Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
1460-06-27 ~ Grande Maison d'Asceline-Cardofer - LICE -

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP Joutes --- -> * 1460 *
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 10:34 (2012)    Sujet du message: 1460-06-27 ~ Grande Maison d'Asceline-Cardofer - LICE - Répondre en citant

Citation:
les Huitièmes



ptitmec13 a écrit:
Ha oui mais Noooon!!!!!

C'était le cri du cœur... Tomber sur Aimelin.. pffff.. mais Pourquoiiiiiiiiiiiiiiiiii?!?!?! Ne s'en portaient-ils pas mieux depuis qu'ils ne s'affrontaient plus en tournoi?

Maudit tirage au sort!!!!

Aux joutes précédentes c'était Cooky qu'elle avait affrontée dès l'ouverture. Et maintenant c'était Aime. Au moins les fois précédentes ils s'étaient retrouver face à face en gagnant les tours successifs.
Grommelante elle rentra au camps.



Aimelin a écrit:
Aimelin avait lu lui aussi le panneau d'affichage et avait soupiré, non sans avoir oublié de regarder qui affronterait Alie. Voyant Ptit partir il courut et la rattrapa par le bras en souriant.

alors blondinette on râle ? un sourire qui se voulait rassurant ... la poisse soit avec eux... il faut au moins voir le bon côté des choses. Notre amie et suzeraine aura un vassal qui aura franchit les huitièmes. N'est ce pas merveilleux ?
Allons nous préparer et faisons lui honneur en prenant plaisir à ce duel


Il fallait souvent cacher ses doutes et ses états d'âme, et il était passé maitre en la matière, afin de ne point inquiéter ses proches.



Aimelin a écrit:
Que s'avancent sur la lice, Célénya Océalys dicte Ptitmec13, Dame de Lasson et Aimelin de Millelieues, Seigneur d'Etampes sur Marne.



Première lance…
Deux habitués des Joutes, deux amis se retrouvaient l’un face à l’autre, un petit quelque chose flotté dans l’air, le signal fut donné. Comme pour changé ce qui avait été fait jusqu’à présent c’est le Seigneur qui toucha et brisa sa lance, ne laissant pas une ouverture à la Dame, mais elle resta en selle.

Seconde lance…
Un petit tour et nous reprenons un nouveau départ. Tout semble en place, la vitesse des montures, la position des lances et c’est un choc violent, les deux jouteurs touchent, brisent leur lance et se retrouvent au sol emporté par se contact. Un regard en direction des participants, tout va bien, aucune blessure.


Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur, par deux lances contre une.


[Les huitièmes]

Des ducs, des ducs et une blondinette mais pas n’importe laquelle. Son amie, sa complice depuis avant Vae Victis, celle qui a été là quand Dance a disparu, celle qui avec lui, est vassale de cette grande Dame qu’est Dotch, leur suzeraine et amie. Il est soucieux même s’il le cache derrière son petit sourire complice lorsqu’ils entrent en lice.

Que le Très Haut nous protège…

Voila qu’il prie bien plus souvent qu’avant. Peut être à cause de toutes ces choses arrivées depuis cet hiver. La guerre en Champagne, la mine de Compiègne, la peur, puis Marine et puis Kawa, son double, sa jumelle. Où est elle en ce moment.
Visière qui retombe cachant ses prunelles grises tandis qu’il fait signe de la tête à Von. Et Altaïr qui prend son envol sans qu’il ne cherche à le faire accélérer. Il va même trop vite lorsque sa lance s’abaisse et vole en éclats comme du verre.

Aussitôt il se retourne soulagé de voir son amie toujours en selle. Ses mirettes grises fixées en fond de lice lorsqu’il la contourne et talonne sa monture pour un nouveau galop tout aussi rapide. Le plaisir de la joute se mêle à l’appréhension. Et puis ce choc violent dans le fracas des lances et des écus. Il perd l’équilibre. C’est qu’elle n’y va pas de main morte la dame de Lasson !
A peine sa roulade sur le sol terminé qu’il se redresse pour la chercher du regard avant d’enlever son bacinet et d’aller vers elle.


Ça va ? pas trop de mal ?
tu as décidément une sacré pêche blondinette.
J'ai eu de la chance cette fois.


Il lui tend sa main gantée, l’aide à se relever, un sourire au fond des yeux. Il est rassuré, elle n’a rien et lui non plus.



