Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
1459-02-14 ~ Joutes de Soye ~ Campement

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP Joutes --- -> * 1459 *
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Lun 14 Fév - 12:21 (2011)    Sujet du message: 1459-02-14 ~ Joutes de Soye ~ Campement Répondre en citant

Ptitmec13 a écrit:
Le convoi aux armes champenoises s'avançait dans la plaine. Montée sur Belle Dragonne, Ptit ouvrait la route aux cotés de son ami Aimelin. Depuis qu'ils avaient été anoblis les deux compères essayaient de se rendre aux joutes ensemble, l'un avertissant l'autre lorsqu'une annonce de telle festivité passait par là.

Cette fois ci il n'y aurait pas que des joutes.. le tir à l'arc, la chasse au trésor, le lever de coude.. Des animations bien fournies. Cela lui changerait les idées, elle en avait besoin la blonde.
Sourire à l'ébouriffé puis un regard qui se pose au loin sur le domaine. Toujours dans une allure au pas, ils arrivèrent enfin.

Devant la grille un homme discutant avec un autre. Le cavalier portait des couleurs qui lui étaient familière, Kevin était déjà là, il l'avait devancée le bougre.
Elle mit pied à terre et s'adressa à l'hôte.


Bonjour Messire,
Je suis Célénya Océalys, Dame de Lasson et voici Aimelin de Millelieues, Seigneur d'Estampe sur Marne, nous venons pour les festivités.


Puis jetant un coup d'œil amusé en direction de Kevin puis retour sur l'homme. Taquinons un peu...

J'espère que mon.. écuyer.. ne vous a pas trop embêté.

Enfin elle se tourne vers Kevin en souriant.

Bonjour Kevin
As-tu fait bonne route? Comment vas-tu?


Elle attendit qu'il descende de cheval pour lui faire une bise.


Lyes a écrit:
Lyes regarda arriver la Dame et s'inclina sagement, puis secoua la tête à sa question et pouffa doucement.

Bonjour Dame, je suis Lyes de Divonne le fils ainé de la Dame de Soye. Nullement personne ne dérange jamais ici vous savez. Mais entrez je vous en prie... Peut-être aimeriez-vous que je vous montre le Domaine ? Ou le Campement pour monter vos tentes ?


Ptitmec13 a écrit:
Ravie de faire votre connaissance.

Elle affichait son sourire radieux des beaux jours.

Le Domaine, Le campement.. même combat, n'est-il pas? Sauf si le campement se situe de l'autre coté du comté.

Elle était d'humeur taquine la blonde.

Allons y pour la découverte du Domaine en passant en premier par le campement si cela ne vous gène point. Les bêtes sont quelques peu fatiguée de la route, un coin d'herbe leurs sierrait à coup sur.



Aimelin a écrit:
[Quelques heures plus tôt, en Champagne]



- tu n'oublieras pas Aime d'accord ?
- mais non je n'oublierai pas


Pourquoi allait il oublier le jour des joutes et celui où la belle blonde allait venir le chercher. Franchement s'il oubliait ce jour là c'est qu'il serait un âne bâté.... et il était donc un âne bâté.

- Aiiiiiiiiiimmmmme !
- hmm ?


Il adorait les réveils en sursaut ce qui le rendait encore plus ébouriffé que d'habitude .. c'est la guerre ? sortez les armes !préparer mon chev.... !!

Sauté au bas du lit, un regard autour de lui avant que la voix venant d'un couloir ne recommence.

- Aimmmmmme t'as pas oublié ?
- oublier quoi ? qui parle ? regard vers la forme sous les draps. Bah non elle dort encore.

- nom d'un bourrin à corne !! Cécé !

Ouvrage de porte ... j'arrive donnes moi cin.. di... donnes moi un moment !!

Tout en s'affairant à une toilette rapide, et en regroupant ses habits de voyage, il priait que le bon Gustave ai pensé à tout c'est à dire ai pensé pour lui. Ses affaires pour Altaïr, ses armes et des affaires de rechange que Jeanne aura sans doute eu la bonne initiative de préparer.
Un regard vers le lit avant de s'y diriger et d'embrasser celle qui dort encore tout en récupérant ses bottes glissées sous le lit.


- désolé je dois y aller. Peut être à mon retour nous reprendrons cette conversation.

Conversation... parfois il avait de drôles de mot pour désigner ses galipettes nocturnes ou diurnes car il n'y a pas d'heure pour en manger, c'est bien connu. Les bottes à ses pieds, il sortit de la chambre finissant de s'habiller et dévala les escaliers au bas duquel il trouva Cécé, Gus et Jeanne qui le regardaient d'un air de reproche.

- ben quoi ?
- toi tu viens de te réveiller
- moi ? mais non ...
tout en arrangeant son épis rebelle et souriant à Jeanne.
- tiens mon grand de quoi manger pour la route et j'ai fait charger tes affaires dans la charrette qui vous accompagne.

Quand je vous disais que c'était une mère et un père pour lui... je ne l'ai pas dit ? ah bon.

- merci Gus. Je vous confie le domaine à tous les deux, jusqu'à mon retour d'ici quelques jours.

Grand sourire et bise qui claque à la blonde Dame de Lasson, avant de s'avancer vers les portes et se retourner.

- hé bien Cécé, tu te fais attendre ?

Et c'est ainsi qu'ils quittèrent le Domaine d'Etampes, destination le rendez vous des joutes.



[Arrivée à la Seigneurie de Soye]


Le voyage l'avait réveillé, le froid n'y était pas pour rien et Altaïr également, l'étalon ayant décidé qu'il serait nerveux et impatient.
Chevauchant aux côtés de son amie à qui il jetait des regards tout en discutant, le jeune Seigneur repensait à ces dernières semaines. Peut être allait il revoir quelques connaissances, ce qui serait bien agréable. Il espérait que leur Suzeraine puisse venir, et il comptait bien défendre ses couleurs du mieux qu'il le pourrait.

L'arrivée devant les grilles le sortit de ses pensées.


Bonjour Messire,
Je suis Célénya Océalys, Dame de Lasson et voici Aimelin de Millelieues, Seigneur d'Estampe sur Marne, nous venons pour les festivités.


Petit salut de la tête en souriant.

- bonjour Messire

Avant de reporter son regard sur l'homme à qui parlait la belle blonde. Il haussa les sourcils. Un ecuyer ? elle ne faisait pas les choses à moitié la blondinette, mais fallait dire qu'elle savait y faire avec la gent masculine, qui ne lui refusait rien. Un petit sourire amusé vers elle tout en observant la scène et en pensant aux tentes... comme celles du Lavardin.


Dernière édition par Archiviste le Lun 27 Juin - 22:20 (2011); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 14 Fév - 12:21 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Mar 15 Fév - 18:38 (2011)    Sujet du message: 1459-02-14 ~ Joutes de Soye ~ Campement Répondre en citant

Aimelin a écrit:
[Endroit choisi pour opération tentes, le retour]


De l'herbe, des arbres, quelques tonneaux que lui avait donné Gus pour ne pas qu'ils meurent de soif, que demander de plus ? songeait le jeune ébouriffé en regardant autour de lui. Quelques femmes peut être. Il repensa à celle qui avait partagé sa dernière nuit et afficha un sourire rêveur qui disparu de son visage en voyant celui de sa blonde amie l'observer. Que nenni après elle le questionnerait si elle soupçonnait quelque chose.

De plus, il lui avait dit qu'il monterait les tentes pour rattraper son petit retard au Domaine... ho elle l'avait attendu si peu, mais les femmes étant souvent de mauvaise foi, elle lui affirmait qu'il avait oublié le rendez vous des joutes et sa venue à Etampes par la même occasion. Et plutôt que de se perdre dans des explications dont il n'arriverait pas à sortir bien blanchi, il avait noyé le poisson, et dieu sait que ce n'est pas facile de noyer ces bêtes là, en disant qu'il monterait leurs deux tentes.

Comme si j'avais pu oublier le rendez vous des joutes moi....
et j'ai même pas d'écuyer, vu que je suis celui de Gnia...
tiens ça fait un moment je l'ai pas vu son Infâme...
Et il roumégait* le beau brun en s'imaginant déjà aux prises avec les tentes. Non qu'il n'était pas habile de ses menottes, mais les tentes et lui ça faisait deux. Trouver le bon sens, les bons piquets et se débrouiller pour ne pas finir enseveli sous la toile, tel était son défi du moment.

Dernier piquet monté, bâche en place, il s'assura que la tente résisterait et qu'il ne la recevrait pas sur la tête durant son sommeil. Satisfait il sortit et regarda son oeuvre. Deux tentes montées et pas de blessés de guerre, voila qui devait se fêter dignement. Regard vers un autre tas de toile et piquets et regard vers deux des gardes qui les avaient accompagnés et avaient déjà monté la tente où le matériel serait à l'abri.


je vous laisse finir celle là

Pendant ce temps, il apporta la petite touche finale, la cerise sur le gâteau, le chapeau sur la tête du curé, avec les oriflammes qu'il avait fait confectionner, et il les laissa flotter au vent les regardant en souriant.

********



Puis il se dirigea vers un tonneau sur lequel il s'assit, se frottant le front d'un revers de manche, affichant un petit sourire satisfait.

Quelle aventure, j'suis bien content d'êt'venu.**




___________
** Les enfants du marais

Ptitmec13 a écrit:
Après avoir farfouillé sur un morceau de rempart pas plus grand qu'un mouchoir de poche pour trouver le fameux trésor, Ptit s'en retourna au campement voir si la construction des tentes avait bien avancé.
Elle s'assit près de l'ébouriffé et regarda les gardes monter la dernière tente.


J'aime bien le montage de tente, surtout quand on regarde.

Ptit sourit en coin... Elle se demandait si, depuis qu'ils faisaient les joutes tous les deux, elle avait aider à monter les tentes ne serait ce qu'une seule fois.

Tiens, tu es allé voir un peu le panneau d'affichage? Il y a du beau monde encore cette fois ci. Nous verrons bien ce que cela va donner. Et puis ça nous fera un entrainement pour le trophée Minerve.


Dotch a écrit:
[Arrivée au domaine de Soye]

La De Cassel avait été prévenue que ces deux vassaux encore de ce monde, joutaient au Domaine de Soye. Ayant une forte envie de se changer les idées et de partir loin de l'ambiance infâme du Béarn, la Comtesse d'Armentières décida de partir pour quelques jours, le temps des joutes dans le Jura.

BIT, BIT voilà elle ne supportait plus les membres de cette liste menée par celle qui avait osé croire qu'elle pourrait devenir Reyne de France, avec son programme ultra démagogique, promettant tout et n'importe quoi pour arriver à ses fins... quelques jours loin de tout cela lui ferait grand bien.

La route jusqu'au Domaine de Soye fut bonne et agréable. Depuis qu'elle avait sa dame de compagnie, elle avait l'impression que les trajets étaient beaucoup plus rapide. Discussions, confidences, rires, animaient la durée du voyage.

Le carrosse aux armoiries de la Duchesse s'arrêta à l'entrée du domaine. Comme à l'accoutumée le cocher descendit pour mettre le marche pied et ouvrir la porte de la voiture. En descendit une femme d'un âge mûr vêtue d'une longue robe rouge foncé. Discrètement elle se dégourdit les jambes avant de sourire à Calypso.


Je me demande bien la tête que Cécé et Aimelin vont faire en nous voyant. Je ne les ai bien évidemment pas prévenu de notre venue icelieu.

