Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
1459-10-18 - Le Domaine d'Attigny - anoblissement de Dicelo

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1459 divers ~
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Mar 18 Oct - 12:36 (2011)    Sujet du message: 1459-10-18 - Le Domaine d'Attigny - anoblissement de Dicelo Répondre en citant

Sujet du message: Arrivée d'une blonde et d'un brun




Aimelin a écrit:
[Le passé refait surface par moment]


Trente six printemps à eux deux, un peu moins pour elle que pour lui, il n'était pas peu fier le jeune vassal de la De Cassel, de venir icelieu avec Elle. Cette invitation affichée au château de la noblesse champenoise, pour qui désirait venir, avait attiré toute son attention, et il en avait parlé à Aliénor avec une petite lueur dans le regard. Tout d'abord le nom de la signataire, la Vicomtesse d'Attigny.

La Vicomtesse, il l'avait retrouvée en mai de cette année pour le tournoi minerve qui déciderait du champion champenois qui irait représenter le Duché aux grandes joutes*. Et il l'avait retrouvée en finale. Une joute qui s'était finie en duel à l'épée pour les départager. Il avait bien failli la blesser mais leur combat s'était terminé sans blessures graves heureusement. Il avait profité de leur face à face pour la remercier de cette fois en Champagne en février 56 où elle l'avait bousculé pour le faire réagir. 

Et puis le nom du futur Vassal avait entrainé un flot de souvenirs dans la tête du jeune seigneur. Sainte Ménéhould, le soutien silencieux de Dicelo à la disparition de Mayane, Torras, la blondinette Shandra aujourd'hui quelque part, qu'Aimelin avait accompagnée et suivie en Béarn. Et ce jour d'avril 56 où il était devenu Loup de Champagne, ce jour où Mélissande la louve, lui avait remis sa médaille, non sans fierté, sous le regard de Beeky alors Duchesse de Champagne, et de Dame Pisan**
La vie réservait souvent bien des hasards curieux, comme si le destin de quelques uns devaient se croiser à certains moments de leurs vies.

Un regard vers la blonde Aliénor et un sourire avant de saluer le garde.



bonjour nous venons pour la cérémonie d'anoblissement de Messire Dicelo.Je suis Aimelin de Millelieues Seigneur d'Etampes, et voici mademoiselle Aliénor Vastel




* rp ici
** et là



Alienor Vastel a écrit:
Le passé vous rattrape toujours, paraît-il, et Aliénor n'avait cesse de le constater depuis qu'elle était revenue en Champagne, au printemps précédent. En même temps, quoi de plus normal, lorsque l'on retourne sur les lieux où l'on a grandi, et où tant de souvenirs s'imposent à vous.
Et une fois de plus l'adage se confirmait, puisqu'en cette journée où ils atteignaient les grilles d'Attigny, la blondinette allait revoir, après des années, deux personnes qu'elle avait connues enfant, qui l'avaient connue alors que ses parents étaient encore en vie. Car octroyant comme octroyés avaient un lien avec la petite blonde, avec son passé. Vassale de Chelles pour l'une tout comme l'avait été sa mère, et son grand oncle pour l'autre.

Aussi, lorsqu'elle avait vu l'invitation au château de la noblesse, elle avait eu envie d'être présente. Bien sûr elle n'était pas noble, elle n'avait pas de titre en tout cas, mais pourquoi ne pas demander à Champagne d'y aller avec elle, après tout en tant que poursuivante d'armes, la chose pouvait paraître logique. Et puis elle en avait parlé avec Aimelin qui désirait également s'y rendre, et la décision s'était imposée d'elle-même, elle l'accompagnerait.Les années avaient passé, la fillette qui courait dans les jardins de Chelles ou de Pomponne était devenue une adolescente qui avait enfin fait la paix avec un passé douloureux. Eloignée en Languedoc chez une tante maternelle à la mort de ses parents, la blondinette n'avait alors informé personne de son retour dans sa province d'origine au printemps dernier. Même Ysa, pourtant sa marraine, l'avait appris par hasard. Non qu'Aliénor désirait couper avec son passé, mais elle devait alors affronter les fantômes qui la hantaient. Et c'était chose faite maintenant.

La reconnaîtraient-ils, se ferait-elle reconnaître ? Si elle portait le nom de son père, Vastel, ce nom que peu avait connu puisqu'il préférait se faire appeler autrement pour une raison que lui seul connaissait, si ses yeux avaient le bleu paternel, il n'en demeurait pas moins qu'elle avait hérité de sa mère les traits et la blondeur. A défaut du caractère.


Mais pour l'heure, la question ne se posait pas, et elle croisa en souriant le regard d'Aimelin qui les présentait au garde. Amusant de penser que pour lui aussi, la seule Rose encore en vie et le futur vassal avaient joué un rôle dans son passé. Connaissances communes qu'ils continuaient de se découvrir depuis leur rencontre, quelques mois plus tôt.

Avant de porter nerveusement sa main au médaillon posé sur sa gorge, et d'en caresser doucement la gravure du bout des doigts. Dessinant ce symbole qui ne la quittait pas depuis que sa mère le lui avait donné, une rose et un chardon entrelacés.





