Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
1458-10-14 ~ Lavardin - le campement : discussion autour du feu

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1457 et 1458 ~
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Lun 20 Déc - 14:31 (2010)    Sujet du message: 1458-10-14 ~ Lavardin - le campement : discussion autour du feu Répondre en citant

Campement des vassaux de Dotch de Cassel... et de ceux qui les accompagnent

Aimelin a écrit:


[Campement, endroit choisi pour opération tentes]


Cette fois ci ce n’était pas la blonde Cécé qui l’avait envoyé monter les tentes comme au domaine d'Alluyes à la Maison d'Amahir .
Arrivé avec Auda, sans savoir où étaient ses amies, il avait choisi l’emplacement, tout seul, comme un grand qu’il était.


Humm là c’est parfait non ? en plus je vois l’étendard de son infâme non loin, alors ça sera parfait, les autres nous trouverons bien.

Toujours aussi habile de ses menottes, et avec l’aide de sa brune amie soldat, il devait s’activer à trouver le bon sens, les bons piquets et se débrouiller pour ne pas finir enseveli sous la toile, tel était son défi du moment.

Chevaux installés sous un arbre, il regarda Altaïr machouiller l'herbe avec une certaine envie. Un coin d'ombre pour la sieste, un peu de nourriture, de l'eau et l'étalon était heureux.
Il tourna les siens de talons et se dirigea perplexe vers les tentes... du moins ce qui dans quelques moments serait sensé ressembler à des tentes si Aristote ne se montrait pas trop margoulin avec lui, et lui donnait un coup de pouce. Regard vers Auda avec un petit sourire.


Bon et bien je me lance et si tu veux m’aider à ne pas tout prendre sur la tête, surtout ne te gênes pas fais comme chez toi.

Petite révérence comique avant de se jeter dans la bataille des tentes.
Si d'autres laissaient leurs gens faire ce travail, lui ça l’amusait quand même un peu de monter un campement. Il s'était promis d'emmener Erernest pour lui servir d'Ecuyer, mais il ne le voyait pas arriver, malgré que celui-ci ai promis de les rejoindre.
De là à ce que le garde prévôté se soit perdu en chemin, c'était fort probable, et vu son léger problème d'élocution, il était encore moins probable que l'on arrive à le renseigner.

Le jeune lieutenant avait accepté d'être le vassal de la Duchesse de Saint Florentin, tout d'abord parce que Dotch était avant tout une amie tres chère à son coeur, et puis c’était une grande Dame et elle lui avait sauvé la vie apres ce terrible matin d’août 57 où Dance l’avait ramené en piteux état à la tente médicale apres la bataille.

Mais il ne voulait pas être un noble potiche qui donne des ordres en ne sachant rien faire de ses dix doigts. Aristote l’avait pourvu de mains, de doigts et d’une cervelle par la même occasion, alors il comptait bien se servir de tout ce potentiel pour faire que sa vie ne soit pas juste une vague contemplation du monde.

Et pour se donner du cœur à l’ouvrage, il chantonna la contine qu’il chantait avec Bel lorsqu’ils étaient sur les routes pendant la chasse à Torras.


Vous viendrez à la fenêtre à la minuit
Quand mon père dormira j'ouvrirai sans bruit.
Trop penser me font amours dormir ne puis
Si je ne vois mes amours toutes les nuits



Un petit moment apres ...


non d'une none endimanchée mais l'est où ce piquet ... vais pas tenir ça pendant toutes les joutes. Son regard gris balayait les objets divers se trouvant à ses pieds quand un sourire s'afficha... ah te voila pas la peine de te cacher tu vas aller rejoindre tes compagnons tu crois pas que t'es là pour la farniente allez oust au boulot !

Dernier piquet monté, bâche en place, il s'assura que la tente résisterait et qu'il ne la recevrait pas sur la tête durant son sommeil. Satisfait il sortit et regarda son oeuvre. Deux tentes montées et pas de blessés de guerre. Quelle belle idée avait eu leur Suzeraine de faire transporter le matériel de campement par ses hommes. Regard vers deux autres tas de toile et piquet.

Sous l'oeil intrigué d'Altaïr le jeune Seigneur entreprit de dresser la tente où seraient entreposés les protections chevaux et tout le nécessaire pour le tournoi. Piquets plantés en terre, toile posée et accrochée solidement, la tente était prête à servir.