Maintenant il va falloir trouver parmi tout ce campement les tentes qu'ils ont dû monter. Dirigeons nous par là veux tu ?


La De Cassel montra d'un signe de main, un groupement de tente, si besoin elles pourraient demander leurs routes à des preux chevaliers.

Cooky a écrit:
Des joutes.. des joutes... c'était là un terme bien exotique pour la jeune provinciale qu'elle était. Oh elle avait une vague idée de ce que cela pouvait être puisqu'elle avait assisté aux entraînements des participants du dernier GFC, mais de là à assister à un combat et tout et tout, il y avait un royaume qu'elle n'avait jusque là pas franchit. Or de question donc de refuser d'accompagner la Duchesse. Et puis, une dame de compagnie qui n'accompagne pas sa Duchesse n'était pas une dame de compagnie digne de ce nom alors la question était vite réglée.

Faire les malles lui prit moins de temps que la fois précédente. Elle avait tout retenu sur les robes, les coiffes et les chausses qui seyaient et qui plaisaient à la Duchesse... c'est en tout cas ce qu'elle espéra au moment de refermer les lourdes malles. Mais il était trop tard pour revenir en arrière ou aller poser d'autres questions aux domestiques sur les préférences de la patronne.

Lorsqu'elle grimpa dans le carrosse à la suite de la Duchesse, ces soucis d'ordre purement vestimentaires n'étaient cependant déjà plus que de vagues souvenirs. Le Jura qu'elle avait dit la Duchesse ! Pour continuer dans l'exotisme, c'était parfait ! Elle imaginait plein de forêts de résineux, de petits villages éparpillés dans un charmant paysage de plaine. Ce devait être bien différent de leurs montagnes du sud ouest !

La duchesse était d'humeur bavarde ce jour là aussi bavardèrent-elles longuement tandis que le carrosse avançait. Ce n'était pas pour déplaire à la jeune orthezienne qui n'avait guère envie de se plonger dans ses parchemins qu'elle n'avait finalement emportés que par acquis de conscience.


[Arrivée au domaine de Soye]

La plaine et les résineux étaient bel et bien au rendez-vous mais pour le calme et la tranquillité, cela ne semblait pas être à l'ordre du jour. Le domaine était immense et partout devant leurs yeux se dressaient tentes et oriflammes de couleurs diverses et variées.

Elles mirent pied à terre et elle se tourna vers la Duchesse pour lui répondre.


Ca fait longtemps que je n'ai pas vu Ptit et Messer Aimelin. Ils vont avoir des tas de choses à nous raconter après tous leurs périples. Vous savez quoi Duchesse ? Quand ils reviendront en Béarn, ce sera notre tour de nous en aller, nous aurons alors bien mérité nos vacances !

Je vous suis bien sûr, laissez moi juste trouver quelqu'un pour m'aider à porter les malles et nous pourrons y aller.


Elle regarda autour d'elle et, avisant un jeune homme qui venait à leur rencontre, certainement pour savoir qui elles étaient, elle le héla et lui demanda son aide. Ils s'emparèrent chacun d'une anse de la première malle.

Bien, nous pouvons y aller Duchesse, nous vous suivons, vous saurez certainement mieux que moi retrouver le campement.


Aimelin a écrit:
[Campement ]



Le camp prenait vie doucement. Des éclats de voix, des rires, du mouvements, des hommes et femmes qui s'affairaient autour des tentes.
Celles du campement des Vassaux de la Duchesse de Saint Florentin étaient montées. Les tentes des deux vassaux, celle du matériel, celle de l'intendance et deux autres tentes pour les gens faisant partis du voyage, chargés des chevaux, des menus services et des repas.

Le jeune Seigneur regardait les tentes d'un air perplexe. Bien que responsable d'un domaine, il avait encore du mal à s'habituer à donner des ordres et c'est d'un air soucieux qu'il regardait si tout se passait bien. Les chevaux devaient être soignés, le matériel rangé et il fallait donner quelques ordres pour le côté nourriture et boissons. Heureusement que Célénya était là et s'occupait souvent davantage de ce côté là, non pas qu'elle aimait le vin... quoi que.

Il avait approché Altaïr de la tente du matériel et tout en lui parlant, il laissait sa main courir sur le flanc du Mérens, doucement, pendant que ses yeux gris fixaient les pieds de l'étalon, cherchant le moindre signe de faiblesse. Même s'il se faisait quelquefois aider pour le préparer, il tenait à s'en occuper principalement.
L'étalon était bien plus qu'une simple monture pour lui, il était son ami, le seul lien qui le reliait encore à son passé depuis qu'il avait quitté les terres familiales du sud au printemps 55.
Altaïr avait vu défilé la vie du jeune gars, avait connu ses amours, ses amis et les jolies femmes de passage, et Aime se disait que s'il pouvait parler, il aurait sans doute bien des choses à dire.

Une petite caresse sur la croupe avant de glisser sur la jambe, puis le jarret, pour arriver au boulet.


montres moi ce fer ...

Le jeune gars s'était glissé contre le cheval pour attraper son pied et vérifier les fers qui avaient été changés avant leur départ.


Ptitmec13 a écrit:
Ptit regardait, amusée, les gardes se battre avec la grand tente, prévue pour les "réunions" et les collations, celle de l'intendance quoi. Puis plus simple à monter les deux leurs étant dévolues, une bonne dizaine de personnes accompagnaient les deux jouteurs il fallait bien les loger.

Compter les tentes... Il en faudra une aussi pour son écuyer... Ce serait abuser de leurs demander aussi? Réfléchir à vitesse grand V...
Bon la blondine pourrait lui laisser la sienne pour aller trouver Aimelin.. Humm.. ça faisait si longtemps.. Mais non ça ne se faisait pas enfin.. Un écuyer ne loge pas dans la tente de la Dame qu'il doit aider.. Soupir...
Aimelin partit s'occuper d'Altaïr, et elle le suivit du regard. Bon lui restait plus qu'à aller demander gentiment à ses gens de monter une tente supplémentaire pour l'officier royal. Ils allaient la maudire, pour sur, mais ils le feraient sans rechigner, comme toujours. Ptit savait se faire obéir même en utilisant la douceur.
Ordres donnés elle repartit vers la lice voir si l'affichage des éliminatoires avait été fait.

Quelques temps après, elle s'avançait un peu dépitée du panneau qu'elle avait lu quand elle avisa un cortège un peu "spécial" d'une Duchesse et d'une belle brunette suivies de gens portant malles.
Le sourire revint au grand galop comme son pas s'accéléra pour arriver à leurs niveau.


Que font ces deux jolies femmes comme vous à ce balader entre les tentes, à la recherche d'on ne sait quoi?

Sourire taquin.

Bonjour ma Suzeraine, bonjour belle Cooky.
Je suis contente de vous voir... Tréééééééééééééés contente. Votre route s'est déroulée sans encombre?



Cooky a écrit:
Que de monde, que de monde ! Elle avait fini par abandonner l'idée de porter la malle, laissant armes et bagages aux bons soins de quelques aimables jeunes hommes venus les aider.
Mais elle avait beau tourner la tête en tous sens, elle ne parvenait pas à reconnaître qui que ce soit. Voyons, une blondine, cela se repérait facilement pourtant. Celle-là peut être ? Ah non, Ptit ne portait pas de houppelande dans son souvenir... ou celle-là ? Hum... non trop ronde, elle n'avait pas la silhouette de son LCP... quoique, après quelques mois de voyage, la lourdaise avait pu prendre des rondeurs. Elle sourit à cette idée.
Bon, peut être que Aimelin serait plus facile à repérer... voyons... un ébouriffé si ses souvenirs étaient justes. Oui mais beaucoup de messires semblaient porter des casques, cela ne l'aidait pas.

Sans cesser d'avancer à la suite de la Duchesse, elle continuait son inspection, prenant plaisir à détailler chacun des campements qu'elles traversaient jusqu'à ce que..


Citation:
Que font ces deux jolies femmes comme vous à ce balader entre les tentes, à la recherche d'on ne sait quoi?


Ptit, juste là, devant elles ! Home sweet home, elles étaient arrivées ! Elle afficha un large sourire à l'attention de la jeune femme, se retenant de peu de lui sauter au cou. Ce n'étaient pas des manières mais, cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait pas vue...

Bonjorn Ptit !
eh bien vois tu... nous étions en balade dans le coin avec la Duchesse et nous sommes arrivées devant les grandes portes du domaine... tout à fait par hasard bien sûr. Comme il semblait y avoir de l'animation, nous sommes entrées... et nous voici.
Pourquoi, tu voyais une autre raison à notre présence ?


Son sourire s'agrandit encore tandis qu'elle lui faisait un clin d'oeil.


Ptitmec13 a écrit:
Elle répondit à son clin d'œil et, trêve de bienséance, bisa ses deux amies.

Que nenni.. C'est tout à fait ce que je pensais. Tout de même vous faites de trééééés longue balade toutes les deux.
Enfin maintenant que vous êtes ici vous allez rester hein? La tente d'intendance est sur pieds.. enfin sur piquets.. Vous pourrez vous y restaurer en attendant qu'on monte vos tentes.


Puis regard sur les hommes portant les malles..

Hum.. il n'y a pas l'air d'avoir de tente dans votre lot... Sont elle restées quelque part? Faut il envoyer quelqu'un les chercher?

Enfin avançons vers le campement, sinon je crains que ces gentils porteurs ne tiennent pas le coup.. Vous avez mis quoi dans vos bagages? Venez.. C'est par ici... Nous sommes près des arbres là bas.


Elle leurs montra d'un geste de la main le bosquet d'arbres un peu plus bas.

Dotch a écrit:
Il était plaisant de voir tous ces oriflammes, toutes ces couleurs mélangées... Cela rappelait à la Duchesse des bons vieux souvenir comme à l'un des GFC où elle avait rencontré Feu le Duc Persan. La foule ne la dérangeait absolument pas, elle aimait au contraire sortir voir d'autres personnes et puis voir des joutes. C'était un réel plaisir toujours, jamais déçue, toujours du beau spectacle même lorsque certains y perdent la vie.

Calyspo suivait aidant à porter une lourde malle, quelle idée il y avait des serviteurs pour cela. Bien vite la demoiselle comprit qu'elle pouvait user des services de bons gens pour la remplacer à cette lourde tâche.

Dotch observait ici et là si elle reconnaissait quelques oriflammes.. Très rapidement elle aperçu celui de minerve ou plutôt devrait elle dire celui du flamand rose, elle reconnu également les armes du Comte des Flandres et celle de son Com-Pair Llyr. Toutes deux avançaient, sans savoir trop bien où elles allaient, pour sûr elles finiraient par les trouver...

Au premier abord, elle ne reconnu pas la voix de sa vassale, ce n'est qu'en y regardant à deux fois qu'elle comprit que c'était Cécé


Ah ma chère vassale, contente de te voir. Je ne pensais pas te croiser ici. Comme l'a dit Calyspo nous nous promenions, besoin de changer de montagnes en somme.

La De Cassel rit aux éclats, référence pour ceux qui comprendront à la Comtessa du Béarn, perdue dès qu'elle quitte ses montagnes... effrayer à l'idée de quitter quelques jours ces montagnes pour prester allégeance à la couronne...

Si tu joutes j'imagine que mon autre vassal doit jouter !!!