Landeric a écrit:
Au loin s'avançaient deux cavaliers. Landeric descendit lentement les escaliers de pierre menant aux coursives et attendit les visiteurs de pieds fermes. Un damoiseau, une damoiselle, charmant duo, en vérité. Lorsque le jeune seigneur se présenta, le capitaine sourcilla mais point ne dit mot. Aimelin, Aimelin... ce nom lui disait vaguement quelque chose, mais impossible de se souvenir quoi... Eh puis, Landeric détailla le blason et se souvint... Palsambleu !  Le vassal de "cousine" Dotch, marmona-t-il, accompagnant sa réflexion d'un large sourire. Foutredieu ! le Trophée Minerve... finit-il par lâcher malgré lui, alors que sa mine s'allongeait.
En homme rompu aux usages de l'étiquette et des civilités, vicomtesse oblige... le vaillant gaillard salua la jeune damoiselle, peut-être un peu.. rustrement, mais il n'avait point vocation à babiller dans les salons, alors il faudrait que les invités s'en contentent ! Il ne porta point davantage attention à elle, la dite damoiselle ne semblant ni bavarde, ni dans son écuelle mais c'est avec une jovialité qu'il fit grand cas du seigneur Aimelin.

Morbleu ! C'est qu'il avait failli nous l'embrocher la vicomtesse ! Adoncques, vous voilà en nos murs pour l'anoblissement du sieur Dicelo. Ben, j'vous souhaite la bien venue, sire, ainsi qu'à vot'e dame...

Z'avez qu'à suivre la Suzon, elle va vous mener à la  grand'salle du castel






Aimelin a écrit:
Petit moment de flottement tandis que le garde sourcillait, semblant réfléchir et petit regard à la blondinette qui avait porté sa main à son médaillon. Un sourire et une pensée pour le sien alors que le garde laissait échapper un "foutredieu" suivi de quelques mots qui soutirèrent des sourires au jeune Etampes.
Moui, il n'en était pas très fier d'avoir mis Beeky à mal. Une dame, qui plus est Vicomtesse, mais qu'y pouvait il, c'était la dure loi des joutes. Elle n'avait d'ailleurs pas été la seule, la Duchesse de Brienne avait elle, chût et cela durement, bien que de fort belle façon, il devait l'avouer. Et puis elle s'était adonné à un stratagème des plus malins pour essayer de le déconcentrer, ce qui faisait maintenant sourire les deux complices qu'ils étaient. Petite pensée, lui avait il rendu ce morceau d'étoffe ?

Le ton jovial du garde détendit le jeune homme qui lui rendit son sourire avec sincérité.
je viens me faire pardonner ce fait d'avoir failli la blesser et viens la saluer chez elle, et oui, nous venons pour l'anoblissement du sieur Dicelo.Merci de cet accueil, nous allons suivre Suzon avec grand plaisir.


Le jeune couple salua le garde et après avoir remis montures aux palefreniers, suivirent la jeune femme vers la grande salle.



La Grande salle



Beeky a écrit:



C'est dans une précipitation organisée... que les choses furent rondement menées. Non poinct que la décision ait esté prise à la légère, certes non, mais l'éloignement de la vicomtesse de ses terres avait rendu l'anoblissement du sieur Dicelo, fort ardu à organiser. Il avait aussy fallu jongler avec moult récollections d'icelle et le désir grandissant de la dame de ne plus se consacrer qu'au service du Très-Haut. Par fin, c'est à l'occasion d'un déplacement grandement nécessaire, que la vicomtesse estait descendue en Champagne et avait entamé démarches, repoussées des années durant...

Dicelo avait esté un compagnon après les heures sombres de l'Ost champenois, encore que bien pire fut la suite... Tout comme sire Mat, il avait esté militaire de carrière, l'un des plus vaillants combattants des batailles d'antant, tousjours fidèle au poste pour servir et defendre la Champagne, malgré son asge éloignement des affaires.

La vicomtesse d'Attigny avoit faict préparer le salon d'honneur pour que s'y déroule la cérémonie. Elle estoit arrivée la première pour recevoir le futur Seigneur et le Héraut et bien tost viendraient peutêstre famille et amis, pour peu qu'ils puissent arriver jusqu'à Attigny, sis à quelques lieues de Reims, assiégée par des envahisseurs.




Astrid_ a écrit:
En ces temps troubles la jeune Astrid ne pouvait qu'apprécier ce détours à Attigny. A part les parties très privées du couple aucune pièce, aucun recoin n'avait de secret pour elle. Chaque endroit était empreint d'un souvenir magique lui rappelant une enfance heureuse et insouciante auprès des siens.
C'est en riant qu'elle se souvenait de la bonne Arcane qui se plaisait à la faire rager en lui disant qu'elle épouserai le fils d'Apperault... Brave femme rappelée trop tôt par le Très Haut. La petite diaconesse ne l'oubliera jamais et gardera en son coeur le souvenir intact d'une femme au grand coeur et au caractère si joyeux qu'il serait indécent de penser à elle sans sourire.

Mis à part Dame Jacquote qui s'était toujours tenue en marge du petit personnel, quel domestique ne s'était jamais amusé à taquiner les deux jeunes enfants qu'ils étaient. Tous furent visités et bichaillés du palefrenier à la cuisinière. C'était si bon de les retrouver, de répondre à leurs questionnement sur les progrès des plus jeunes enfants, la grande sagesse  de Marie Adelaïde, les frasques de Godfried, et les premiers pas de Medéric...........