Aime apporta la petite touche finale, la cerise sur le gâteau, le chapeau sur la tête du curé. Il avait confectionné des oriflammes pour son amie Ptit et pour lui, et il les laissa flotter au vent les regardant en souriant.




Si d’autres les rejoignaient, ils pourraient ajouter les leurs. Maintenant que tout ça c’était fait, il allait pouvoir enfin profiter des lieux.
Il se dirigea vers un tronc d'arbre à l'ombre pour s'y asseoir, se frottant le front de sa manche.


Quelle aventure, j'suis bien content d'êt'venu.**




___________
** Les enfants du marais



Auda a écrit:
Une fois rentrés dans le domaine pas le temps de se reposer... Et oui, il faut à présent trouver un emplacement. Auda laisse faire Aime, non pas parce que c'est l'homme mais car il a déjà participé à des joutes. Et peut être y a t-il des règles à respecter... Elle jeune femme n'en sait rien.

Humm là c’est parfait non ? en plus je vois l’étendard de son infâme non loin, alors ça sera parfait, les autres nous trouverons bien.

Qui est l'infâme? Elle jette un œil aux alentours mais voit tout plein d'étendard. Elle demandera à Aime plus tard. Felaròf semble fatigué mais l'herbe environnante à l'air de lui convenir. Elle sourit à son cheval tout en le caressant et en lui parlant à l'oreille. Caresse également à Altaïr qui semble en vouloir aussi.

Vous allez être bien ici.

Bon et bien je me lance et si tu veux m’aider à ne pas tout prendre sur la tête, surtout ne te gênes pas fais comme chez toi.

Elle attrape un piquet et le tend à ce dernier mais non... C'est pas le bon. Elle cherche et fini pas trouver ce fameux piquet.... Aime lui en redemande d'autre. La jeune femme sourit et s'exécute avec amusement. C'est bien la première fois qu'elle monte une tente... Plus habituée à dormir dans une maison ou sans toit ni toile au dessus d'elle. Pendant qu'Aime s'occupe des piquets la jeune femme le regarde avec ce regard qu'Aime connaissait bien. Ces joutes tombaient à pique. Auda était heureuse de pouvoir passer du temps seule, enfin presque, avec Aime. Elle avait besoin qu'on lui change les idées.

non d'une none endimanchée mais l'est où ce piquet ... vais pas tenir ça pendant toutes les joutes.

La jeune femme se met à rire. Il avait pourtant fière allure ainsi mais voilà déjà trouvé le bon piquet... Dommage.

Pourtant tu aurais du... Je te trouvais très bien ainsi.


Voilà déjà que la fin du montage est arrivé même celles des chevaux sont montés. Auda s'approche d'Aime et lui sourit tout en posant sa main sur son épaule.

Tu es un vrai chef dans le montage de tente. Tu as d'autres talents?

La jeune femme s'assoit par terre contre un arbre pendant que le jeune seigneur accroche les oriflammes. Elle a soudain une drôle d'impression... Elle regarde autour d'elle et voit tout ces blasons... Elle se sent d'un coup toute petite. Secouant sa tête pour évacuer cette idée, elle sourit pour faire mine de rien.

Aimelin a écrit:
Petit regard autour de lui avant de se lever pour aller chercher une gourde posée dans l’herbe pres de la selle d’Ataïr. Son oncle lui disait toujours, apres l’effort le réconfort. Il existait bien sûr plusieurs sortes de réconfort, mais celui-ci était celui disponible à cet instant et en ce lieux.

Il vint rejoindre Auda et se laissa tomber à côté d’elle puis lui tendit la gourde.


Un petit remontant ? c’est un peu de calva d’un des tonneaux que m’avait donnés ma petite Lily. Il est fameux et j’en ai toujours une gourde quand je voyage.

Puis regardant le barda posé à côté des tentes.

Il y a du vin et de l’eau aussi. Bien que l’eau, trop en boire favorise le dépôt de rouille. Il avait dit ça sans sourciller malgré son envie de rire. Il hésita quelques secondes avant de répondre à sa question.

Hum oui j’ai d’autres talents petit clin d’œil à la jeune femme avant d’ajouter … et quelques défauts ajoutés pour ne pas être parfait bien sûr.

Il la trouvait un peu pensive, mais peut être était ce simplement la fatigue du voyage, car il est vrai qu’ils avaient dû quand même parcourir pas mal de lieues jusqu’au Lavardin. Et puis ça faisait pas mal de temps qu’il ne s’étaient vu tout les deux, et perdu dans ses malheurs, il en avait oublié de prendre nouvelles de pas mal de personnes, ce à quoi il comptait remédier assez rapidement.

