Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
1459-03-07 Tournoi de Vincennes [Campement]

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP Joutes --- -> * 1459 *
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Mar 8 Mar - 16:27 (2011)    Sujet du message: 1459-03-07 Tournoi de Vincennes [Campement] Répondre en citant

Aimelin a écrit:
[Opération tentes]


Des chutes, des rires, des joies, de rares rencontres et quelques boissons... voila ce qu'il retenait des joutes auxquelles il participait avec quelques unes favorites au milieu du nombre. Certaines lui laissaient un souvenir agréable, d'autres moins, et cela quel que soit sont résultat. Il fit une moue amusée en pensant au Lavardin où il avait fait un passage rapide et balaya l'air de sa main tandis qu'il regardait les hommes de camps finir de monter les tentes. Une autre petite moue se disant qu'il devrait peut être envisager de prendre des femmes de camps, leur compagnie serait quand même bien plus agréable.

Pendant quelques secondes il ne fit plus attention aux cris et à l'agitation qui l'entouraient, son esprit étant fort occupé à se remémorer le souvenir de quelques jeunes femmes ayant occupé son espace vital le temps de moments mémorables.. ou pas.


- se.. sei... seigneur ? je... j'ai.. f.. f... fini
- mmm ?
- le.. l..les t.. tt.. ten..ttes


Regard perplexe vers Ernest, puis regard vers les tentes. Ce brave gars qui avait tenu à abandonner sa place à la prévoté béarnaise pour entrer à son service au Domaine, en tant que garde, était efficace, mais son élocution provoquait souvent chez le jeune lieutenant quelques signes d'impatience.

- oui merci Erernes
- n.. non pas .. er.. erern..nest... er... ere.. rernest
- oui Erernest c'est bien ce que je dis


Il ne comprenait pas pourquoi à chaque fois, il lui répondait la même chose... Erernest c'était bien le prénom qu'il lui donnait. Donc, le plus souvent afin de gagner un temps précieux, Aimelin l'appelait "soldat" ou ne l'appelait pas du tout.

Un regard autour de lui afin de savoir ce que faisait le reste de la petite troupe et il aida Ernest à planter les deux oriflammes, le voyant empêtré sous les drapeaux.


- je vais t'aider
- m.. m... me..
- de rien.. je ne voudrai pas que tu meures étouffé sous les couleurs de la Dame de Lasson
.

Petit sourire, et une fois la manoeuvre finie, il se dirigea vers sa tente afin de poser quelques affaires.


        ********




Ptitmec13 a écrit:
A peine les joutes finies qu'il fallait partir pour d'autres... Et on enchaine... On essaie de garder le rythme... Et après celles là ça serait quoi? Le tournoi de champagne pour la qualification du Tournoi Minerve? La blonde était servie, elle aimait les joutes, elle joutait. A tel point qu'elle pensait quitter la prévôté béarnaise. La seule chose qui la retenait au final c'était les prévôts qui se succédaient.. des amies... des prévôts qu'elle ne voulait pas laisser dans la panade.
Elle en était là de ses pensées lorsqu'elle vit les 2 oriflammes, à proximité du campement de Minerve et de leur Suzeraine bien sur, et un Seigneur qui regagne sa tente.
Et.. hoooo!! Le garde Ernest... Aime avait fini donc par le prendre à son service. Elle s'approcha de lui et mit pied à terre.


Bonjour Erernest.
Bonjour Li..Lieut...tnant Ch..Chh..
Dame ça suffira vous embêtez pas avec Lieutenant Chef.. Nous ne sommes pas à la Prévôté ici.
Bi..bien.. Da.. Dada..Dame
Heureuse de vous revoir Erernest
Pfffff Er..Ern..Ern.. est pas Er.. Erer..nest!


Haussement de sourcil, la blonde se dit que décidément elle ne comprend pas pourquoi il la reprend toujours alors qu'il dit la même chose.

Oui c'est ce que j'ai dit.
N..Nnnonnn!
Si vous l'dites. Enfin.. Tenez Belle Dragonne je vous laisse l'amener rejoindre Altaïr, et vous en occuper, je vais voir si je peux aider le Seigneur d'Etampes sur Marne pour ma part.


La Dame de Lasson lui tendit les rennes et s'approcha de la tente d'Aimelin.

Toc Toc! Visible ou pas, beau brun, j'm'en fous je rentre.


Elle releva le pan de tente servant de porte, espérant qu'il soit seul et qu'elle ne dérangerait pas un moment.. hum.. sans commentaire. Elle entre.


Aimelin a écrit:
[Campement - Avant les émimininatoires]


- toi ... franchement parfois... je me demande pourquoi je t'emmène

Affairé pres de la malle qui contenait les pièces de son harnois, le jeune lieutenant prévôté avait sorti le heaume si cher à son coeur et le regardait.
Un petit geste pour rabattre la visière.


- oui caches toi vaut mieux

Il allait le reposer quand il entendit une voix connue.

- Toc Toc! Visible ou pas, beau brun, j'm'en fous je rentre.

Ha ben heureusement l'était visible sinon il n'aurait même pas eu le temps de se cacher dans son heaume. Il se retourna et sourit en voyant rentrer son amie, et posa le couvercle de l'armure sur la seule table présente à côté de la malle.

- bonjour Cécé. Je suppose que t'as vu le panneau d'affichage, suis encore bon pour les éliminatoires.

Soupir de l'ébouriffé. Il aimerait bien se faire plaisir avec quelques galops et puis Dotch arbitrant les tournois il serait fier de pouvoir aller le plus loin possible.

- pour une fois que notre Suzeraine et amie est là, j'aimerais pouvoir aller plus loin que les 16ème.


Ptitmec13 a écrit:
Bonjour beau brun. Hum.. dommage, j'espérais te trouver en petite tenue pfff. Va falloir que je tente autre chose.

Sourire en coin, elle lui déposé une tendre bise.


Oui j'ai vu pour les éliminatoires. J'y échappe pour ma part alors si tu veux je peux t'aider pour ton incarcération dans ta boite de fer.

Elle tapota légèrement sur le dessus du heaume posé sur la table.

Je te comprends, ce serait un honneur pour elle de nous arbitrer au plus loin que l'on puisse aller, surtout pour ses premières joutes en tant que juge. Mais je sais que, quoi que l'on fasse, elle sera fière de nous.

Elle s'approcha de lui, l'azur dans le gris et l'enlace tendrement. Merci la tente de cacher cela...

Bon alors, je te déshab.. euh..t'habille?


Aimelin a écrit:
Petite grimace faussement offusquée.

je n'ai pas l'habitude de me promener en petite tenue dans une tente au milieu d'un campement ... surtout avec plein de femmes autour. Sait on jamais que l'on n'attente à ma pudeur.

Eclat de rire avant de baisser la voix ... tu imagines si notre blonde Duchesse entrait ? je ne voudrais point la choquer.

Petit haussement de sourcils, marque de réflexion ou d'intérêt de la part du jeune gars.

- m'aider à m'incarcérer dans ce truc ? ... regard suspicieux et accusateur vers le harnois ... mmm pourquoi pas. Kirika pourra se joindre à toi si elle arrive. Quatre mains de femmes, mais que demande le peuple !

Il avait dans l'idée d'utiliser une autre sorte d'armure pour les joutes, bien plus légère et agréable à porter, mais au vu des chocs qu'il recevait il hésitait encore, et il trimbalait donc partout sa boite de fer.

- Je te comprends, ce serait un honneur pour elle de nous arbitrer au plus loin que l'on puisse aller, surtout pour ses premières joutes en tant que juge. Mais je sais que, quoi que l'on fasse, elle sera fière de nous.
- mm je sais qu'elle est toujours fière de nous mais lorsqu'elle est là j'aimerais tellement .. briller... regard vers le heaume rutilant... comme ce couvercle, avant de se mettre à rire... je crois que passer trop de temps sur les chemins me fait perdre l'esprit.

Il faillit avoir un mouvement de recul en la voyant se rapprocher, mais se ravisa bien vite et il l'enlaça à son tour, affichant un sourire complice à sa fausse erreur.

- bah faut que je me déshabille avant de rentrer dans cette boite de fer. Ernest sera de corvée une autre fois. Tu as vu que je l'ai emmené jusqu'ici ?

Il laissa ses mirettes grises partir vers les pans de la tente. Si Ernest lui rappelait la prévoté, il lui rappelait aussi ce matin de juillet ou soeur Elisabeth était venue lui apporter cette terrible nouvelle. Il chassa tres vite ces pensées.

- je l'ai pris au Domaine en tant que garde. C'est un brave gars et je sais qu'il sera toujours fidèle. Et puis il me fait sourire.


Ptitmec13 a écrit:
Elle sentit l'hésitation et répondit au sourire complice par un sourire chaleureux... Elle allait pas le manger... Rhoooo... Quoi que... Une lueur taquine passa dans son regard mais ce fut la seule chose qui témoigna de sa pensée.

4 mains de femmes.. Ha ben voilà.. Tu fais le gourmand déjà... Sacré toi!!!

Elle lui caressa la joue avec douceur..

Mais tu brilles déjà comme un sou neuf. Tu es charmant, intelligent, tu as des c.. euh du courage. Bon t'es ébouriffé mais ça on n'y peut rien.

Elle émit un petit rire taquin en l'ébouriffant un peu plus.

Et en plus je vais avoir droit à un effeuillage avant l'incarcération... Mais que demande le peuple?

Volontairement elle avait repris son expression.

Peut être que l'effeuillage se fasse en public? Enfin là ça serait surtout pour le peuple féminin que ça serait agréable. Tiens on pourrait demander à Erernest justement ce qu'il en pense.. Enfin si on a du temps à perdre à attendre une réponse qu'il mettra la journée à nous donner.
Je l'ai vu, oui tout à l'heure. Je suis contente pour lui, il sera mieux au domaine qu'à la prévôté.


Elle perçut l'ombre dans son regard mais n'en dit rien. Elle imaginait bien à quoi il avait pensé.

Y a pas plus fidèle que lui c'est vrai. Sa diction me fait aussi sourire.. mais m'agace aussi parfois, surtout quand le message qu'il transmet est urgent.

Elle descendit une main dans son dos.. direction.. le fessier du jeune seigneur mais là où on aurait pu attendre autre chose, elle lui donna un bonne tape dessus en prenant un regard mutin.