Sa visite aurait pu l'amener à aller jusqu'à Varennes, si elle n'avait été conviée à l'adoubement . Evènement auquel elle se devait de se parer avec grand soin.


Attigny se tenait seule au centre de la grande salle.


Oh Marraine qu'elle merveille cette frise, il est sûr que vostre futur vassal en sera honoré.


Beeky a écrit:
La main froslait quelques objets familiers, le regard s’appesantissait sur les meubles cossus provenant d’héritages ou de voyages de par le royaume, sur les tableaux, les tapis d’Orient. Imperceptiblement la vicomtesse s’imprégnait derechef de l’atmosphère si particulière de la grand’salle du castel de l’Aigle.
Il estait loin le temps des réceptions qui s’enchaisnaient, il estait loin le temps de la vie en Champagne et malgré cela, l’émotion de revenir sur ses terres saisissait toujours Attigny, de bien poignante façon. Quelques tapisseries ramenées récemment de Flandres paraient les murs et étouffaient les sons, au point que les pas d’Astrid se firent des plus discrets… A l’odir, la vicomtesse sursauta et se tourna de quart, offrant à sa filleule fort tendre sourire.

Venez m’embrasser, ma chère enfant ! Dit-elle en lui tendant les bras.

Ce jour doit estre gravé en la mémoire de nostre vassal comme estant l’un des plus beaux de son existence. Gageons qu’il en soict ainsi. Mais… les invités vont bien tost arriver, Astrid, installez-vous à l’écart, les fauteuils à hauts dosserets vous tendent les bras.

Les paroles à peine prononcées, le sire Brylastar pénétra en la grand’salle et la
vicomtesse le laissa aller jusques à elle, le toisant d’un air énigmatique. C’est qu’avec lui, il fallait s’attendre à tout… Que nenni, l’approche fut assez ordinaire.

Sire, voicy qui est fort aimable compliment, peut-estre que le sieur Dicelo vous fera visiter ses quartiers, lorsque la cérémonie sera achevée. Installez-vous, confortablement, je vous en prie.

C’est alors que le futur vassal fit son entrée et se joignit au petit groupe. Sourire de circonstance de la part de Beeky, regard appuyé pour voir si le sieur avait changé au bout de tant et tant d’années. Il semblait enjoué, à son aise, nulle once d’appréhension perceptible, égal à lui-mesme…

Maistre Dicelo, le bon jour ! Je suis fort heureuse de vous retrouver, entier... Vous n’avez poinct changé, en apparence, malgré toutes ces batailles que vous avez livrées. Je vous présente ma filleule, Astrid Maledent de Feytiat, la fille de feue ma marraine, Royalkonee, que vous avez croisé ici, en d’autres temps…

Sur ces entrefaicts, l’archevesque de Malines s’en vint les rejoindre. L’archidiacre se pencha légèrement afin de baiser l’anneau et adressa au prélat un sourire épanoui, alors qu’elle foudroyait du regard la queue en Brie qui tenait l’homme d’église tel un curé de campagne. Ah moins… a moins que leurs liens de frères d’armes ne permettent d’user du mon Père pour un archevesque…

Monseigneur, comme il m’est doux de vous revoir en chair et en os. Je forme vœu pieux que nos Flandres se portent au mieux. J’ai dust… partir un peu précipitamment… mais, nous en reparlerons plus tard. Pour l’heure, nous attendons le héraut de Champagne. La pauvre dame estait en nos armées, j’espère que rien de fascheux ne lui est arrivé…

Petite pause, et voilà que s’en venait un autre membre du clergé, champenois, celui-ci. Salut de circonstance envers le frère Nono que la vicomtesse n’avait croisé que par missive, ou peut-estre lors d’un procès, ou des EGC…

- Auriez-vous du Madère ?

La teste se tourne, le sourcil se lève, un soupçon de… surprise se peignit sur le visage de la maistresse des lieux qui rétorqua, fort aimablement.

Du Madère… ma foi… nous n’avons poinct l’habitude de ces boissons, par ici… Du champagne, du whisky, du whiskey mesme, quelques grands crus de Bourgogne mais poinct de Madère… Il faut dire que poinct n’aye de relations en ce territoire, vous m’en voyez navrée, monseigneur. J’ai toutefois un champagne qui me vient de la cave du castel de Reims, du temps où le vicomte Tomsz d’Harcourt en estait duc… Nous avons en quelque sorte sauvé le patrimoine champenois… *petit sourire de satisfaction*

Un coup d’œil en direction de la gouvernante, et l’on servit le fameux breuvage au sainct homme et les coupes d’argent ciselées se virent remplies afin de faire patienter l’assemblée réunie à l’occasion de l’anoblissement de Dicelo.Par fin… les portes s’ouvrirent pour laisser le passage à un gueux des plus… des plus sympatiques, un des rares auquel la vicomtesse n’avait poinct envie de faire tailler les oreilles pour son manque d’éducation. Petit coup d’œil vers Dicelo, l’air de dire « vous en avez invité d’autres, des comme ça ?! » et elle s’excusa de devoir laisser un temps les invités, prétextant de vérifier les menus détails de la cérémonie avec la très aimable dame Jacquotte, vieille damoiselle de quarante printemps.