Abeline-cardofer a écrit:
elle c'était installer non loin de la lice afin de poursuivre les joutes, grimaçant de temps a autre vu les chutes de certains, bien heureuse d'être tranquillement installer et non point a leur place, ce n'était vraiment pas son truc a elle.
Tout en regardant elle se demandait d'ailleurs quel plaisir on pouvait trouver a chuter et se retrouver au sol, si ce n'était qu'a chaque fois elle se faisait de l’inquiétude pour Ereon ,qui lui ,passait le plus clair de son temps a cela maintenant ,enfin du moins quand il n'était pas avec elle a leurs bureaux.

Un sourire vers sa fille qui pour sa part avait l'air d'apprécier le spectacle, c'était visiblement très rigolo de voir papa tomber de cheval.

Autre sourire, cette fois en apercevant Aimelin.
Elle avait attendu qu'il finisse de jouter et c'était lever afin d'aller a sa rencontre, enfin a leur rencontre, nul doute que Ali ne devait pas être loin, très contente de les voir ici en ce jour, c'est que celà faisait un moment déjà qu'ils avaient quitter la champagne, elle ne les en blâmerait pas, elle même depuis quelques temps n'avait plus que cette envie, partir loin un moment.

Elle c'était rapprocher, Elsa dans ses bras, en fin de compte elle ne s'en sortait pas trop mal dans son nouveau rôle de mère même si elle n'était pas aussi présente qu'elle le souhaiterais parfois.

Une bise qui se pose par surprise sur la joue de son ébouriffer favori ...


bonjour aimelin!
je suis heureuse de te voir! comment vas-tu? et ce voyage?






Aimelin a écrit:
Il avait laissé Altaïr aux bons soins d'un écuyer avec des consignes strictes et il était décidé à rester en bord de lice afin de suivre le passage d'Aliénor.

Une grimace lorsqu'il l'avait vu chuter tandis que ses mirettes ne la quittaient pas des yeux. Il connaissait son habileté à l'épée mais il n'aimait pas la voir combattre.
Sa blondinette se défendait comme un diable même s'il avait remarqué son attitude. Elle semblait blessée à la cheville et il ne pouvait s'empêcher de l'encourager.


vas y Alie, une belle feinte. Prends le par surprise !

Il pesta contre l'homme qui venait de la blesser et suivit des yeux les soigneurs pour s'assurer qu'elle était prise en charge, quand une bise détourna son attention quelques secondes. D'abord surpris il afficha un sourire franc à son amie la Duchesse.

Yu ! je suis heureux de te revoir aussi.
je regardais le passage d'Aliénor, elle s'est bien défendue mais elle a l'air blessée.
Un regard vers la fillette... je n’ai pas eu l’occasion de te féliciter pour ce petit bout.. alors permets moi de le faire maintenant.

je vais bien. Notre voyage est animé et nous sommes encore sur Vendômes pour quelques jours ou semaines je pense. Marine a eu de légers soucis face à l'armée d'un certain connétable...
ajouta t il en soupirant.

Mais j'avoue profiter de ne rien faire, et de savourer cette petite liberté qui me fait profiter des moments avec Alie et Marine qui t'embrasse d'ailleurs. Elle n'oublie pas ce que tu as fait pour elle en Champagne.
Et toi comment vas tu ? j'espère que tu arrives à te reposer malgré tes fonctions, car je sais qu’un enfant c’est du travail et de l’attention de tous les instants.




Alienor Vastel a écrit:
Une grimace devant le tableau d'affichage. D'accord, elle avait échappé aux éliminatoires, ce qui en soi se devait d'être signalé tant elle y était abonnée, mais le nom de son adversaire ne lui était pas totalement inconnu, elle avait dû l'entendre déjà lors de joutes précédentes auxquelles elle avait assisté ou participé, un habitué lui semblait-il.
Et une autre grimace en notant le duel qui opposerait Aimelin et Célénya. Même si le hasard du tirage au sort présidait aux face à face, il n'en demeurait pas moins qu'elle redoutait d'un jour tomber face à un de ses proches, et elle imaginait sans peine le sentiment qui pouvait assaillir les deux jeunes gens à l'instant présent, au vu de leur amitié et complicité.

Et c'est donc l'esprit soucieux qu'elle avait suivi le duel, espérant qu'aucun des deux ne serait blessé. Première lance brisée, et toujours ce bruit impressionnant du bois qui éclate contre le métal des écus. Et aucune chute, pervenches qui suivent en bout de lice le demi tour des cavaliers pour repartir au galop. Aliénor ferma les yeux en réflexe lors du choc, les rouvrant pour voir les deux vassaux de Dotch de Cassel à terre. Souffle s’arrêtant un instant, avant que les jouteurs ne se relèvent, visiblement sans mal, permettant ainsi à la jeune blonde d'à nouveau respirer.