Bon alors ton effeuillage tu le fais? Que je puisse te touch..hum.. t'équiper partout.

Elle lui déposé un baiser chaste sur les lèvres avant de se reculer en souriant.


Aimelin a écrit:
Il fit une moue étonnée et dubitative aux éloges qu'elle lui faisait et fronça les sourcils lorsqu'elle l'ébouriffa.

tu sais que c'est une amie, Petitangelot, qui m'a surnommé ainsi pendant la guerre Champagne Artois. C'était en mars 56, elle avait toujours ce geste pour m'ébouriffer.

Il s'arrêta quelques secondes à l'évocation de Mel. Des images défilaient devant ses yeux, leur tendre relation et les moments qu'ils partageaient et qui adoucissaient la guerre qu'ils vivaient.

elle était chevalier à l'écus vert. Une sacré cavalière et une sacré combattante.
Elle m'a appris tout ce que je sais sur les combats avant que je sois Loup de Champagne et pendant que j'étais sous ses ordres. Elle m'a appris des choses sur les chevaux, sur les plantes et les soins.


Il changea le ton de sa voix et sourit lorsqu'elle fit allusion à l'avis d'Ernest, le soldat à l'éllocution laborieuse, et afficha un air amusé lorsqu'il sentit les mains de la blonde descendre sur ses fesses. Et pas le temps de répondre, la belle était rapide, venant lui déposer un baiser avant de reculer en le regardant. A nouveau petit froncement de sourcils, posant une main sous son menton et la regardant.

moui, ça c'était un baiser de jouvencelle apeurée.

Sans plus de façon il s'approcha d'elle et la prit par la taille laissant ses lèvres rencontrer à nouveau les siennes, mais cette fois ci pour un baiser bien plus long histoire de faire durer quelque peu le plaisir. Diantre que c'était bon et que ça faisait du bien. Il n'avait pas embrassé une femme depuis quelques semaines.. enfin quelques jours peut être.

Il décida d'être bon prince et de la laisser respirer, lachant sa taille et reculant à son tour de quelques pas en souriant d'un petit air provocateur.

Par chance personne n'était entré, même si leur entourage les savait plus ou moins libertins, enfin plus ou moins, c'est-à-dire plus pour Ptit un peu moins pour Aime.. du moins pour le moment.
Il était vrai que la petite discussion amicale dans cette salle d'archives avec cette superbe juge avait éveillé quelque peu ses sens et son appétit, qu'il n'avait pu hélas assouvir, ne voulant se retrouver en procès pour libertinage intensif dans les locaux de la cour d'appel. Depuis il se rattrapait en meublant les instants calmes par des petites choses agréables de ci de là.


mmm si on passait aux choses sérieuses ? parce que la boite en fer je ne voudrai pas qu'elle rouille.

Il manquait plus que ça que non content d'être emprisonné, il se fasse remarquer en marchant.
Il dénoua sa chemise qu'il posa sur l'un des deux fauteuils, tout en surveillant son amie du coin de l'œil. C'est qu'il la connaissait et il fallait toujours être prêt à parer une éventuelle attaque.
Puis il regarda la côte de mailles, se demandant pourquoi on ne les faisait pas en tissus, pour que ça soit bien plus confortable
.

Neyco a écrit:
La miss biscuit en passage en mode hôte se déplaça de tente en tente afin de faire connaissance avec les jouteurs et s'assurer surtout qu'ils ne manqueraient de rien.

La tente de sa première adversaire, ah ça elle s'en souvenait et po qu'un peu. Mais bon les joutes était une chance de voir ses amis encore plus avant tout.

N'osant point entrer ainsi étant bien élever (et vi mine de rien), se fit annoncer en s'annonce elle même. A la guerre comme a la guerre.

Parlant un peu fort pour qu'on l'entende de l’intérieur de la tente.


Oyez du campement le bonjorn!

Ptitmec13 a écrit:
Hummm... Ce baiser... Depuis combien de temps ne s'était-il pas embrassé tous les deux? Elle ne comptait pas les baisers chaste qui avait rien d'autre à démontrer que l'amitié qui les liait, ni celui d'Alluyes, un gage.. bien agréable le gage il est vrai.. mais un gage pour l'avoir vaincu en lice. D'ailleurs elle attendait toujours qu'il lui disse quel gage l'attendait pour les joutes de Soyes... Elle avait beau réfléchir mais... leurs dernier baiser remontait à... l'été 57... Pourquoi me direz vous? Les blessures, la vie, l'amour, tout ça avait été respecté. Il n'en était pas moins resté ami et il fallait qu'elle se l'avoue, elle tenait à lui beaucoup plus qu'à sa vie dissolue. Elle répondit au baiser si délicieux, les souvenirs des dossiers de redressement d'impôts lui revenant en pleine figure.

mmm si on passait aux choses sérieuses ?

Hein quoi maintenant? Mais.. Il avait reculé, la regardant d'un air provocateur.

parce que la boite en fer je ne voudrai pas qu'elle rouille.

Reprise d'esprit qui se fait en 2 secondes chrono.

Vas y. A toi l'honneur, vive l'effeuillage!!!!

Appuyée négligemment sur la table elle le regarda ôter sa chemise.. Rhooo pourquoi faut il qu'il aille jouter? Quand il pose le vêtement sur le fauteuil elle attrape la cote de maille. Pff et dire qu'elle avait ça jusqu'à présent et qu'elle revivait depuis que son frère lui en avait fait une plus légère renforcée uniquement aux endroits nécessaires.

Aller enfile tes bras la dedans... Faudra que tu t'en fasses faire une plus légère quand même.

Elle fit passer délicatement le tête puis lentement mit en place la cote, vérifiant que les mailles ne se tordent pas. Ce faisant ses mains effleuraient sa peau et elle se demanda, histoire de garder le contrôle, pourquoi il ne portait pas comme elle une fine chemise de toile pour éviter le contact froid avec le fer. Enfin elle allait pas râler à ce moment là, elle en profitait.

Elle prit ensuite les cuissards et posa un genoux à terre en pouffant de rire. La situation pouvait porter à confusion et si une personne venait à voir ce tableau l'imagination pouvait les porter très loin.


Rêves pas trop hein, je ne vais pas te faire une demande en mariage.

D'abord le premier puis le second.. Vint le tour des jambières qu'elle alla chercher pour se remettre à genoux devant lui. Une fois fini elle relève les yeux vers lui.

Ho Aimelin, Aimelin, pourquoi es-tu Aimelin?*

Mais qu'est ce qu'elle raconte elle. Elle éclate de rire de sa bêtise et se lève d'un coup, faisant mine de s'épousseter les jambes avant d'aller chercher la cuirasse.

Oyez du campement le bonjorn!

La blonde faillit laisser tomber les morceaux en entendant une voix dans le campement. Elle regarda Aimelin l'air de dire: tu attends quelqu'un? Une femme ça pouvait être que pour lui qu'elle venait..

Le plastron et la dossière encore en main Ptit passe la tête par la toile de porte puis voyant Neyco sort complétement de la tente d'Aimelin qui se trouve en face de la sienne.

Hoo bonjour Baronne. C'est un plaisir de vous voir dans d'autres conditions.
Hum.. vous permettez? Je termine une mise en fer et je suis à vous.


Sourire d'excuse en montrant la cuirasse dans ses mains puis se hâte.
Alors la plastron devant la dossière derrière, on relit tout ça, on attache bien. En même temps elle explique à Aime que c'est la Baronne qu'elle a battue à Soyes qui est là dehors. Les salières.. Elle était pourtant sure d'oublier une chose mais quoi? Elle haussa les épaules et lui sourit.


Tu peux finir seul? Je préfère ne pas trop laisser seule la Baronne.
Et puis tiens, celui là c'est pour te porter chance... Enfin j'espère...


Elle s'avance et lui donne un long baiser langoureux puis se recule en souriant.

Tu vas la gagner cette manche d'éliminatoires, j'en suis sure et certaine.

Un clin d'œil et elle file rejoindre la Mini biscuit à l'extérieur.

Me voila. Monsieur est fin prés pour les éliminatoires.. Enfin Presque.
Désirez vous boire quelque chose? Un jurançon, une bière à la châtaigne.. Il doit nous rester un peu de vin de champagne aussi.


Elle lui adressa un sourire chaleureux en lui montrant la tente d'intendance.


* Tirade bien connue de Roméo et Juliette mais revisitée.. et oui je sais la pièce n'est pas encore écrite en 1459

Aimelin a écrit:
[Campement - Avant les émimininatoires]


Côte de maille revêtue sans qu'il ai le temps d’enfiler une chemise ou son gambison. Qu'à cela ne tienne, il n'était pas douillet et il en avait vu bien d'autre. Cuissards, jambières, heureusement amortis par le vêtement qu'il portait en dessous.

- j'ai une armure bien plus légère. Cote de maille revêtue de tissus dessous et dessus.
Je verrai ça pour les prochaines joutes si je passe.


Il sourit amusé à l'évocation du mariage. Qu'Aristote l'en protège, ça n'était pas dans ses projets, il avait quelques envie de liberté à la place.

Oyez du campement le bonjorn!

Son regard gris se porta vers l'entrée de la tente. De la visite ? il ne reconnaissait pas la voix et rendit son regard à Ptit lui faisant comprendre que ça n'était pas pour lui spécialement. Il écouta son amie lui parler de la Baronne qui attendait, tout en se laissant faire pour la fin de l'encastrage et se retrouva peu après dans sa prison de fer, soupirant légèrement.

- Tu peux finir seul? Je préfère ne pas trop laisser seule la Baronne.
Et puis tiens, celui là c'est pour te porter chance... Enfin j'espère...

- oui je fi…le baiser lui coupa son élan. C'est qu'elle y prenait goût la blondinette et ça le fit sourire... vais essayer de la gagner oui. Salues la Baronne pour moi en attendant que je vous rejoigne.

Il se demandait où pouvait être la jolie brune et la pas plus haute que trois pommes. Sans doute la fillette avait elle voulu voir les chevaux ou l'animation qui régnait pendant les joutes. Bottes enfilées et protections de même, il attrapa messire heaume et sortit de la tente.
Les bruits de voix venait de la tente d'intendance et il s'y dirigea, bien qu'empesé par la côte de maille et les protections.