maltea a écrit:
Le chemin lui avait semblé des plus longs pour relier Sainte-Ménehould au domaine d'Attigny, mais elle était là, enfin! La duchesse avait du prendre le carrosse à cause des blessures infligées par les artésiens dont elle se remettait assez bien il fallait le dire. Elle s'était donc remise à l'ouvrage, profitant de l'interdiction de retourner au front pour régler les cérémonies pour lesquelles elle avait pris un sérieux retard. La première sur sa liste était celle d'Attigny d'où sa présence... se faisant annoncer, elle pénétra dans le salon d'honneur et y remarqua que du monde était déjà présent.... toujours en retard la Brienne, surtout ces derniers temps.... s'avançant vers le centre de la pièce, elle cherchait du regard la vicomtesse lorsqu'elle aperçut le futur vassal. Elle se dirigea donc vers lui... peut être qu'Attigny était cachée derrière lui.... elle ne put s'empêcher de lâcher un petit soupir en se disant qu'ils auraient mieux fait de faire la cérémonie à Sainte, puisque la quasi totalité des personnes présentes en venaient... Ah non y avait la Queue aussi.... magnifique....


Alienor Vastel a écrit:
Des couloirs, des escaliers, encore des couloirs et des portes, Aliénor n'aurait su se repérer dans le dédale qu'ils parcouraient à la suite de la servante. Tempête sous un crâne déjà bien malmené quelques temps auparavant par une épée artésienne, choc qui aurait pu être fatal si la propre épée de la blondinette n'avait amorti le choc. Ne restait de cet évènement qu'une fine cicatrice masquée ce jour par un large ruban bleu brodé d'or qui lui ceignait le front et retenait sa longue chevelure blonde laissée libre dans son dos. Et par moment, des migraines et autres absences passagères.

Une nouvelle porte, ouverte cette fois, qui donnait sur la pièce où allait se dérouler la cérémonie. Une grande inspiration, et Aliénor frôla légèrement de ses doigts ceux d'Aimelin, comme pour se rassurer de sa présence. Et heureuse d'être à ses côtés, surtout qu'à y bien songer c'était la première sortie "officielle" du jeune couple, d'ailleurs le "vot'e dame" du garde qui les avait accueillis lui avait tiré un sourire amusé. Accompagner le jeune seigneur aux joutes auxquelles il participait était une chose, d'autant que les campements ne se mélangeaient pas et que finalement ils restaient le plus souvent entre eux, venir avec lui à une cérémonie qui regrouperait sûrement des personnes de connaissance en était une autre.
Quelques pas pour pénétrer dans la salle après avoir remercié la jeune femme qui les avait conduits, et pervenches qui balayent la pièce. Un sourire amusé en constatant que Sainte semblait avoir fait le déplacement. Et un léger froncement de sourcils en constatant l'absence de la Vicomtesse, au moins n'étaient-ils pas en retard.

La blondinette adressa un regard souriant à Aimelin avant de s'avancer pour saluer les personnes présentes.

Nono, Pask, c'est un plaisir de vous voir ici, ça change des tavernes ménéhildiennes ! Un signe de la tête respectueux à la jeune femme et à celui qui semblait être un prélat, puis à Brylastar, puis elle s'adressa à la blonde duchesse héraut, un sourire complice au coin des lèvres.

Le bonjour, Champagne, il semble que votre coche ait été plus rapide que nos montures puisque vous voila arrivée avant nous.

Ne restait plus que le futur vassal vers lequel elle se tourna. Un instant de silence, il n'avait pas changé, tel que dans ses souvenirs. Peut-être un peu plus grisonnant, quelques rides de plus ce qui en soit n'aurait pas été étonnant, mais ce n'était pas le genre de choses auxquelles elle avait fait attention la dernière fois qu'elle l'avait vu. Petite voix maternelle qui résonne dans sa tête quand elle parlait de son "tonton adoré", et un sourire qui vient aux lèvres de la blondinette. Une hésitation, qu'allait-elle lui dire, après tant d'années et alors que nul n'avait été averti de son retour en Champagne ? Ce n'était ni le lieu ni le  moment pour des explications, celles-ci viendraient plus tard, peut-être...

Je sais que cet ennoblissement était prévu de longue date, comme quoi malgré le temps qui passe, il est des choses qui arrivent alors que l'on n'y pense plus... Parlait-elle vraiment de la cérémonie qui allait se dérouler, ou de son retour à elle ? Qu'importait au final, elle ne pouvait que reconnaître le plaisir qu'elle avait à le revoir.
Et d'ajouter à voix basse, sans s'inquiéter de savoir si cela serait ou non relevé. Je suis Aliénor... Vastel. Sans plus. Si des questions devaient se poser, elle y répondrait. Sinon...


