur le programme à venir.
Dans les jardins pres de la fontaine se répétait le jeune gars, tout en essayant de se repérer dans les couloirs... surtout ne pas se perdre. L'homme s'arrêta devant deux portes.


Je vous laisse vous préparer à présent, si vous avez besoin de quoique se soit n'hésitez pas.

merci, lorsque nous serons prêts nous ferons signe... un regard complice à Ptit lorsque l'homme repartit... le premier qui est prêt vient chercher l'autre d'accord ?

Sa porte refermée, le jeune gars jeta un regard autour de lui avant de sortir ses affaires pour se préparer.


ptitmec13 a écrit:
Ptit écoutait le programme.. Wouaou, un anobissement en plein air.. super..

Mademoiselle, votre suite,

Merci bien.

Saluer le serviteur d'un signe de tête puis chercher des yeux la cloche dont il avait parler. Rhoo ben elle verrait bien la blonde.. Un sourire vers Aime, posant sa main sur la poignée.

Oui c'est ça le premier qui est prêt vient chercher l'autre. A tout de suite alors Beau Brun..

Elle entra dans sa chambre puis referma la porte avant de s'appuyer le dos dessus pour découvrir sa suite.



d'un couvent à un château, via une blonde


dancetaria a écrit:



Même en retraite, les pigeons finissent par arriver, même si parfois un peu tardivement. Ils se perdent en route, virevoltent un peu n'importe où avant de trouver le lecteur souhaité. Enfin, lectrice en l'occurrence.

De sa retraite, laquelle lui faisait beaucoup de bien, la Blonde reçut une lettre d'Aimelin, l'informant de son anoblissement, par celle qu'elle espérait devenir un jour sa marraine, si elle arrivait à finir son apprentissage. Mais pas seulement celui de son beau brun, une blondinette aussi, et pas n'importe laquelle.

C'est donc avec la crainte d'arriver en retard, ne sachant vraiment où se rendre qu'elle se mit en route. Surtout que la route n'était pas des plus rapides. Après quelques errances, et quelques renseignements demandés en route, enfin elle arriva devant ledit lieu.

Fatiguée, elle descendit de son cheval. Elle regarda l'ensemble, espère être au bon endroit. Elle n'avait pas pris le temps de répondre à la lettre de son ami, il n'aurait pas eu le temps de la lire. Elle se demandait s'il s'attendait ou non à sa présence.

Elle s'avance alors, tête dans ses pensées, quand elle tombe sur un des gardes


Adishatz

drôle de regard qu'il lui lança alors

euh, bonjour, Dancetaria de Sévignacq, je viens pour les anoblissements, c'est bien ici ?



Arrivée de la blonde héraut


Maltea Wagner a écrit:



La tournée des châteaux commençait par celui de la duchesse de Saint-Florentin. Une chance, ce duché se tenait non loin du sien… d’ailleurs… non, elle ne pouvait taquiner la duchesse sur les deux fiefs qu’elle voulait lui piquer pour Jaulges. Aujourd’hui était jour exceptionnel. La duchesse de Brienne en sa qualité de héraut allait chapeauter sa première cérémonie de vassalité. C’est, joyeuse, qu’elle arriva au domaine. La vie était étrange. Dotch allait ennoblir Aimelin… il serait resté en Champagne, cela n’aurait jamais pu se faire, alors que tout comme lui, la future suzeraine y était originaire. Ils avaient du migrer vers le sud pour se rencontrer et ainsi tisser des liens.
Ceci dit, si la duchesse de Saint-Florentin ne l’avait pas fait, Maltea avait émis l’idée d’offrir un fief à son vieil ami qui par le passé n’avait pas été que cela.

Le carrosse aux armoiries de la duchesse de Brienne stoppa dans la grande cours du château. La duchesse n’appréciait pas forcément voyager en carrosse, mais elle n’avait pas eu le choix. Si elle voulait arriver fraiche et non pas poussiéreuse, décoiffée et la tenue comme si elle avait fait un arrêt dans une meule de paille, c’était le seul moyen.

Descendant précautionneusement, elle se fit annoncer aux gardes.


Bien le bonjour, veuillez annoncer sa Grace Maltea Wagner di Favara, héraut de Champagne. Sa Grace m’attend pour la cérémonie vassalique.

La duchesse lui sourit. Même si elle n’avait encore jamais assisté en tant que héraut à une cérémonie de ce genre, elle était certaine de ne rien oublier. Elle-même avait été anoblie par la Saint-Just et en avait ennoblit une pelletée il y avait peu.
Ce qui était certain, c’est que jamais une cérémonie ne serait aussi perturbée que chez elle à Brienne ou Jaulges. Les hérauts de Champagne ou maréchal d’Armes devaient s’en souvenir… et dire qu’elle allait bientôt remettre ça… Pauvre Rhân, il finirait par s’arracher les cheveux, cela était à peu près sur.
Quand on savait qu’elle avait même décrété que sa suzeraine serait duc de Brienne pour l’événement, cela laissait songeur sur l’ambiance lors des cérémonies chez elle…

C’est patiemment qu’elle attendit qu’un valet vienne la guider. Elle avait horreur de se présenter à l’entrée d’un domaine, ayant d’habitude des passes droits, mais là, il était important d’y mettre la forme… d’un autre côté, à chaque fois qu’elle s’était présentée de la sorte, elle n’avait jamais été bien loin… Espérons que cette fois, elle ne trouverait pas une excuse pour ne pas assister aux évènements. Elle se souvenait du mariage de Beeky et de Ricoh… elle était arrivée, s’était présentée, puis avait décidé de se sauver, prétextant un mal de ventre. Une autre fois avec Richard alors qu’ils étaient fiancés… demi tour à peine arrivé… encore une fois chez Attigny.
A bien y réfléchir, cela ne lui arrivait que chez la vicomtesse… et pourtant à l’époque, l’entente était bonne. Cela devait surement être une coïncidence… il faut dire qu’à l’époque, Maltea détestait les mariages, encore maintenant d’ailleurs….




Dotch a écrit:


[Dans les jardins]


La Comtesse d'Armentières, prennait du bon temps dans son château. L'air béarnais lui donnait mal au crâne et aucune envie de sortir de son manoir. Elle n'avait guère plus à faire dans le Nord, mais au moins, elle pouvait profiter de ses jardins, de sa volière et de se donner à quelques plaisirs comme la chasse au faucon.

Le temps était clément, la maîtresse de maison n'était pas pour rien en ce jour dans les jardins. Elle était là pour une occasion de taille, l'anoblissement de Cécé et d'Aimelin. Ils avaient tous les deux acceptés de devenir vassaux de la Comtesse.

Vêtue d'une robe verte d'été, Dotch attendait sagement ses invités sur un banc de pierre. Elle regardait, la fontaine représentant un ange. Elle écoutait les clapotis de l'eau perdu dans ses pensées.

Elle espérait que Rose puisse venir en ce jour, elle aurait aimé que Dancetaria vienne également, mais il y avait quelques temps qu'elle n'avait point eu de nouvelles d'elle.

Sa jeune servante l'avait prévenue que ses invités étaient arrivés et qu'ils ne tarderaient pas d'être accompagnés dans les jardins, pour la cérémonie qui se déroulerait dans un cadre un peu spécial...


Aimelin a écrit:
[Un peu avant la cérémonie, dans une suite du château ]


La fenêtre qu'il venait d'ouvrir fit entrer une bouffé d'air frais qu'il respira à plein poumons. Dieu qu'il était agréable d'être ici, au calme, apres toutes les tensions qu'il subissait en Béarn. Il faut dire que depuis des semaines, ses nerfs étaient mis à rude épreuve, et Altaïr en avait reçu au moins le côté positif en chemin, en pouvant galoper à chaque fois que son cavalier le laissait brides relâchées.
Pourquoi avait il eu envie de faire un deuxième mandat de connétable... pour servir le comté forcément, et puis pour aider du mieux possible Vanyel, argument aussi important. Mais Aristote l'avait abandonné depuis quelques semaines, laissant les calomnies le décourager de sa fonction.

Revenir en Champagne lui avait aussi fait une drôle d'impression. Il y était revenu une seule fois depuis son installation en Béarn, et avait promis à Dance de l'emmener visiter ce Duché lorsqu'ils pourraient enfin être libres de leurs mouvements. Et puis en Champagne, il y avait sa blonde chieuse qui ne se gênerait pas de le latter si elle apprenait qu'il était venu sans aller lui rendre visite. Il grimaça à cette pensée et se promit de lui écrire sitôt la cérémonie terminée.

Il baissa les yeux en ouvrant sa main dans laquelle reposait l'anneau qu'il avait enlevé de la poche de son ceinturon et le déposa doucement sur la table.

Tandis qu’il finissait de se préparer, essayant d’attacher nerveusement les derniers boutons de la chemise blanche brodée finement de gris qu’il avait revêtue pour l’occasion, il souriait malgré lui. Il repensait à cette amitié née avec cette grande dame qu'était Dotch, dont il avait fait connaissance, avec Dance, lorsqu’ils étaient conseillers sous le mandat de Varden. Amitié qui s’était prolongée hors conseil, avec des soirées à refaire le royaume, à parler du passé autour d'un bon verre de vin avec quelquefois une succulente tarte aux pommes. Amitié, comme celle de Dance, qui s'était transformé en sentiments tendres, renforcée par l’épisode Vae en août 57, à l’issue duquel la Duchesse s'était servi de ses compétences de médecin pour lui sauver la vie, apres ses terribles blessures lorsqu’il était tombé sur le champ de bataille.

Il lui avait dit depuis qu’il lui était redevable à vie, et accepter un tel honneur était pour lui le moyen de lui prouver son éternel dévouement et son amitié sans faille.

Sa chemise enfin boutonnée et arrangée dans ses braies grises, il sauta dans ses bottes, posant ses yeux à nouveau sur l'anneau, pendant que ses pensées tournoyaient. Il le prit entre ses doigts et le fit rouler quelques instants avant de le glisser dans la petite poche de sa chemise placée à hauteur de son cœur en murmurant ...
tu seras là sur mon coeur, avec moi, si mes yeux ne peuvent te voir.

Il regarda sa cape mais la laissa sur le dossier du fauteuil. Il faisait bon et il avait besoin de se sentir à l'aise elle n'était donc pas nécessaire. Un dernier regard sur sa silhouette dans le reflet de la vitre et il se dirigea vers la porte. Quelles seraient les personnes présentes, comment procédait on ? La Duchesse avait été vague sur cet évènement et ne leur avait indiqué que l'endroit où se rendre, ce qui le rendait d'autant plus inquiet.