Ah tu fais bien d'aborder la question des tentes, Nous avons eu quelques soucis sur la route, enfin Cooky te raconteras... mais en attendant nous sommes sans tente fixe... Je te demande logis pour moi et ma Dame de compagnie Cécé.

Qu'est ce qui a été mis dans nos mâles et bien voyons voir !!


Dotch fit signes aux porteurs de s'arrêter et de poser la mâle. Dotch en retira le loquet et avec l'aide d'un porteur leva le couvercle.

Elle sortit, une première paire de botte


Alors mes bottes pour aller faire du cheval... Puis une autre paire Celle-ci sait-on jamais si la première venait à être percée Dotch prit un tissu puis le remit rapidement... Non bon ça ça ne te regarde pas... tu veux qu'on continue l'inventaire où ça suffit ? La comtesse rigola, décidément d'humour particulièrement joyeuse en cette journée... l'air des nouvelles montagnes peut être !!!

Dotch regarda le bosquet, encore "bien" loin.


Croyez-vous qu'Aimelin voudrait bien me faire un massage des pieds, marcher avec ces chaussures sur ces sentiers ce n'est pas une partie de plaisir !!! La Vicomtesse relève de quelques centimètres sa robe, dévoilant des chaussures avec des talons de plusieurs centimètres.

Où est-il d'ailleurs ? C'est ça l'accueil qu'il réserve à sa Suzeraine ?

Nouveaux rires, la Duchesse n'ayant prévenu, aucun de ses vassaux ne risquaient de l'accueillir comme il se devait... Elle continua de marcher en direction du bosquet.


Ptitmec13 a écrit:
Ptit rit à la boutade de sa suzeraine..

Pour changer de montagne ça c'est du changement. C'est pas l'autre qui le ferait pour sur.
Mais elle va avoir de plus en plus de mal à aller grimper sa montagne...


Sourire en coin... elle ne rajouta pas le double sens qui lui vint à l'esprit. Déjà qu'on la savait libertine il manquerait plus qu'on la prenne pour une obsédée.

Les joutes maintenant...


Tu as bien deviné ma chère suzeraine. Tu le sais, si je joute il joute et vice versa.
Pour les tentes, nous nous débrouillerons.. Aimelin pourra aller dormir avec les employés et moi avec mon écuyer ou inversement...


Et là.. non.. elle allait quand même pas déballer sa malle à la vu de tous.. Ha ben si... Amusée Ptit regardait sa suzeraine compter les bottes puis vite reposer un tissu fin qui avait l'air d'être ce genre de vêtement que l'on porte sous d'autre mais pour soi, pour son propre plaisir.. ou le plaisir d'un autre qui sait. Enfin.. cela aurait été indiscret de le montrer et qui plus est, à demander d'en voir plus.

Oui, ça ira, mais je comprends que, si pour toutes choses vous avez pris double exemplaire, cette malle soit si lourde.
Si un jour je fais ça, vaudrait mieux m'achever. Je préfère voyager très léger..
Bon sauf pour les joutes avec l'armure du coup je suis beaucoup moins légère.


Et de rire de sa bêtise. Découvrant les talons de Dotch, Ptit ouvrit de grands yeux. Mais comment pouvait-on marcher avec ça?!?!?

Je suppose qu'Aimelin ne peut rien refuser à sa Suzeraine préférée. Mais il suffit de lui demander, ce sera plus simple.
Hum.. quand je l'ai laissé pour aller consulter le tableau des éliminatoires il était en train de bichonner Altaïr.
L'accueil aurait été tout autre ma chère Suzeraine, si votre venue n'avait pas été fortuite.


Sourire en coin, elle regardait Dotch avancer sur le chemin caillouteux en grimaçant à chaque pas qu'elle faisait. Mon dieu que ça doit faire mal ce genre de godasses.

Cooky a écrit:
On reste ?

Coup d'oeil amusé vers la Duchesse...puis se retourne vers Célenya


Bah...apparemment oui, puisque nous sommes là, autant rester pour vous supporter lors de vos passages non ?

Arf oui par contre les tentes... sacré problème.


Mine désolée de rigueur pour annoncer la suite...

Figures toi que la Duchesse avait prévu une charrette pour apporter le nécessaire. Tu la connais, organisée et toussa qu'elle est notre Duchesse.

Nouveau coup d'oeil en direction de ladite Duchesse avant de reprendre ses explications, un sourire malicieux au coin des lèvres.

Mais voila... la route est longue depuis notre beau Béarn et les chemins sont chaotiques. La charrette en question ne semble pas avoir apprécié et l'une des roues a lâcher. Le pauvre cocher était en pleine campagne à ce moment là, il a juste pu nous envoyer un pigeon pour prévenir que le temps de trouver un charagiste et de remettre le tout en route, il aurait facilement deux jours de retard.
C'est bal... euuuh, dommage n'est ce pas ?


Et voila que la Duchesse ouvrait ses malles... elle la regarda faire, effarée.

Mais.. m'enfin... mais ?! Eeeh ! Z'allez pas... ?!!

Ah non, un zeste de bon sens sembla retenir finalement la De Cassel. Juste à temps. Elle se dépêcha de ranger ce qui avait été sortis par la Vicomtesse, tandis que cette dernière cherchait son vassal.
Lorsque tout fut remis en place, elle fit signe aux porteurs de mener les bagages jusqu'à la tente hébergeant le matériel puis suivi la patronne, chuchotant à Ptit au passage.

Dis.. elle fait comment avec ces tord-cheville ? Je comprends pourquoi elle vient en carrosse, ce doit être une vraie torture d'avancer avec ces trucs là !

Elle regardait les chevilles fines de la Duchesse, s'attendant à présent à la voir s'écrouler à tout moment.
Tout en avançant, elle se demandait ce qu'aurait été l'accueil si elles avaient prévenu. Après tout, simplement revoir Ptit était déjà un accueil digne de ce nom non ?

Euuh sinon.. pour les tentes... je peux aller avec les employés. Messire Aimelin et vous aurez besoin de bonnes nuits de sommeil pour être en forme pour les joutes.

Dotch a écrit:
Que nenie, personne ne dormira avec les employés ou l'écuyer. Je suis sûre que Minerve doit bien avoir une tente à me dépanner au pire. J'irai lui demander toute à l'heure avant que la nuit tombe.

La Duchesse marchait avec ses talons sur le sentier, elle avait l'habitude de marcher avec ces chaussures, mais aller savoir pourquoi ce jour-ci, elle avait l'impression d'avoir deux pieds gauche.

Dis moi Cécé, Aimelin bichonne bichonne beaucoup Altair mais j'ose espérer tout de même qu'il bichonne autant une femme ?

Non pas que la Comtesse s'inquiétait pour la vie amoureuse de ses vassaux, mais elle se posait parfois des questions... entre Aimelin et Altair... Cécé et son écuyer... où allait ce Royaume ? Tout se perdait... il était loin le temps des amourettes à l'eau de rose... oups je m'égare revenons en à notre marche en direction des tentes.

Plus que quelques mètres et la de Cassel pourrait enfin boire un bon verre de vin accompagné d'une petite confiserie... enfin ça c'était ce qu'elle espérait. C'était sans compter que comme elle préférait regarder à droite et à gauche pour voir ce qu'il se passait, elle ne vit pas sur le chemin la petite crevasse. Mais suffisamment large pour son pied fin... Son pied droit partit de travers et en quelques secondes elle se rétama la figure au sol.

Elle essaya bien de se relever, mais avec ce jupon arqué pas facile de se relever sans l'aide de quelq'un.


Calyspo je t'interdis de rire, et toi non plus Cécé... Et puis vous non plus. A l'attention des gens qui portaient les malles.

Elle tendit la main à Calyspo


Allez aidez moi La Comtesse retenait difficilement le fou rire qui l'envahissait. La situation était ridicule incapable de se relever à cause de cette foutue robe rouge, qui nécessitait le port d'un jupon arqué... contrairement à sa robe bleue qui tombait droit sur elle... Voilà ce que c'était d'avoir voulu mettre cette nouvelle robe... Et si elle était foutue et déchirée ? C'était des centaines d'écus qui partait en poussière en quelques instants pour une faute d'inattention...

Cooky a écrit:
Bon bon.. pas d'employés, snif, pas d'écuyer non plus.. re-snif

Elle marcha quelques temps tête baissée, cherchant une combine pour tout de même aller partager l'une de ces tentes lorsqu'une chute de tissu rouge se déroula sous ses yeux. Elle releva la tête et aperçu sa Duchesse les quatre fers en l'air, sa tête blonde ressortant de la flopée rouge.
Elle enfoui son visage dans ses mains pour retenir le fou rire qui la gagnait. Son dos malgré tout était secoué de soubresauts.

Eh bien Duchesse, on teste le sol ? Caillouteux non ?

Elle s'approcha rapidement néanmoins pour lui tendre une main secourable et l'aider à se relever.

Tout va bien ? Pas de casse ? Vous n'avez pas mal quelque part au moins ?

Elle aida la duchesse à rajuster sa tenue, vérifiant au passage l'état de la robe.


Oh... il y a une vilaine tâche, vous allez devoir vous changer avant de rencontrer qui que ce soit !
Mais je ne vois aucun accroc à première vue. Le tissu est de qualité heureusement, il aura résisté.


Ptitmec13 a écrit:
Ptit souriait malicieusement à Cooky pendant qu'elles continuaient d'avancer.
D'ailleurs elle manqua se prendre les pieds dans sa Suzeraine quand celle ci s'effondra en plein milieu du chemin dévoilant son jupon et tout ce qu'il y avait dessous.
La blondine essayait de ne point rire.. surtout voyant que Cooky retenait difficilement les soubresauts.. Quant à la Duchesse elle était tout aussi hilare malgré les interdictions qui fusaient.

Elle aida la galette à relever Dotch, époussetant le pan de robe à sa portée. Pas de tissu abimé, juste un peu de souillure. Un changement de tenue était donc maintenant imposé.

Elle attendit d'entendre la réponse de sa Suzeraine. Peut-être s'était-elle fait vraiment très mal à la cheville?


Dotch a écrit:
Et voilà elle était humiliée quelle idée de se ramasser la figure en plein milieu du chemin... à quelques mètres du point d'arrivée ? Il y avait jours où même si on était débordant d'énergie, rien ne se passait comme l'on voulait... et c'était un de ses jours comme ça qui frappait la comtesse.

Debout grâce à l'aide des deux jeunes femmes la Comtesse sourit, elle n'avait pas pour habitude de ne pas sourire. Elle fit un pas, ressentit une douleur intense la traverser... mais que nenni, une Duchesse n'avait pas le droit de se plaindre, et devait toujours faire bonne figure.


Non pas de casse ne vous inquiétez pas pas...

Elle se remit à marcher, la douleur la tressaillait, elle claudiqua évitant de poser trop son pied à terre, pour ne pas trop souffrir.

Allons jusqu'à la tente pour boire un petit verre, j'enfilerai une autre robe toute à l'heure, avant d'aller voir le panneau d'affichage.

Elles arrivèrent toutes les trois jusqu'à la tente, et le premier geste de la Comtesse fut d'aller s'asseoir sur une chaise de toile.

Veuillez poser les mâles ici s'il vous plait.

Elle tendit à l'homme une petite bourse pleine d'écus.

Vous vous partagerez cela entre vous, merci pour votre aide. Et si en dernier service vous pouviez aller chercher Aimelin, je vous en serai reconnaissante.