Aimelin a écrit:
Tout en cheminant à travers un dédale de couloirs dans lequel les entrainait la jeune Suzon, Aimelin laissait comme toujours vagabonder ses pensées, non sans admirer les lieux, essayant néanmoins de se repérer afin de pouvoir retrouver la sortie lorsque cela serait nécessaire. Doigts de sa blondinette aux yeux pervenches qui frôlèrent les siens, lui faisant tourner ses mirettes grises vers elle, non sans un certain plaisir, lui offrant un sourire entendu pour l'encourager. Ni l'un ni l'autre n'étaient spécialement à l'aise dans un lieu qu'ils ne connaissaient pas surtout lorsque ce lieu devait les mener vers leur passé et ses souvenirs.
Excitation et appréhension mêlées tandis que leurs pas les rapprochaient de ces grandes portes ouvertes d'où émanaient des conversations. Etrange sensation pour cette première sortie où l'un et l'autre arriveraient ensemble, sans devoir faire semblant d'être là par hasard, comme ça avait été si souvent le cas au début de leur relation. Relation sans promesse de toujours et qui pourtant durait et renforçait cette complicité qu'ils avaient, et cette façon de parler sans échanger un mot quelquefois.
Une inspiration, dieu qu'il n'était pas à l'aise dans la foule, et quelques pensées se demandant qui serait là, hormis sa blonde chieuse, Héraut. Petit sourire en repensant à son propre ennoblissement chez Dotch, et aux facéties de sa blonde amie.

L'entrée dans la grande salle le tira de ses pensées et son regard parcourut les lieux, en appréciant la décoration et le bon goût dont avait fait preuve la maitresse de maison. Endroit chaleureux qu'il abandonna du regard qu'il posa tour à tour sur les visages présents tandis qu'Aliénor les saluait, et qu'il arrêta sur Dicelo, avant de constater l'absence de la Vicomtesse, ce qui le rassura sur leur ponctualité.
Une jeune femme était là, et il la salua d'un sourire et d'une inclinaison de la tête, puis salua Nono et Pask ainsi que quelques visages inconnus, avant de saluer d'un signe de tête respectueux un homme d'église.

Petit regard vers Malt avant de s'approcher et de lui déposer un baiser sur la joue, tout en murmurant en réponse aux paroles de la jeune Vastel … ton coche a été plus rapide, et les femmes sont si longues à se préparer… puis petit sourire taquin en reculant d'un pas et regardant Aliénor d'un air amusé. Il n'en perdait pas une pour la taquiner gentiment dès qu'il le pouvait, et il faut dire qu'elle n'était pas en reste pour faire de même à son égard.Puis il l'accompagna auprès de Dicelo, l'observant tandis qu'elle semblait tourner en elle, les mots qu'elle devait dire. Elle lui avait parlé de son plaisir à le revoir, de son appréhension aussi, à ce qu'il ne la reconnaisse pas. Il l'avait rassuré que sa ressemblance avec sa mère ne pouvait laisser indifférent qui l'avait connue, comme cela avait été le cas pour lui aux joutes des Grandes Ecuries Royales.
Ce passé qu'elle aussi affrontait depuis son retour en Champagne et dont il était témoin, comme si son amie Magdeleine lui avait confié ce rôle de veiller à ce que sa fille l'affronte sereinement. Il regardait celui qu'il avait cotoyé pas mal de fois à Sainte entre mai 55 et juillet 56 qu'il n'en parte. Depuis tant d'années il ressentait une sensation étrange en le revoyant, comme si le passé l'ensevelissait d'un coup, déversant à nouveau un flot d'images qui se mirent à défiler devant ses yeux tandis qu'Aliénor s'adressait à lui.

Un silence le fit réagir et il afficha un franc sourire tandis qu'il tendait la main au futur vassal, s'adressant à lui presque en murmurant.

Dicelo… comme je suis heureux de te revoir.

Il n'était pas très doué pour dire ce qu'il avait sur le cœur, même avec sa blondinette d'ailleurs, mais il espérait juste que son regard qui brillait légèrement traduirait ses silences et la joie qu'il avait à revoir celui qui l'avait soutenu en des moments difficiles.





Tibère d'Arcis a écrit:
Dame Beeky il faudra que je vous gronde pour avoir pris la poudre d'escampette sans venir me saluer avant. Et je pense que Son Eminence le cardinal Bombadil risque d'en faire autant. Mais vous avez toujours les mots qui font mouche et je goûterai avec plaisir de ce vin de Champagne dont on me dit le plus grand bien. Il paraît qu'il soigne les ulcères et fait repousser les cheveux. Si telle est la vérité, je vais en prendre double ration, pour sûr !


Beeky a écrit:
Quelques instants plus tard, la vicomtesse réapparut et fict constat que la grand’salle s'estait emplie de nouveaux venus. Les convives du futur vassal s’empressaient autour de lui, Champagne se tenait à ses costés et Brie semblait la chercher des yeux. Lorsque leurs regards se croisèrent, le coeur de la dame s'emplit de joie et un sourire éclatant s'en vint égayer son visage. Adoncques, Beeky s’appresta à rejoindre le petit groupe lorsque son archevesque la retint au passage.

La dame stoppa le pas et lui tint messe basse.

Monseigneur… Je doute que son Eminence soict portée à m’adresser remontrances car… il m’attendait en la bonne ville de Reims. *sourire gêné* Nous avions quelques affaires privées à régler et avons tenu conciliabule sur les évènements récents de Champagne.

En vérité, poinct ne suis passée en Malines vous sachant fort occupé par le couronnement du comte et puis… voyez comme le Très-Haut pourvoie à mes manquements puisque vous voici en ma vicomté, à boire mon vin de champagne, le plus gousteux…

La dame se recula d’un pas et dévisagea son archevesque d'un air angélique, songeant qu’elle échapperait probablement aux remontrances de Tibère, à son retour.