La porte refermée derrière lui il sourit en voyant que pour une fois, c'était sa blonde amie qui se faisait attendre. Quelques pas pour rejoindre la porte en face de la sienne, et deux petits coups toqués en baissant légèrement la voix.


Je suis prêt belle blonde ... cette fois ci tu ne pourras pas dire que je me fais attendre.

Et une envie de rire en l'imaginant pester gentiment contre lui, en s'appuyant contre le mur, regardant dans le couloir si personne n'arrivait.

ptitmec13 a écrit:
[Dans une suite.. quelque part..]

Ptit regardait la pièce, appuyée négligemment contre la porte. Un long soupir s'échappa, elle n'avait pas l'habitude de tant de luxe, de confort, cela ne lui ressemblait pas.
Ses yeux tombèrent sur ses sacoches gisant au sol, à l'endroit même où elle les avait laissé choir l'instant d'avant.


Bon aller ma blonde, faut te bouger là.. C'est pas une paire de braies qu'il va falloir que tu enfiles...

Et de prendre ses sacoches pour se rendre coté chambre.
Elle sortit sa robe du sac et l'étala bien à plat sur son lit, vérifiant que le voyage ne lui avait pas donné quelques mauvais plis.
Sa main replongea dans ses bagages et en sortit une pochette de satin contenant les escarpins assortis.
Pfiou, elle qui n'aimait pas porter de robe était servie ces derniers temps.
Elle vit une vasque posée sur un guéridon à côté d'un broc d'eau. Elle versa l'eau dans le récipient et se déshabilla pour faire sa toilette. Elle avait l'impression que la poussière du voyage s'était incrustée dans le moindre recoin accessible. Elle défit ensuite son chignon et dans des gestes presque machinal elle les démêla pour les recoiffer de suite après dans un demi chignon, laissant ainsi tomber les mèches sur ses épaules.
Elle s'approcha du lit puis enfila délicatement la robe. Elle apprécia sa légèreté et son tombé impeccable. La couturière avait vraiment fait un travail merveilleux.
Elle sortit les escarpins de leur housse de satin et était en train de les passer quand 2 petits coups se firent entendre à sa porte.


Je suis prêt belle blonde ... cette fois ci tu ne pourras pas dire que je me fais attendre.

Ben voyons..

C'est ce qu'elle lui lança de derrière la porte vérifiant une dernière fois si elle avait tout avant d'aller ouvrir la porte.
Un sourire au beau brun, magnifique dans sa tenue grise.


Tu l'as bien dit.. Pour une fois..

Petit rire cristallin en sortant de la chambre puis elle referma presque la porte.

Oups, attends, j'ai oublié quelque chose..

Et la blonde de disparaitre dans sa suite et de revenir en mettant son collier à la hâte.. Sa tenue était complète..



Voila Messire, je suis fin prête.. Enfin autant qu'on puisse l'être en cette occasion. On y va?


Aimelin a écrit:
[Dans le château]

Il était certain de l'avoir entendu répondre mais n'avait pas bien saisi ses paroles au travers de la porte. Doucement, il se mit à chantonner, en attendant qu'elle sorte...

Trop penser me font amours dormir ne puis
Si je ne vois mes amours toutes les nuits
Vous viendrez à la fenètre à la minuit
Quand mon père dormira j'ouvrirai l'huis
Le gal....


Sa phrase resta en suspend lorsque la porte s'ouvrit et que Ptit fit son apparition. Bouche ouverte il la regardait se demandant si c'était bien son amie, ou si quelqu'un l'avait remplacé par un fabuleux tour de passe passe. Il la regarda faire demi tour et rentrer à nouveau dans la chambre pour en ressortir.

Voila Messire, je suis fin prête.. Enfin autant qu'on puisse l'être en cette occasion. On y va?

Se haussant un peu pour regarder derrière elle vers la porte puis se penchant sur le côté il prit un air soucieux et regarda la jeune femme.

Hmm pardon gente dame ... n'auriez vous point croiser une jeune femme blonde dans la pièce que vous venez de quitter ?
Je m'inquiète de ne point la voir sortir.


Il garda son air sérieux faisant mine d'être contrarié... à moins que je me sois trompé de porte, ce qui serait fort gênant et ennuyeux...

Puis il lui fit un petit sourire... mais je vous accompagnerai avec plaisir.

Il lui offrit son bras et se pencha vers elle en murmurant...tu es magnifique, allons y

Il posa la main sur son coeur, là où il sentit l'anneau dans la poche de sa chemise. Une chose manquait à son bonheur pour que ce moment soit inoubliable. Il réalisa soudain et se redressa.

Ne doit on pas sonner une certaine cloche ? Il manquerait plus que ça que nous nous perdions.

Remarquant une petite niche dans le mur avec une chaine il s'en approcha et tira doucement dessus.

ptitmec13 a écrit:
Ptit se tourna pour vérifier ce qu'Aime essayait de voir dans sa suite..Mais ne vit rien..

Hmm pardon gente dame ... n'auriez vous point croiser une jeune femme blonde dans la pièce que vous venez de quitter ?
Je m'inquiète de ne point la voir sortir.


Regard vers le beau brun puis vers sa chambre, petit sourire en coin... jouons le jeu...

à moins que je me sois trompé de porte, ce qui serait fort gênant et ennuyeux...

Hum, vous devez parlez d'une petite blonde, cheveux en chignon, avec des braies bleues et un chemisier blanc?
Si si je l'ai aperçue qui s'enfuyait par la fenêtre.. Je ne sais ce qui lui à fait peur comme ça mais elle courait très vite...


La blonde montra en même temps l'ouverture par laquelle la renégate était censée avoir fui..
Puis sourire à son ami pendant qu'elle glissait son bras sur le sien, rosissant légèrement à son murmure.


Surprise quand il se redresse d'un coup elle le regarde avec un air interrogatif.


Ne doit on pas sonner une certaine cloche ? Il manquerait plus que ça que nous nous perdions.

Arf oui il vaut mieux parce que, personnellement je ne sais pas où sont les jardins..
Ha ben je la cherchais tout à l'heure.. Tu es trop fort toi..


La jeune Prévost pouffa de rire et le regarda d'un air taquin.
Restait plus qu'à attendre qu'on vienne les chercher.


Fidèle a écrit:

[Porte d'entée du Château - Fidèle et Dance]

Après avoir accompagné, la demoiselle de Plantagenest accompagné de cet élégant homme, Fidèle avait demandé à une servante de préparer une nouvelle chambre, pour l'individu.

Le majord'home ne s'ennuyait pas en cette journée particulière, il veillait à ce que tout soit en ordre, la Duchesse n'aimait pas les imperfections et il le savait. Au fur et à mesure que les heures défilaient, il allait vérifier que la préparation du repas avançait correctement.

C'est avec une pièce d'argenterie, qu'il alla accueillir le nouvel arrivée. Sur le parvis de la maison, il écouta la jeune femme se présenter.


Bienvenue demoiselle de Sévignacq.

Nous espérons que vous avez fais bon chemin jusqu'en Champagne.


Fidèle pencha légèrement le buste

Le hérault n'est point encore arrivé, mais déjà quelques personnes sont présentes dans les jardins.

Si vous voulez bien, je vais vous montrer votre chambre puis je vous accompagnerai aux jardins


Connaissant le château comme sa poche, Fidèle conduisit la Dame de Sévignac jusqu'à ses quartiers avant de la conduire jusqu'aux jardins.


Léon a écrit:

[Porte d'entrée du chateau ... accueil de Maltea]


Depuis qu'il travaillait ici, Léon n'avait jamais vu autant de personne venir sur le domaine de la Comtesse. Ce n'était pas pour lui déplaire surtout que la jeune femme qui venait d'arriver en carrosse était belle comme une fleur.

Buenos días,

Le garde avait vu Fidèle se pencher pour dire bonjour à l'invité. Léon en fit de même avec beaucoup moins d'élégance

Vous y'êtes attendu dans le jardin.

Y'e vais vous y'accompagner


L'homme afficha un large sourire à l'idée d'accompagner la jeune femme jusqu'aux jardins.

Maltea Wagner a écrit:

[Porte d'entrée du chateau ... accueil de Maltea]

Maltea pouffa discrètement de la grâce du garde. Le pauvre homme… un jour si elle avait le temps, elle lui apprendrait à saluer avec grâce et maintien, elle excellait à ce jeu, bien qu’elle ne courbait rarement l’échine devant ses pairs. Elle avait horreur de ça, surtout devant les arrivistes aux dents longues se sentant supérieurs aux autres par le port d’une couronne. Devant le Roy ça elle voulait bien, enfin devant son chambellan en général, et même si ce n’était pas de gaieté de cœur de fléchir le genoux devant elle, elle y était de toute façon obligée. Et puis ce n’était pas difficile, suffisait d’imaginer la tête de son suzerain et le tour était joué.

Elle adressa un sourire au garde


Allons donc dans les jardins, il fait beau et je trouve l’idée plus qu’agréable. Je vous suis.

Maltea se dit qu’au moins, elle ne serait pas enfermée et c’était tant mieux. Petit regard à la dérobée vers le garde… c’est qu’il n’était pas mal, pas mal du tout même. L’Appérault savait s’entourer… quand on pensait que le seul homme de potable à Brienne était Koroseth, marié de son état… ca faisait froid dans le dos.


Fidèle a écrit:

[Le Château, apres avoir accueilli Dance]


Le son de la cloche résonna dans tout le château. Fidèle venait de conduire la demoiselle de Sévignac dans ses quartiers. Il s'apprêtait à redescendre vers les cuisines, ce qui l'invita à refaire demi-tour, quelqu'un avait besoin de quelque chose au bout du l'aile.

Il avança dans le couloir et aperçu les deux premiers invités.


Vous êtes bien élégant.

Etes vous prêts pour que je vous accompagne jusqu'au lieu de la cérémonie ?


Avec l'approbation des deux jeunes personnes, le majordome les conduit jusqu'au jardins et plus précisément jusqu'à la fontaine.

Une fois accompagnée, l'homme s'éclipsa, il n'avait plus sa place ici et devait aller surveiller la préparation du repas.