Un sourire en inclinant juste la tête, l'habit étant peu confortable.


- bonjour Baronne.
Aimelin, bienvenue dans notre modeste campement.



Neyco a écrit:
La mini biscuit sourit en voyant la Dona de Lasson.

Bonjorn a vous ma chère.

Toute sourire.

Mais je vous en prie.

Souriante toujours attendant peu de temps.

Je vois on s’équipe entre équipier. J'aime assez. Et c'est pour cela que je deviens friande de joutes. Au final gagnant ou perdant, les règles ici de bien des choses sont différente d'autre endroit disons plus pompeux.

Reflechissant.

Hum plus un blonde mousseuse oui.

La gratifiant d'un sourire elle vit le dit Mossieur et le salua.

Bonjorn a vous Aimelin. Je fais partie des organisateurs en plus des jouteurs professionnel de chutes.

Faisant un sourire en coin.

Je viens m'assurer que vous ne manquez de rien. Par la même sachez que si il y a petite blessure ou autre n’hésitez point a me faire mander je me ferai joie de vous aider. J'ai des linges au cas ou. Et ceci cela vaut aussi pour vos ami a quatre pâtes. Si besoin d'un fer ou d'un réajustement de selle ou autre ma forge est un peu plus loin. En fin de joutes j'irai voir si l'on a besoin de moi.


Elisabeth_stilton a écrit:
Campement suivant ... ba oui elle allait tous les faire.

Bonjour, je me présente Elisabeth Stilton de Lasteyrie, Maître du Haras Royal. Je viens vous souhaiter la bienvenue et voir si vous ne manquez de rien.


Ptitmec13 a écrit:
L'entrainant vers l'intendance elle sourit à la remarque de la baronne.

Avant d'être équipiers nous étions avant tout amis. Rien n'a changé. Nous participons toujours aux mêmes joutes. Nous avons même était anoblis ensemble. Mais je vous avoue que parfois les convenances et moi même ne faisons pas bon ménage. Mais chut, j'essaie de me soigner.

Elle prit une chope merveilleusement étamée et lui servit une bon bière bien fraiche. Ben oui quoi les nuits sont encore fraiches pas besoin de frigo... gné... c'est quoi un frigo? Quelque chose qui verra le jour dans plusieurs siècle, Gars.
Elle se servit un verre de jurançon pour elle même et la rejoint au moment où Aimelin entrait dans la tente dont le double panneau de toile servant de porte avait été relevé et roulé pour plus de clarté.

Tu veux boire un verre Aime avant d'y aller? Tu as besoin de quelques choses sinon?

Je vous remercie pour votre sollicitude, vraiment, mais j'espère que nous n'en aurons point besoin. Et puis mon écuyer devrait ne pas tarder à arriver avec sa compagne, qui est médicastre.

Sur ce une autre personne arriva et se présenta.

Bonjour, je suis Célénya Océalys, et je vous remercie pour vos vœux de bienvenue ainsi que de votre sollicitude.
Je vous sert un petit verre? Ou même un grand?


Aimelin a écrit:
[Avant les Eliminatoires]


Bonjorn a vous Aimelin. Je fais partie des organisateurs en plus des jouteurs professionnel de chutes.

Ce qui était sûr c'est que l'accueil était plus qu'agréable. Il aurait bien aimé pouvoir visiter ces écuries dont lui parlait de temps en temps sa Suzeraine. Il savait qu'elle renfermait de belles montures et il ne manquait pas une occasion pour parfaire ses connaissances et assouvir sa curiosité côté chevaux.
Il la remercia d'un sourire et d'un signe de tête, pas tres à l'aise dans sa tenue de joute, faisant rouler son heaume entre ses mains, l'examinant de temps à autre.


Tu veux boire un verre Aime avant d'y aller? Tu as besoin de quelques choses sinon?
non merci Ptit. Je préfère le prendre au retour des joutes.. sait on jamais qu'il trouble ma vue.

L'arrivée d'une autre jeune femme, non moins jolie, lui fit tourner la tête. Décidément, malgré les éliminatoires, elles s'annonçaient plutôt agréables ces joutes.

Bonjour, je me présente Elisabeth Stilton de Lasteyrie, Maître du Haras Royal. Je viens vous souhaiter la bienvenue et voir si vous ne manquez de rien.

Il inclina à nouveau la tête, et sourit à la nouvelle venue.

Bonjour Dame.
Aimelin ... merci pour votre accueil à toutes les deux. Le Haras Royal est vraiment entre de bonnes mains à ce que je vois.





Citation:
******************



Ptitmec13 a écrit:
[Campement - Après les éliminatoires]

Elle ne revenait pas bredouille des gradins. Non. Elle y avait rencontrer Kevin et une amie à lui. La jeune fille désirant voir les coulisses ils avaient traversé l'aire des campements.
Pour finir ils étaient arrivés au campement des Vassaux de la Florentin.


La tente d'intendance est juste là.. Installez vous j'arrive tout de suite.


Elle leurs sourit puis pris la direction de la tente d'Aimelin. Elle passa la tête par l'entrebâillement des panneaux de toile servant de porte, ça s'annoncer.. hum.. Faudrait qu'elle y pense quand même à l'occasion... Sait-on jamais... Ernest s'affairaient à désincarcérer le jeune Seigneur.

Félicitation Beau Brun. Mais va falloir raser les murs maintenant pour pas croiser l'Infâme.

Sourire en coin à ces mots puis elle continue.

Nous avons de la visite, tu nous rejoins quand tu ne seras plus l'homme de fer?

Un clin d'œil puis elle file rejoindre les autres dans la tente centrale.


Aimelin a écrit:
[Campement - Après les éliminatoires]


Il était heureux d'avoir remporté cette joute le jeune Lieutenant, mais il était un peu soucieux. Il avait laissé Altaïr dans le petit espace clos à l'abri sous quelques arbres et l'avait débarrassé de ses protections avant de rejoindre la tente ou Ernest l'attendait.

- v... vous a.. av...
- oui j'ai envoyé à terre mon adversaire. Je ne me suis sans doute pas fait un ami, il n'a point répondu.


Il se laissa débarasser des jambières, cuisseaux et attrapa ses braies dans un réflexe pendant que le gars détachait les pièces des bras, et les autres pièces.

Félicitation Beau Brun. Mais va falloir raser les murs maintenant pour pas croiser l'Infâme.

Il leva les yeux vers l'ouverture de la tente.

oui... quoi que nul besoin de raser les murs, nous nous croisons tres rarement. Puis haussant les sourcils ... de la visite ?
au fait Kirika doit se promener avec Angélique sa fillette. La petite a dû vouloir visiter un peu.


Un regard vers la blonde qui sort de la tente, et un vers Ernest qui finissait d'enlever les dernières pièces.

- je vais me raffraichir. Si tu veux vaquer à tes occupations fais donc, je n'ai plus besoin de toi pour aujourd'hui.

Enfin libéré de son carcan, il entreprit de se rafraichir, et se dépoussiérer, avant de revêtir braies et chemise propre.
Une fois habillé de frais, il sorti de sa tente pour se diriger vers celle où le petit groupe se trouvait.

Cooky a écrit:
Toujours à la traîne qu'elle était, une constante presque immuable en ce qui la concernait. A prendre soin de son précieux gobelet et plus encore de son contenu, elle s'était laissée distancer par la blonde et ses amis. Heureusement, ayant déjà traversé les lieux à son arrivée, elle avait une vague idée de l'endroit où se trouvait le campement recherché.

Lorsque finalement elle repéra les couleurs des deux jouteurs, le gobelet était vide. Ce petit détour lui avait au moins permis de ne point arriver calva en main. Elle rangea prestement le récipient puis s'approcha de la tente qu'elle se souvenait être celle de Ptit.

Elle n'était pas encore arrivée qu'elle vit le Seigneur d'Etampes sur Marne sortir de la tente voisine. Ralentissant le pas pour se mettre à sa hauteur, elle le salua de ce qu'elle espérait être la manière adéquate.
Se fendit d'une révérence, pas très adroite mais aussi digne qu'elle le pouvait...


Bonjorn Messer Aimelin, c'est un plaisir de vous revoir.
J'ai pu assister avec Célénya à votre prestation en lice, vous fûtes bien adroit, toutes mes félicitations.
J'espère que la suite de ce tournoi se déroulera pour vous sous un aussi bon augure.


Puis elle reprit sa marche jusqu'à ce qu'ils parviennent tous deux à l'entrée de la tente où se tenait le petit groupe.


Alienor_vastel a écrit:
[Tente d’intendance – Après les éliminatoires]

La petite blonde et Kevin avaient donc suivi Célénya dans le campement, au milieu du dédale des tentes. Robe légèrement relevée d’une main pour faciliter la progression, Aliénor profitait de sa présence en ces lieux pour observer. Et ce qu’elle découvrait lui plaisait de plus en plus, il y avait quelque chose de grisant, d’excitant dans l’effervescence qui régnait. Ses pervenches balayaient, elle voulait en profiter au maximum, ne sachant si elle aurait à nouveau l’occasion d’assister à pareil spectacle. Rapide réflexion, elle pourrait tenter de persuader son parrain d’organiser des joutes sur ses terres. A voir…

En arrivant auprès du campement, elle sourit, se remémorant la proposition de Célénya d’y installer une tente ou deux pour Kevin et elle. Tsss, regard en biais vers le jeune homme, accompagné d’un sourire espiègle. Kevin était un ami cher, ils avaient ensemble une relation qui s’apparentait davantage à la tendresse qu’il peut y avoir entre un grand frère et sa petite sœur qu’autre chose, et elle n’imaginait pas, mais alors vraiment pas partager une tente avec lui. De toute façon, la question ne se posait pas puisqu’elle avait déjà trouvé à loger.

Célénya les avait dirigés vers la tente d’intendance, et Aliénor y pénétra la première, poussant de la main le pan de toile. Regard circulaire et curieux sur les différents coffres posés à terre en même temps qu’elle dégrafait le fermail de son mantel qu’elle ôta de ses épaules pour le placer, replié, sur son bras. De sa main libre, elle secoua un peu sa chevelure blonde avant de la passer dans ses cheveux, doigts écartés, tel un peigne pour tenter de leur redonner un semblant de tenue.
En attendant le retour de leur hôte, partie prévenir son compagnon de joutes.