La bourse prise l'homme parti donner quelques écus à chacun et aller chercher Aimelin toujours en train de cajoler son cheval. Puis à l'attention de Cécé et de Cooky

Alors un petit verre ne vous tente point, pour fêter notre arrivée presque sans encombre ?

Assise, la De Cassel se pencha en direction de ses chaussures, elle défit les lacets de ses chaussures... laissant du mou à ses pieds.

Aimelin a écrit:
- Messire Aimelin ? la Duchesse de Saint Florentin vous attend
- la Duch.... aieuuu


Tout préoccupé par les soins qu'il apportait à Altaïr il ne fit pas attention à la bouche de l'étalon au dessus de sa tête. C'est en se frottant le crâne qu'il se tourna légèrement pour regarder l'importun.

- la Duchesse ? vous êtes sur ? l'est ici ? il posait des questions idiotes vu que si l'homme lui disait ça c'est qu'il avait bien vu la Duchesse... j'arrive
- oui elle vient d'arriver avec sa Dame de Compagnie et vous attend dans la tente là bas
- sa Dame de Compagnie ?


Décidément Dotch le surprendrait toujours. Il ne lui savait pas une dame de compagnie et haussa les sourcils en regardant l'homme s'éloigner, puis regarda son étalon.

- bon désolé mais j'ai une Comtesse des plus belles à aller saluer

Il s'inclina et se dirigea vers le seau rempli d'eau dans lequel il se lava les mains.
Cheveux un peu remis en ordre il se dirigea vers la tente concernée.

Un sourire en ouvrant les pans de la tente et en apercevant Dotch, accompagnée de la petite galette et Ptit. Haussement de sourcils étonné.


quelle bonne surprise de vous voir ici toutes les deux. Bienvenue.

Il salua Cooky d’un sourire, ne sachant pas trop comment faire, bien qu’il l’apprécia il ne la connaissait que peu. Il s’avança vers sa Suzeraine et lui prit la main qu’il effleura d’un baise main en s’inclinant et souriant.

j’espère que votre voyage à toutes les deux s’est bien passé... puis regard vers Cooky ... l’homme qui est venu me chercher m’a parlé de Dame de compagnie .. dois je en conclure que celle-ci porte le prénom de Cooky ?

Un petit sourire taquin et amical vers les deux femmes. La jeune femme était une personne de valeur et il n’était pas surpris du choix de la Duchesse, et même plutôt heureux.


Dotch a écrit:
La de Cassel buvait un bon verre de vin accompagné d'une tarte aux pommes, elle laissait les deux jeunes femmes discuter entre elles tandis qu'elle se concentrait sur autre chose que sa cheville droite.

Elle se demandait bien si elle pourrait chasser sur le domaine, ou si elle serait obligée d'aller sur des terres voisines. La Comtesse avait pris mauvaise habitude de faire tous ces voyages en emmenant son précieux faucon surnommé Uranus, en référence à la mythologie romaine. Un serviteur de la Duchesse arriva une cage à la main


Où dois je le mettre Duchesse ?

Posez le là, je m'en occuperai moi-même

L'oeil vif, le faucon observait, habitué d'être de sortie à droite et à gauche. Elle espérait que ces gants avaient été mis dans une de ses malles sinon ça serait une catastrophe... Elle n'eût pas le temps de poser la question à Calyspo, Aimelin faisait irruption sous la tente.

Elle fut amusée de voir qu'il lui faisait un baise-main, elle lui fit un petit signe de tête avec un de ses petits sourires qu'il lui connaissait


Seigneur d'Etampes, oui nous avons fait bon voyage merci. Et en effet, Dame Cooky est ma dame de Compagnie.

Elle me supporte au quotidien la pauvre.


La Comtesse but une gorgée dans son verre.

Ah tiens, je suis venue avec Pégase mon pur sang arabe de 4 ans, ça me ferait plaisir que tu le montes. As-tu pu repérer les environs ? J'irais bien chasser demain entre deux tours de joutes.

Une nouvelle bouchée dans la tarte aux pommes.

Ah sinon je rêvais d'un massage de pied, nous nous demandions avec les filles si tu accepterais de me faire ce massage.

La Duchesse rigola aux éclats, il était bien peu décent de demander une telle chose à son vassal. Tâche qui relevait plus du rôle d'un serviteur que d'un vassal.

Ptitmec13 a écrit:
Bien sur ma Suzeraine.. Alors vous voulez quoi toutes deux? Du jurançon bien frais? Un peu de vin fin de champagne?

Elle donna des ordres pour qu'on amena de quoi boire et une collation. Tout fut parfaitement amené, elle n'avait plus qu'a se poser avec les filles.
Elle vit passer une cage avec un faucon et grimaça. Elle allait devoir surveiller sa louve .. Quoi qu'étant en cage elle ne devrait pas y toucher...
L'ébouriffé entra.
Le baise main.. mon dieu qu'elle était à 100 000 lieues de cela.. Elle l'avait bisouillée elle. M'enfin de femme à femme c'était différent après tout, peut-être...

Elle revint s'assoir avec les autres puis rit en entendant Dotch oser la question du massage des pieds. Pas froid aux yeux la duchesse mais c'est bien comme ça qu'elle l'adorait.
Sourire en coin elle attendait la réaction de son ami.

Cooky a écrit:
Mettez lui un verre de vin entre les mains et elle devenait muette. Elle avait demandé un vin de champagne à Ptit, histoire d'élargir ses horizons oenologiques et n'en était pas déçue. Voilà qui changeait agréablement de la bière et du Jurançon... même si les bulles avaient quelque chose d'enivrant.
Concentrée sur cette boisson originale, elle en avait un peu oublié où elle était. Même la couleur était agréable à regarder... mmh.. il faudrait qu'elle demande à Ptit où elle pourrait s'en procurer à son tour.

Ce fut le froissement de la tenture et le pas d'un homme qui la sortirent de sa rêverie. Rougissante de son absence momentanée de réactivité, elle se redressa, cacha le verre derrière son dos et tâcha d'afficher un air innocent.
Apparemment il ne savait pas trop comment se comporter lui non plus, comme ça ils étaient deux à n'être pas très à l'aise. Elle lui adressa néanmoins un sourire amical.

Le temps que ses pensés redeviennent claires, la Duchesse avait répondu et elle-même n'eut plus qu'à acquiescer.Se fendant d'une révérence polie et un peu maladroite, elle finit tout de même par le saluer à son tour.

Euh.. oui c'est bien moi. Mais n'écoutez pas la Duchesse, elle dit n'importe quoi. Vous devez savoir aussi bien que moi qu'elle n'est pas difficile à vivre pour deux deniers.

A cette instant elle repéra l'oiseau en cage et ne put réprimer une grimace. Elle avait peut-être parlé trop vite finalement. Que pouvait bien faire un rapace sous cette tente ?! Elle entendit alors le mot "chasse" et ouvrit de grands yeux. Sa seule expérience de ce sport était la chasse à l'ours version Russo et elle n'y avait tenu qu'un rôle de figurante. Mais plutôt que de s'affoler pour rien, elle se raisonna en se disant que la Duchesse n'aurait certainement pas besoin d'elle pour aller chasser... euh chasser quoi d'ailleurs ? le lapin ? la bécasse ?
Elle prit place sur un siège aux côtés des dames et regarda messer Aimelin avec attention en attendant sa réponse à la suggestion de la Duchesse.


Aimelin a écrit:
[Trois femmes et un ébouriffé... plaignez le]


Le petit sourire de la Duchesse ne lui échappa point et il garda son petit sourire à lui, tout en l'écoutant parler de Pégase dont elle lui avait touché quelques mots. Elle savait que s'occuper de ce pur sang serait un plaisir pour le jeune cavalier.

je m'occuperai de Pégase avec plaisir et non je n'ai pas encore pu repérer, hormis ce bois aperçu avant l'arrivée au Domaine.
Je comptais le faire tout à l'heure, les environs ont l'air propice à la chasse et aux ballades.


Petit air complice avant de hausser les sourcils à sa proposition.

Ah sinon je rêvais d'un massage de pied, nous nous demandions avec les filles si tu accepterais de me faire ce massage.

Un regard vers les deux jeunes femmes qui ne perdaient pas une miette de la conversation, pendant que Dotch riait aux éclats. Décidément, il allait avoir bien du travail avec trois femmes autour de lui.
Une petite moue réfléchie. Il lui aurait bien répondu quelque chose mais il y avait du public et elle était néanmoins Duchesse. Mais il ne put s'empêcher un soupçon de taquinerie, sachant qu'elle en comprendrait sans doute la partie cachée.


te masser ? tant que ce n'est que le pied et que je ne dois point m'offusquer de te voir dénudée totalement, pourquoi pas.

Il partit lui aussi d'un éclat de rire, la regardant avec cette petite lueur qu'elle avait déjà dû voir quelques fois. Un regard complice vers Ptit avant de rajouter.

Non que voir une femme nue me gêne, mais il y a du monde autour de nous et je ne voudrais point entacher ta réputation de part mon mode de vie relevant davantage du libertinage que du monastère.

Il les regardait toutes les trois, amusé de les voir assises les unes à côté des autres, comme un petit tribunal qui attendrait la défense de l'accusé. Soudain, il se mit à genoux et prit les mains de Dotch dans les siennes, son regard gris dans le sien, essayant de garder son sérieux tout en lançant sa tirade.

s'il faut user de ce subterfuge pour que vos deux amies ne fassent point leurs griffes sur moi pour se venger de ne vous avoir soulagé de ce mal, alors je masserai cette cheville et il ne sera pas dit que ma suzeraine souffrira des jours ... de son imprudence.

Et c'est là qu'il ne manquait plus qu'une Comtesse ou Duchesse entrant sous la tente et le voyant à genoux devant Dotch. Il retint une envie de rire en la regardant sachant qu'elle le connaissait bien, ainsi que Ptit. La petite galette, elle, c'était une autre paire de manches, et à coup sur, elle allait le prendre pour un fou.

Dotch a écrit:
Quelle idée allait-il chercher encore, pourquoi la Duchesse se serait blessée ? Elle avait été correctement dépoussiérée par les deux jeunes femmes et au final sous les plis de sa robe, on ne voyait pas qu'elle avait défait le lacet de ces chaussures.

Mais non point de blessure, juste des pieds meurtris, par la marche entre le carrosse et ici... rien de bien méchant.

Ah ça non la De Cassel, n'allait certainement pas avouer à son vassal, qu'elle s'était étalée de tout son corps sur le sentier. Même si le ridicule ne tuait pas, elle avait un rang à tenir tout de même.

Pendant que vous allez aller voir le panneau d'affichage, je vais aller me changer. Je ne me sens point à l'aise dans cette robe. Croyez moi que je le ferai savoir à mon couturier.

Armentières se leva, petite grimace du poids de son corps sur sa cheville droite. Surtout faire attention de ne pas marcher sur un des lacets pour ne pas se casser une nouvelle fois la binette.

Cécé, j'emprunte ta tente pour aller me changer. Ah oui, d'ailleurs il restera ce détail à régler pour cette nuit, à savoir, comment nous nous organisons pour dormir... Mais nous verrons cela après.

La Pair de France, claudiqua en direction de la tente de sa vassale.


Cooky a écrit:
Ah si pas besoin d'être une duchesse c'est encore mieux ! Je n'aurais pas pensé qu'il était possible de trouver homme si dévoué !