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Fred de Castelviray, vicomte de Rémalard & de Châteauneuf-en-Thimerais, baron d’Authon du Perche et Aliénor Vastel, Dame de Lesmont.



Première lance…
On continue dans les duels mixtes, un regard de gauche à droite, il peut donner le départ. Rien qu’en écoutant le bruit des salops claquant sur le sol, on ne pouvait s’attendre qu’à un choc violent, le genre de choc où, les deux jouteurs touchent, brisent leur lance et se retrouvent au sol, la foule retient son souffle. Le Vicomte se relève sans difficulté, au premier abord la Dame également, sauf qu’en elle voulut s’appuyer sur son pied gauche, elle ressentit une légère douleur.

Il regarda tout le monde et se redressa.


Les deux jouteurs étant au sol sans pouvoir être départagé par un nombre de lance, doivent continuer le duel à l’épée, sauf si l’un d’eux déclare forfait.

Il regarda plus intensément la Dame, étant légèrement blessé.

Je vous rappelle les règles :
Le combat s'arrête lorsqu'un des adversaires a été touché 4 fois ou sur forfait.
Après une touche, vous reprenez place et attendez le signal.
Noble Dame et Seigneur, veuillez sortir vos épées de leur fourreau.


Première passe…
Malgré la gêne c’est bien la Dame qui touche en premier ne faisant aucun dégât, mais marquant le point.
Deuxième passe…
Surement s’étant retenu pour la première, le Seigneur fit quelque feinte avant de toucher à son tour sans blesser son adversaire.
Troisième passe…
Ne souhaitant en rester là, la Dame démontra son savoir faire pour porter une attaque au Seigneur qui ne put la parer, sans aucun dégât.
Quatrième passe…
Comme pour remettre les compteurs à égalité, les manœuvres du Seigneur lui permirent d’atteindre la Dame sans blessure.
Cinquième passe…
Surement dût à l’effort porté sur son pied, les mouvements de la Dame se faisant moins rapide et précis, laissèrent le champ libre au Seigneur qui en profita pour la toucher, toujours sans dommage.
Sixième passe…
Aucun doute, la Dame dût prendre appui sur son pied douleur pour se retrouver dans cette position, le Seigneur ne pouvant plus retenir son coup toucha au niveau des reins en blessant la blessant légèrement.

Un signe fut donné au soigneur pour qu’ils arrivent.


Fred de Castelviray est déclaré vainqueur par 4 touches contre 2.


A peine le temps de terminer de se préparer, gantelets enfilés, heaume venant coiffer sa tête et restreindre son champ de vision, que déjà elle était appelée. Aliénor prit place en bout de lice, saisissant fermement la lance qui lui était tendue. Un signe à l'arbitre pour lui signifier qu'elle était prête, et un murmure pour elle même vu que personne ne pouvait l'entendre la chance... mouais, ben on va essayer de l'aider un peu, la chance !

Signal donné et une vive talonnade à Etoile qui n'attendait que ça pour partir dans un galop puissant, soulevant le sable de la lice sous ses sabots. Regard déterminé de la blondinette, fixé sur l'écu adverse, et la lance qui s'abaisse pour heurter ce dernier et se briser dans un fracas assourdissant pourtant quelque peu étouffé par son heaume. A l'instar de celle de son adversaire, choc qui l'envoya en vol plané rejoindre le sol sableux.
Quelques secondes pour reprendre ses esprits, avant d'enfin maugréer. Bah voila, ça c'est fait, je peux rentrer.

La jeune Dame de Lesmont réussit à se redresser, puis se relever, un instant à compter ses os pour s'assurer qu'ils étaient tous là, et une grimace en posant le pied gauche à terre, pied qui visiblement avait souffert de la chute.

Occupée qu'elle était à reprendre contenance, elle n'avait pas remarqué cependant que son adversaire avait lui aussi rejoint le sol et ce n'est qu'à l'annonce de l'arbitre qu'elle dirigea ses pervenches en sa direction. Premier réflexe "chouette, je l'ai mis à terre !". Deuxième réflexe "euh... comment ça on continue à l'épée ?" Elle avait juste un peu oublié cette règle, et à la fierté de ne pas avoir été la seule à être tombée succéda l'appréhension de la suite. Certes, elle avait déjà assisté à des duels à l'épée, mais pour ce qui la concernait, c'était une première.