Aimelin a écrit:

[Le Château ]

Aime se demanda s'il n'avait pas sonné un peu trop fort et fit une grimace en regardant son amie.

je vais avoir réveillé le château entier moi

Des pas dans l'escalier et ce brave Fidèle qui arrivait. Pauvre majordome qui devait courir partout, le jeune gars en fût presque gêné.

Vous êtes bien élégant.

Etes vous prêts pour que je vous accompagne jusqu'au lieu de la cérémonie ?


Petit sourire et une inclinaison de la tête pour le remercier

Merci Fidèle.. oui nous sommes prêts et nous ne voudrions pas faire attendre sa Grâce.

Sentant la nervosité grimper d'un cran, il se laissa conduire avec Ptit dans le jardin.
Le château était calme et l'arrivée dans le jardin lui soutira un sourire. L'endroit était calme et reposant, et leur amie avait eu une riche idée de prévoir la cérémonie dehors.


Maltea Wagner a écrit:

[En direction des jardins]

Le fringuant garde l’avait accompagnée. Il n’y avait pas grand monde et la duchesse regarda autour d’elle afin de trouver la maitresse de maison.
Elle se laissa vite distraire de son but premier… le jardin était agréable. Son attention fut accaparée par un buisson… elle en avait déjà vu un de ce genre mais où ?
Cherchant dans ses souvenirs, elle fut catapultée dans le passé. Elle se revit enceinte, accompagnée de Richard, regardant vers un buisson, rouge pivoine. Non de colère, mais essayant désespérément de retenir un fou rire. Dans le dit buisson, un couple en pleine action, du moins le croyait elle… les apparences étaient plus que trompeuses. Comment aurait-elle pu penser une seule seconde que la jeune femme accompagnant son ancien amant avait fait un malaise ? A vrai dire, elle aurait du se douter avec celui là, il faisait toujours ce que l’on n’attendait pas de lui.
Il avait mis un peu d’ambiance sur les terres de villemaur, volant en quelque sorte la vedette à son frère, le jour de… ses fiançailles ou son mariage ? Maltea ne s’en souvenait même plus.

Il était loin ce temps... sa dernière rencontre avec lui ne datait pas de très longtemps, les deux amants terribles ayant remis le couvert bien après la mort de Richard, se retrouvant une fois encore. Le fossé s'était néamoins creusé... Elle ne pouvait oublier... Une fierté mal placée, l'ignorance et le déni face à ses mots, la colère, et ... une catastrophe...Elle avait souffert comme jamais, ce jour maudit. Elle avait finalement décidé de couper les ponts... Mais le pourrait-elle réellement?

Un bruit la sortit de ses vieux et moins vieux souvenirs. Elle avait hâte de revoir Aimelin. La jeune blonde se demanda si celui-ci était au courant de sa venue…. D’ailleurs, il ne l’avait même pas prévenue, et il allait l’entendre. Une missive lui disant qu’il serait en Champagne, elle l’attendait encore. Sacré Aimelin, oubliant même la blonde qui pourtant était inoubliable.

Elle allait lui jouer un petit tour à cette mémoire de poisson rouge. Oui tiens, pourquoi ne pas faire celle qui ne le connaissait pas. Ce serait amusant de voir sa réaction…
Son plan se mettait en place rapidement dans sa petite tête. Il lui suffirait de tenir son sérieux et il n’y aurait aucun problème dans sa mise en action.

ptitmec13 a écrit:
Ptit sourit à la grimace de son ami, essayant de ne pas rire. Elle allait répliquer lorsque Fidèle arriva pour les conduire aux jardins.

En trajet, ses yeux n'en manquaient pas une miette, elle regardait dans tout sens, enjouée de tant de beauté.. C'est qu'elle avait pas trop l'habitude, les châteaux.. à part le Casteth et la Citadelle.. Et aussi, en un temps assez lointain le château d'Alex..
Elle sourit en y repensant.. Une soirée donnée par le jeune homme où elle avait retrouvé.. Dotch.. Sur ce coup là on pouvait dire que le royaume était petit. Elle avait alors appris que "beaux yeux" telle que l'appelait Aime était la grand mère de son ami. Point déclenchant? Peut être...

Le calme du jardin la ramena à la réalité, la douceur d'une brise vint caresser ses épaules.. Les beaux jours étaient enfin là.. Quelle bonne idée de faire la cérémonie en plein air, cela la changerait de ses longues journées dans son bureau de prévost.

Elle aperçut Dotch qui les attendait sur un banc et tirant légèrement sur le bras d'Aime elle lui montra dans quelle directions ils devaient aller.
Ils s'approchèrent de leurs future suzeraine...


Aimelin a écrit:
[Dans les jardins vers la fontaine]


Notre petit lieutenant était soucieux. Etre en Champagne et ne pas avoir averti Malt. Il lui avait bien écrit pour dire qu'il s'inquiétait de la santé de Gnia, mais depuis, les évènements en Béarn, l'avaient préoccupés et il se sentait épuisé.
Il n'avait pas bien réalisé où devait se faire cet anoblissement, et il était parti avec Ptit sans avoir pris soin de mettre de l'ordre dans ses pensées qui avaient tendance à s'éparpiller et se disperser depuis des semaines.

Il soupira et se promit de lui donner nouvelles des la cérémonie finie, en même temps qu'il écrirait à sa bonde Dance. Il sortit à nouveau l'anneau de la poche de sa chemise et le fit rouler entre ses doigts, quand Ptit le tira par le bras en lui montrant leur amie Dotch assise sur un banc non loin d'eux.

Il sourit en la voyant, et remit l'anneau en place tout en se dirigeant vers elle. La Duchesse était sans doute dans ses rêveries pour ne pas sembler les avoir vus.


Dotch a écrit:
La Duchesse attendait dans les jardins, tantôt elle se levait faisait quelques pas, tantôt elle se rasseyait sur le banc de pierre à se perdre dans ses pensées. L'attente ne lui paraissait pas longue, elle aimait prendre du bon temps dans ses jardins, pour se reposer, pour réfléchir, pour se vider l'esprit.

Ce genre d'événement, elle l'avait déjà vécu. La première personne qu'elle avait anobli était Antonio, un bon ami, celui-ci avait quitté ce monde, elle en était désolée, cet homme était voué à un grand avenir dans ce royaume. Mais ainsi allait la vie, le Très Haut permettait à des hommes et des femmes de mettre au monde un enfant... mais il se permettait également de reprendre la vie à certaines personnes.

Le second anoblissement qu'elle avait fait était plus que particulier, puisqu'elle avait anobli Jean post mortem. Elle n'avait pas pu l'anoblir avant sa mort, mais tenait absolument à ce que sa petite fille vive dans de bonnes conditions, ainsi elle lui avait offert une Seigneurie, signe de leur amitié, signe de la loyauté de l'homme envers la Duchesse.

Entrain de repenser à toutes ses années en Champagne, la Comtesse d'Armentières regarda machinalement dans l'allée, lorsqu'elle aperçue Cécé au bras d'Aimelin. Elle crut rêver un instant, de loin, sa future vassale ressemblait à une véritable Demoiselle. Elle se leva pour les accueillir avec un large sourire.


Vous voilà donc. Soyez les bienvenues chez moi.

Je suis heureuse que vous soyez ici.


La Duchesse leur sourit comme à son habitude.

Cécé tu es de toute beauté dans cette robe, tu devrais en vêtir plus souvent, elle te sied à merveille.
Aimelin tu es élégant également.


Dotch les invita à s'asseoir sur le banc de pierre.

Nous attendons le héraut et les témoins héraldique pour pouvoir débuter la cérémonie. Nous finirons la journée par un petit banquet, ce n'est pas tous les jours que nous obtenons une Seigneurie et je tiens à ce que ce jour se passe du mieux que possible.

Sortie de ses pensées, la Comtesse était plus attentive aux bruits environnant. Elle entendit des souliers et les pas des bottes. Elle regarda en direction de l'allée et se leva en apercevant la Duchesse.

Et bien voilà en parlant du loup... enfin si je puis m'exprimer ainsi, voilà notre héraut qui arrive.

Dotch laissa le héraut arriver jusqu'au niveau de la fontaine.

Duchesse

Petite révérence, par respect, pas trop grande, après tout la Comtesse était bien plus âgée que le Héraut de Champagne...

Rose Deldor Plantagenêt a écrit:
Le temps de sortir du carrosse que déjà ils estoient attendu dans les jardins. Au bras du Vicomte, elle l’entraîna d’un pas presque pressé vers le lieu-dit…La Duchesse luy manquait tant qu’on aura pu penser à une fillette venant visiter sa mère…Amusée, elle sourit au Vicomte en l’oyant puis posa sa seconde main sur son bras :

« -Effectivement, vous avez vu juste, je suis jà venu icelieu durant l’été dernier…Le petit fils de la Duchesse, Louis d’Appérault, m’avait mandé conseils et la Duchesse a prict soin de me proposer son castel pour l’aider… »

Le regard se fict loin un court instant, elle ne peut s’empêcher de repenser à Philippe et à son décès…Une nouvelle épreuve pour Rose mais elle estait habituée dorénavant…Elle soupira légèrement, chassant vite ses pensées moroses et tourna son visage vers Aramis et lui sourit. Ils longeaient une allée bordée de buisson et arrivèrent sur un coin de verdure à la beauté suprême.
Dotch estait là, assise sur un banc, Aime et Ptit aussi…Le cœur battant de les revoir, la joie qui s’emparait d’elle lui mict les larmes aux yeux….


Rhaaa satané sensibilité…

Elle s’approcha d’eux et juste dans un regard envers Aramis, lui lâcha le bras, il la comprenait tout le temps et savait que là, elle avait besoin de serrer la Duchesse contre elle. Elle commença par se prosterner dans une révérence parfaite, les mirettes brillant de milles étoiles puis sourit à ses amis.


« -Ptit, Aimelin…Dieu que je suis heureuse de vous revoir… » Elle se tourna alors vers Dotch « Duchesse…Que le temps fut long sans vous… » Nouveau sourire envers celle qui l’avait protégé et aimé comme sa propre fille puis elle se tourna vers Aramis « -Je vous présente le Vicomte de Saint Priest…Vicomte, voici la Duchesse de Saint Florentin, Dotch, Célénya Océalys et Aimelin de Millelieues… »

Bon elle savait que les questions viendraient plus tard, faut pas rêver, Aime allait pas la laisser sans lui faire passer une interrogatoire en bon et dû forme, quand à Dotch, Rose avait profité de l’occasion pour lui présenter le Vicomte…

La quatrième personne n’était pas connue de Rose mais elle en avait entendu parler par Gnia, bon évidement, ce n’était pas marqué sur son front qui elle était alors Rose se tourna vers elle en souriant puis fit une belle révérence


« -Le Bon Jour, je suis Rose Deldor de Plantagenêt… »

Vu les personnes présente, ce ne pouvait qu’être le héraut mais autant éviter de dire n’importe quoi et attendre qu’on la présente…


Aramis a écrit:
Au pas de charge...Morbleu, elle l'avait conduit céans au pas de charge.