Pour l’heure, il me faut bien vous le dire sans ambages (pour sûr, le pauvre prélat était habitué au discours direct de l’archidiacre de Malines qui ne faisait guère dans la dentelle de Bruges…), la peste soit des bonimenteurs qui ne songent qu’à tromper le chaland en lui vantant remède miracle à vil prix ! Allons doncques, monseigneur, n’accordez poinct créance à ces menteries, le champagne est délicat au palais, il courtisera vos papilles et chatouillera vostre gosier mais pour ce qui est de la repousse de vos cheveux, autant user de cataplasme au purin d’ortie, la chose vous sera moins onéreuse et tout aussi efficace !

A dire le vrai, la vicomtesse se mandait si le brave Tibère n’avait poinct un goust prononcé pour les boissons alcoolisées... Un signe fut adressé au serviteur qui passait parmi les invités, ledit serviteur portant plateau chargé de coupes remplies à ras. Discret mouvement du menton pour indiquer au prélat qu’il pouvait se servir et elle renchérit.

Par fin, il serait grandement dommage que vous buviez ce divin nectar tel une médication de rebouteux, lesquelles mandent que poinct l’on ne dépasse la mesure…

Profitez de mes largesses monseigneur, ce n’est poinct tous les jours que je prends vassal. Festons cela dignement, ainsy soict-il ! Mais pour l’heure, il me faut vous abandonner afin de rejoindre le sieur Dicelo ainsi que Champagne et procéder à la cérémonie.

Si j’osais… je vous manderais de tenir le livre des vertus lorsque mon vassal prestera serment. Cela serait grand honneur pour lui et grandement apprécié, par sa suzeraine.


Dicelo a écrit:
Dicelo salua tour à tour les diverses arrivées, là un salut respectueux pour Monseigneur Tibère puis une accolade amicale pour Nono et Paskweten qui durent surement se demander ce qu'il arrivait à l'ancien soldat et un signe de tête à Maltea en attendant que celle ci se rapproche.

La surprise vint d'Aimelin que Dicelo n'avait pas invité pensant qu'il ne répondrait pas à l'invitation; les surprises sont toujours là où on ne les attends pas, qu'elles soient bonnes ou mauvaises pensa t'il en froissant la lettre dans sa poche. La jeune femme qui accompagnait Aimelin s'approcha, venant se placer près du futur vassal, saluant le petit groupe qui s'agrandissait au fur et à mesure des arrivées puis termina dans un murmure qui lui était adressé
'Je suis Aliénor... Vastel'

Se penchant vers Aliénor, Je crois qu'il est inutile de me présenter, vous semblez connaitre tout le monde ici.

Aimelin! Et bien voila une heureuse surprise, merci d'être présent! Il le regarda un moment, un franc sourire sur les lèvres avant que son cerveau n'échappe à son contrôle.

Quiconque le connaissait suffisamment aurait de suite décelé que Dicelo venait de perdre sa légendaire assurance; d'abord un léger tremblement puis le regard perdu, fuyant.

Est il possible que? Aliénor? Aliénor...

Il fit le tri, évacuant les émotions pour ne garder que les souvenirs mais comment savoir sans même avoir regardé ne serait ce qu'une fois la jeune blonde à ses côtés.

Il chercha Beeky du regard pour se donner de l'assurance avant de tourner la tête pour l'observer en détails mais rapidement tout en espérant avoir été discret. Les images se superposèrent, Mag... Aliénor... Oui à dire vrai il y avait quelque chose, tout du moins lui semblait il mais est ce que son imagination ne lui jouait pas des tours? Et ce nom, comment avait elle dit déjà... Vastel! ce nom ne lui disait rien, rien du tout.


Gwenhwyvar arriva sur ces entrefaites et sortit Dicelo de ses pensées. Il afficha de nouveau son sourire de circonstances et pensa qu'il aurait sa réponse en temps voulu.


Beeky a écrit:
A son tour de lever sourcils étonnés en odissant la réponse de l'archevesque...

Monseigneur, si besoin d'un lutrin avais... j'ai ce qu'il faut en ma chapelle nobiliaire et poinct ne vous aurai faict pareille offense. Il se trouve que la coutume en mes terres est de ne poinct dissocier le corps de l’esprit, comme nos anciens goustaient à le faire.

Adoncques nous aurons le genou fléchi en terre, le baiser vassalique et le serment faict par devant l’Eglise qui est physiquement présente et oeuvrante. Chapelain et évesque l’on faict avant vous, que ce soict pour introniser les membres de ma Maison ou bien prendre vassal. Mais soict, si poinct ne souhaitez vous impliquer plus avant, pour un de vos frères d’armes, ma filleule se prestera au rituel vassalique bien qu’elle ne cognoisse poinct le sieur Dicelo…

Je vous laisse réfléchir un court temps, je me dois de saluer nostre héraut et de procéder sans délai.

Ce disant, la vicomtesse fict signe au serviteur que l’archevesque avait assez bu et qu’il pouvait voir ailleurs si d’autres avaient soif. Regard discret jeté vers le maire de Ste Ménéhould, et la dame fuct satisfaite de sa décision de sevrer le prélat. Par fin, elle se dirigea prestement vers Champagne, la salua comme il se devait, ainsi que le petit attroupement autour du futur vassal.