Quelque chose ne va pas ? tu sembles préoccupée.
Tu es déjà venue dans cette région auparavant ?



Auda a écrit:
Aime s'assit enfin s'écroula à côté d'Auda tout en lui faisant une proposition qu'elle ne pouvait refuser...Comment aurait-elle pu dire non à du Calva? Elle espérait toutefois que celui-ci n'était pas trop fort. Ce n'était pas le moment d'avoir mal aux cheveux. Et puis Auda avait tendance à dire un peu trop de chose lorsqu'elle avait bu. Et tout le monde sait que tout n'est pas forcement bon à dire... ou à avouer.

Je pense que je vais opter pour le calva... Le vin ça tâche et je préfère laisse l'eau pour les chevaux.

Elle lui sourit tout en lui faisant à son tour un clin d’œil.

Peut être un jour verrais-je tes autres talents… Je vais déjà te voir jouter. C’est déjà bien pour le moment. Quand à tes défauts si tu en as… ils sont compensés par tes qualités… Un ami m’a dit un jour… "Pour l'amour d'une rose, le jardinier est le serviteur de mille épines."

Elle s’arrêta et regarda à nouveau l’oriflamme voler avec le vent… Quel magnifique spectacle. Si seulement ses fils étaient là… Ils auraient adorés voir tout ses blasons. Il faut dire qu’Auda en dessinait souvent depuis quelques temps.

Tout va bien… Enfin… J’espère que Thorgane et Naël seront sage avec Prophétie. Quand je ne suis pas là ils ont légèrement tendance à être dissipé.

Elle le regarda et voyait qu’il n’allait pas la croire aussi facilement. Elle avait du mal à cacher quand quelque chose la tracassé. Comment lui dire ? Comment aborder ce sentiment de mal être qu’elle avait depuis si longtemps déjà. Déjà il fallait lui répondre…

Pour répondre à ta question. Je suis déjà venu en Touraine… Ici même après être tombée à Vendôme, le Duc nous a soigné Feignant, Nicolboss et moi. Je lui doit la vie.

Elle le regarda avec un air sérieux… un regard qu’Auda n’avait pas souvent… Voir jamais.

Je… Je ne sais plus trop ou j’en suis… Je suis perdue ces temps-ci. Je… Profonde respiration… Mais je ne vais pas t’embêter avec ça.

Elle détourna son regard de celui d'Aime car ses yeux gris ... pfffiouuu ... trop dur de les regarder trop longtemps.

Aimelin a écrit:
Aime avait failli oublier qu’Auda avait ses enfants. Tant de choses s’étaient passés depuis l’été 56 qu’il avait l’impression parfois d’en avoir perdu une partie de sa cervelle.
Mais autre chose chagrinait son amie il en était pratiquement certain. Peut être se sentait elle pas trop à l’aise en ce lieux, entourée de nobles, mais lui s’il ne le montrait pas n’était pas spécialement plus à l’aise qu’elle. Ce monde lui était inconnu. Il en découvrait des facettes qu'il aimait et d'autres non. Mais il en était de même dans les simples gens. Le monde était ainsi fait de sans cervelles et de gens intéressants.
Il écoutait Auda tout en regardant devant lui, s'amusant à faire jouer entre ses doigts une brindille de bois mort qu'il avait ramassée à ses pieds.


Pour répondre à ta question. Je suis déjà venu en Touraine… Ici même après être tombée à Vendôme, le Duc nous a soigné Feignant, Nicolboss et moi. Je lui doit la vie.

Il tourna son visage vers elle et par la même occasion son regard parce que sinon c'est que le pauvre gars aurait eu un sacré handicap.

Nicolboss... il prononça son nom à mi voix. Ce nom faisait ressurgir tant de souvenirs de Champagne, et notamment l'élection de la rosière à Saint Ménéhould lorsque Mag, présidente du CDF l'avait nommé président du jury et qu'il avait choisi son pote, Loup comme lui, en tant que membre du jury. Le concours avait été animé telle la bataille de compiègne à son deuxième jour, Maltea ayant apporté quelques munitions, et le jeune homme ne pouvait s'empêcher de penser à ces jours avec un sourire. De savoureux moments qu'il n'était pas prêt d'oublier.

je ne me souviens pas que tu m'en aies parlé...
as tu contacté le Duc ? sans doute serait il heureux de te voir ou avoir de tes nouvelles.
Je me souviens de Vendôme, Mel m'en a souvent parlé.