Elle regarda Ptit avec attention, cherchant à savoir si elle plaisantait ou était sérieuse. A en croire par l'expression de fierté qu'elle arborait à présent en regardant son ami, l'affection que la blonde portait à son co-vassal était sincère et elle pensait chaque syllabe prononcée.
Elle même se tourna alors vers la Duchesse et le Seigneur d'Etampes qui semblaient échanger quelques plaisanteries à en juger par le sourire malicieux de l'une et le léger fou rire qui secouait l'autre.

Un fin sourire vint à ses lèvres. Il était rare de trouver une aussi franche camaraderie et ce n'était pas là l'image qu'elle s'était faite de la noblesse jusqu'ici. Pourtant une telle ambiance avait quelque chose d'authentique et de précieux qui vous mettait le baume au cœur expressément.

Elle venait de boire la dernière bulle [ Razz ] de son verre lorsque tout le monde sembla s'agiter. Ne voulant point rester sur la touche, elle se leva de même. Lorsque la Duchesse fit mine de se lever à son tour, elle s'approcha rapidement d'elle et la suivit jusqu'à la tente de Ptit, prête à la soutenir au besoin. La De Cassel avait beau dire, elle l'avait vu boitiller un peu plus tôt, elle l'aurait juré.


Résumons... nous sommes 4 plus un Officier Royal, plus une poignée d'employés. Et nous avons.. combien ? 3 tentes ? 4 ?
Je vous assure que je peux très bien dormir par terre même devant l'une des tentes s'il le faut. J'en ai vu d'autres vous savez. Mais il faut au moins que Ptit, Messire Aimelin et vous ayez chacun la votre pour être au mieux. Et puis vous êtes nobles après tout, vous méritez bien un minimum de confort !
Nous autres nous entasserons dans celle qui restera, nous aurons bien assez de places comme cela.
Hop, c'est réglé comme ça.


Elle sourit largement à la Duchesse pour appuyer ses dires. De toute façon, elle ne voyait guère d'autre solution.
Avant de passer le seuil de la tente, elle fit signe à l'un des porteurs qui se tenait non loin d'apporter la malle qui se trouvait à ses pieds. Lorsqu'elle fut déposée, elle s'assura qu'elles étaient seules et ouvrit la malle pour aider Armentières à choisir une tenue propre.


Ptitmec13 a écrit:
Fais donc ma Suzeraine, ma tente est la tienne.

Elle sourit de voir Dotch claudiquer jusqu'à la tente.. Fière, ne pas montrer qu'elle s'était foulée la cheville, évitant tant bien que mal ses lacets défaits.
Cooky insistait pour ne pas prendre de tente seule... hihi.. Ptit, elle, avait décidé de s'amuser aussi pendant ces joutes il était hors de questions qu'elle dorme seule.. Noméoh...

Bon c'était pas tout ça mais il fallait se préparer...
Ordres furent donner d'apporter son matériel dans la tente de son écuyer. Sauf que.. mais il était où?


Keviiiiiiiiiiiiiinnnnn!!!!

Sourire à Aimelin qui venait de s'en prendre plein les oreilles avec son criiiiiiiiii... Une clin d'oeil pour faire passer tout ça et elle se campa devant la tente de l'Officier Royal. Elle demanda aussi à ce que Belle Dragonne soit préparée et revêtue de sa robe Sable et Or... Il fallait s'activer.


Aimelin a écrit:
[Le jour où l'ébouriffé devint sourd.]


Une petite moue sur les lèvres aux réponses de Dotch. Où il ne connaissait pas les femmes, ou bien alors... il ne connaissait pas les femmes.
Pratiquement persuadé que de toute façon la Duchesse de Saint Florentin ne montrerait jamais qu'elle s'était fait mal, il fit confiance à la petite galette qui saurait s'en occuper.

Il leva les yeux. Problème de tentes ? ça n'était pas bien grave pour lui et il ajouta avant que les trois femmes ne quittent la tente.


- je vous laisse ma tente, j'ai souvent dormi avec Altaïr et ça ne sera qu'une fois de plus rassurez vous. Vous me direz ça tout à l'heure.

Le confort des femmes avant le sien, c'était bien normal et digne de l'éducation qu'il avait reçue. Et puis Auda n'était pas là cette fois ci et il serait toujours à temps d'aller dans une autre tente si occasion se présentait.

Il suivait des yeux Dotch et Cooky qui sortaient et allait se tourner vers Ptit tout en lui disant :


- bon si nous allions voir ce fameux pan...
- Keviiiiiiiiiiiiiinnnnn!!!!
- ... neau...

C'était sûr ce coups ci il était sourd à vie et jamais il ne pourrait prouver que c'était la faute de Ptit, on ne le croirait pas. Il ouvrit de grand yeux tout en fermant ses oreilles du mieux qu'il le pouvait, chose pas facile à faire en même temps.

- tu as décidé de me rendre sourd pour que je n'entende pas le signal de Minerve c'est ça belle blonde ?

Faux air boudeur et en colère tout en cherchant du regard qui était ce Keviiiiiiiiiiiiiinnnnn ! .. un ami, un amant, un lad, un palefrenier, un écuyer.. ah oui un écuyer. Il s'y perdait avec Cécé et ses hommes. A moins qu'il ne soit tout cela à la fois..

Gratouillage de menton. Que nenni le clin d'oeil il se vengerait c'était certain, suffisait de trouver de quelle manière.


Ptitmec13 a écrit:
[Le matin des éliminatoires.. oui oui on est à peine en décalage.. On sait]


Excuse moi mon beau brun préféré!!!

Et de se mettre sur la pointe des pieds et lui déposer une tendre et douce bisouille sur la joue.. Ben quoi y a du monde qui passe pas loin m'enfin...

Le panneau? Ha oui.. Mais.. j'y suis allée déjà ce matin.. D'ailleurs j'en revenais quand j'ai rencontré ces belles dames.

Petite réflexion puis elle enchaine...

On n'échappe pas aux éliminatoires malheureusement. Tu affronte un certain Yann Von.. euh.. Wittelsbach.. pfiou.. le hérault de Gascogne. Mooi j'affronte une Baronne, Neyco de Franche Mariemont et j'en passe.
J'ai noté aussi la Duchesse Angelyque qui se battra contre Eusaias, tu sais celui qui me prenait pour une pucelle et à qui j'ai fait mordre la poussière...


Un large sourire vint illuminer son fin visage.. L'avait pas démérité lui sa poussière.

Et notre Infâme qui affronte Adonis...
Voila un petit Topo.
Par contre on passe dans les premiers.. donc faut s'activer maintenant...

Aimelin a écrit:
Il riait en voyant qu'elle s'était dégonflée devant le monde et il jeta néanmoins un regard aux alentours, il ne faudrait pas non plus noyer d'éventuelles occasions.

Il affrontait donc un Héraut pour son premier duel.. et en éliminatoires. Aristote n'aurait pas de prières pendant quelques lunes.


- moui ben et bien allons y pour un héraut, j'ai bien affronté un homme d'église déjà et je l'avais mis au sol... levant les yeux au ciel... peut être pour ça qu'il m'en veut lui la-haut.

J'ai noté aussi la Duchesse Angelyque qui se battra contre Eusaias, tu sais celui qui me prenait pour une pucelle et à qui j'ai fait mordre la poussière...

Large sourire à l'évocation de la Duchesse.

Angélyque ? j'espère bien la croiser j'ai un très bon souvenir de nos retrouvailles en taverne Dijonnaise. Depuis Joinville où j'avais accompagné un ami l'été 55, et où j'avais fais sa connaissance, je ne l'avais plus revue. Dijon... d'agréables rencontres d'ailleurs ... petit sourire rêveur avant de poursuivre ... Une femme magnifique, maniant l'humour et le vocabulaire aussi bien que la latte.
Je l'apprécie beaucoup, et puis elle est la marraine de mon ami.


Froncement de sourcils, bien sûr qu'il se rappelait des joutes d'Alluyes et de leurs adversaires, et il se rappelait avoir aperçu l'homme au mariage du fils d'Ange. Fils qui d'ailleurs affrontait Agnès, le hasard était assez bizarre.
Il n'avait pas revu Gnia depuis leur départ de Guyenne avec Kirika et n'avait pas de nouvelles depuis qu'elle avait quitté le Béarn, apres son mandat de Comtesse pendant lequel il avait été connétable.

Il serait heureux de pouvoir saluer celle qu'il considérait comme une amie depuis qu'ils avaient liés connaissance en Béarn apres l'affaire Vae.


dans les premiers ... bon et bien je vais préparer Altaïr et nous pouvons nous rejoindre à la Lice.

Ptitmec13 a écrit:
Ptit regarde son ami, amusée par son regard rêveur à l'évocation de la Bourgogne. Il avait du faire de très belles rencontres là bas. Douces et agréables aussi, il avait du en profiter, elle en était sure. Le veinard.

Ben moi, me manque mon écuyer.. pfff...
Mais où est-il donc passé? Je ne l'ai plus vu depuis la grille... Lui pour me dévêtir il sera là sans soucis.. mais alors pour m'habiller hein...


Et de pouffer de rire... Franchement elle avait de ces idées parfois...

Enfin on se retrouve devant la lice oui.

Dotch a écrit:
[Dans la tente de Célénya]

La Duchesse s'installa sur une chaise

Vous avez entendu ce qu'a dit Aimelin, au pire il nous laisse sa tente et il dormira avec Altair... au lieu de dormir avec une jolie demoiselle.

La De Cassel rigola... puis vient le temps de retirer ses chausses pour regarder les dégâts qu'elle avait fait. Elle retira la chaussure gauche sans aucune difficulté, et délaça d'avantage sa chausse droite avant de tirer délicatement dessus. Elle remonta le pan de sa robe et observa sa cheville. Elle avait légèrement gonflée, mais rien de bien mal.

Hmmm savez vous où est ma trousse de médicastre ? Je vais appliquer un onguent d'arnica.

Une fois la mallette, Dotch fouilla dedans et en sortit un petit conteneur, elle retira le film de tissu qu'il y avait dessus et du bout des doigts de la main droite. Elle s'appliqua le baume délicatement sur sa cheville droite.

En précaution de... je voudrais aller chasser tout de même. Sourire à sa dame de Compagnie.

Alors dites moi, quelle tenue avez vous choisi pour moi ?

Cooky a écrit:
[Dans la tente itou]

Un cri... aussitôt elle tourna sur elle même pour chercher une chope à lancer sur le criard... mais pas de chope à disposition, malheur ! Pas non plus de table sous laquelle se cacher. Elle allait devoir s'en passer et serrer les dents le temps que l'écho du cri s'éloigne de ses pauvres esgourdes.
Lorsqu'elle reprit ses esprits, elle regarda en coin la Duchesse.Heureusement celle-ci semblait n'avoir pas été dérangée par l'horrible son et occupée à délacer ses chausses, elle n'avait pas du voir l'étrange manège de la jeune orthezienne.

Tentant de se composer un air neutre, elle lui sourit.


Ce ne serait pas correct tout de même, Messier Aimelin est un Seigneur et dormir dans la paille n'est pas des plus confortable.
Je crains qu'il ne nous faille trouver une tente ailleurs pour que chacun soit confortablement installé...


Puis elle ouvrit l'une des petites malles qui contenaient les effets de la Comtesse d'Armentières et en sortit la trousse de cuir contenant son nécessaire de médicastre.