Champagne, il est plaisant de vous voir en nos murs pour cérémonie de long temps prévue. Je me réjouis de vous voir saine et vive.

Comme le veut la tradition, vous avez table pour poser vos affaires, chandelle allumée pour faire fondre la cire et tous les vélins qu’il conviendra d’user afin de dresser actes officiels. Un siège est prévu à ma dextre afin que témoing privilégié soyez.

Celui à ma senestre sera pour le clerc officiant… et un livre des vertus, emprunté à mon cousin, le Grand Aumonier de France, servira à prester serment.

Puis se tournant vers son connétable, la vicomtesse lui sourit et enchaisna prestement.

Mon ami, il est grand temps d’officialiser vostre élévation à l’état de noble gent. Posez genou sur ce coussin et odissez ce que j’ai à déclarer.

Alienor Vastel a écrit:
Un hoquet de surprise contenu, et un regard amusé à Aimelin lorsqu'il salua Champagne à son tour. S'il s'attendait à ce que la blondinette râle ou qu'elle boude, ce qu'elle maîtrisait fort bien au demeurant, et bien il en serait pour ses frais à cet instant.
Et une réplique sur le même ton à sa seule intention Les femmes sont si longues à se préparer, vraiment ? Pourtant, si tu ne t'étais pas emmêlé les doigts dans les lacets de mon corsage en voulant m'aider à l'attacher, ça n'aurait pas pris autant de temps !
Réponse du berger à la bergère comme bien souvent entre eux, échange de taquineries en apparence, les choses plus sérieuses n'étant le plus souvent exprimées que par ces silences et ces regards que l'autre pourtant arrivait à lire.

Et un sourire en réponse au salut de Dicelo. Non, elle ne connaissait pas tout le monde ici, preuve en était la jeune femme et le prélat qu'elle voyait pour la première fois, mais oui, il était inutile qu'il se présente, elle l'aurait reconnu même s'il n'avait pas été le centre des attentions ce jour. Elle n'était certes qu'une enfant à la mort de ses parents, lorsqu'elle avait dû quitter la Champagne pour le Languedoc selon les dernières volontés de sa mère, mais ses souvenirs étaient intacts. Souvenirs de sa famille champenoise et de ce qui fut sa vie avant qu'elle ne bascule brutalement. Souvenirs qui resurgissaient depuis qu'elle était revenue, qui parfois l'étouffaient, mais avec lesquels elle avait appris à vivre et à progressivement faire la paix, avec l'aide précieuse et le soutien de celui qui cheminait à ses côtés.

La blondinette suivit avec attention l'échange entre le jeune seigneur et le futur vassal, se mettant un peu en retrait. Après tout, elle n'avait pas précisé qui elle était et le nom de famille sous lequel elle s'était présentée, auquel elle n'avait pas adjoint celui de sa mère, ne devait rien évoquer. Elle n'était donc pour l'heure que celle qui accompagnait Aimelin.
Non sans remarquer toutefois du coin de l'oeil le regard que le soldat portait sur elle. Curiosité parce que le jeune homme n'était pas venu seul, ou bien ?...

Elle n'eut pas le temps de se poser la question plus avant qu'une jeune femme, puis la Vicomtesse firent leur entrée. Salut respectueux à la maîtresse des lieux, croisée elle aussi dans son autre vie, celle d'avant. Dans les couloirs de Chelles, et pensées qui s'envolent justement vers ce jour où un même évènement avait eu lieu, et où la Vicomtesse avait aussi été présente, entourant celle qui allait devenir la dame de Pomponne en acceptant la charge des terres que Tomsz lui avait alors confiées.

La cérémonie commençait, et Aliénor laissa revenir ses pensées vers le présent, se concentrant sur ce qui allait se passer. Fierté pour l'engagement qu'allait prendre son grand oncle, tout comme elle l'avait ressentie aussi lorsque ses parents avaient fait de même. Quoique... de l'ennoblissement de son père, elle ne gardait en mémoire que le parterre de fleurs qu'elle avait consciencieusement dépouillé de ses ornements pour en faire un bouquet.
Léger sourire au coin des lèvres alors que ses pervenches suivaient la suite des évènements.

maltea a écrit:
Petit hochement de tête en direction de Dicelo qui l'avait repérée et léger rougissement de la jeune femme qui se demandait si elle avait finalement répondu à sa missive... c'est qu'avec cette guerre, la duchesse avait de grandes difficultés à maintenir sa mémoire à flot. Alors qu'elle allait aller le saluer et lui poser la question, la présence d'Alienor dans son champ de vision ainsi qu'Aimelin qui l'accompagnait pour l'occasion. Un sourire fendit ses lèvres et elle leur murmura: Pas que mon coche soit plus rapide non, c'est juste que j'ai mes entrées, je passe par la porte de service, c'est plus rapide.
Regardant autour d'elle, toujours à la recherche de la vicomtesse, ce fut elle qui fut trouvée par celle-ci. Les salutations d'usage ne tardèrent pas...


Attigny, bien le bonjour. Ravie d'être ici en tant que témoin de la cérémonie qui fera du sieur Dicelo votre vassal. Il est vrai que cet évènement a mis un temps fou à être organisé.... mais cette fois, nous y sommes. Pour ce qui est de me voir en vie, j'ai frolé la mort de peu, heureusement que je suis coriace et qu'hormis quelques blessures qui disparaitront vite... quoique celle de l'ego sera bien moins prompt à être oubliée... je suis là et bien là.