Des jardins magnifiques? Il n'a rien vu..
Des allées fleuries? A peine entrevues..
Les senteurs d'été? Que nenni, à peine senties, déjà oubliées...

Mais qu'importe celà, comparé au plaisir d'être avec elle, de lui offrir son bras.

Nouveau tourbillon...
Ils arrivent, près d'un petit groupe..

Elle se précipite vers ces personnes inconnues...


Puis fait les présentations d'usage...

"Voici la Duchesse de Saint Florentin, Dotch, Célénya Océalys et Aimelin de Millelieues…"

Aramis s'incline devant le groupe, et balaie le sol du revers de son chapeau devant la Duchesse...

"Votre Grâce, Aramis de Saint Priest, pour vous servir.."

Salut également envers le reste de la noble société.....


ptitmec13 a écrit:
Ptit s'avançait vers sa future suzeraine, toujours bien accrochée au bras d'Aime. Le port droit, fière, comme le lui avait appris son père. Sauf que pour lui ce n'était pas pour porter une robe qu'il lui avait appris mais pour faire face coute que coute à l'adversité, se battre comme un homme, un vrai. Et là intérieurement elle se battait, appréhendait ce futur où lorsqu'on l'appèlerait Dame, elle ne pourrait plus répondre sa phrase favorite."Point de Dame, je ne suis ni mariée ni noble".
Le sourire de la duchesse la réchauffa quelque peu, enlevant un soupçon de cette angoisse qui lui serrait les entrailles.

Merci Votre Grasce pour votre accueil...

Son sourire se fit taquin.. allez savoir pourquoi vous.. C'est comme lui dire de porter plus souvent des robes.. ça lui arrachait toujours un long frisson dans le dos.


Tu es ravissante aussi, très joli vert.

Ils suivirent Dotch jusqu'au banc et la blondine s'assied avec délicatesse, ne sachant pas comment aller réagir sa robe ni même vraiment comment se mettre. Elle écouta attentivement les indications que leurs donnait la Duchesse. D'un coup celle-ci se leva et Ptit vit arriver une femme, une blonde encore.. Pour l'instant seul Aimelin tranchait avec ses cheveux bruns. Elle se leva et attendit un instant avant de faire une révérence, interrompue par l'arrivée de la jeune Rose. Pas le temps de lui répliquer qu'elle aussi était heureuse de la voir que déjà elle se tournait vers Dotch. Et hop re révérence à la présentation du Vicomte, et avec le sourire s'il vous plait..
Elle commençait un peu à se faire au cérémonial de la noblesse, pour ça elle remerciait grandement Lucas d'avoir passé des soirées entières à les lui expliquer.. Cela dit c'était la période où il n'y avait que ça à faire en taverne, cette longue période de défense de Pau.
Elle sourit en voyant Rose virevolter vers une-telle puis untel.. C'est un plaisir de la voir ainsi.


Maltea Wagner a écrit:
La sombre silhouette vêtue de noir comme à l’accoutumée, dont la chevelure scintillante sous les rayons du soleil formait comme une auréole – un comble lorsque l’on connaissait suffisamment la Brienne pour la savoir complètement à l’opposé de la sainteté – s’approcha d’un groupe agglutiné autour d’un banc.

La duchesse était au moins certaine d’une chose, elle y trouverait Dotch. Regard circulaire, elle reconnut Aimelin… elle allait pouvoir rire un peu à ses dépens. Oh rien de méchant, elle lui en avait assez fait voir lorsqu’ils s’étaient rencontrés. Le pauvre, c’est vrai qu’elle lui en avait fait baver pendant un bon moment. Elle adorait le voir virer au rouge et s’énerver tout seul. Il avait pourtant essayé de lui rendre coups sur coups mais sans succès… La Maltea était solide, faite dans ce bois que l’on ne trouve que dans le sud de l’Italie. Héritage de ses ancêtres avant que ceux-ci ne migrent vers le nord de son pays. Nostalgie de l’Ombrie, une envie folle de retrouver son berceau natal. Mais elle était en Champagne maintenant et y avait fait sa vie…
Un bois ressemblant à celui dans lequel avait été confectionné ce fameux perchoir, responsable d’un rapprochement entre Aimelin et elle… la suite, personne n’aurait pu s’en douter.

Les deux jeunes gens s’étaient bien plus que rapproché, devenant amants puis amis après une rupture que l’on pouvait qualifier de douloureuse pour le jeune homme. Quelque part, la duchesse s’en voulait encore de la façon dont tout s’était terminé, mais d’après ce qu’elle avait pu comprendre, il était maintenant heureux. Il faut dire qu’Aimelin avait le don de choisir ses compagnes… il fallait être fou pour s’enticher de la blonde. Rares étaient les hommes ayant réussi à dompter ce caractère fougueux et si particulier…

Elle arriva finalement devant ces personnes et sourit en voyant Dotch faire la révérence. En voilà une que cela ne dérangeait point. Elle la lui rendit, et s’en étonna elle-même…


Votre gracieuse Grandeur, je suis ravie d’être en ce jour sur vos terres et d’effectuer pour vous, ma première cérémonie d’ennoblissement, pour votre personne.

…Puis de se retourner sur le groupe et se présenter après avoir salué la duchesse.

Bien le bon jour à vous tous. Je me présente, Maltea Wagner di Favara, duchesse de Brienne et de Jaulges, Dame de Menneville et je suis ici en ma qualité de Héraut Royal pour tout ce qui concerne la noblesse champenoise. Je servirais donc de témoin héraldique à la cérémonie qui va suivre.
Je tiens donc votre futur en mes mains, ou plutôt en mon scel, qui fera de vous deux nouveaux seigneurs champenois.
D’ailleurs je vous inviterais une fois la cérémonie terminée de vous présenter au ban champenois afin de rencontrer vos pairs.


Elle fit silence quelques instants, hésitant de leur présenter ses condoléances – parce que vu l’ambiance du ban, il y avait de quoi – avant de reprendre.

Qui sont les futurs vassaux, duchesse ? J’ai pu lire les prénoms sur les patentes que vous m’avez adressées mais je ne peux malheureusement mettre un visage sur ceux-ci… Bien que je sois quasi certaine de qui est Dame Célénya Océalys.

Elle s’obligea à détourner son regard rieur d’Aimelin et de se retourner sur l’autre jeune homme. Bien entendu, elle l’avait entendu se présenter et puis elle n’avait nullement besoin de ce renseignement pour savoir qu’il n’était pas le futur vassal. Cependant l’occasion était des plus tentantes pour la jeune femme. Voilà qu’une fois encore, elle s’amusait à faire tourner bourrique son pauvre ami.

Je présume que vous êtes le sieur Aimelin de Millelieues… ravie de vous rencontrer. Nous allons devoir discuter un peu avant de lancer la cérémonie, sauf si vous connaissez le déroulement de celle-ci.

Se tournant vers Célénya, elle lui adressa un sourire.

Il en va de même pour vous, cela va de soit. Je vous sens quelque peu tendue et je ne peux que vous dire que tout cela est normal. J’ai été à votre place il y a de cela un bon moment déjà, et je dois dire que je n’en menais pas large du tout.

Plongeant son regard émeraude dans celui de la seconde jeune fille, elle était certaine d’avoir vu son minois quelque part, et son nom ne lui était pas inconnu. Fouillant quelque peu sa mémoire, elle eut une bribe de souvenir mais non emplie de certitude.

Dites moi, vous n’étiez point au mariage de ma suzeraine, sa Grandeur Agnès de Saint-Just ? Si je ne me trompe, elle vous a mentionné dans sa dernière missive comment étant sa nièce…


dancetaria a écrit:
C'est d'un pas non assuré que la blondinette béarnaise approchait du lieu dit. Elle n'aimait pas se retrouver comme ça, seule quelque part. Toujours la peur que quelqu'un surgisse sur elle et qu'elle ne soit suffisamment alerte pour stopper l'attaque. Déformation professionnelle il paraît ...

Elle se demandait qu'elle allait être la réaction d'Aimelin, de la voir arriver. Surpris ? Peut être. Heureux, sûrement. Il y a peu encore c'était lui qui assistait à son anoblissement, elle avait tenu à ce qu'il soit présent, un grand moment pour elle, et un grand moment pour lui aujourd'hui. Un grand moment pour l'autre blondinette aussi, Dancetaria était si contente pour elle.

Elle se demandait aussi qui allait être présent. Sûrement pas beaucoup de monde, elle n'avait d'ailleurs pas la crainte de rencontrer des personnes qu'elle jugeait indésirables, ils avaient souvent les mêmes amis et les mêmes affinités. La seule chose dont elle était sûre, c'était la présence d'une des amies d'Aime, Maltea Wagner, dont il lui a déjà beaucoup parlé. Elle savait qu'ils avaient eu une relation plutôt ... proche, et qu'elle gardait une grande place dans son cœur.

Alors qu'elle réfléchissait à tout cela, admirant au passage la beauté de ses jardins, elle arriva. Les personnes semblaient déjà présentes. Heureusement, elle avait pu se changer avant de venir ici. Rapidement, elle réajusta sa robe claire, et passa la main dans ses cheveux, déliés pour l'occasion. Petit sourire en voyant que le blond était à l'honneur en cette journée.

Elle aperçut Rose, visiblement bien accompagnée, et une blonde qui lui parlait. Un peu plus loin, la Duchesse et ses deux amis.


Bonjour tout le monde !

Sourire amusée de la blondinette qui était soulagée d'être arrivée. Elle salua Rose, ainsi que les deux autres personnes qui se trouvaient avec elle

Rose, c'est un plaisir de te voir ! Toujours aussi ravissante !

Elle ne savait jamais très bien comment se comporter avec elle. Certes, elles n'étaient pas ennemis, Dance l'appréciait et l'admirait beaucoup, mais elle n'était pas vraiment amies non plus, se connaissant que très peu.

Regard vers les deux autres personnes, salutations qui s'imposent


Je me présente, Dancetaria, Dame de Sévignacq, Béarnaise échouée ici pour quelques temps.