Tenez, la voila... je l'avais mise de côté au cas où... ces choses là sont utiles en général.
Mais.. dites-moi...n'avez-vous pas dit à vos vassaux que votre cheville n'avait rien ?


Elle lui tendit la trousse, amusée par le mensonge plein de fierté de la Duchesse.
Une grimace remplaça cependant son sourire en entendant parler de chasse à nouveau.

La chasse ? M'enfin... pauvres bêtes...

Puis tentant une autre carte...

Ce n'est guère prudent avec une cheville fragilisée. Je ne voudrais pas vous ramener à Orthez en morceaux !
Non... vous devriez plutôt m'accompagner aux joutes et m'expliquer comment tout cela se passe. Cela vous occupera vous savez, je suis longue à la comprenette quand je m'y mets...


Elle plongea à nouveau dans la grande malle et souleva avec délicatesse quelques tissus avant d'en ressortir une robe de camocas sinople.

J'avais pensé à celle-ci... la couleur vous va vraiment bien au teint et puis... elle est symbole de beauté, de jeunesse... c'est tout vous ça !

Elle lui sourit de toutes ses dents avant de sortir une seconde robe de taffetas Azur.

Mais si vous souhaitez changer un peu, celle-ci vous ira certainement très bien. Elle est plus cintrée par contre.... mais l'azur... c'est la loyauté, la justice, la sagesse, la fidélité...

kevin60330 a écrit:
Le domaine était tellement grand et puis à l'entrée il avait déjà perdu Célénya de vue dans la foule. Et puis après tout il venait qu'en tant que simple écuyer et donc personne ferait attention à lui ou quasiment personne. Il chercha et ne trouvais pas les tentes mais au bout d'un moment si mais laquelle était celle de la dame de Lasson.

Il chercha et voyait enfin la tente, il se mit à l'entrée prêt à dire.

Célé....


Ce n'étais pas Célénya mais d'autres personnes.

N'osant rentré, figé, se sentait ridicul il restait là planté à l'entrée de la tente sans rien dire à simplement écouter ne voyant pas la dame de Lasson mais trouvait 2 personnes qu'il ne connaissait pas. Il n'osais signaler sa présence à l'entrée de la tente pour dire qu'il cherchait Célénya.

Et puis surtout se présenter à 2 personnes qu'ils ne connaissaient pas et aux vues des habits l'une d'elle devait être une Grande personne. Finalement il prit la parole.


Oh pardonnez moi, j'ai du me tromper de tente je suppose, je cherche Célénya Océalys, Dame de Lasson. Me semble bien pourtant que c'est sa tente.


Finalement il se présenta.


Je suis Kevin de la Bruissière dict Kevin, Prévôt de la Grande Maison d'Airain, adjoint au prévôt de l'hostellerie royal et pour l'occasion écuyer de Célénya. C'est un plaisir de vous rencontrez même si c'est dans d'étrange circonstance.


Ptitmec13 a écrit:
Tapant du pied en attendant l'Officier Royal - Pan pan vous connaissez? ^^ - elle regarde Aime s'éloigner vers les chevaux. Enfin elle tourne la tête vers sa propre tente juste à temps pour voir Kevin entrer dans celle ci.
Panique à bord, incident diplomatique en vue... Pourvu que la Duchesse soit en tenue décente!!!!
D'un pas rapide elle file le chercher..


[Tente de Célénya]

Je suis Kevin de la Bruissière dict Kevin, Prévôt de la Grande Maison d'Airain, adjoint au prévôt de l'hostellerie royal et pour l'occasion écuyer de Célénya. C'est un plaisir de vous rencontrez même si c'est dans d'étrange circonstance.
Haaaa, te voilà toi!!!


Regard aussi rapide que le pas vers Dotch et la galette.. Ouf on en était au choix de la robe.. Soupir de soulagement.
Tendre bise sur la joue.


Puisque tu es là je vais te présenter...
Alors.. Ma suzeraine.. la Duchesse de Saint Florentin, Comtesse d'Armentière et Paire de France. Et sa Dame de Compagnie, Cooky.


Elle leurs sourit.

Bon c'est pas tout ça mais il faut me préparer!!! On passe dans les premiers avec Aimelin.

Et de prendre la main de Kevin pour l'entrainer dehors. Tout en avançant..

J'ai fait porté mon matériel dans ta tente puisque la mienne est occupée. Allez viens.

[Tente de Kevin]

Désolée de te presser ainsi mais on à déjà pris un peu de retard. Regarde dans la malle là tu trouveras tout ce qu'il faut.

Pendant qu'il va jeter un coup d'œil au contenu de la dite malle, Ptit ôte sa cape et avant de s'attaquer à son corset. Vous croyez quand même pas qu'elle va garder ce truc qui l'empêche de respirer quand même. Braies et chemises suffisent amplement sous la tôle.
Méthodiquement elle commence à défaire les lacets de son corset.

Dotch a écrit:
Le cri n'avait nullement inquiété la Comtesse, même pas un sourcil de levé.. trop concentrée sur cette cheville. L'odeur de l'arnica envahissait son espace vital... la senteur n'était pas des plus agréable mais la plante avait le mérite d'être efficace.

Vous avez raison, nous ne pouvons pas laisser Aimelin dormir sur la paille. Nous irons vous ma cousine, pour voir si elle a une tente à me dépanner... quelle idée que la roue s'est cassée...

Elle l'écouta lui parler de sa cheville et lui répondit avec un sourire

Non inutile de leur dire que je me suis blessée à la cheville et qu'ils s'inquiètent. Je ne voudrais pas qu'ils aient l'esprit tourmenté pour les joutes à cause de moi. Et puis il faut avouer que ce n'est qu'une petite foulure, dans deux jours je galoperai aussi vite que mon étalon.

D'Armentières rigola aux éclats. Elle n'avait pas couru depuis des années... depuis que ces enfants étaient grands à vrai dire. Il faudrait qu'il y ait le feu à la tente pour que peut être elle court 100 mètres. Elle fut amusée par la bienveillance de sa dame de compagnie. Elle ne regrettait en rien son choix, la jeune femme était charmante, de très bonne compagnie, instruite elle savait tenir conversation. La duchesse avait l'impression de retourner 15 ans en arrière.

Ne voyez pas la chasse sous un mauvais oeil, c'est une passion. J'ai découvert la chasse à l'épervier il y a fort longtemps et je dois dire que j'ai beaucoup apprécié. C'est plaisant de voir votre rapace décrire de grand cercle dans les airs avant de ne tomber en flèche à une vitesse que nous humain ne pourront jamais atteindre.

Dotch prit une serviette de sa mallette et s'essuya les mains. Elle en profita pour sortir un morceau de tissus roulé. Elle se fit elle même son bandage habituée à se soigner depuis fort longtemps.

Mais croyez bien que nous irons ensemble voir une manche des joutes... après tout nous sommes là pour cela. Je vous expliquerai bien évidemment le fonctionnement. La blonde regarda Calyspo avec affection en lui souriant.

Les deux femmes n'eurent pas le temps de discuter des choix proposés... qu'un homme fit irruption sous la tente. Une chance, qu'elle avait cette cheville à soigner sinon elle aurait certainement été en jupon ou voir pire.

Dotch ne se leva pas mais fit signe de tête comme elle aurait fait une révérence.


Bonjour messire, c'est un honneur de rencontrer l'écuyer de ma vassale. Préparez nous la bien, pour les éliminatoires.

La discussion s'arrêta aussi vite qu'elle avait commencé, Ptit devait aller se préparer pour aller enfin jouter. Dotch reporta toutes son attention sur les robes que Calyspo tenait dans chacune de ses mains.

J'aime beaucoup la robe sinople, mais les jupons arqués ça va aller pour aujourd'hui... je vais opter pour la robe bleue, je pourrais mettre une autre paire de chausse avec seulement des talonnettes... sait on jamais les sentiers sont dangereux par ici.

Dotch rigola et se leva. Le bandage suffisamment serré, elle sentait beaucoup moins la douleur lorsqu'elle s'appuyait sur sa jambe droite.

Il va vous falloir m'aider à retirer ce corset et ce jupon.

Toutes deux partirent derrière le paravent pour que la Duchesse change de tenue...

Cooky a écrit:
Avant qu'elle n'ait pu obtenir l'avis de la duchesse sur la tenue adéquate pour assister au spectacle à venir, la tenture de l'entrée se souleva pour laisser entrer un homme qu'elle n'avait jamais vu. Aussitôt elle jeta les robes sur le couvercle de la malle et sa main se porta à la garde de Sacrilège. Elle n'était que Dame de compagnie, certes, mais celui qui approcherait la Duchesse de trop près devrait d'abord en répondre à son épée, foi de Cooky !
Cependant l'homme semblait pour le moins inoffensif et se présenta spontanément, la rassurant d'autant plus sur ses intentions, même si elle se demandait bien quelle était cette maison dont il était prévôt.

Elle laissa retomber sa main tandis que Ptit entrait à son tour, en trombes. Elle sourit et esquissa une révérence pour saluer le jeune homme comme il se devait. Elle n'eut pas même à ouvrir la bouche que Ptit l'avait déjà présentée. Tout juste se permit-elle d'ajouter dans un murmure...


Enchantée de vous rencontrer Messire Ecuyer Kevin.

Elle ne savait pas trop quel titre il convenait de lui donner à vrai dire, connaissant peu voire pas du tout les institutions dont il avait parlé en se présentant. Mais il était dit qu'elle n'en saurait pas davantage pour le moment puisque déjà les deux visiteurs quittaient la tente pour la laisser de nouveau seule avec la De Cassel.
Elle s'empara des robes délaissées et les re-présenta à la Baronne pour qu'elle puisse enfin choisir.


Loyauté et Sagesse donc pour ce jour. Cela vous ira parfaitement bien, j'en suis certaine.

Elle rangea avec précaution la robe de jade et referma la lourde malle par dessus avant de suivre la Duchesse. Elle avait un peu de mal à comprendre ce besoin de se comprimer dans un corset. Certes, cela faisait une silhouette fine et un ventre parfaitement plat, mais c'était une machine de torture qui donnait surtout des frissons avec ses baleines de fer.
Tout en aidant la Comtesse à ôter sa robe souillée puis à délacer le corset, elle ne put s'empêcher de glisser une remarque.


Vous savez Duchesse, vous avez très belle allure et un maintien très droit au naturel. Vous n'avez pas besoin de porter si souvent ce... corset qui doit vous comprimer la poitrine et vous rendre la respiration mal aisée !

Le jupon fut également enlevé puis elle lui tendit une cotte à passer sous la tenue choisie. Elle l'aida à les fixer toutes deux puis noua un bandier de soie bleue foncée autour de la taille de la Duchesse afin de souligner la finesse de celle-ci.
Un coup d'œil lui permis de s'assurer que tout était en ordre puis elle ouvrit la malle à chausses et se mit à fouiller.Elle en ressortit une élégante paire de brodequins de cuir sombre qu'elle présenta à la Duchesse.


Ces chausses là vous conviendraient avec la robe ?
Quelle coiffe souhaitez-vous porter ?
Pour rester dans la simplicité, un gorget sans voile me semble judicieux... non ?

kevin60330 a écrit:
Citation:
Haaaa, te voilà toi!!!



A peine avait il le temps de se présenter que Ptit surgit. Il sentait qu'il allais se faire salement engueulé mais finalement non. Célénya présenta.... sa suzeraine, la boulette que venait pas de faire Kevin, enfin comme toujours il en manque pas une. Et la dame de Compagnie il n'eu pas le temps de faire la conversation un peu que Ptit l'embarqua après lui avoir faire une bise qui fît légèrement rougit le "prévôt".