Ptitmec13 a écrit:
[Tente d'intendance - après les éliminatoires]

Elle avait rejoint Kevin et Alienor dans la tente d'intendance et les invita à s'installer aussi confortablement qu'il puisse se faire dans les fauteuils de toile qui les accompagnaient maintenant à chaque joute. Bien plus confortable que les bancs de bois présents autour de la table de repas.

Le Seigneur d'Etampes sur Marne de devrait pas tarder à nous rejoindre.
Puis-je vous offrir à boire? Nous avons du calva..


Sourire en coin en pensant à la réaction de la jeune fille dans les gradins.

Sinon en moins fort je puis vous proposer du Jurançon bien frais, c'est du vin blanc de part chez nous, ou du vin de Champagne. Il doit nous rester aussi un peu de bière à la châtaigne aussi.

Attendant la réponse elle s'était accroupie prés d'un coffre dans lequel elle chercha chope et gobelet en étain. Ho elle aurait pu demander à un valet de faire le service mais l'installation du campement n'était pas simple et elle pensa qu'ils avaient eu assez à faire avec cela sans en plus devoir servir tout ce petit monde.
Elle se relevait, les mains prises par les contenants au moment où Cooky et Aimelin arrivaient.
La fin de journée s'annonçait joyeuse.

Kevin60330 a écrit:
Après les éliminatoires Kevin suivait célénya de prêt en compagnie d'Alienor. Ptit leur avait proposer une tente où ils pourraient se loger. Dans la tête du "prévôt" il était hors de question de partagé une tente avec qui que ce soit surtout avec Alienor sauf si on veut une catastrophe, par ailleurs Kevin considérait Alie plus comme une petite sœur, par moment disant même que c'est son élève.

Peu importe ils arrivèrent enfin a la tente centrale où Célénya leur ordonna d'attendre un petit moment.

Mais Kevin lui voulais voir Célénya et personne d'autres peu importe en attendant il était avec sa petite protégé ...encore une fois ^^.

Il regarda alors Alienor puis..


Je me demande ce que Ptit est partie faire! Je viens pour la voire et voila qu'elle me laisse..avec une blonde.

Il jeta un petit sourire envers Alienor avant de se prendre un énième coup de pied.

Alienor_vastel a écrit:
[Toujours dans la tente d’intendance et toujours après les éliminatoires]

Entre la curiosité d’Aliénor et l’impatience de Kevin, un observateur extérieur n’aurait su dire laquelle était la plus vive. D’ailleurs, le jeune homme ne se priva pas pour exprimer son humeur.

Je me demande ce que Ptit est partie faire! Je viens pour la voire et voila qu'elle me laisse..avec une blonde.

Nouveau coup de pied de ladite blonde, après celui déjà donné dans les tribunes, léger mais histoire quand même de ne pas laisser passer la chose. Et un regard qui se veut sévère, démenti par l’amusement contenu dans sa voix.

Dis tout de suite que ma présence t’ennuie, j’peux partir, hein !

"Menace" qu’elle n’eut pas le temps de mettre à exécution avec le retour de Célénya. Leur hôtesse leur proposa de prendre place dans des fauteuils en toile, et Aliénor ne se fit pas prier, les assises des tribunes d’où ils venaient étant pour le moins inconfortables, en profitant par la même occasion pour poser son mantel sur le dossier.

Le Seigneur d'Etampes sur Marne de devrait pas tarder à nous rejoindre.
Puis-je vous offrir à boire? Nous avons du calva..
[…]Sinon en moins fort je puis vous proposer du Jurançon bien frais, c'est du vin blanc de part chez nous, ou du vin de Champagne. Il doit nous rester aussi un peu de bière à la châtaigne aussi.


Aliénor n’avait pas été sans remarquer le petit sourire de la jeune femme lorsqu’elle avait évoqué le calva. Hmm… non, toujours pas, du moins pour l’instant. Elle se releva pour se rapprocher de la béarnaise qui fouillait dans un des coffres, sortant contenants divers.

Jurançon, ça me paraît bien, cela me donnera l’occasion de découvrir un peu de chez vous. Ajoutant d’un ton un peu désolé Je suis navrée de n’avoir pour ma part rien à vous proposer, c’est très impoli de s’inviter de la sorte, qui plus est les mains vides…
Petite pause Mais laissez-moi vous aider avec tout ça !

A ce moment, le pan de la tente qui faisait office de porte s’ouvrit à nouveau, laissant la place à la brunette de tout à l’heure et un homme, relativement jeune (enfin pas trop vieux aux yeux de la blonde adolescente), qu’Aliénor supposa être le Seigneur qu’elle avait vu jouter peu auparavant.

Les pervenches se posèrent sur ce dernier, la blondinette ne pouvant se retenir de le détailler, mèche blonde tortillée autour de l’index dans un réflexe machinal. Plutôt bel homme, du charme, une certaine prestance… Si sa compagnie valait son apparence, la soirée promettait d’être agréable !

Se rendant compte soudainement qu’elle n’avait cessé de dévisager l’entrant, elle baissa légèrement le regard, attendant que les présentations soient faites.

Aimelin a écrit:
[Apres les éliminatoires]


Un arrêt en voyant la petite galette arriver à sa hauteur et un autre sourire amusé en la voyant faire révérence. Il l'avait déjà cotoyé et il était toujours étonné de la distance qu'elle laissait entre eux.

Bonjour Cooky, tres heureux de vous revoir à nouveau... il sourit à ses compliments .. merci de ce compliment mais les joutes sont aussi une bonne part de chance.

Tout en discutant ils étaient arrivés devant la tente d'intendance et il ouvrit les pans, s'inclinant pour laisser entrer la jeune femme, avant de laisser retomber les pans derrière lui.
Son regard gris parcourut les occupants de la tente et s'arrêtèrent sur Kevin qu'il avait déjà aperçu à Soye, un prétendant de la belle blonde s'il ne se trompait pas.
Une jeune fille blonde se tenait près de Cécé et il attarda son regard sur elle. Non pas à cause de sa beauté, mais quelque chose l'interpelait tandis qu'elle jouait avec une mèche de ses cheveux. Ce visage, ces boucles ne lui étaient pas inconnus et pourtant il était certain de ne l'avoir jamais croisée.
Tout à ses pensées, il resta quelques secondes sans parler ni bouger, fouillant dans sa mémoire, puis fit quelques pas vers elle et Cécé. C'était encore une adolescente et il l'imagina avec seulement quelques années de plus, resplendissant. Il remarqua qu'elle ne le lâchait pas des yeux et fût légèrement gêné et arrêta de la dévisager à son tour, sans abandonner ses pensées parties dans des souvenirs lointains.

Il se décida quand même à ouvrir la bouche pour saluer tout le monde


bonjour damoiselle, bonjour messire Kevin... regard amusé vers Cooky et Cécé... mmm j'espère que vous m'avez gardé un peu de boisson j'avoue en avoir besoin.

Puis reportant ses mirettes grises sur Aliénor, il inclina le buste en souriant.

je suis Aimelin... bienvenue dans notre modeste campement.


Cooky a écrit:
[Buvons encore, une dernière fois...]

Tout en marchant vers la tente, elle tentait de deviner la raison du sourire que Aimelin avait ébauché en la saluant. Surement sa révérence qui ne devait pas être de première main ou peut-être ses félicitations... en avait-elle trop fait ? Elle ne savait pas même monter sur le dos d'un cheval, alors jouter relevait pour elle de l'exploit pur et simple.

Et puis, elle ne savait jamais trop comment elle devait se comporter avec les uns et les autres, peu habituée à côtoyer des personnes en dehors des tavernes ortheziennes. Il n'y avait qu'avec Ptit et la Duchesse que sa position était claire mais avec l''ébouriffé, elle hésitait. Alors cela dépendait de son humeur. C'était là tout un problème pour elle.

Remisant ses questions à plus tard une fois de plus, elle le précéda dans la tente intendance.


Hum... je crois que j'ai réussi à me perdre en chemin.
Tu aurais quelque chose pour me faire oublier ça Ptit ?


Sourire angélique, toutes les excuses étaient bonnes pour se faire offrir une chope digne de ce nom.


Kevin60330 a écrit:
Célénya venait de revenir juste après que Kevin recevait un coup de pied d'Alie. Les pauvres tibia risquent d'en finir marqué a vie force, déjà qu'ils étaient partiellement recouvert de bleue a force de se prendre des coups.

La proposition de boire un verre était alléchante mais Kevin refusa poliment préférant rester totalement sobre et puis il décida de limité ses consommations d'alcool.

Et voila Aimelin qui faisait son entré, et Kevin était heureux qu'il se porte toujours aussi bien depuis leur dernière rencontre au domaine de Soye.

Citation:
bonjour damoiselle, bonjour messire Kevin..


Le Bon jour Seigneur Aimelin, mes félicitations pour votre victoire magnifique qui plus est.

Mais Kevin voyait qu'Aimelin était intrigué par la présence d'Alienor et le regard en disait long , comme si une vague de souvenir surgissait dans la tête du seigneur d'estampes.

Il se tourna vers Célénya.

Je prendrais finalement un peu de Calva.


Elisabeth_stilton a écrit:
[hrp]Désolé du temps de réponse avec tous les topic je me suis perdue Embarassed [/hrp]

Elle les avaient laissé le temps des éliminatoires puis revint leur parler, elle avait fait de cette journée une mission spécial parler des écuries. Elle salua les personnes qu'elle n'avait pas vu au départ.

Même si ma réponse est tardive j'accepte volontiers le verre.
J'aimerai vous parler des missions des écuries, si cela ne vous dérange point.

Aimelin a écrit:
[Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles...*]


Abandonnant le visage de la jeune Alienor, le jeune lieutenant se tourna vers Kévin qu'il remercia.

merci messire Kévin.
J'essaie de faire du mieux possible pour faire honneur à la Duchesse de Saint Florentin.


Il se disait que ça n'était pas toujours facile mais l'important était de participer. Il se tourna ensuite vers la jeune femme qui s'était présentée en tant que Maître du Haras Royal, souriant et intéressé par ses propos.

pour ma part je serais heureux d'en apprendre un peu plus sur ces écuries tant réputées.