Regard vers Dotch ainsi que les deux amis, elle iraient les saluer juste après


Aramis a écrit:
Morbleu, toute la noblesse de France serait donc céans?

Une autre Duchesse, charmante également, une Dame béarnaise...

Voyant Rose sourire, il se présente aux nouvelles venues.


"Aramis, Vicomte de Saint Priest, en Dauphiné.

Enchanté, mes dames, et ajoutée au charme des femmes déjà présentes, votre arrivée fait paraître bien terne les fleurs de ce jardin."


Il s'incline.


Aimelin a écrit:
Une inclinaison du buste en souriant, vers sa future Suzeraine et amie.

- Bonjour votre Grâce.
Je vous retourne le compliment. Vous êtes tres belle dans cette robe ..
quoi que pour lui elle était toujours belle et ça n’est pas pour rien qu’il l’avait surnommé avec tendresse, Beaux Yeux.

Il avait pris place sur le banc, écoutant Dotch quand elle se leva à l’arrivée d’une jeune femme. Le Héraut de Champagne ?
A peine le temps d’apercevoir la personne qu’un tourbillon arriva, passa au milieu du petit groupe pour venir faire une belle révérence à la Comtesse.


« -Ptit, Aimelin…Dieu que je suis heureuse de vous revoir… »

Le sourire qui s’afficha sur le visage du jeune homme ne laissa pas de doute sur la joie qu’il avait à revoir son amie Rose … et il s’inclina à nouveau.

- Rose, quel plaisir de vous voir également

Il salua de la même manière l’homme qui l’accompagnait mais reporta son attention sur le Héraut. Malt ! il était si heureux de la revoir et pour cet évènement qui plus est, et toujours aussi belle. S'il se souvenait de sa passion pour tout ce qui touchait à l’héraldique, il ne savait pas qu’elle était devenue Héraut.
Il la laissa se présenter et allait répondre quand il resta comme deux ronds de chapeau. Il en oublia son bonjour tandis qu’elle parlait des futurs vassaux, enfin surtout du vassal et s'adressait à l'ami de Rose.


- Je présume que vous êtes le sieur Aimelin de Millelieues… ravie de vous rencontrer. Nous allons devoir discuter un peu avant de lancer la cérémonie, sauf si vous connaissez le déroulement de celle-ci.

Il fronça les sourcils. Comment ça elle ne connaissait pas Aimelin. Ce n'était pas sa blonde chieuse ? quelqu'un avait osé lui ressembler à ce point ? Peut être avait il mal compris le nom, mais si ce n’était pas elle c’était une jumelle parfaite… du moins lorsqu'il voyait ce que la descence lui autorisait d'admirer.
Pourtant, plus il réfléchissait et plus il était certain de l'avoir entendu se présenter comme Maltea Wagner di Favara, duchesse de Brienne et de Jaulges, Dame de Menneville.

Des Maltea, il y en avait peut être plusieurs mais des Maltea Wagner di Favara, duchesse de Brienne et de Jaulges, Dame de Menneville il n’y en avait qu’une il en était sûr. Et voila qu'elle s'adressait à Ptit et maintenant à Rose, ne semblant pas le voir.

Deux possibiliés s’offraient à lui, soit elle lui faisait une farce, soit elle était en colère qu’il ne l’ai pas avertie, et là il fallait être prudent. C’est qu’il la connaissait bien sa blonde amie et elle avait la latte facile.
Que devait il faire, s’offusquer en faisant mine d’être en colère ? entrer dans son jeu ? Il repensa à Sainte Ménéhould, ce jour ou furieux de l’attitude qu’elle avait sans cesse envers lui, il était entré dans son bureau de maire, avec un grand sourire après s'être incliné, et lui avait posé un perchoir en bois devant le nez. Le regard émeraude qu’elle avait posé sur lui à ce moment là, avait changé la façon dont il l’avait regardé les jours suivants. La voix qui se fit entendre stoppa net ses pensées.


- Bonjour tout le monde !

Cette voix, il la reconnaitrait entre cent. Sans même apercevoir la jeune femme, il savait que c’était Elle. Il tourna son regard vers celle qui venait de les rejoindre, et oublia un instant ce qui l'entourait. Vêtue d'une très belle robe claire, elle avait délié ses cheveux blonds, et lui apparaissait plus belle que jamais. Elle était venue et son coeur se mit à battre plus vite. Il ne la quitta pas des yeux pendant qu'elle se dirigeait souriante vers Rose, le Vicomte et Malt.

La journée allait être magnifique, il y avait en ce lieux des personnes qui comptaient tant pour lui. Un peu décontenancé, il répondit à son regard par un sourire, attendant également le moment propice pour aller se présenter à la Duchesse de Brienne, cette autre belle blonde qui disait ne pas connaitre Aimelin.


Dotch a écrit:
En voyant Rose son sourire se fit encore plus joyeux. Voilà une bien belle journée pour la comtesse, elle savait qu'il n'y aurait que des personnes qu'elle portait dans son coeur et qui avait tous une importance dans sa vie. Elle fut néanmoins surprise de voir un homme accompagné la jeune femme. C'est qu'elle n'avait pas eu de nouvelles depuis quelques temps, se serait-elle mariée sans qu'elle soit invitée ? Non impossible pensa-t-elle, les deux femmes malgré la différence d'age avait une certaine complicité et surtout beaucoup de respect et d'estime, l'une envers l'autre.

L'homme était plutôt élégant, jeune et noblement vêtu, la Comtesse ne put s'empêcher d'avoir des petites pensées, du style qu'il ferait un joli époux pour une jeune femme.


Messire de Saint Priest enchantée

Dotch fit une révérence à l'individu. Puis fit un petit clin d'oeil discret à celle qu'elle considérait comme une de ses filles.

Nouveau sourire à Maltea lorsqu'elle la salua. Elle connaissait un peu la jeune femme, elle lui connaissait une certaine rhétorique qui ne manquait pas de l'amuser.

Elle se retenue de rire, lorsque celle-ci fit mine de ne pas connaître Aimelin. Tout le monde, ou du moins ceux qui était "intime" avec l'un ou l'autre, savait qu'ils avaient entretenu une aventure.

Tout le monde était réuni et à priori il ne manquait plus personne la cérémonie allait donc pouvoir commencer.


Bien puisque tout le monde semble présent, je propose que l'on...

La Comtesse ne termina pas sa phrase, elle entendit la fine voix de celle qui deviendrait probablement bientôt sa filleule. Cette journée était plein de rebondissement, elle resterait certainement gravée longtemps dans sa mémoire.

Dancetaria, quelle joie de te voir ici, soit la bienvenue.

Est ce que quelqu'un attend encore un invité ?


Elle regarda les invités présents, personne ne semblait réagir.

Nous allons donc pouvoir commencer, Duchesse, je vous laisse commencer la cérémonie, si vous voulez bien.


Rose Deldor Plantagenêt a écrit:
La Duchesse de Brienne se tourna alors vers elle, toujours souriante, prête à laisser sa joie exploser de revoir ses compagnons Béarnais avant de respondre

« -En effect, Sa Grandeur Agnès de Saint Just est ma tante et j’estais bien sa Damoiselle d’Honneur lors de ses épousailles…Mais je vous remets maintenant moi aussi, elle m’a longuement parlé de vous durant ma visite à Angoulême… »

Petite grimace en se souvenant de l’estat de sa tante à son arrivée…Mais…L’arrivée de sa Dance adorée la sortict de cet énième souvenir douloureux et ne put s’empêcher de sauter au cou de la nouvelle blonde, pas que le nombre de blonde ce jour estait imposant mais pour le coup la brunette se sentict seule…Bref elle souriait à sa Dance adorée en répondant :

« -Dance ! Que je suis heureuse de te revoir ! Tu es resplendissante comme d’habitude ! Comment vas-tu ? Que deviens-tu ? Racontes moi tout ! »

Un regard au Vicomte, lui souriant, les mirettes pétillantes

« -Mais je ne t’ai poinct présentée, Dance, voici le Vicomte de Saint Priest.
Vicomte, voici une amie chère à mon cœur, Dancetaria »


Bien évidemment, elle avait bien vu le clin d’œil de Dotch face à icelle et se sentait tout à coup soulagée…Elle luy parlerait plus tard, en privé…Mais en attendant, elle se recula et se tinct aux cotés du Vicomte alors que Dotch annonçait le début de l’anoblissement de ses amis. Quelle belle revanche sur les derniers événements Béarnais…

ptitmec13 a écrit:
Sourire à la Duchesse Maltéa qui essayait de la réconforter, elle y était presque arrivé en fait mais la voyant faire comme si elle ne connaissait pas Aime la décontenança. Enfin bon..

Hoo une belle blonde.. Elle sourit en voyant arriver Dance et se dit qu'Aime en serait heureux.. Elle était ravie de voir tout ce petit monde réuni, la journée serait belle à n'en pas douter.


Est ce que quelqu'un attend encore un invité ?

Le calme soudain, personne ne répondit, la blonde quant à elle n'avait invité personne.. Ses amis étaient là et son jumeau, lui, n'aurait assisté à la cérémonie que par devoir envers elle, ayant une aversion certaine envers la noblesse. Il allait devoir se soigner d'ailleurs. Cette pensée lui fit naître un sourire en coin, sourire qui se figea un court instant en entendant Dotch demander le début de la cérémonie. Et voila que le stress revenait à grand pas.


Aimelin a écrit:
Le jeune gars profita que Rose fût occupée à discuter avec Dance pour s'avancer au devant de Maltea.

Il fit mine d'hésiter un court instant et s'inclina devant elle avant de prendre un air préoccupé, ce qui n'était pas aisé lorsqu'on avait sa blonde chieuse en face et qu'on ne l'avait vu depuis de longs mois.


Votre Grâce... humm ... vous allez sans doute me trouver bien culotté ... heureusement pour lui il l'était toujours ... mais je ne peux m'empêcher de vous trouver grande ressemblance avec une de mes amies, qui de plus se prénomme comme vous... enfin "comme vous" ce n'est pas son prénom bien sûr, elle se prénomme Maltea ... comme vous donc.

Il lui était dur de garder son sérieux mais il le devait. Regard gris taquin qui croise celui émeraude de la blonde Duchesse.

Même regard, même silhouette .. hmm peut être plus min.. enfin moins ... s'il la taquinait sur sa silhouette, il savait qu'elle cèderait peut être à la tentation de le reprendre.