Le "prévôt" simplement un surnom donner par ses amis depuis ses mandats de prévôt de Champagne..

Il suivait donc Célénya jusqu'a sa tente. Kevin savait même pas qu'il avait sa propre tente
et a peine arrivé il remarqua directement la malle. Et commença a préparer Ptit, a vrai dire il avait été embauché pour cela a la demande de la blonde, une petite question d'habitude il parait. Faut dire qu'en Champagne cela avait fait un peu de bruit surtout en voyant Jkeok en procès pour avoir diffamer sur une éventuelle relation entre Célénya et Kevin.

Célénya justement , enlevait le corser et kevin prépara alors le haut de l'armure et l'enfila à la blonde.

Kevin se retenait d'aller un peu plus loin par de petits baisers dans le cou mais continua plutôt à équipé la belle.

Plus Célénya se déshabillait, plus Kevin la rhabillait des pièces composant l'armure.

Au bout de quelques minutes voila la blonde prête a aller jouter.


Ptitmec13 a écrit:
[Tente de Kevin]

Corset enlevé, Kevin lui enfila le haut de l'armure. Plastron en place, dosseret qui rejoint son dos, le tout s'alliant par un jeu de sangle, Ptit avait écarté les bras pour lui laisser le passage. Il passa alors derrière elle pour finir de fixer le tout. Et voilà qu'un doux frisson l'envahit lorsqu'elle sent ses lèvres venir effleurer son cou.

Hummm.. Si tu commences comme ça, tu peux dors et déjà tout m'enlever.
Mais.. chhhhhut.. plus tard.


Regard complice avec l'ex-prévôt de Champagne puis elle penche doucement la tête pour avoir encore des baisers dans le cou.
L'équipement continua.. Elle le regardait s'agenouiller pour lui mettre cuissards et jambières. Amusée, elle repensa à cette première nuit où la recherche d'une dague bien cachée les avait amenés plus loin..
Chaque pièce fut posée et arnachée.. Terminant le tout par le gorgerin.. Empêchant maintenant tout baiser frissonnant. La blonde était fin prête.

Sourire narquois elle lui fait signe d'approcher et lorsqu'il est assez proche lui dépose un tendre et doux baiser.


Ça, c'est pour me porter chance.
Revenir en haut
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Jeu 24 Fév - 12:11 (2011)    Sujet du message: 1459-02-14 ~ Joutes de Soye ~ Campement Répondre en citant

Aimelin a écrit:
[Avant les 8èmes de finale - Tente d'Aimelin ]


- vous êtes sûr que c'est comme ça ?

Le jeune Lieutenant se frottait doucement la joue, en regardant d'un air perplexe l'un des gardes, prénommé Jean, qui s'étaient proposé pour l'aider à enfiler son harnois, sa prison de fer comme il l'appelait. L'homme avait saisi la dossière et la tenait à hauteur de ses yeux et semblait réfléchir à comment il allait la placer, sur le torse du jeune homme qui le regardait en fronçant les sourcils. Il inclina la tête sur le côté en regardant ce qui était sensé venir se fixer sur son dos.

- hum je crois que cette pièce va dans mon dos et celle-ci au sol se place devant.
Je ne voudrais pas avoir l’air d’une tortue qui a mis sa carapace à l’envers


Petit sourire pendant que Jean s’active. C’est que le jeune seigneur avait plutôt l’habitude de se faire déshabiller par des femmes plutôt qu’habiller par des hommes. S’il devait s’habituer à ce nouveau cérémonial il se prit néanmoins à rêver d’une Ecuyère. D'ailleurs il faudrait qu'il parle à Kirika de ses prochaines joutes. Il quitta néanmoins son air ravi lorsqu’il s’aperçut que Jean avait fini le haut et s'était mis à genoux devant lui afin de placer les cuisseaux ce qui fit jeter un regard vers l’entrée de la tente à l’ébouriffé.

Et comme souvent, le souvenir de sa séance de harnois avec la St Just au Lavardin, alors qu'elle l'avait pris comme Ecuyer, lui revint en mémoire et pour éviter de rire il questionna :


- ça va vous vous en sortez ? Son esprit imaginatif vagabonda tandis qu’il regardait d'un air sérieux le garde. L'homme était bien trop occupé pour faire attention à lui, et il ne put s'empêcher de murmurer en faisant mine de poser sa main sur son épaule.
    Sois sans peur face à tes ennemis
    Sois brave et droit pour être aimé de dieu
    Dis toujours la vérité même si cela doit te couter la vie
    Sauvegardes les faibles et gardes toi du mal

    Tel est ton serment !

    Debout chevalier !
    *
- vous me parlez Seigneur ?

Seigneur c’était lui. Petit toussotement avant de répondre.

- hum ? non non ... je récitais le coutumier béarnais… c’est qu’il est long et compliqué ce coutumier.
- le coutumier ?
- oui le coutumier
- ha


Il n’allait pas annoncer à l’homme qu’il venait de le faire chevalier. Voila qu’il avait des rêves de grandeur maintenant ! Pour sûr à force de fréquenter les lices et de prendre quelques coups sur le bouclier, il finissait par être perturbé.

- vous savez ce qu'est le coutumier ?
- heu .. un truc de coutume ?
- moui...
pertinent cet homme ... un texte qui explique les droits et coutumes

Il tenta de changer de sujet en fredonnant à mi voix.
    "Trop penser me font amours dormir ne puis
    Si je ne vois mes amours toutes les nuits"
Ce n'était peut être pas une bonne idée de chantonner, car le chevalier leva les yeux. Aimelin lui fit un grand sourire tout en pensant : "jurez vous de me servir loyalement ? "

- Hum … c’est une ritournelle que m’a appris une amie médicastre, Belphegore, il y a longtemps pourquoi lu racontait il cela, qu’en avait à faire l’homme de ses ritournelles.
- Elle est fort jolie messire
- Merci mon ami ... la médicastre aussi est fort jolie.


Haa Bel ... encore un petit sourire de ravi, alors que Jean semblait hésiter

- pourriez vous continuer afin que je la retienne pour la chanter à ma mie ?

Aime ouvrit de grands yeux c’était la première fois qu’un homme lui demandait de chanter. Pas contrariant pour un écu le jeune gars continua sa ritournelle en élevant donc un peu la voix mais point trop.
    ..... "Comment parlerai-je à vous ma douce amie ? Vous ne me parlerez pas mon bel ami.
    Trop penser me font amours dormir ne puis
    Si je ne vois mes amours toutes les nuits

    Vous viendrez à la fenêtre à la minuit Quand mon père dormira j'ouvrirai sans bruit.
    Trop penser me font amours dormir ne puis
    Si je ne vois mes amours toutes les n…"
    ...pourvu que personne n’entre songea-t-il en s’interrompant une seconde.
- elle est finie ?
- non non je pensais à quelque chose

    ... " L'amoureux n'oublia pas ce qu'on lui dit De venir à la fenêtre à la minuit.
    Trop penser me font amours dormir ne puis
    Si je ne vois mes amours toutes les nuits

    La fille ne dormait pas, elle l'entendit Toute nue en sa chemise elle lui ouvrit. "



* kingdom of heaven
edit pour racccord rp

Dotch a écrit:
[Au matin des 8èmes de finale]

Au final arrangement avait été trouvé, Aimelin avait gardé sa tente et les 3 femmes avaient trouvé arrangement pour se serrer sous la tente qui permettait d'accueillir au final trois lit sommaire. Ce n'était pas le grand confort, mais cela suffisait pour la passer la nuit.


La Comtesse était de bonne humeur ce matin là, elle avait envie d'aller se divertir... Elle commencerait sa journée par aller voir les joutes puis elle irait chasser tout de même. C'est ce dernier choix qui l'incita a directement passer sa tenue de cavalière.

Debout aux aurores, elle attendait doucement que la tente se réveille. Pas de Cécé en vue, peut être déjà partie, peut être n'avait elle pas dormi ici qui sait ?

La De Cassel s'occupa d'elle, elle même, elle avait l'habitude. Elle ouvrit la mâle et sortit son ensemble vert. Ensemble pantalon veste cintrée, et chemisier blanc. Elle remit de l'arnica sur sa cheville heureuse de voir que cette plante avait déjà nettement soulagée sa douleur. Botte associée aux tailleurs et la voilà parée à aller se promener avec son cheval.

Elle demanda à ce qu'on lui apporte un broc d'eau pour déjeuner ainsi que deux bols. Elle prépara deux infusions aux herbes et en apporta un au chevet de sa dame de compagnie. Bol dans la main gauche, elle secoua délicatement Calyspo de la main droite.


Calyspo il est l'heure de se réveiller.

La Comtesse amusée la regarda endormie. Elle avait l'impression de voir sa fille, même si elles ne se ressemblaient nullement. Elle posa le bol, dont l'odeur de l'infusion s'échappait finement. Armentières retourna s'installer sur la table pour aller boire son bol d'infusion accompagnée de quelques tartine de pain de la veille.

Elle prit son temps pour boire son petit déjeuner, temps suffisant pour que la jeune femme se réveille. Chignon sur la tête, la Duchesse se leva et se dirigea vers la sortie, laissant tente libre à Calypso pour qu'elle fasse sa toilette. De Cassel en profita pour aller se glisser sous la tente d'Aimelin pour voir s'il était déjà parti.

A l'entrée de la tente, Dotch mit un pied à l'intérieur et s'arrêta. Elle appela d'une voix claire.


Seigneur d'Etampes sur Marne vous êtes là ?


Aimelin a écrit:
[L'Aube, les 8èmes de finale - Tente d'Aimelin ]


Pendant qu’il chantonnait, Jean s’activait et la dernière sangle était presque attachée lorsque le jeune lieutenant finit son petit récital privé.
    " Trop penser me font amours dormir ne puis
    Si je ne vois mes amours toutes les nuits
    Mon ami la nuit s'en va et le jour vient Départir de nos amours il nous convient"
Jean se releva et s’inclina légèrement.

- vous voila paré pour la joute.. je vais essayer de me souvenir de cette ritournelle Seigneur.
- mais faites donc chev.. Jean


Grimace du béarnais champenois tandis que Jean lui tendait son heaume.

- oui … espérons que je ne revienne pas trop cabossé. Cette joute me donne du soucis.
Ou je la perds et je serai bien sûr déçu... et si je la gagne je serai heureux mais .. la joute d'apres me ..


Il regarda le garde qui semblait perplexe...

- voila que je m'égare en pensées idiotes.

Petit regard au heaume qu'il porta à hauteur de ses yeux lorsqu'une voix se fit entendre.

Seigneur d'Etampes sur Marne vous êtes là ?

Il regarda Jean en haussant les sourcils puis regarda vers l'entrée de la tente, ayant reconnu la douce voix de sa Suzeraine.

- entres Dotch, je suis presque prêt.

Puis regardant à nouveau le garde qui semblait hésiter.

- je vous demanderai votre aide pour le désencastrement.
- le désen.. oui Seigneur. Qu'Aristote vous protège.
- moui ...


Aristote, Aristote... il devait avoir sacrément du boulot en ce moment et peut être qu'il était trop tôt pour qu'il veille sur lui. Il sourit à son amie qui s'avançait, tenant toujours son heaume à la main.