Petitangelot... comme elle lui manquait elle aussi, même s'il se souvenait de chacun de ses conseils. Aujourd'hui il était sûr qu'il fallait qu'il retourne en Champagne, retrouver quelques morceaux de sa vie, son moulin, l'endroit où reposaient May et les enfants, et puis peut être quelques connaissances. Ne serait ce que quelques jours, mais fouler à nouveau le sol champenois.

Je… Je ne sais plus trop ou j’en suis… Je suis perdue ces temps-ci. Je…
..... Mais je ne vais pas t’embêter avec ça.


C'est sur ces mots qu'il remarqua son regard et son air préoccupé. Petit froncement de sourcils.

Vas tu cesser de dire de telles idioties. Depuis quand tu m'embêtes avec tes discussions.

Sa voix était resté douce mais ferme. Pourquoi s'énervait il soudainement alors qu'il aurait aimé plutot la rassurer. Sans doute que les malheurs qui l'avaient touchés ces derniers mois l'avaient endurci, mais il avait eu des amies pour l'écouter et l'aider, et il se sentirait le dernier des derniers, s'il n'était pas là en retour pour elles.
Il laissa sa voix se calmer et retrouver son calme.


Tu sais bien que tu peux me parler. Je n'ai peut être pas toujours les bonnes réponses mais je progresse.

Il laissa un sourire éclairer un peu son visage et attrapa la gourde pour boire une gorgée de calva avant de la tendre à Auda et de dire d'une voix sereine.

Allez y mon enfant, je vous écoute.


Auda a écrit:
[Petite discussion au coin du feu... mais sans feu]


Elle le regarde en souriant... Aristote... Pourquoi me fait tu endurer tout ça? Que-t-ai-je fait? Lorsqu'il lui parle de Calva, la jeune femme sourit. Elle aimerait bien qu'il lui parle d'autre chose... d'eux par exemple. Eux... Combien de fois, elle y avait pensé? Combien de fois, elle avait eu mal... Mais avait subit en se disant que peut être un jour ils pourraient vivre quelque chose... La mariage? Non surement pas, la jeune femme s'était toujours promis de ne pas être attaché par un simple anneaux à quiconque. Elle avait vu ses parents se déchirer et ne voulait en aucun cas vivre ça encore une fois.

Oui enfin en gros. Tu vois quand je pense à Quasi je me dis que quelque part je ne regrette rien. Elle m’a trompé et j’ai passé de sales moments mais au fond de moi je me dis que j’ai vécu de belles choses avec elle et que si nous sommes restés amis c’est qu’Aristote me réserve encore de belles rencontres.

Elle se rappelait de ces moments, elle l'avait vu souffrir sans rien pouvoir faire... Enfin pas suffisamment pour lui permettre de sourire à nouveau... Quasi et l'écossais... Pfff Elle n'avait vraiment aucun goût et ne comprendrait surement jamais pourquoi elle avait fait ça.

Ils avaient tout deux perdu des amours... Et c'est peut être pour ça qu'Auda aimait être avec Aimelin. Il la comprenait et savait trouver les mots pour la faire sourire, pour lui faire du bien.

Elle aimerait lui dire tout ce qu'elle ressentait au fond elle mais après tout elle ne lui apprendrait rien. Car elle savait qu'il était au courant. Comment ne pas l'être? La discrétion n'était vraiment pas le fort de la jeune soldat... Facto Non Verba... C'était sa devise mais face à cet homme... elle perdait toute signification... Et ne pouvait que le regarder, lui sourire et ... espérer.

Elle avait cru comprendre qu'il avait changé depuis la mort de Dance... mais n'avait pas su en quoi... Et hésitait à lui demander. Elle ne s'imaginait pas lui dire... "Eh ... Paraît que tu as changé... Mais en quoi?" ça aurait été pathétique.


Parfois moi aussi je me dis que je dois être puni... Mais je ne sais pas ce que j'ai pu faire pour souffrir autant et ne pas pouvoir t'a...

Elle s'arreta de parler lorsqu'il passa son bras autour d'elle. Un frisson parcourra son corps. Un frisson de bien être... Elle posa sa tête sur son épaule et souriait niaisement... Oui Oui... Heureusement qu'il ne pouvait pas la voir sourire ainsi.