Pour une fois qu'il avait l'occasion de parler chevaux et sans doute d'apprendre de nouvelles choses, il n'allait pas laisser passer pareille occasion.
Le nom "Ecuries royales" l'avait toujours fait rêver. Il imaginait de superbes chevaux, aux bons soins de personnes qui avaient la chance de pouvoir s'en occuper.

Il laissa à la blonde Cécé le soin de servir les verres, et se posa sur une malle qui se trouvait à côté de lui, jetant de temps à autre un regard vers la jeune fille qui l'intriguait au plus haut point, sans pour autant détourner son attention d'Elisabeth Stilton.




* L'âme du vin (Baudelaire/Ferré)

Alienor_vastel a écrit:
Je suis Aimelin... Bienvenue dans notre modeste campement

Elle s'était fendue d'une élégante révérence, et un sourire avait accompagné sa réponse.

Merci de nous y recevoir, surtout de façon aussi inopinée ! Avant de se présenter elle-même Aliénor Vastel, enchantée.

Puis elle avait pris place aux côtés de Kevin, autant par habitude de côtoyer le jeune homme que pour se rassurer, un peu intimidée qu'elle était.

Elle avait bien remarqué le regard que le jeune Seigneur avait porté sur elle, et cela l'intriguait. Un regard pensif, comme s'il plongeait dans ses souvenirs, comme si sa présence ravivait une parcelle de son passé.
Et pourtant, elle ne voyait pas en quoi. Il était béarnais, et la seule personne de cette province qu'elle avait connue avait été la cousine de sa mère, Lily. Et l'on ne pouvait pas dire qu'elle lui ressemblait !

Elle laissa là ses pensées et essaya de suivre la conversation, d'autant qu'une autre personne les avait rejoint.
Un peu méfiante, elle trempa ses lèvres dans le verre de Jurançon. Avant de se pencher vers Kevin pour lui glisser
Hmmm, c'est pas mauvais, ça, il faudrait trouver à s'en procurer pour Compiègne !

Aimelin a écrit:
[Ces âmes que tu rappelles, mon coeur, ne reviennent pas...*]


Aliénor Vastel, enchantée.

Aliénor Vastel… ainsi c'était présenté la jeune fille blonde. Vastel.. il avait beau tourner ce nom dans son esprit il n'arrivait à rien. Il faut dire que bien souvent il ne connaissait ses amis que par leurs prénoms, ayant un peu plus de mal à se rappeler leur patronyme.
Le mot Compiègne résonna à ses oreilles et il regarda à nouveau Aliénor sans oser l'interrompre. Compiègne… un flot de souvenirs venait de rejaillir devant ses yeux. Ysa, Magdeleine et sa chère petite Lily... la guerre, Mel. Des amies disparues parmi tant d'autres, dont les prénoms gravés ne s'étaient jamais effacés de la mémoire du jeune béarnais.

Peut être pouvait on voir le trouble qui venait de naitre dans son regard gris à la pensée des personnes disparues. Un regard vers Ptit profitant d'un silence, pour donner le change.


mmm si je peux avoir un verre de calva je suis preneurun murmure imperceptibleen souvenir de ma petite Lily.

Il n'était pas bon de retourner dans le passé qui laissait bien souvent le jeune ébouriffé un brin mélancolique. S'il n'était pas bien vieux, il avait suffisamment vécu de choses difficiles pour être marqué jusqu'à la fin de sa vie.
Il esquissa un sourire à Aliénor n'osant interrompre les discussions et essaya de se concentrer sur les propos du Maître du Haras Royal.



*A des âmes envolées (V. Hugo)

Elisabeth_stilton a écrit:
Ahhh elle le savait c'était le moment où jamais. Après tout avec tous les nobles présents il devaient bien en avoir qui seraient intéressé par les écuries. Recruter peut être aussi, ça serait bien. Bien loin des considérations qui pouvaient avoir en ce lieux elle entreprit de répondre au jeune homme qui était surement aussi vieux voir plus vieux qu'elle. Elle oublie souvent qu'elle n'a que 15 ans.

Et bien au sein des Grandes Écuries Royales nous avons deux offices. Les Ecuries et le Haras qui ont des missions bien distinctes.
Les Ecuries sont dirigées par Dame Stephandra Dandolo du Moutier, elles ont pour but d'avoir des chevaux de disponible pour la Couronne mais aussi de certifier les chevaux des nobles en estimant leur qualité.

Le Haras quand à lui que je dirige, sert à la reproduction, et au dressage des jeunes poulains mais aussi pour aider les nobles à créer leur haras provinciaux.

Nous organisons aussi un concours annuel, avec des épreuves qui se déroulent durant toute l'année sauf de juin à septembre.



Aimelin a écrit:
Des jolies femmes, des chevaux, du vin, que demander de plus. Il suffisait qu'une discussion tourne, entre autre, autour des chevaux pour qu'il soit des plus attentifs, surtout lorsque la dite discussion était menée par une jolie jeune femme, sans qu'il en oublie pour autant les personnes présentes. Tout en l'écoutant il repensait à la demande de sa Suzeraine et amie qui lui avait parlé d'un poulain dont il devrait s'occuper, et l'alusion au Haras retint toute son attention.

Il était néanmois un peu perdu dans toutes ces informations, ayant retenu néanmoins les missions des Ecuries et du Haras. Il avait toujours été persuadé que les Grandes Ecuries Royales étaient réservées au seul entourage du roy ou de la reine, et voila que la jeune femme lui parlait des chevaux de la noblesse et d'autres choses fort intéressantes.

Il haussa les soucils, curieux de la dernière phrase.


un concours annuel ? s'agit il d'un concours lié aux fonction des Ecuries ou du Haras ?
je pensais que ces lieux étaient fermés à qui ne faisait pas parti de l'entourage du souverain.


Il fallait dire que lorsqu'on vivait en Béarn, on avait l'impression de vivre hors royaume tant ce comté était étrangement fermé à tout ce qu'il pouvait se passer ailleurs.
Il offrit un franc sourire à la jeune femme.


pardonnez mes questions mais concernant les chevaux, j'essaie toujours d'en apprendre un peu plus.

A vingt trois printemps il se disait qu'il avait toujours le temps et l'occasion d'apprendre et il ne se gênait pas lorsqu'il le pouvait, et cela dans tous les domaines que ce soit.
Il jetait de temps en temps des regards à Alienor en pensant que de son côté aussi, il devrait satisfaire sa curiosité, persuadé que cette jeune fille ne lui était pas si inconnue que ça.



Alienor_vastel a écrit:
La conversation continuait, tournant autour des Grandes Ecuries et des chevaux. Aliénor écoutait l’air de rien, faisant tourner de temps à autre le vin dans son verre, histoire de se donner une contenance. Non pas qu’elle fut directement concernée en soi, mais les informations recueillies pourraient toujours s’avérer utiles si d’aventure son parrain avait dans l’idée de s’intéresser au sujet et d’élever des chevaux sur ses terres. Tiens, encore un truc à lui proposer.

C’est que, dès qu’il s’agissait de chevaux et d’équitation, les yeux de l’adolescente se mettaient à briller. Elle avait appris à monter avant même de marcher quasiment, cela faisait partie intégrante de l’éducation que sa mère entendait lui donner, et aujourd’hui encore la petite blonde ne trouvait rien de plus grisant que les longues chevauchées dans la campagne champenoise. Le vent sur le visage et dans les cheveux, et cette impression de totale liberté. Sentir sa monture réagir à ses sollicitations, la complicité entre l’animal er son cavalier. Tout cela lui permettait par moments de faire le vide en elle.

Et souvenirs qui vagabondent, vers Chelles, vers Pomponne, des promenades avec sa mère, de galops dans les champs, moments privilégiés et rares. Moments à jamais passés…
Pervenches furtivement rêveuses, qui plongent dans le liquide aux reflets dorés que contient son verre, avant de revenir aux personnes présentes.

Le jeune Seigneur semblait attentif et intéressé par les propos de son interlocutrice, mais Aliénor ne fut pas sans remarquer que son regard se tournait parfois vers elle. L’attention intriguée qu’il semblait lui porter commençait à la mettre mal à l’aise, et la blondinette porta sa main à la chaîne accrochée à son cou, réflexe machinal qui consistait à jouer avec le médaillon gravé de la rose et du chardon entrelacés qui y était accroché.


Ptitmec13 a écrit:
[hrp]Oui je sais elle est à la traine ma blonde, méa culpa.[/hrp]

Jurançon, ça me paraît bien, cela me donnera l’occasion de découvrir un peu de chez vous. [...] Je suis navrée de n’avoir pour ma part rien à vous proposer, c’est très impoli de s’inviter de la sorte, qui plus est les mains vides…
Vous n'avez pas à être navrée, je vous assure, il n'y a aucun mal. Et nous aimons recevoir.
Mais laissez-moi vous aider avec tout ça !


Elle avait laissé Alienor prendre les chopes pour pouvoir servir le Jurançon dans un des gobelets en étain.
Elle le lui tendit avec un sourit et récupéra les chopes pour la débarrasser.
Première à demander première servie et puis Kevin avait refusé poliment l'invitation.
Elle sourit à Cooky et Aime qui s'approchaient. Elle répondit du tac au tac à l'ébouriffé en lui rappelant qu'il y avait bien assez de boisson pour tenir un siège avec une armée complète, pendant qu'elle servait deux gobelets de calva, pour Cooky et elle. Ptit allait reposer la bouteille quand Kevin changea d'avis.
La bouteille elle la posa quand même, le Maitre du Haras Royal, s'avançait a nouveau dans leurs tente. Elle servit donc un gobelet de jurançon à la Dame puis distribua Calva à Kevin et Cooky.
Il lui sembla que Aime, perdu un instant dans ses pensées sur le passé s'était raccroché à elle. Le terme Compiègne avait du le toucher. Elle lui sourit d'un air complice. Il ne restait plus qu'eux deux de non servi, ce qu'elle corrigea assez vite.
Laissant les fauteuils aux invités elle pris place sur le bout du banc du coin repas et écouta attentivement ce que la jeune fille expliquait sur les écuries.
Elle laissa Aimelin poser ses questions mais l'histoire du concours l'intéressait au plus haut point. Pour elle qui disait concours disait défi en tout genre et elle aimait les défis quels qu'ils soient.


De quoi se compose ce concours et qu'elles en sont les modalités d'inscription?