Dotch a écrit:
Avec une certaine fierté elle regarda Aimelin vêtu de son attirail de chevalier. Cet accoutrement lui allait vraiment bien, elle lui sourit.

Te voilà fin parez pour aller à la lice alors ?

Comment te sens tu ce matin ?


Elle s'approcha de lui, et lui prit la main droite. Elle la serra délicatement entre ses fines mains blanches.

Promets moi d'être le plus vigilant possible et de me revenir en entier

Elle avait toujours en mémoire ces joutes pendant lesquelles Azdrine son vassal avait perdu la vie. Continuant à serrer sa main dans la sienne, elle récita prière en son fort intérieur, demandant à Aristote de l'accompagner.

La Comtesse regarda l'ébouriffé et lui sourit. Elle lâcha sa main.


Dis moi, nous irions en ballade cet après midi à cheval ? Je voudrais me changer les idées un peu et sortir Uranus.

Je vais te laisser te concentrer, je te retrouve à la lice, le temps de récupérer Calypso, elle dormait encore toute à l'heure.


Main sur l'épaule d'Aimelin et avec un sourire elle lui dit.

Sois fier de mes couleurs, défends les du mieux que tu pourras.

Bonne chance mon ami.


Sur ces dernières paroles la Duchesse laissa seul son vassal, pour aller retrouver sa dame de Compagnie.


Aimelin a écrit:
Il souriait à son amie pendant qu'elle lui murmurait ses conseils. Même s'il était inquiet, il était impensable de le lui dire. Elle était ici pour se détendre et profiter du spectacle, alors il allait faire de son mieux.

- Promets moi d'être le plus vigilant possible et de me revenir en entier

Il avait acquiessé de la tête et n'avait osé lui rappeler ce jour, à Lourdes, où il lui avait fait pareille promesse. Le lendemain, la blonde Dance l'avait fait amené à l'infirmerie de campagne, entre la vie et la mort apres cette maudite bataille. Il préféra enchaîner sur la ballade qu'elle lui proposait.

- oui nous irons en ballade, ça me fera du bien aussi de me détendre.

Il lui offrit un sourire

- Sois fier de mes couleurs, défends les du mieux que tu pourras.

Bonne chance mon ami.


- je défendrai tes couleurs fièrement, comme toujours beaux yeux.

Un sourire à la blonde Duchesse avant qu'elle ne sorte et qu'il ne reprenne son regard soucieux. Un soupir en regardant son heaume. Il ne lui restait plus qu'à enfourcher son étalon, et puis souhaiter que la chance soit avec lui.


Cooky a écrit:
Elle courrait. Attirée par le vide qui se profilait au loin, elle avançait aussi vite qu'elle le pouvait. Derrière elle, une menace, sombre, indistincte, mais si présente qu'elle aurait juré en sentir le souffle sur son cou. Ne pas perdre de vue cette immensité floue qui la sauverait dès lors qu'elle s'y plongerait, continuer d'avancer. Et cette voix, un murmure tout au plus, ne pas s'y attarder, ne pas se laisser entraîner...

Calyspo

Non...non.. laissez moi courir...

il est l'heure de se réveiller.


Gné ? De quoi ? Ohhh.. la Duchesse !
Et d'ouvrir les yeux brusquement. Envolée la course, envolé le souffle... il ne restait que le regard bienveillant de la Duchesse et l'odeur attirante d'une infusion très proche. Elle referma les yeux, tâchant de remettre de l'ordre dans ses pensés.
Soye... joutes... De Cassel... voyage...dame de compagnie... Oh non !
Rouvrir les yeux encore plus vite pour scruter le visage de la Comtesse. En colère ou pas en colère ? Quelle honte que de dormir ainsi alors qu'elle était là pour servir et accompagner la Duchesse ! Cette fois elle se redressa sur sa couche sans plus se laisser aucune chance de se laisser à nouveau happer par le sommeil et ce rêve qui revenait sans cesse.

Elle jeta un coup d'oeil autour d'elle. La blonde d'Armentières venait de quitter les lieux en toute discrétion, il ne fallait pas perdre une minute pour se préparer.
Elle sauta donc au sol et se dirigea vers un baquet d'eau fraîche pour y effectuer ses habituelles ablutions. Puis elle s'employa à passer les vêtements soigneusement déposés sur la malle la veille au soir. Une paire de bas de laine, une chemise bien cintrée et par dessus le tout sa plus belle houppelande - elle n'en avait que trois de toute façon -. C'était encore l'hiver, pas question de tomber malade aussi s'enroula-t-elle ensuite dans son éternelle cape avant de coiffer ses cheveux fins en un chignon pratique et bien serré sur le haut de sa tête.
Elle était parée. En quelques mouvements rapides elle rangea et retapa la couverture et les oreillers, plia sa tenue de nuit dans une malle. Elle fit subir le même sort à la couche de la Duchesse avant de regarder celle de Ptit d'un air amusé. Tiens donc...
Mais pas le temps de se perdre en conjecture, la tisane refroidissait. Elle la but jusqu'à la dernière goutte, mangea en hâte deux tartines de marmelade. De sa besace elle ressortit ensuite un clou de girofle qu'elle mâchonna tout en faisant place nette sous la tente.
Un dernier regard autour d'elle lui confirma que tout était en ordre et elle sortit de la tente pour rejoindre la De Cassel. Il y avait quelque chose qu'elle avait dit et qui la chiffonnait... quelque chose qu'elle avait entendu alors qu'elle dormait encore à moitié et qu'elle avait voulu rectifier sans en avoir le courage. Mais voila, cela lui échappait maintenant. Qu'avait donc bien pu dire la Duchesse qui la titillait de la sorte ?

Elle l'aperçut alors sortant de la tente du Seigneur d'Etampes et se dirigea à sa rencontre, remisant ses pensées à plus tard.


Bonjorn Duchesse !

Enjouée certes mais rappelles toi que tu viens tout juste de te lever... une mine contrite vint remplacer son prime sourire.

Je suis navrée... je crois que j'ai un peu trop abusé des bras de Morphée cette nuit. Euuh... je peux vous accompagner aux joutes tout de même ce matin ?

Dotch a écrit:
[Aux abords de la tente]

La Comtesse mains jointes dans le dos, allait se rendre sous la tente de Cécé pour voir où sa dame de compagnie en était. Elle n'eut pas le temps d'aller bien loin, elle l'attendait déjà dehors.

Bonjour Calyspo

La Saint Florentin eut un sourire amusée devant les excuses prononcés de Calypso. Elle rigola doucement.

Oh ne vous en faites pas, ce n'est pas bien grave. Je me suis réveillée aux aurores ce matin.

Dotch regarda le ciel bleu hivernal. Un oiseau volait dans le ciel.

Je fus chassée de mon sommeil... Elle ne termina pas sa phrase, Calyspo ne semblait pas aimer la chasse, inutile de lui dire qu'elle avait chassé de son sommeil, comme cet oiseau pourrait être chassé toute à l'heure.

Bien évidemment, nous allons nous rendre aux joutes ensemble, j'ai hâte de voir nos deux compagnons en scelle. Allons-y si vous voulez bien.

La Comtesse engagea le pas en direction de la lice. Bien plus alaise dans ces bottes que sur ces chaussures talonnées, elle marchait avec aisance.

La nuit fut-elle bonne ?

Cooky a écrit:
Oh, elle l'avait redit ! C'était ça qui l'embêtait depuis son réveil !

Euuuh... Duchesse ?

Petite grimace de rigueur, le temps de chercher ses mots pour ne pas faire de bourde.

Hum... vous savez, mon nom... c'est Calypso pas Calyspo... mais euh, c'est pas grave, Cooky ca ira aussi parfaitement si vous préférez.

Rattrapage manqué, que d'indélicatesse. Mais elle n'avait pas eu d'inspiration et le rouge monta à ses joues tandis qu'elle achevait sa tirade hésitante. Il lui faudrait trouver un moyen de combattre ce fichu rougissement qui surgissait toujours quand elle s'en serait fort bien passé.
Cherchant à se changer les idées, elle cilla soudain en voyant les vêtements que portait la Duchesse.

Oh mais... pas de robe aujourd'hui ? La verte n'était pas confortable ?

Elle plissa les yeux, saisie d'une idée soudaine.


Oh non... non ne me dites pas que... vous prévoyez de chasser n'est-ce pas ?

La question de la De Cassel lui avait totalement échappé...

Dotch a écrit:
Intriguée par l'interrogation de sa dame de Compangie, la Comtesse la regarda.

Oui ¿

La Comtesse écouta attentivement la jeune femme. Elle la regarda surprise, écorchait-elle son prénom à chaque fois qu'elle s'adressait à elle ?

Calyspo... Calyspo... Petit moment de concentration, avant de ressayer Calypso... Calyspo... Calypso Oui, c'était ça, Calypso.

Autant pour moi Calypso, je dois être atteins d'une de ses maladies qui te fait inverser les syllabes ou les lettres. Vous ne m'en voulez pas si je continue de vous appeler Calyspo ?... La Comtesse se reprit ...Calypso... Elle frappe le sol en même temps qu'elle dit correctement le nom de la jeune femme. Je préfère à Cooky en fait. J'y ferai attention, soyez-en assurée.

La Comtesse se maudissait à l'intérieur d'écorcher le nom de la femme qui l'accompagnait très régulièrement. Elle fut amusée par les rougeurs qui avaient gagné le visage de la belle brune.

Non point de robe aujourd'hui, une tenue bien plus alaise.. La chasse ? mais non quelle drôle d'idée allez vous donc chercher... une simple ballade en cheval avec Uranus... euh Pégase...

Il ne fallait pas tout mélanger... Uranus était son faucon, Pégase son pur sang arabe.

Je pense aller après les joutes visiter les environs. Et puis si le temps est suffisamment clément, j'emmènerais peut être Uranus avec moi... je verrais bien.

Je ne vous infligerai pas ce supplice ne vous en faites pas, Aimelin m'accompagnera.


La De Cassel sourit à sa dame de Compagnie. Pensant qu'elle avait de la chance d'être bien tombée et de s'entendre très bien avec elle.

Que souhaitez vous faire après les joutes ?


Cooky a écrit:
Calypso oui pas de problème. Et ne vous inquiétez pas si vous vous trompez encore, une Duchesse qui bafouille, cela vous rend très humaine en fait.

Elle sourit, taquine avant de grimacer à nouveau en entendant parler du Faucon. Il avait beau avoir un joli nom, elle se méfiait comme de la peste de ce rapace aux yeux perçant. A chaque fois qu'elle avait le malheur de croiser son regard, elle se faisait l'effet d'une pauvre souris que l'animal prendrait volontiers en amuse bouche.


Euh une balade à cheval oui, c'est sûr il vaut mieux que ce soit le sieur Aimelin qui vous accompagne. J'épuiserais le temps imparti à la balade rien qu'en tentant de grimper sur une monture alors...

Quant à savoir ce qu'elle ferait après les joutes... une légère rougeur lui monta à nouveau aux joues tandis qu'elle énonçait d'une voix qui se voulait convaincante.


Oh eh bien... je trouverai bien à m'occuper. J'ai cru comprendre que d'autres activités étaient proposées au domaine.
Peut-être irais-je participer à l'écriture de la prière par exemple...

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:40 (2018)    Sujet du message: 1459-02-14 ~ Joutes de Soye ~ Campement

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP Joutes --- -> * 1459 * Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image