Fais comme moi, profites, prends et donnes. Vis l’instant en profitant d’un moment qui s’offre à toi et ne promets rien, juste le présent.

Profites... Profites... Ce mot résonna dans sa tête. Elle leva légèrement la tête afin de pouvoir plonger son regard dans le sien.

Profiter juste du présent? regard autour d'elle avant de le regarder à nouveau droit dans les yeux. Profiter de nous deux?

Le coeur de la jeune femme fit un bon dans sa poitrine... Elle cru même qu'il allait s'arrêter.


Aimelin a écrit:
[Petite discussion au coin du feu... mais sans feu]


Ben voila c'était lancé et maintenant l'ébouriffé tu vas assumer tes propos. Il resta quelques secondes silencieux lorsque Auda lui posa la question fatidique.

mm profiter de nous deux ? pourquoi pas.

Mais pourquoi disait il des trucs pareils. L'air du Lavardin commençait sans doute à lui monter à la tête.
L'air pur, le froid, le changement de climat, les oriflammes flottant au vent, tout ça avait dû le rendre quelque peu fébrile, il ne voyait pas d'autre causes à ces mots qu'il venait de prononcer.

Il avait promis à quelques personnes, enfin plus exactement quelques femmes tant qu'à faire, de passer les voir durant les semaines à venir, et il s'était dit qu'il ne rechignerait surement pas devant des aventures, même sans lendemain, tant qu'on ne lui demandait pas d'engagements.
Et voila qu'il proposait à l'une de ses amies de devenir son amante, en termes détournés. Mais Auda voulait dire Mikiss dans son entourage, et Mikiss voulait dire Faster. Nom d'un bourrin à cornes, rien que la pensée de ce dernier nom lui donna la nausée. Il allait devoir jouer discret avec Auda au risque de finir en carpette pour auberge, sur laquelle Mikiss se ferait un plaisir d'essuyer ses chausses.

Il se racla la gorge et se lança. Il devait dire qu'il ne recherchait rien de sérieux qui mènerait au mariage et qu'il se laisserait tenter si le cœur lui en disait. Il avait décidé de se venger de cette vie qui l'avait enfermé dans des couples pour mieux le briser.


il faut que tu saches que .. je n'ai nulle envie d'engagement et que mon cœur est fermé.
Dance l'a emporté avec elle.


Il la regarda et sentit une sueur froide en croisant son regard.

tu es tres belle mais tu es surtout mon amie et jamais je ne jouerai avec toi. Je tiens trop à toi.
Si tu acceptes le fait que nous puissions avoir une relation sans rien attendre de plus que nos moments plus ou moins tendres selon le lieux ou le moment... alors oui, ça veut dire aussi profiter de nous deux


Pour s'être lancé, il s'était lancé le bougre. La mort de Dance l'avait changé dans sa façon de faire, même si au fond de lui il était toujours le même. Ne pas s'attacher pour ne pas souffrir et vivre pleinement la vie qu'il avait encore à vivre et advienne que pourra.

Il fixa Auda, se demandant quelle allait être sa réponse. Une giffle, un reproche, un rire, il ne savait pas trop, mais tout ce qu'il espérait c'est qu'il n'avait pas gâché cette amitié en parlant avec son cœur.

Auda a écrit:
[Petite discussion au coin du feu... mais sans feu]


Elle le regarda tout en réfléchissant... Enfin assimilant plutôt tout ce qu'il venait de lui dire... Profitez l'un de l'autre... Sans engagement aucun... Tout ceci aurait dû choquer la jeune femme et pourtant... Elle avait eu des amours certes, mais avait eu une jeunesse plus que mouvementé. Elle comprenait ce que ressentait Aime et son envie de changer... de ne plus être lié.

Elle posa une de ses mains sur celle du jeune homme. Était-il vraiment sûr de vouloir vivre une histoire ? Enfin des moments tendres avec elle. Elle tourna la tête et regarda une oriflamme flotter. Elle avait un petit sourire et avait l'impression d'être en plein rêve. Attrapant une brindille, elle fit un dessin au sol... Que pouvait-il penser de l'attente de la jeune femme ? Mais bon elle en avait besoin. Oui, besoin de réfléchir.

Tout en regardant son dessin, elle prit une profonde respiration et se lança dans une réponse enfin ce qui pouvait y ressembler.