Elle se souvenait vaguement d'une course de chevaux à laquelle Acar avait représenté le Béarn durant le règne de Varden, mais elle ne savait si c'etait bien pour ce concours où pour autre chose.


Aimelin a écrit:
Toujours assis sur son coffre, les mirettes grises du jeune lieutenant se portèrent aussitôt sur le médaillon que la jeune Aliénor faisait rouler entre ses doigts, comme il le faisait avec le sien et l'anneau accroché à côté, à chaque fois que quelque chose le touchait ou qu'il repartait dans ses souvenirs avec Dance. Sauf que sur le médaillon de Dance était gravé un soleil et sur celui de la jeune blondinette qui n'était pas très loin de lui, semblaient gravés une rose et une autre plante mêlée.

Le jeune ébouriffé se redressa d'un coup, essayant de cacher son trouble. Il était sûr d'avoir vu cet emblême ce jour de mars 56, lorsque Petitangelot lui avait remis sa médaille de loup de Champagne en caserne d'Argone, en présence du Duc Beeky et de celle qui portait cet emblême en évidence et avec qui il avait échangé quelques mots... Dame Pisan. Mais ce qui troublait au plus haut point le jeune seigneur, c'était qu'il se rappelait d'une autre de ses connaissances qui portait le même médaillon. Juin 56, sainte Méné et la rosière, la présidente du Comité des Fêtes, une de ses amies, qui l'avait désigné volontaire pour présider le jury avec son pote Nicolboss.

Troublé il ne pouvait détacher son regard. Comment n'avait il pas vu la ressemblance frappante entre cette jeune fille et Magd, hormis la couleur des yeux que son amie disparue avait dorés il lui semblait. Alors soit il devenait fou, soit il avait à côté de lui, la fille de Magdeleine.

Un peu décontenancé par sa découverte, il resta concentré sur les paroles d'Elisabeth.


Alienor_vastel a écrit:
Elle essayait de rester concentrée sur les questions posées, attendant avec les autres présents sous cette tente la réponse du Maître des Haras. Mais la chose était difficile, elle sentait le regard du jeune Seigneur sur elle.
Et un mouvement de sa part. Aliénor tourna ses pervenches vers lui, furtivement, pour se rendre compte qu'en fait, c'était son médaillon qu'il regardait, comme interdit. Ce médaillon, souvenir maternel, cadeau de la Vicomtesse de Chelles à sa fidèle dame de parage et vassale. Sa mère...

Instinctivement, elle referma la main sur le bijou, le malaise se faisant plus prégnant. La tête lui tournait un peu, effet du vin ou du trouble qui venait de la saisir, elle n'aurait su le dire. Elle porta son regard vers le pan de toile qui la séparait de l'extérieur, puis se pencha vers Kevin pour lui murmurer
Je ne me sens pas très bien, je vais prendre un peu l'air.

Avant de se tourner vers l'assemblée en se levant, un sourire aux lèvres que démentaient pourtant ses yeux. Je vous prie de bien vouloir m'excuser un instant, je reviens.

Signe de la tête poli alors qu'elle se dirige vers le pan de toile faisant office de porte, et le repousse pour enfin se retrouver dehors.
Grande inspiration pour essayer de retrouver ses sens, puis s'apercevant qu'elle avait dans la main le gobelet de Jurançon qu'elle avait machinalement emporté dans sa sortie, la blondinette en avala le contenu d'un trait.

Elisabeth_stilton a écrit:
Et elle continuait son laïus sur le concours, insensible qu'elle était à l'air ambiant ou plutôt la tension ambiante. Ba oui laissa là parler chevaux et plus rien au monde existe ... sauf quand la chose recommence à faire des siennes. Elle s'arrête de parler la blonde pour se tenir le ventre et souffler un peu.

Le concours il reste encore cinq épreuves.

Elle lui tend une annonce avec le programme des épreuves.


J'ai bien envie de refaire des joutes en septembre pour reprendre la saison.
Les épreuves sont faites dans différentes disciplines quand aux modalités mise à part les joutes tout le monde peut y participer. Nous prêtons même les chevaux si besoin est.


Aimelin a écrit:
Un regard vers Aliénor qui sortait, semblant saisie d'un malaise et un regard vers le Maître du Haras qui avait posé une main sur son ventre. Une future maman, il n'avait même pas fais attention.
Un peu surpris il surveilla la jeune femme d'un oeil tout en jetant un regard sur le parchemin qu'elle tendait à Célénya.


Ce serait une bonne idée des joutes.... ce concours a l'air difficile et il faut bien connaître les chevaux. Le travail au sol est délicat, le dressage aussi.
Ce n'est pas à la portée de tout le monde.


Il soupira. Tout ce qu'il connaissait il l'avait appris avec son oncle et puis au fil des mois, avec l'aide de Mel en champagne. Peu s'occupaient de chevaux dans son entourage et c'est souvent à lui qu'on demandait conseil. Faute de concours il pourrait toujours participer aux joutes, il aimait ça.

Il fit une moue perplexe tout en continuant d'écouter.



Elisabeth_stilton a écrit:
Tout le monde peut tenter et c'est en forgeant que l'ont devient forgeron aussi.

Bon ça allait mieux mais cette chose ... ah elle allait tuer son mari.

[hrp]honte à moi mais j'arrive pas à faire mieux.[/hrp]

Ptitmec13 a écrit:
Elle lut le parchemin que lui tendait Elisabeth tout en écoutant ce qu'il se disait. De plus en plus intéressée, elle l'était notre blondine. Surtout qu'elle se préparait depuis un certain temps à arrêter la politique, la prévosté aussi dés qu'elle le pourrait, il lui faudrait des activités pour combler les manques.

Comment peut on connaitre les dates des différentes épreuves ainsi que le règlement de chaque partie?


La voyant se tenir le ventre et essayer de souffler un peu Ptit se leva.


Vous allez bien Dame? Peut être que le jurançon n'était pas une bonne idée. Je peux vous faire préparer une infusion au citron si vous le souhaitez, idéal en cas de nausées.


Comment l'avait-elle appris? Il fallait remonter assez longtemps en arrière.. Lorsqu'elle était allongée sur une civière d'un hôpital de fortune et que Dame Melian lui avait apportée cela pour calmée ses fortes nausées invalidantes.



Aimelin a écrit:
Tout le monde peut tenter et c'est en forgeant que l'ont devient forgeron aussi.
moui vous avez raison et de toute façon lorsqu'il s'agit de chevaux je dis rarement non

Il pensait que ça ne pourrait que l'aider à s'améliorer et s'il devait s'occuper des chevaux de la Duchesse de Saint Florentin, ce ne serait pas supperflu d'approfondir ses connaissances. Un petit sourire s'afficha sur ses lèvres tandis que ses yeux se portaient sur la silhouette de la future maman, avant de se diriger vers l'entrée de la tente, repensant à la jeune Aliénor.

Profitant d'un silence il se leva et s'inclina devant le Maître du Haras.

je me renseignerai pour postuler. .. j'ai aussi entendu parler de cours pour cavaliers et écuyers et j'avoue être intéressé également lorsque vous aurez un moment... puis regardant les personnes présentes, car il ne voulait pas retenir l'attention trop longtemps.. je sors quelques instants rejoindre la jeune Aliénor.

Il fallait qu'il sache. Adressant un sourire à l'assemblée il écarta les pans de la tente et sortit. Ses mirettes balayèrent les environs et s'arrêtèrent sur la jeune personne quelques pas plus loin.
Brève hésitation avant de s'avancer vers elle.




Dernière édition par Archiviste le Dim 8 Mai - 22:55 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 8 Mar - 16:27 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Jeu 24 Mar - 13:21 (2011)    Sujet du message: 1459-03-07 Tournoi de Vincennes [Campement] Répondre en citant

Alienor_vastel a écrit:
L’air frais lui avait fait du bien, et la petite blonde en venait à se demander ce qui lui avait pris. D’imaginer… quoi d’ailleurs ?
Un regard sur un vieux médaillon, un bijou qui symbolisait une chose qui n’était plus, un passé révolu. A se demander d’ailleurs pourquoi elle continuait de le porter, malgré elle, si c’était pour lui rappeler en permanence ce qui avait été, ce qui avait failli être et ce qui ne serait jamais plus. Pourquoi, sinon pour entretenir cette colère sourde et muette, cachée au plus profond d’elle-même depuis la mort de ses parents...

Elle secoua la tête, petit sourire aux lèvres. Tssss, tout ça, c’était la faute du Jurançon qu’elle venait de boire. Oui voila, c’était ce qui arrivait quand on n’avait pas l’habitude de l’alcool et qu’on voulait jouer les grandes alors que, finalement, on n’était encore qu’une gamine comme certains se plaisaient à le lui rappeler. Ca l’agaçait, mais pour le coup elle devait bien avouer qu’ils avaient raison…

Un léger soupir, puis elle tourna son regard vers l’horizon, sur lequel le soleil commençait à décroître. Il se faisait tard, et il n’était pas bienséant pour l’adolescente de rester plus longtemps ; il serait préférable pour elle d’être rentrée à l’auberge avant que la nuit ne soit tombée.
Bien… petit inventaire mental de ce qu’elle avait à faire. Elle devait rendre le gobelet, récupérer son mantel posé sur le dossier de la chaise qu’elle avait occupée, remercier ses hôtes et saluer les personnes présentes.
Et c’en serait tout de cette journée, ô combien instructive et plaisante malgré ce moment de trouble.

Elle se retourna vers la tente qu’elle avait quittée quelques instants auparavant, pour voir Aimelin en sortir et se diriger vers elle. Quelques pas pour se porter à sa hauteur, ses pervenches croisant les prunelles grises du jeune Seigneur, et un gracieux sourire, destiné à faire oublier sa sortie pour le moins impromptue, accompagna ses paroles.


Je vais prendre congé, la soirée fut fort agréable, mais il se fait tard…

Aimelin a écrit:
[Dehors, à côté de la tente - Aliénor et Aimelin]


Un sourire en réponse au sien avant de la retenir quelque peu. Il ne fallait pas qu'il remette cette curiosité au lendemain, il savait que dans ce cas là, il passerait la soirée à y penser.

Aliénor puis je vous demander quelque chose… du moins si vous le permettez ?
Eloignons nous légèrement.