Ne seriez vous pas parente avec une certaine Maltea, qui fût maire de Ste Ménéhould, puis procureur et je crois, il me semble, Duchesse de Champagne également.

Il fit une petite grimace haussant les sourcils.

De plus vous portez le même nom et je dois avouer être étonné qu'il y ait deux blondes chi.. charmantes se ressemblant à ce point.

Il marqua un petit temps de pause, puis lui fit son sourire d'adorable ébouriffé, le temps de lui laisser répondre, et laissa son regard planté dans le sien.


Maltea Wagner a écrit:
Elle ne s’était pas trompée, il s’agissait bien de la nièce de sa suzeraine… le royaume était bien petit. Une autre jeune femme se présenta, son prénom ne lui était pas inconnu. Aimelin lui en avait déjà parlé, mais elle ne pouvait plus trop se souvenir des mots employés. Elle savait qu’il tenait beaucoup à cette jeune femme par contre. Il devait y avoir anguille sous roche… elle espérait juste que cette jeune femme le rende heureux, c’était le plus important à ses yeux.
Alors que l’autre homme n’avait pas pris la perche tendue, Aimelin finit par s’adresser à elle. Avait-elle encore le choix ? Pas du tout ! Sa taquinerie venait de tomber à l’eau, elle ne pouvait décemment s’enfoncer.


Elle lui adressa un sourire et lui répondit.

Une ressemblance ? Logique sieur, étant donné que je suis bel et bien la seule et unique Maltea Wagner di Favara, la chieuse par excellence…
Tiens bizarre, vous ressemblez à l’ébouriffé… peut-être le connaissez vous ? Il vous ressemble comme deux goutes d’eau, si ce n’est que cet homme doit se faire anoblir en Champagne et qu’il n’a pas jugé bon de m’avertir de son arrivée en ce duché. Tout de même, il exagère !


Maltea le regarda avec un sourire mielleux avant de lui balancer un coup sur la tête avec les parchemins qu’elle tenait en sa main.

Tiens malotru, ça t’apprendra. Tu n’as pas honte de ne pas avoir averti tes plus vieux amis !
Et ne me regarde pas avec ces yeux là, embrasse moi plutôt, et je te préviens, tu auras grand intérêt à te faire pardonner, futur seigneur !


Elle lui sourit tout en le prenant dans ses bras, heureuse de le revoir, depuis tout ce temps. Elle savait que l’ambiance n’était pas au beau fixe en Béarn, il lui avait écrit ainsi que sa suzeraine… une chance qu’elle n’y était pas, elle en aurait massacré quelques unes de ces bouffonnes couronnées sans cervelle.

Alors pour les deux futurs seigneurs et dames, voici la marche à suivre. Je n’interviendrais que si cela n’est pas respecté, pour le reste, je serais sage comme une image… enfin j’essaierai…

Petit sourire complice à son vieil ami qui lui, savait, que les cérémonies chez elle, partaient toujours dans des quiproquos et une pagaille sans nom.
Elle leur tendit un parchemin où était consigné la marche à suivre de ce qui allait suivre.


Citation:
De la cérémonie d’entrée en vassalité
L'hommage est une cérémonie publique qui se déroule en général au château du seigneur, devant témoins. Par cette cérémonie, le vassal devient l’homme/femme d’un seigneur.. Elle se déroule en plusieurs étapes :

L'hommage : à genoux en face de son seigneur, tête nue, le vassal tend ses mains jointes vers son supérieur. Le seigneur ferme ses mains dans celles de son vassal. Le vassal proclame sa volonté de servir son seigneur. Il devient son « homme/femme », il fait don de sa personne.
Le baiser de paix : baiser sur la bouche, symbole d’égalité entre guerriers et chrétiens.
La foi ou la fidélité : serment prêté sur les reliques ou sur un objet saint pour rendre le pacte sacré. L’Église étant le garant de la bonne foi des deux contractants.
L’investiture du fief : moment de la cérémonie où le seigneur remet à son vassal un objet symbolisant le fief (motte de terre, anneau, verge, étendard…).
L’aveu :document écrit signé par le seigneur, son vassal, l’héraut de la Marche de Champagne et les témoins de la cérémonie.


Alors le dernier point c’est de mon ressort, le reste, c’est à vous de jouer. Vous pouvez lancer la cérémonie duchesse comtesse, si d’autres invités sont en retard, il suffira qu’ils arrivent sans bruit…
Si vous avez besoin d’un livre des vertus pour preter votre serment, j’ai pris le mien…


Avouerait-elle que depuis qu’elle le possédait, il n’avait servi qu’aux cérémonies ? Non elle le garderait pour elle, après tout, ce que l’on ne sait pas….


Aimelin a écrit:
Planté devant la blonde Duchesse, il souriait, certain qu'elle allait devoir céder et il accentua son sourire, quand elle s'adressa à lui. Il lui glissa entre deux phrases.

peut être voulait il vous faire une surprise votre Grâce...

Ses yeux pétillaient de malice lorsqu'elle le sermona et il lui déposa un baiser qui claque sur la joue, pour se faire pardonner, en murmurant.. je suis heureux et fier que ce soit toi qui dirige cette cérémonie.

Il aurait bien le temps de lui parler apres pour lui dire qu'il comptait passer la voir même si elle n'était pas venue chez Dotch. Il ne concevait pas de venir en Champagne sans la voir.
Il la serra tendrement contre lui. Malt faisait partie de ces personnes qui avaient un jour ou l'autre marqué sa vie. Elle l'avait marqué de façon tres personnelle durant de nombreux mois, et si leur rupture avait été douloureuse, il était resté entre eux une tendresse et une complicité que nul n'avait pu et ne pourrait détruire, et qui lui faisait du bien et le rassurait.

Il prit le parchemin qu'elle lui tendait et se recula pour se mettre à coté de Ptit tout en le lisant. Il irait voir Rose et sa blonde Dance une fois la cérémonie terminée. Sa nervosité était montée d'un cran et il porta sa main dans la poche de sa chemise pour en sortir son anneau, tout en lisant la marche à suivre.


ptitmec13 a écrit:
Alors pour les deux futurs seigneurs et dames, voici la marche à suivre. Je n’interviendrais que si cela n’est pas respecté, pour le reste, je serais sage comme une image… enfin j’essaierai…

En temps normal elle aurait sourit à cette phrase. Mais l'angoisse de tout rater se faisait de plus en plus présente, l'empêchant de sourire aux taquineries et autres clin d'œil sur des situations amusantes du passé.
Elle prit le parchemin qui lui était tendu et le lut en même temps que la duchesse continuait à expliquer.
Et là, lui vint alors une image assez burlesque d'une blondine en train de se dépatouiller avec le livre des vertus et essayer de tendre ses deux mains vers Dotch.. mais comment faire? Ils n'avaient que 2 mains.. Une grimace comique illumina son visage avant qu'elle reprenne son sérieux.
L'interprétation des textes pouvait prendre le large et donner naissance à des situations chaotiques si l'on n'y faisait pas gaffe.
Elle continua sa lecture entre deux regards sur la main d'Aime jouant avec son alliance. Ce geste la rassura légèrement.. il aurait été plus inquiétant pour la blonde que son ami ne le fasse pas.
Elle tourna la tête vers lui et lui adressa un sourire qu'elle essaya de rendre le plus doux possible.
Enfin elle se concentra sur Dotch.. sa future suzeraine.


Dernière édition par Archiviste le Mer 2 Juil - 15:20 (2014); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 24 Juin - 13:04 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Jeu 1 Juil - 01:02 (2010)    Sujet du message: 1458-06-20 - Un moment qui ne s'oublie pas... anoblissement de Cécé et Aimelin Répondre en citant

Dotch a écrit:
Il y avait bien longtemps que la Comtesse d'Armentières n'avait plus anobli quelqu'un et là, elle allait en faire deux en une fois... et bientôt un troisième suivrait. Un anoblissement encore peut être plus particulier puisqu'il s'agissait de son petit fils.

Ce jour viendrait certainement très prochainement, elle aurait aimé pouvoir le faire avant le mariage de son autre petit fils, toutefois le temps jouait en sa défaveur.

Elle s'était remémorée la cérémonie d'anoblissement de feu Antonio, et avait décidé que le premier à être anobli serait Cécélyna, honneur aux dames, cela va de soit.


Cécélyna, si tu veux bien t'avancer, je te prie.

D'un signe de la main, elle l'invita à lui faire face.

Cécé tend les mains jointes paumes vers le haut.

ptitmec13 a écrit:
Cécélyna, si tu veux bien t'avancer, je te prie.

Il fallait bien un premier et c'était elle. L'appellation usée par la Duchesse la fit sourire, c'était joli, cela sonnait bien en plus.
Elle se débarrassa du parchemin dans les mains d'Aimelin, lui faisant un clin d'œil, plus pour se donner du courage à elle même que tout autre chose d'ailleurs et s'avança jusqu'à faire face à Dotch.


Cécé tend les mains jointes paumes vers le haut.

Comme décrit dans le parchemin elle se mit donc à genoux et tendit ses mains jointes paumes vers le haut.. Son sourire était revenu comme par magie.

Dotch a écrit:
Dotch ne lui avait pas demandé de se mettre à genou. Non pas qu'elle ne souhaitait pas respecter la coutume héraldique, mais elle trouvait dommage qu'une si jolie jeune femme en robe se mette à genou devant elle.

Cécé avait décidé de respecter scrupuleusement le processus. Dotch sourit à ce geste.

Même en position "inférieure", la Comtesse fixa sa future vassale dans les yeux. Elle prit les mains de la jeune femme


Si tu es là aujourd'hui, c'est pour plusieurs raisons. D'une part, parce que je t'estime beaucoup, d'autre part car j'estime que ta fidélité, ta loyauté mérite que tu prononces ce serment.

Petit temps de pause, le moment était important dans une vie, pour chacun qui avait un jour la chance de pouvoir prononcer ce serment.

En ce jour, promets tu, de nous servir loyalement et fidèlement sans aucune réserve, nous Dotch de Cassel, Duchesse de Saint Florentin ?

Jures-tu de faire honneur à la noblesse Françoise, en respectant tout ce que cela implique ?

Sur les Saintes écritures, prêtes tu serment sans aucune réserve ?

ptitmec13 a écrit:
Ptit soutenait le regard de la Duchesse. Elle ne savait si cela était de rigueur mais elle n'était pas du genre à baisser le regard.. Parfois cela lui amener quelques soucis d'ailleurs...
Elle écouta les questions, essayant de se rappeler les mots latins pour ça, mais peine fut perdue. Elle répondit tout simplement...