Je crois qu'on se ressemble bien plus qu'on ne le croit tournant la tête vers Aime Je ne veux pas m'engager. J'ai trop souffert et ne veut pas revivre ça mais...

Elle plongea son regard dans le sien et lui sourit... Son cœur avait repris un rythme a peu prés correct... enfin autant qu'il le pouvait dans de tel circonstance.

Tu accepteras également que je vive d'autres histoires?

Elle lâcha la brindille qu'elle avait toujours à la main et caressa la joue de son... amant. Oui, un amant et ami. C'était peut-être ce qui pouvait être le mieux pour les deux jeunes gens. Approchant son visage du sien, elle y déposa un léger et doux baiser avant de se reculer et de lui sourire.

Côté réponse, elle ne pouvait pas faire mieux... Enfin pas mieux en ce lieu. Il fallait quand même rester correcte.


Aimelin a écrit:
Les mirettes grises du jeune homme ne lâchèrent pas celles d'Auda avant de suivre les moindres de ses mouvements. Son sourire ne lui échappa point et il attendait. Mais que diable avait elle à dessiner sur le sol pendant qu'il était là, se demandant si ce calme était l'annonce d'une tempête comme souvent chez les femmes.
Il pencha la tête sur le côté, en regardant le dessin sur le sol essayant d'y deviner peut être une réponse et leva les yeux pour croiser à nouveau le regard de son amie.

Un petit soulagement à son désir de ne pas s'engager, et une question certes banale mais à laquelle il avait déjà pensé avant de prendre la décision de vivre de ce que lui offriraient les femmes.


Je serai bien malhonnête de ne pas l'accepter quand moi-même me conduirais sans doute pareillement

Il n'allait pas lui dire qu'il avait vécu pareille histoire avec Cécé avant de ne pouvoir détacher son cœur et son regarde de Dance. Petit sourire qui accompagna sa réponse. La main qui caressait sa joue lui fit presque fermer les yeux. Ne pas penser aux gestes de Dance. Elle veut que je vive et je n'ai que cette solution. La douceur des lèvres de la jeune femme sur les siennes lui fit ressentir un doux frisson qu'il n'avait plus ressenti depuis… tant de temps.

Sourire, en la regardant d'un air taquin.


dois je en conclure que tu partages ma demande ?

Un petit regard aux personnes qui s'affairaient sans vraiment faire attention à eux avant de se pencher vers Auda et de lui rendre son baiser, en insistant un peu plus afin de lui confirmer le fait. Il jeta un œil à l'une des tentes qu'il avait monté et murmura à l'oreille de la jeune femme.

Si je te dis que j'aimerais commencer l'ébauche de notre contrat maintenant…
la journée est bien avancée j'ai bien le temps d'aller voir contre qui je joute. Aurais tu du temps à nous accorder ?


Il y allait fortement par moment l'ébouriffé, mais sa témérité était encouragée par le fait qu'il s'adressait à son amante.. où du moins à quelqu'un en passe de le devenir dans un futur tres proche. Et puis il lui fallait profiter qu'il était décidé à enfin vivre ce qu'il désirait. A trop réfléchir parfois l'on change d'avis et on le regrette un jour.


Auda a écrit:
Fermer les yeux et se laisser aller. Juste savourer lorsqu'à son tour, il pose ses lèvres contre les siennes. Elle plonge son regard dans le sien. Elle lui sourit et l'écoute... Sa proposition est plus qu'intéressante. Il doit savoir qu'elle en a envie mais elle aime jouer. Et puis après tout, leur histoire doit rester un jeu, toujours s'amuser, se chercher. Oui elle aime ça... Elle se lève lorsqu'il a fini et lui tourne le dos.

Tu oses me proposer de...

Elle meurt d'envie de rire... Comment ne pas se retourner et se jeter sur lui ici même, maintenant sans plus attendre. Bon peut être que c'est les gens autour qu'il en empêche. Cela ne serait pas le cas s'ils étaient quelque part seul dans un champs ou chez l'un d'eux. Elle regarde la tente et n'a qu'une envie... courir et y entrer. Elle l'imagine la rejoindre et ... tout ce qui se passera ensuite. Mais elle n'a pas fini de jouer... Le faire marcher encore... un peu plus.

Je suis...