Il jeta un regard sur le médaillon s'efforçant d'oublier le sien qui ne le quittait pas, avant de faire une dizaine de pas un peu à l'écart de la tente . Il ne voulait pas que ses intentions soient mal interprétées, mais il aimait la discrétion. Il attendit qu'elle le rejoigne pour continuer, baissant légèrement la voix.

je .. petite moue gênée.. rassurez vous ma demande est tout ce qu'il y a de plus honnête.

Quoi que parfois il se demandait pourquoi l'on disait souvent cette phrase afin d 'éviter toute équivoque, comme le fait de dire "en tout bien tout honneur", comme si le fait d'essayer de séduire était mal. Bon quelquefois d'accord ça l'était peut être, mais parfois ça ne l'était pas. Et puis là, il s'égarait dans des pensées qui n'avaient rien à voir avec ce qui l'intriguait au plus haut point et il réalisa qu'Aliénor attendait.

Il fixa à nouveau les mirettes pervenches se demandant s'il allait la questionner directement sur le médaillon, parler de Magd.. non… d'abord elle devait savoir qui il était. La Champagne, voila… et puis elle avait parlé de Compiègne c'était parfait.


je vous ai entendu parler de Compiègne.
J'ai vécu quelques mois non loin à Sainte Ménéhould lorsque je suis arrivé en Champagne il y a de ça pas mal d'années. Je venais y retrouver Loïs, ma cousine je n'étais encore qu'un jeune garçon sortant de l'enfance.


Il n'allait quand même pas lui raconter sa vie, il commençait à s'emmêler.

mais j'ai aussi remarqué votre médaillon.. cette rose et ce chardon.....

Il laissa sa phrase en suspend, la laissant réagir. Il voulait être prudent, au cas où il se trompe. Même s'il était à cette époque plus jeune que Magd, une amitié bienveillante était née entre eux après qu'il ai participé à quelques animations assez mémorables.


Alienor_vastel a écrit:
[Les mêmes, au même endroit]


Quelques mots en retour aux siens, et si Aliénor avait décidé de se retirer, il n’était visiblement pas dans les intentions d’Aimelin de la laisser partir de suite.

Aliénor puis je vous demander quelque chose… du moins si vous le permettez ?
Eloignons nous légèrement.


Sans attendre sa réponse, il s’écarta de quelques pas, laissant la petite blonde songeuse. Car pour le coup, elle avait bien noté la direction de son regard. Et elle en était maintenant certaine, son décolleté étant des plus sages ce jour-là, seul le médaillon pendant à son cou pouvait être le centre de son intérêt.
Petite hésitation, se demandant ce qui pouvait ainsi intriguer le jeune homme dans ce bijou, avant de le rejoindre à quelques pas de là, la curiosité de la blondinette faisant écho à celle du jeune Seigneur. Il y avait visiblement quelque chose avec ce médaillon qui l’intriguait, et elle voulait savoir pourquoi.


je .... rassurez vous ma demande est tout ce qu'il y a de plus honnête.

Petit sourire retenu, s’il savait le nombre de fois où elle avait déjà entendu cette phrase, le regard de celui qui la prononçait contredisant les mots dits. Sauf que cette fois, il semblait dire vrai, Aliénor le sentait même pensif.
Elle le fixa donc de ses pervenches, tête légèrement penchée sur le côté, mains jointes dans le bas de son dos et tenant toujours le gobelet vide, attendant la suite en silence.


je vous ai entendu parler de Compiègne. Hochement de tête de l’adolescente pour confirmer, tandis qu’il continuait.
J'ai vécu quelques mois non loin à Sainte Ménéhould lorsque je suis arrivé en Champagne il y a de ça pas mal d'années. Je venais y retrouver Loïs, ma cousine je n'étais encore qu'un jeune garçon sortant de l'enfance.
[…] mais j'ai aussi remarqué votre médaillon.. cette rose et ce chardon.....


Alors nous y voici… un champenois, elle le croyait béarnais pourtant… En même temps, nombre de champenois avaient déménagé vers les provinces du Sud à un moment, preuve en était Lily ; alors pourquoi pas lui …
Ceci dit, cela n’expliquait pas le pourquoi de l’attention portée à la rose et au chardon entrelacés gravés sur son médaillon.
Un silence, le temps de chercher ses mots, avant de répondre.


Compiègne, oui. J’y suis née, et j’y ai vécu une partie de mon enfance avant d’en être éloignée pour Montpellier à la mort de mes parents. J’y suis revenue il y a peu, une sorte de retour aux sources… Un autre silence puis elle enchaîna sur ce qui était vraisemblablement le sujet principal de cette conversation.

Quant à la rose et au chardon… Elle porta sa main libre à son cou, l’autre tenant toujours le gobelet vide, et y glissant le médaillon, abaissa son regard sur le bijou. Avant de le serrer entre ses doigts, et de relever le visage, plantant ses prunelles pervenches dans le regard gris d’Aimelin

C’était le symbole des Vicomtes de Chelles, les suzerains de ma mère. Après tout, s’il avait vécu en Champagne, il les avait peut-être connus… Était-ce de cela qu'il voulait confirmation ? Ce médaillon était un cadeau de Pisan à sa vassale, en témoignage de son amitié. J'en ai hérité à la mort de ma mère... Puis plus bas , parce qu’aujourd’hui encore elle a du mal à prononcer le nom de cette mère disparue ...la Dame de Pomponne… Magdeleine d’Assas…



Aimelin a écrit:
[Dehors, à côté de la tente - Aliénor et Aimelin]


Il l'écoutait, revoyant défiler des tas d'iimages à mesure que les mots lui arrivaient. Ce symbole qu'il avait vu ce jour où Mélissande lui avait remis sa médaille de Loup de Champagne, en présence de Pisan. Il baissa les yeux sur le médaillon, tant de choses étaient arrivées depuis ce jour.

Ce médaillon était un cadeau de Pisan à sa vassale, en témoignage de son amitié. J'en ai hérité à la mort de ma mère... ..... ...la Dame de Pomponne… Magdeleine d’Assas…

Ses mirettes grises replongèrent dans les pervenches. Il aurait dû pourtant la reconnaitre de suite, la fille de celle qu'il avait pourtant cotoyé quelques fois et qu'il avait appréciée dès leur première rencontre. La dernière avait été ce jour de décembre en taverne à Compiègne, lors de son voyage avec Quasi, en présence d'Ysa et de la petite Lily. Troublé il l'était, mélancolique aussi. Toutes ces personnes chères à son cœur qui avaient disparu et dont il gardait le souvenir intact tout au fond de lui.

Un murmure
Magd… vous êtes la fille de Magdavant d'élever à peine la voix

cette ressemblance si étrange… c'est ce qui m'a frappé lorsque je vous ai vu sous cette tente.
Je connaissais votre mère, l'une des premières personnes que j'ai connu à mon arrivée en Champagne. Elle, Ysa, la petite Lily, Shandra.
Elle était alors Présidente du Comité des Fêtes et Shan m'avait entrainé à venir participer aux animations.


Petit sourire fugace qui se dessina sur ses lèvresque ne les ai-je pas fait rire avec ma maladresse.

Regard vers la tente pres de laquelle paissait tranquillement Altaïr

elles l'aimaient bien, il faut dire que nous les faisions bien rire.... il baissa la voix comme pour ne pas que l'étalon l'entendeje l'avais surnommé Radussol car il était tout jeune comme moi et passait son temps à manger et quelquefois se trainait un peu, ce qui me faisait pester apres lui.

Il afficha un franc sourire, essayant de chasser cette mélancolie.

je suis heureux de rencontrer la fille de Magd même si cela réveille quelques souvenirs qui amènent de la tristesse.
Vous lui ressemblez beaucoup mais on a déjà dû vous le dire.


Alienor_vastel a écrit:
[Toujours les mêmes, toujours au même endroit]


Et la surprise de venir de là où elle ne l’attendait pas.

Aliénor avait blêmi subitement, en comprenant que ce n’était pas Chelles que le jeune Seigneur revoyait dans ce médaillon, ce n’était pas Pisan ou Tomsz, c’était sa mère, Magdeleine. Magd…
Sa mère qui mettait tellement de distance entre les gens et elle que, pour qu’il l’appelle par son surnom, ils avaient dû être proches, amis.

Et pourtant… Toute cette période ne disait rien à Aliénor. Oh bien sûr, le Comité des Fêtes, elle connaissait, elle savait que sa mère y avait officié, l’avait présidé durant une longue période, même. Ysa, Lily, des cousines, la famille, forcément elle s’en souvenait. Le nom de Shandra en revanche, lui était inconnu.
S’il fallait l’en croire, il avait donc connu sa mère avant… avant que la tristesse n’envahisse son regard, avant qu’elle ne s'abîme dans les différentes charges qu’elle avait acceptées comme un exutoire à une absence. Avant qu’elle ne fasse passer le mot "devoir" avant tout le reste, ses enfants y compris…

Elle le regardait et l’écoutait évoquer cette époque. S’il semblait nostalgique, la jeune blonde, elle oscillait entre la tristesse et la colère. Tristesse de ce qui avait été. Colère de ce qui ne serait jamais plus.
Elle avait laissé son médaillon, et croisa à nouveau ses mains derrière son dos, serrant nerveusement le gobelet entre ses doigts au point que les jointures en étaient devenues blanches. Le cœur battant, et pourtant habituée depuis longtemps à ne plus exprimer ses sentiments, elle tentait de se reprendre une contenance, ne pas lui montrer à quel point l’évocation de sa mère la rendait encore fragile.

Il détourna heureusement l’attention vers son cheval, permettant à l’adolescente de reprendre pied après la tempête de sentiments et d’émotions qui l’avait assaillie.
Couleurs retrouvées, elle sourit lorsqu’il baissa la voix pour évoquer le surnom donné à la monture, signe de la complicité entre l’homme et l’animal.

Puis tourna à nouveau son regard vers lui.


je suis heureux de rencontrer la fille de Magd même si cela réveille quelques souvenirs qui amènent de la tristesse.

Léger signe de tête, et son sourire qui s’élargit, pervenches légèrement brillantes.