Nouveau sourire en direction de la vicomtesse tout en déposant ses affaires sur la table mise à sa disposition.... c'est que la vicomtesse avait pensé à tout, même à un siège, qui ne serait pas de refus vu son état.


Prenons donc place afin de commencer les réjouissances, ne faisons point attendre plus longtemps le futur seigneur.


La duchesse héraut prononça quelques mots avant de prendre place....


Oyé oyé, qu'il soit su des personnes présentes que la Vicomtesse Beeky Maledent de Feytiat prend aujourd'hui vassal en la personne de Messire Dicelo d'Airain. La cérémonie peut donc commencer...


La place était maintenant laissée à Beeky qui appelait son futur vassal.


Beeky a écrit:
Coup d’œil vers la clepsydre, puis vers les portes de la grand’salle. Nul signe de retardataires…

Beeky tiqua et porta regard vers son futur vassal. La pieuse dame avait prié, poinct elle ne semblait avoir esté exhaussée... Il semblait qu'il soict plus aisé d'obtenir que le castel de Reims ne tombe poinct plustot que de faire venir la Ferté. Elle chuchota à Dicelo " Ils ne viendront poinct... "

En ses yeux, il put lire qu’elle estait grandement peinée que le peu de famille qu’il comptait ne soict poinct à ses costés, en ce jour inespéré. Ysa estait duchesse, qu’avait-elle à faire d’un vieil oncle qui devenait seigneur… Son espoux ? Probablement trop occupé… Il y avait bien la fille de Magdeleine « la Fidèle » mais l’enfant estait loin. Quel asge pouvait-elle bien avoir ce jour d'hui ? Eh puis, nul ne l’avait prévenue, probablement. Estait-elle encore vivante, au moins ? Petit sourire triste, mais sourire tout de mesme, adressé à Dicelo, l’air de dire
« Allez, ça n’est rien, Chelles avant vous a gousté ce fiel servi par vostre nièce. Vostre famille, elle est ici depuis long temps. Les vostres sont ceux que vous entourent, au jour d’hui. »

Après une grande aspiration, la vicomtesse embrassa la salle du regard. Elle s’étonna de voir certains, tel le sire Aimelin, mais en fut ravie. L’homme estait charmant, il semblait avoir bon heur trouvé et estait visiblement accompagné d’une damoiselle… *trouble* * la regarde fixement quelques secondes et lui rend son salut*… d’une damoiselle dont elle avait dust faire l’encontre. Son visage ne lui semblait poinct incognu et pourtant, non, elle ne la cognoissait poinct... Brie estait là aussi. Elle estait venue comme suzeraine mais avait esté conviée parce qu'elle avait un passé commun avec icelui qui avait esté GML.  Mais qui se souvenait encore de ce que cela voulait dire…

Beeky n’aimait guère à regarder en arrière, il n’y avait que des fantosmes… ou presque. La Rose avait prit de l’asge, elle s’estait tournée vers l’Eglise et elle avait reconstruit ce qui lui avait paru essentiel, à savoir une grande famille dont les membres de sa Maison faisait partie.

Alors que la nostalgie la gagnait, le héraut fict son annonce et la vicomtesse sursauta presque. Il ne s’agissait plus de resvasser ! Le silence se fict en la salle, l’instant solennel estait venu de poser la question rituelle. Se tenant fort droite, les épaules raidies par la tension, la vicomtesse prit alors la paroles en ces termes.

Maistre Dicelo, si j’ai voulu faire de vous mon vassal, c’est que des années durant vous avez toujours su répondre à nostre appel lorsqu’il nous a fallu défendre nos couleurs, secourir la Champagne, mener saincte croisade et ce que peu cognoissent... veiller sur la vie de nostre bon roy Levan III de Normandie.

Sire Mat arrivera sous peu, il me l’a promis, afin de vous témoigner sa sympathie envers le meneur de soldats que vous avez esté, tout comme sa Grasce Gwenhwyvar, ici présente.

Le général des Compagnons d’Aristote, Monseigneur Tibère, mon très patient achevesque, est ici, lui aussi. *petit sourie entendu à l'adresse de l'intéressé * Celui-là mesme avec qui vous avez bataillé contre les hérétiques.

Vos amis, vostre « famille » sont réunis pour assister à vostre anoblissement et partager ce serment qui lie à jamais un suzerain à son vassal, par devant Dieu et les hommes.

Par fin, vous posez genou pour icelle qui, alors qu’elle estait duc de Champagne, vous a découvert un courage hors du commun et une loyauté sans faille envers vos soldats. Pour les Loups de Champagne  vous avez risqué tout ce à quoi un homme de bien peut tenir. Vostre avenir, vostre honneur, vostre liberté et peut-estre vostre vie.

La vicomtesse prit les mains de son connétable en les siennes et lui sourit, en disant :

Pour ce que vous estes, avez toujours esté et serez, nous voulons faire de vous nostre fidèle vassal. Sieur Dicelo d’Airain, voulez-vous devenir nostre « homme » sans réserve ?
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Oct - 12:36 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1459 divers ~ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image