Elle se retourne et le regarde... Elle secoua la tête tout en essayant de dissimuler son sourire mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Son envie est de plus en plus forte. Son cœur s'accélère à nouveau, des frissons lui parcourent le corps. Elle connaît ses sensations... Une pulsion incontrôlable... sentir le corps d'Aime contre le sien.

déçue que tu me le proposes et ne m'y amène pas de toi même.

Elle se penche pour lui déposer un baiser puis lui sourit tout en lui tendant la main pour l'inviter à se lever... Soudain une question stupide lui traverse l'esprit...


A moins que tu es changé d'avis? sourire coquin Mais si c'est le cas... croit moi que j'ai des arguments pour te convaincre.


Aimelin a écrit:
[Petite discussion au coin du feu... mais sans feu.. ]


Tu oses me proposer de...

S'il avait bien profité qu'elle se soit levée et lui ai tourné le dos, pour la suivre du regard, en laissant au passage courir ses yeux sur ses courbes là où il fallait, il haussa les sourcils, laissant remonter son regard. A trop regarder certaines choses on finit par en perdre le fil de ses idées.

L'aurait il choquée ?

Il la dévisagea lorsqu'elle se retourna et la lut. Que nenni elle se jouait de lui. Son amie était joueuse et il en fût soulagée. Les jeux de l'amour sont bien plus agréables lorsqu'ils sont pimentés et il décida d'entrer dans la danse, un petit air innocent venant s'afficher sur son visage, celui qu'il savait tant prendre lorsqu'il voulait faire passer des vipères pour des couleuvres.

déçue que tu me le proposes et ne m'y amène pas de toi même.
t'y amener moi-même ?

Il savoura le baiser, prit la main qu'elle lui tendait et la fixa avec un petit sourire.. mmm et bien … je ne voulais point choquer la femme que tu es en la trainant de force dans l'antre du dragon.

Sans lâcher sa main ni la quitter des yeux, il la contourna pour se placer derrière elle le plus près possible. Fichtre, il était peut être dangeureux d'approcher l'ennemi de si près. Son parfum, la chaleur de ce corps qu'il essayait de ne pas trop deviner pour garder le plaisir de la découverte… il respira un bon coup.

Des arguments, voila qui était intéressant et le jeune homme ne demandait pas mieux que de juger les dits arguments. Il écarta doucement les cheveux de son amie et vint poser ses lèvres dans son cou avant de remonter jusqu'à son oreille pour lui murmurer.

changer d'avis..

Il fallait être fichtrement doué pour dire à une femme qu'elle nous était indifférente lorsque des idées pas tres aristotéliciennes nous traversaient l'esprit. Et puis il était un fait, c'est qu'il ne pourrait pas lui mentir bien longtemps.
Il essaya donc de noyer le poisson, si temps soit peu l'opération était réalisable un poisson ne se laissant pas facilement noyer. Heureusement d'ailleurs, sinon les lacs et rivières regorgeraient de ces bestioles mortes.


.. il me faudrait être fou… mais j'ai hâte de connaître tes arguments



Auda a écrit:
[Petite discussion au coin du feu... mais sans feu.. ]


mmm et bien … je ne voulais point choquer la femme que tu es en la trainant de force dans l'antre du dragon.

La choquer? Il en fallait plus que ça pour la choquer. D'ailleurs, il n'y avait rien qu'Aime pouvait dire ou faire qui aurait pu la choquer. Elle lui sourit puis ferme les yeux lorsqu'elle le sentit se serrer contre elle. Soudain elle eut un frisson en sentant son souffle dans son cou... Il avait du le sentir mais dieux comme c'était bon. Si Aristote pouvait savoir ce à quoi elle pensait... C'est sûr qu'elle devrait aller se confesser... Mais bon il ne pouvait être au courant... Puis après tout le partage est un geste aristotélicien, elle allait juste partager son corps. Elle pencha sa tête contre son épaule et l'écouta lui murmurer.

.. il me faudrait être fou… mais j'ai hâte de connaître tes arguments

Fou? Ils devaient l'être un peu tout les deux. Enfin c'est ce que penserait les gens s'ils venaient à les savoir... libertins. Elle n'en avait que faire. Elle attrapa les mains d'Aime et les plaça sur son corps... Regardant si personne ne les regardait. Les voyeurs, elle n'aimait pas ça.

Je vais te confier quelque chose...

Elle se tourna et le regarda droit dans les yeux tout en passant ses mains sur son torse. Elle avait toujours eu envie de lui faire... Enfin quand il n'aurait plus sa chemise cela serait encore mieux. Oui, bien mieux. Elle l'attrapa par la main et l'amena dans la tente...