En ce jour je vous promets, vous Dotch de Cassel, de vous servir loyalement et fidèlement sans aucune réserve. Je jure de faire honneur à la noblesse Françoise, en respectant tout ce que cela implique. Je prête ici serment sur les saintes écritures et sans aucune réserve.

Elle espérait ne rien avoir oublier et se repassait les questions posées, attendant tout simplement la suite..


Dotch a écrit:
Heureusement, que la chaleur en terres Champenoises n'était pas excessive, sinon la pauvre Duchesse aurait eu les mains moites, chose fort désagréable dans ce genre d'événement.

Célénya, j'accepte ton serment.

Sur les Saintes écritures, devant le Très Haut
Un instant la Duchesse quitta le regard de sa future vassale, pour regarder le ciel.

Je jure de t'apporter protection contre tes ennemis, que la justice règne sur tes terres, de subvenir aux besoins dont tu pourrais me faire part.

Au nom de Dieu, je te fais Dame de Lasson, reçois en cet honneur que je te fais, l'écus représentant les terres de Lasson, sois en digne.


Dotch quitta les mains de la jeune femme, pour prendre l'écu brodé et la couronne de Seigneur.



Chose faite, elle saisit la bourse accroché à la ceinture de sa robe. Bourse contenant quelques petits cailloux pris directement sur les terres du domaine.

Reçois ces cailloux représentant les terres de Lasson gage de mon engagement envers toi, gage de notre Alliance.

Protège tes sujets les Lassonnais, écoute les avec attention, sois une bonne Dame.

ptitmec13 a écrit:
Ptit pris d'une main pas très sure l'écu brodé qu'elle trouva magnifique ainsi que la couronne. Les yeux brillant elle regardait le travail précis de la broderie.
En prenant la bourse contenant les cailloux provenant des terres du domaine, elle rajouta..


Je jure de tout faire pour rester digne de cette confiance. De protéger mes sujets et de les écouter, de faire prospérer le domaine en restant juste.

Elle attendait de pouvoir se relever, pas très aux faits de se genre de cérémonies la blonde, elle ne savait ce qu'elle devait faire.


Dotch a écrit:
Chose faite, la Duchesse invita Cécé à se relever. Pour terminer cet anoblissement, il ne restait plus que le baiser de la paix. Chose incontournable lors d'une cérémonie.

Dotch posa ses mains sur chaque des épaules de sa vassale et lui offrit le baiser de la paix.

Large sourire envers celle qui devenait à présent Dame de Lasson, sa vassale sur les terres de Saint Florentin.


ptitmec13 a écrit:
Invitée par sa suzeraine, Ptit se releva pour recevoir le baiser de la paix.
Un large sourire vint éclairer le visage fin de la blondine. Elle était fière d'être la vassale d'une grande dame.
Elle fit un pas en arrière et sourit aussi à Aime... Ça allait être à son tour maintenant.
Machinalement ses doigts fins caressaient l'écu brodé comme si elle voulait se persuader que ce n'était pas qu'un rêve.


Rose Deldor Plantagenêt a écrit:
La belle cérémonie desbuta, par son amie Cécé, tant d’émotion la submergeait qu’elle sentict les larmes perler aux bords de ses mirettes le long de l’anoblissement. Chaque instant estait fort et intense, chaque parole avait sa signification.

Rose regardait la Duchesse tendrement, cette femme comptait pour elle à un poinct inimaginable, luy avait ouvert ses demeures quand elle le désirait. Maugré ses airs elle avait un cœur infiniment bon et Rose se mict à sourire, escoutant avec attention la suite…


Maltea Wagner a écrit:
Maltea avait suivi l''échange sans dire un mot. Une fois fait, elle compléta le parchemin avec lequel elle était venue et y apposa son sceau. Une fois fait, elle tendit celui-ci et en fit une copie qui serait classée dans les dossiers champenois.

Citation:
Par la présente nous, Maltea Wagner di Favara, Héraut de Champagne, Duchesse de Brienne et de Jaulges, Dame de Menneville, faisons acte de la demande de la duchesse Dotch de Cassel, Duchesse de Saint Florentin, Comtesse d'Armentière, Vicomtesse de Cassel, Baronne de Château-Thierry, Dame de Mathusalem quand à l'octroi de la seigneurie de Lasson sise en le duché de Saint-Florentin, à Dame Célénya Océalys dite ptitmec13 .

Après recherches héraldiques dument entérinées, le fief de Lasson est bien seigneurie vassale du duché de Saint-Florentin.

Après consultation d'armoriaux, les armes se référant à la dite seigneurie sont: "de sable à l'arbre arraché d'or, à la bordure d'argent chargée de huit lys de sable"



Ci-joint une lettre patente de dame Dotch dûment authentifiée attestant de sa volonté d'octroi d'une seigneurie à Dame Célénya :
Citation:
De Nous, Dotch de Cassel, Duchesse de Saint Florentin, Comtesse d'Armentière, Vicomtesse de Cassel, Baronne de Château-Thierry,
A vous, Maltea Wagner di Favara, Duchesse de Brienne , Duchesse de Jaulges, Dame de Menneville, Héraut de Champagne,

Par la présente, vous informons de notre souhait d'anoblir Donà Célénya Océalys dicte Cécé, et récompenser ainsi sa loyauté et sa fidélité durant toutes ses années.

De fait, désirons lui confier la responsabilité et la jouissance des bénéfices des terres de Lasson, sises sur notre Duché de Saint Florentin.



Renouvelons également notre désir de vous voir être le témoin héraldique de ces échanges vassaliques et nous rendrons en nostre domaine de Saint Florentin pour procéder à la dicte cérémonie dès que vous jugerez le moment opportun.

Bien à vous,

Faict à Orthez, le seizième jour du sixième mois de l'an de Grasce mil quatre cent cinquante huit.





Par notre scel, actons ce document comme valide et conforme aux règlements Héraldiques et attestons avoir été témoin de l'échange des serments vassaliques entre l'octroyant et l'octroyé.

Fait le XXe jour du mois de juin MCDLVIII sous le règne de notre souverain le Roy Levan III de Normandie.



La noblesse champenoise voit son rang s'agrandir avec la venue de la Dame de Lasson. Félicitation Dame, bienvenue en Champagne...

Elle chuchota pour elle même... Et bon courage surtout lorsque vous pénétrerez dans l'antre des lions affamés.

Aimelin a écrit:
Aime avait suivi avec attention l’annoblissement de Ptit, et sentait l’anxiété le gagner un peu plus à mesure qu’elle avançait.

L'anneau tournait machinalement entre ses doigts tandis qu'il repensait à tout ce chemin parcouru depuis qu’il avait posé les pieds en champagne. Ca lui semblait si loin, les Bel, Petitangelot, May, Shandra, Farell, Sosso, Malt… et pourtant tout était encore là, gravé dans son cœur, le moindre évènement qui avait marqué sa vie.
Si certains de ses amis champenois étaient encore là comme Malt, Kirika et quelques uns disséminés dans le royaume, d'autres étaient partis rejoindre Aristote, et il eût une pensée pour eux.
Et puis il y avait ces rencontres sur les routes, ces connaissances un peu partout dans le royaume. Et pour finir le Béarn, ces années ou s'étaient mêlés bonheur, tourments, épreuves et tensions, parsemés de fonctions comtales.

Ses yeux se perdirent au-delà de la cérémonie et c’est la présence de Cécé à ses côtés qui lui fit reposer les pieds sur terre.

Au regard de Dotch, il confia les parchemins qu'il tenait à Cécé, et s'avança presque timidement au devant de la Duchesse de Saint Florentin, évitant de regarder autour de lui, ne voulant faire un faux pas et s'étaler au beau milieu de tout ce petit monde. C'est qu'elle était impressionnante Beaux Yeux et il ne voulait pas faire de gaffes.

Il lui sourit tout en replaçant l'anneau sur son coeur dans la poche de sa chemise, et posa un genoux à terre. Son regard gris fixé dans le sien, il tendit ses mains jointes vers elle.


Dotch a écrit:
Dotch regarda son ami mettre genoux à terre sans qu'elle n'eut prononcer un mot, juste un regard avait suffit. Elle eut un petit sourire.

Aimelin te voici devant moi.

Une fois que tu auras tendu les mains vers moi paumes vers le ciel, je les prendrais.
Une fois que serment sera prêté alors tu deviendra mon vassal et je deviendrai ta protectrice.


Invitation accompagnée d'un regard tendre. Ses fines mains blanches, saisirent les mains tendues d'Aimelin

Aimelin,

Jures tu de servir loyalement, fidèlement et sans dissimuler ta Dame, la Duchesse de Saint Florentin ?

Jures tu de sauvegarder toujours la droicture de la noblesse de France ?

Prestes-tu serment sans réserve et dans l'amour et la crainte de Nostre Seigneur Aristote ?



Aimelin a écrit:
Ses mains dans celles de la Comtesse il ne lâchait pas son regard et répondit d'une voix claire.

En ce jour devant témoins, je jure de servir ma Dame, la Duchesse de Saint Florentin
Je jure de me comporter avec droiture afin de faire honneur à la noblesse de France.

je prête serment sans réserve, dans l'amour et la crainte d'Aristote qui guidera mes pas.


Il s’arrêta une seconde, se souvenant de sa promesse apres Vae, et poursuivit sans la quitter des yeux, la voix emplie de cette émotion qu'il avait du mal à contenir lorsque quelque chose le touchait de près comme aujourd'hui.

Mon bras sera le tien, mon épée sera à ton service quel que soit l’endroit où je me trouve.

Je te dois la vie, et ma vie sera tienne jusqu'à mon dernier souffle, j’en fais le serment devant tous.


Dotch a écrit:
C'est suite à ce serment que la Comtesse d'Armentières invita le jeune homme à se relever. Comme pour Cécé elle lui donna le baiser de la paix. Moment symbolique dans une cérémonie d'anoblissement. Elle prit le second écus accompagné de sa couronne. Elle porta le l'écu sur son coeur avant de le remettre à Aimelin, elle prononça quelques phrases.

Nous acceptons ton serment.

Sois sans peur face a tes ennemis, sois brave et droit pour être aimé du Très haut et de tes sujets.
N'utilises jamais la tromperie, que la vérité soit ton chemin même si elle doit te coûter la vie.