Je suis heureuse aussi, que vous l’évoquiez ainsi, j’ai tellement peu de souvenirs d’elle de cette époque… La voix s’abaisse un peu sur la fin de la phrase, songeuse. C’est vrai, lorsque l’on est enfant, l’on ne pense pas à graver dans sa mémoire tous les instants précieux passés avec ceux qu’on aime, tant ceux-ci nous semblent éternels. Et pourtant, lorsque l’absence s’installe, combien ces souvenirs seraient précieux…

Vous lui ressemblez beaucoup mais on a déjà dû vous le dire.

Hochement de la tête en signe d’acquiescement, avant de répondre, alors qu’un léger voile passe devant ses pervenches.

Il paraît, oui… A part la couleur des yeux, que je tiens de mon père… Puis d’ajouter avec un petit rire clair Mais la ressemblance n’est que physique, je n’ai pas du tout le même caractère !

Et pas du tout envie d’expliciter ce qu’elle entend par là non plus ...
Décroisant ses mains, elle les ramena vers le devant et désigna du menton le soleil sur le point de se coucher.


Il faut vraiment que je rentre à l’auberge avant que la nuit ne soit complète… Et je dois vous rendre ça… lève la main qui tient toujours le gobelet … et également récupérer mon mantel que j’ai laissé dans la tente.

Et son regard souriant qui croise à nouveau le sien.

Il est dit que le hasard peut parfois être surprenant, jamais je n’aurai imaginé en venant aujourd’hui assister à ces joutes que je rencontrerai quelqu’un qui a connu ma mère…


Aimelin a écrit:
[Dehors, à côté de la tente - Aliénor et Aimelin]


Le voile passé devant les yeux de la jeune fille ne lui avait pas échappé et il comprenait ho combien ce qu'elle devait ressentir, et ce que le fait d'évoquer sa mère devait être pour elle. Lui le vivait avec sa Dance disparue et bien qu'il soit heureux que l'on parle d'elle en sa présence il ne pouvait s'empêcher de redevenir distant et mélancolique. Il était difficile de vivre sans elle et même s'il se donnait un semblant de vie en essayant de s'amuser, le vide était là.

Ce qui le sauvait était ses amies, qui n'avaient jamais cessé de l'entourer depuis ce terrible jour de juillet. Alors pour elles, il vivait, et aussi parce que sa blonde disparue le lui avait demandé lors de son dernier souffle. Il sourit doucement à l'allusion au caractère.


Il est dit que le hasard peut parfois être surprenant, jamais je n’aurai imaginé en venant aujourd’hui assister à ces joutes que je rencontrerai quelqu’un qui a connu ma mère…

la vie est ainsi faite de mille hasards.
Avec ma complice et amie Kirika qui voyage avec moi, nous devons nous rendre en Champagne au cours de notre voyage, peut être aurons nous le plaisir de vous croiser.


Haussement de sourcils à l'évocation d'une auberge.

Si vous voulez je peux vous faire raccompagner par l'un de nos gardes. Et si vous voulez partager le campement avec nous, nous laisserons une tente à votre disposition sans problème.

Alienor_vastel a écrit:
[Encore les mêmes, encore au même endroit]


Signe de tête négatif à ses dernières paroles. L’intention était louable, mais là, elle avait surtout besoin d’être seule, et de réfléchir à ce qui venait d’être dit. A travers les paroles d’Aimelin, elle découvrait un autre visage de sa mère, insouciante, enjouée. Loin de l’image de la femme triste et résignée qu’elle en avait gardé.
C’était troublant, perturbant même…

Elle porta dirigea son regard vers Aimelin, léger sourire aux lèvres.


Je vous remercie de votre prévenance, mais une escorte ne sera pas nécessaire, et marcher un peu me fera du bien… Petite pause avant de reprendre Et je serai heureuse de vous revoir, lors de votre passage en Champagne, faites-moi savoir quand vous y serez.
Pour l’heure… je vais prendre congé…


Elle se dirigea vers la tente, attendant qu’il la rejoigne devant le pan de toile. Lorsqu’il fut à sa hauteur, elle porta ses pervenches sur lui. Un sourire songeur, et un murmure. Merci…


Aimelin a écrit:
[A l'extérieur de la tente - Aliénor et Aimelin]


Un petit signe de tête affirmatif pour lui indiquer qu'il ne manquerait pas de l'informer de leur venue en Champagne, avant de la suivre vers la tente d'où les discussions avaient l'air de continuer tranquillement.
Il s'arrêta à sa hauteur lorsqu'elle lui murmura un merci.

Un sourire en réponse, en baissant lui aussi la voix


c'est moi qui vous remercie.

Ils auraient bien le temps d'échanger sans doute d'autres souvenirs au cours de leurs discussions futures, ou peut être pourrait il répondre à quelques questionnements que pouvait se poser la jeune femme. Quoi qu'il en soit, il était heureux d'avoir pu faire sa connaissance et d'avoir pu discuter ainsi avec elle.

Il sourit en soulevant les pans de la tente pour la laisser entrer, et lui emboita le pas, ne pouvant s'empêcher de penser à cet étrange hasard qui avait fait revivre ce passé quelques instants. Il laissa son regard se poser tour à tour sur les occupants de la tente, amusé de voir les jeunes femmes déguster leur boisson, et se tint un peu aux côtés d'Aliénor le temps qu'elle salue tout le monde.


Alienor_vastel a écrit:
[Sous la tente]

Les conversations s’étaient interrompues lorsqu’ils étaient rentrés, et Aliénor en profita pour se diriger vers Célénya. Posant au passage son gobelet sur la table, elle s’arrêta à quelques pas de la jeune femme.

Il se fait tard, je vais donc vous laisser. Je vous remercie pour votre hospitalité, la soirée fut très agréable Et très surprenante aussi, mais ça elle ne l’ajouta pas J’ai découvert grâce à vous nombre de choses que j’ignorai un petit rire, pour préciser notamment les coulisses des joutes, et le fait que j’aime beaucoup le vin de votre région !

Signe de la tête, ainsi qu’aux autres jeunes femmes présentes, tout en se dirigeant vers la chaise sur le dossier de laquelle elle avait déposé son mantel. Une bise sur la joue de Kevin, au passage à bientôt, toi ! puis elle posa le vêtement sur ses épaules et agrafa le fermail qui en retenait les deux pans.
Avant de porter à nouveau ses pas vers Aimelin.


J’ai été très heureuse de vous rencontrer… et de notre discussion… Plongeant ses pervenches dans les yeux gris du jeune Seigneur, elle ajouta en souriant J’espère qu’il y en aura d’autres… j’aurai surement des questions à vous poser, si cela ne vous dérange pas… à bientôt, donc…

Elle se rapprocha de ce qui servait de porte, puis se retourna. Légère révérence avant de faire volte face et de sortir et de s’éloigner, capuche rabattue sur ses cheveux, songeuse.

Ptitmec13 a écrit:
Les discutions semblaient suspendues quand Aime et Alienor entrèrent. Ptit se leva pour saluer la jeune fille.

Je suppose qu'un de nos garde est déjà prevu pour vous raccompagner à l'auberge.

Regard vers Aimelin pour en avoir confirmation et qui se repose bien vite sur Alienor.

Vous serez toujours la bienvenue si l'envie vous prend de revenir icelieu où ailleurs. Quant au vin de notre région je penserai à vous en apporter à ma venue en champagne.


Elle lui sourit et l'accompagna quelques pas, s'arrêtant près de Kevin. Elle la regarda le saluer ainsi que les autres personnes présentes puis prendre congés en lui souriant chaleureusement.

Sourire qui devient malicieux quand son regard se pose sur Kevin.

Elisabeth_stilton a écrit:
Elle souffla doucement pour calmer la douleur.

Merci ce ne sont pas des nausées mais la chose qui me donne des coups. Je suis sur que se sera un garçon vu comment il me fait souffrir. Un futur chevalier sans aucun doute.

Aller on respire un grand coup, la tente s'ouvre, les gens arrivent et partent. Des regards se croisent, des sous entendus aussi ... la curiosité de la blonde est piqué au vif mais comme elle a été bien élevée elle ne demandera rien. Aussi elle continua avec son interlocutrice.

Ais je répondu à toutes vos interrogations ?

Aimelin a écrit:
- J’ai été très heureuse de vous rencontrer… et de notre discussion… ........ J’espère qu’il y en aura d’autres… j’aurai surement des questions à vous poser, si cela ne vous dérange pas… à bientôt, donc…
- nous aurons l'occasion de nous croiser à nouveau Aliénor et si je peux répondre à vos questions je le ferai avec plaisir


Il inclina le buste en souriant ... à bientôt

Il la suivit des yeux un instant, songeur, et reporta ses mirettes sur le Maitre du Haras, souriant en l'entendant parler de chevalier. Des souvenirs qui affluaient encore. Décidément, la Champagne revenait bien vite dans sa mémoire ces temps ci.

Il n'osa pas interrompre leur discussion bien qu'il ait des tas de questions à poser sur les chevaux et ce qu'on pouvait faire aux écuries. Mais la future maman devait sans doute avoir d'autres gens à voir et il ne voulut point la fatiguer davantage.

Il se contenta de prendre sa chope afin de boire doucement, tout en suivant les discussions et en laissant vagabonder ses pensées.




Aimelin a écrit:
[Quelques jours et duels apres]


Les joutes étaient terminées. Le campement se vidait totalement et le jeune gars surveillait les gardes qui rangeaient les caisses de matériel dans la charette. Une fois au domaine il faudrait qu'il fasse nettoyer tout ça.

Son regard balaya les environs, et il respira une derniere fois l'air de Vincennes. Cet air lui avait porté bonheur en le propulsant vainqueur et un sourire fatigué éclaira son visage. Certaines choses l'avaient néanmoins déçu aux écuries mais aucun endroit n'est parfait, et ça lui importait peu. Il avait participé pour le plaisir et Altaïr s'était montré digne des couleurs de la Duchesse de Saint Florentin et de leur blondinette disparue.

Il se dirigea vers lui et tapota doucement son encolure en murmurant.


je suis tres fier de toi. Tu m'as donné un plaisir incroyable en galopant comme tu l'as fait et c'est grâce à toi si j'ai gagné.

Il resta un moment appuyé contre son étalon, regardant tranquillement le monde s'affairer autour d'eux.
Apres ils reprendraient leur route avec Kirika et Angélik, route qui les mènerait jusqu'en Champagne.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:36 (2018)    Sujet du message: 1459-03-07 Tournoi de Vincennes [Campement]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP Joutes --- -> * 1459 * Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image