J'ai envie de ... toi.

Elle eut un sourire coquin. Un petit sourire qui en disait long. Elle passa ses bras autour de son cou tout en se serrant contre lui. Elle frôla ses lèvres... Mais s'arrêta là. Toujours l'envie de jouer avec lui. Elle recula donc sa tête et lui sourit. Cependant, elle ne pouvait pas résister plus longtemps à l'attirance qu'elle éprouvait. Elle l'embrassa puis prit d'une pulsion soudaine, elle se frotta légèrement contre lui... Que lui arrivait-il? Elle n'avait jamais eu de telle envie, si forte et si incontrôlable. Peut être le refoulement de tout ces envies depuis si longtemps... Qu'allait-il penser?

Aimelin a écrit:
[Quand la discussion n'a plus lieu d'être ]


Il avait affiché un regard curieux lorsqu'elle s'était tournée face à lui. Un coup d'oeil autour d'eux pour ne voir que l'agitation normale d'un camp de joutes et puis elle l'avait entrainé sous la tente.

Un regard vers elle en rabattant les pans et elle l'avait déja enlacé lui faisant à nouveau goûter à ses lèvres d'ailleurs fort délicieuses, mais surtout à la proximité de ce corps dont la chaleur parvenait jusqu'à l'ébouriffé et l'empêchait de réfléchir calmement. Par aristote, ça n'était plus la peine de lutter, et de toute façon ils étaient maintenant à l'abri des regards. Il fallait juste espérer que personne n'entrerait sous la tente, de peur d'en perdre la vue.

Il répondit à son murmure.


envie réciproque belle brune

Tout en laissant ses mirettes grises plantées dans celles de la jeune femme, il commença doucement à lui dégrafer les boutons de son vêtement qu'il trouvait bien trop gênant à son gout. Une épaule dénudée, bouche qui se posa dessus, l'autre épaule, autre baiser avant de laisser son souffle courir sur sa gorge et remonter jusqu'aux lèvres de son amante.

je crois que les mots sont inutiles

Ses gestes se firent hésitants, comme souvent les premières fois où l'on découvrait l'autre, hésitant et retenant la folle envie qui nous dévoraient afin de ne pas brusquer trop les choses. Puis ses gestes se firent plus sûr, frôlant les tissus qui rapidement abandonnèrent leur rôle de protecteurs pour choir à terre aux pieds de la belle.

Regard brillant et complice qui caressa ses courbes, promesses d'un paradis à portée de sa main. Avait il désiré cet instant ? oui sans doute bien des fois, comme il le désirait avec d'autres. Des gestes retenus, des envies restées closes de par les convenances, des moments que maintenant il vivrait sans scrupules. La liberté d'aimer sans contrainte, la liberté de choisir celle qui occuperait ses bras, avant que peut être un jour son coeur ne le décide à ne vivre que pour une seule à nouveau, mais pas tout de suite, plus tard, lorsqu'il aurait fait la paix avec ce passé qui venait l'obséder bien trop souvent.

Doucement il l'entraîna vers la couche à l'autre bout de la tente, virevoltant doucement, ne cessant de goûter encore et toujours à la douceur de ses lèvres, laissant la folle danse de leurs langues exprimer leurs envies et affoler leurs sens.



[Quelques soupirs plus tard]

Le moment qui venait de passer avait vu le calme de la tente seulement troublé par les murmures et soupirs des deux amants. Bruissements de tissus, gémissements retenus pendant que les corps se découvrent, s'enchevêtrent et partent à l'assault l'un de l'autre avec ce désir contenu depuis trop longtemps sans doute.

Des voix toutes près de la tente avait éveillé le jeune lieutenant en sursaut. Son regard se posa à côté de lui, sur son amie qui s'était assoupie. L'étoffe servant de drap s'arrêtait à la naissance de ses reins et il se pencha pour déposer un baiser sur la peau douce l'effleurant de ses lèvres en remontant le long de son dos pour venir déposer un autre baiser dans le creux de son épaule en murmurant.


ce fût délicieux … merci Auda

Comme à regret il quitta la couche et se rhabilla sans bruit, un petit sourire sur les lèvres, avant de soulever le pan de la tente pour en sortir. Un regard à droite et à gauche… et il se dirigea vers le panneau qui annonçait les joutes à venir.

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 20 Déc - 14:31 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1457 et 1458 ~ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image