Aimelin nous te faisons en ce jour Seigneur d'Etampes Sur Marne.



Dotch lui remit son écus ainsi que sa couronne.



Par ces paroles et l’écu, nous t'accordons, à toi et ta descendance, fief, protection, justice et subsistance.

Dotch tendit une petite bourse de cuire remplie de la terre d'Etampes Sur Marne.

Voici la terre d'Etampes sur Marne, terre dont tu seras seigneur, protèges tes gens, sois bon.


Aimelin a écrit:
Aimelin se releva et accueillit le baiser de la paix avec sérénité, comme s'il se sentait protégé de tout. Il posa son regard gris sur l'écu qu'elle avait porté à son coeur avant de croiser à nouveau son regard.

Sois sans peur face a tes ennemis, sois brave et droit pour être aimé du Très haut et de tes sujets.
N'utilises jamais la tromperie, que la vérité soit ton chemin même si elle doit te coûter la vie.


sauvegardes les faibles et gardes toi du mal .... le serment des chevaliers comme lui avait appris son oncle.

Ces mots il les lui avait prononcés lorsqu'il avait quitté les terres du sud pour partir à l'aventure dans le royaume.
Dans la bouche de son amie, ils prenaient toutes leurs valeurs, et il en ferait désormais sa raison d'être... Seigneur d'Etampes Sur Marne... tout ça lui semblait n'être qu'un rêve.

Il sentit l'émotion lui prendre la gorge, lorsque Dotch lui remit l'écu et la couronne qu'il prit doucement comme s'il avait peur de les abîmer. Il posa l'écu contre son coeur et ferma les yeux une seconde pendant que son amie continuait à lui parler. Il posa la bourse qu'elle lui avait remis à côté de la couronne sur l'écu, et leva ses yeux vers Dotch.


je fais le serment de veiller sur ces terres et sur mes gens, d'être bon avec eux et de les protéger. Il inclina la tête avant de plonger dans les yeux de sa blonde amie en ajoutant, baissant à peine la voix ... je fais aussi le serment de ne jamais arrêter de déguster quelque vin en ta compagnie, pendant que nous referons le monde.

Un sourire tendre et complice à celle qui faisait partie, avec ses autres amis, de cette famille du coeur qu'il avait trouvée, et grâce à laquelle il avait souvent la force de se battre.


Maltea Wagner a écrit:
Voilà qui était fait, la cérémonie se terminerait dans quelques instants, une fois son scel apposé sur le velin qu'elle tenait à la main. Elle s'y pencha et fit couler la cire avant d'y placer son anneau.

Citation:
Par la présente nous, Maltea Wagner di Favara, Héraut de Champagne, Duchesse de Brienne et de Jaulges, Dame de Menneville, faisons acte de la demande de la duchesse Dotch de Cassel, Duchesse de Saint Florentin, Comtesse d'Armentière, Vicomtesse de Cassel, Baronne de Château-Thierry, Dame de Mathusalem quand à l'octroi de la seigneurie d’ Etampes sur Marne sise en la baronnie de Château-Thierry, à Messire Aimelin de Millelieues .

Après recherches héraldiques dument entérinées, le fief d’Etampes sur Marne est bien seigneurie vassale de la baronnie de Château-Thierry.

Après consultation d'armoriaux, les armes se référant à la dite seigneurie sont: "de gueules au lion contourné d’argent accompagné en chef à dextre d’une croisette, à senestre d’une étoile et en pointe d’un besant, le tout d’or"


Ci-joint une lettre patente de dame Dotch dûment authentifiée attestant de sa volonté d'octroi d'une seigneurie à Messire Aimelin :

Citation:
De Nous, Dotch de Cassel, Duchesse de Saint Florentin, Comtesse d'Armentière, Vicomtesse de Cassel, Baronne de Château-Thierry,
A vous, Maltea Wagner di Favara, Duchesse de Brienne , Duchesse de Jaulges, Dame de Menneville, Héraut de Champagne,

Par la présente, vous informons de notre souhait d'anoblir Mossur Aimelin Millelieues, et récompenser ainsi sa fidélité envers nostre personne, sa loyauté, son courage. Nous souhaitons pour ces raisons qui sont notres légitimer son rang.
De fait, désirons lui confier les terres d'Etampes sur Marne, sises sur notre baronnie de Château-Thierry.

Il pourra ainsi jouir de tous les bénéfices afférant au fief d'Etampes sur Marne.



Renouvelons également notre désir de vous voir être le témoin héraldique de ces échanges vassaliques et nous rendrons en nostre domaine de Saint Florentin pour procéder à la dicte cérémonie dès que vous jugerez le moment opportun.

Bien à vous,

Faict à Orthez, le seizième jour du sixième mois de l'an de Grasce mil quatre cent cinquante huit.





Par notre scel, actons ce document comme valide et conforme aux règlements Héraldiques et attestons avoir été témoin de l'échange des serments vassaliques entre l'octroyant et l'octroyé.

Fait le XXe jour du mois de juin MCDLVIII sous le règne de notre souverain le Roy Levan III de Normandie.




Félicitation au nouveau seigneur, et comme pour ton amie, tu es invité à te présenter au ban champenois.

Elle se pencha à son oreille et lui murmura: j'aurais bien besoin d'allié là bas afin de faire avancer les choses. Elle lui décocha un sourire avant de ranger son attirail de Héraut.


Aimelin a écrit:
Félicitation au nouveau seigneur, et comme pour ton amie, tu es invité à te présenter au ban champenois.

Aime prit le parchemin que lui tendait Malt et lui décocha un beau sourire qui s'accentua lorsqu'elle lui murmura à l'oreille. Comme ça allait lui faire drôle d'aller rencontrer la noblesse champenoise, cette noblesse qu'il craignait lorsqu'il n'était qu'un jeune champenois ignorant de bien des choses.

nous irons rapidement c'est promis, cela nous fera une petite promenade de santé votre Grâce.

Il lui adressa un sourire entendu et jeta un regard complice vers Dance avant de se tourner vers sa Suzeraine.

Merci de cet honneur que tu nous a fais par ta confiance.

Dotch a écrit:
Dotch sourit aux paroles d'Aimelin.

C'est un honneur pour moi de vous avoir tous les deux comme vassaux. Et puis si je ne vous appréciais pas je ne l'aurai pas fait. J'aimerai pouvoir voir la tête de quelques béarnais, lorsque vous porterez votre écus.

Vous allez pouvoir vous donner à l'art des joutes, j'aime bien regarder, je trouve ça relativement très distrayant.


Un nouveau sourire s'afficha sur le visage de la Comtesse, elle était tout simplement heureuse de les voir si fiers, si heureux.

Maltéa, avez vous besoin d'autres signatures, ou bien tout est en règle ?

Vous occupez vous de faire enregistrer à la hérauderie les actes ?


La Duchesse toussa un coup, main portée à sa bouche.

A force de parler, j'ai la gorge bien sèche. Je vous propose qu'on aille boire une collation dans les salons, au frais. Au moins que vous ne préfériez que nous prenions ce verre de l'amitié dans les jardins ?

Aimelin a écrit:
Aime sourit en pensant à certaines béarnaises tres mal intentionnées et certes tres mal éduquées également. Il était certain que la mégère épouse d'un être bouffonnien allait déblatérer sans relâche à imaginer comment celui qu'elle haissait même en dormant avait pu obtenir titre. Dejà que ses sous entendus sur le jeune ébouriffé qui à ses dires avait si bien manipulé les coms Vanyel et Gnia, par des manoeuvres dont elle disait se douter, pour placer sa blonde Dance, ou se faire protéger étaient déjà lourds de sous entendus mais là, elle allait s'en donner à coeur joie. Frustration maledentesque lorsque tu nous tiens...

Quel tombeur ce Aimelin à mettre toutes les femmes dans son lit, vraiment il était flatté qu'on lui prète tant de talents alors que c'était sans doute le plus sage ébouriffé que le royaume ai pu compter depuis que l'ex diaconesse infidèle lui avait brisé le coeur en mille morceaux.

Il regarda ses amies puis Dotch avec un sourire malicieux.


Moi j'irai où bon vous semble

dancetaria a écrit:
Elle était fière d'être là, d'assister à une cérémonie qui représentait beaucoup de choses, symboliquement.
Elle souriait de voir Aimelin stressé, elle pensait qu'il serait plus à l'aise qu'elle en de telles circonstances, visiblement non.
Elle était si contente pour ses amis, elle savait que Dotch ne pouvait pas avoir de meilleurs vassaux que ces deux là. Elle se demandait comment la nouvelle allait être amenée en Béarn. Pour sûr, on médisera encore, et encore, puisque le Béarn, enfin les personnes qui s"y pensent tellement indispensables, ne savaient faire que ça.

La cérémonie prenait fin. Aimelin avait joué avec l'alliance, elle la regardait, glisser entre ses doigts. La blonde avait elle aussi une alliance, accrochée à une chaîne, mais elle était dissimulée par le haut de sa robe. Elle la gardait, bien précieusement.
Enfin, elle s'approcha doucement de l'ensemble. Elle entendit des mots comme "collation", ce qui ne lui déplaisait point. Arrivée derrière Cécé et Aimelin, elle dit, d'une voix basse


Dame de Lasson, Seigneur d'Etampes Sur Marne, c'est un honneur de vous voir ici.

Alors qu'ils tournaient la tête vers elle, elle fit une de ses plus belles révérences, sourire taquin aux lèvres. Elle était heureuse.

Aimelin a écrit:
Dame de Lasson, Seigneur d'Etampes Sur Marne, c'est un honneur de vous voir ici.

Le jeune homme se tourna vers cette voix qu'il connaissait tant et un sourire s'afficha sur son visage tandis qu'il s'inclinait devant Dance.

Dame de Sévignacq quelle joie de vous voir, vous êtes magnifique dans cette robe.

Petit clin d'oeil complice avant de déposer un baiser qui s'attarda sur sa joue en lui murmurant... te voir ici fait mon bonheur et rend cette journée encore plus belle.

Puis il recula d'un pas ayant un peu de mal à détacher son regard de ce visage qui lui manquait à chaque fois qu'ils étaient séparés. Pendant que Ptit saluait la blondinette il regardait d'un air rêveur son blason à l'emblême d'un lion.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:33 (2018)    Sujet du message: 1458-06-20 - Un moment qui ne s'oublie pas... anoblissement de Cécé et Aimelin

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> Histoires de Famille Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image