Un regard noir à l'arbitre néanmoins lorsqu'il évoqua un possible forfait de sa part, regard que de toute façon il ne put voir puisque la visière du heaume cachait les expressions de la jeune fille, un geste de la main pour signifier qu'il n'en était pas question, et les pervenches dirigées vers l'épée de duel qu'on lui apportait, plus lourde et moins maniable que la bâtarde qu'elle était davantage habituée à manier. Super, manquait plus que ça !

Aliénor rejoignit le centre de la lice, faisant fi de la douleur, légère et finalement supportable qui émanait de sa cheville lorsqu'elle posait le pied au sol. Signal donné, et épée bien en mains, partant du principe que, la meilleure défense c'est l'attaque, la blondinette porta le premier assaut, une fente pour aller toucher son adversaire du plat de son arme, adversaire qui sans doute ne s'attendait pas à un engagement aussi rapide de sa part. Et un point pour elle, léger soupir en songeant qu'elle n'était finalement pas totalement ridicule.

Place reprise, signal à nouveau, et cette fois ce fut l'expérience de son adversaire qui parla. Un partout.
Le temps d'une grande respiration, essayant de se souvenir des cours à elle autrefois donnés par sa défunte mère ou le maître d'armes de Pomponne, et l'adolescente enchaîna les mouvements, les pensant en même temps qu'elle les effectuait. Médiane, passe avant, rupture de la pointe à terre, j'invite et une-deux, et un sourire satisfait alors qu'elle prenait l'avantage.

Mais la chaleur, le poids de l'épée, la fatigue qui commençait à se faire sentir, et les gestes devinrent moins précis, moins rapides aussi, et elle ne put éviter d'être à nouveau touchée à deux reprises. Bien décidée à égaliser le score, Aliénor se reconcentra, tenant fermement l'épée entre ses mains. C'était sans compter sur un mauvais appui sur son pied blessé qui la déséquilibra, ouvrant la voie à l'épée adverse qui vint heurter ses reins.

Mâchoire serrée sous le choc qui la fit choir sur les genoux, lâchant l'épée pour se retenir des mains sur le sol, respiration coupée par cette douleur qui irradiait dans le bas de son dos.
Et en attendant qu'on vienne l'aider à se relever puisqu'à bout de forces elle ne pouvait y parvenir seule, elle eut une pensée, un "tout est perdu fors l'honneur" qu'un roy-chevalier reprendra 65 ans plus tard étant donné que présentement elle ne songea pas à le copyrighter.

Elle avait perdu, certes, la chance n'avait pas été avec elle une fois de plus, mais du moins avait-elle donné tout ce qu'elle pouvait. Et c'est sur cette réflexion qui finalement n'était pas pour lui déplaire qu'elle félicita son adversaire et le salua, avant de quitter la lice avec en tête et dans l'ordre : rejoindre la tente, se faire aider pour se défaire de ce carcan de ferraille, négocier un massage sur les parties endolories de son corps et s'allonger, histoire de récupérer un peu.

Mais le repos attendrait, elle prenait la direction du campement lorsqu'elle aperçut en bord de lice, Yunab et Aimelin en pleine discussion. Confiant monture, heaume et gantelets à un écuyer, la blondinette se dirigea vers eux en boitillant, le plaisir de revoir la Duchesse prenant le pas sur la fatigue, et s'arrêta à leur hauteur, un sourire sincère venant éclairer son visage pâli par l'effort qu'elle venait de fournir.


Bonjour Yunab ! C'est une excellente idée que ces joutes pour se retrouver ! Même si le résultat n'avait pas été brillant pour ce qui la concernait, mais au moins Aimelin avait-il passé ce tour, c'était toujours ça de pris et ça leur permettrait de rester encore un peu.

Et toujours souriante, portant son regard vers Elsa
Ta fille est jolie comme un ange, reste maintenant à savoir si elle en a la sagesse... surtout connaissant ses parents !

Avant de conclure avec toute la mauvaise foi dont elle était capable -et dieu sait que de ce côté là elle en avait à revendre !-, affichant une mine faussement contrariée démentie par une petite lueur facétieuse au fond de ses pervenches que quiconque la connaissait bien décèlerait sans peine. Et je comprends maintenant pourquoi j'ai perdu, vous étiez en train de papoter plutôt que de m’encourager !


ptitmec13 a écrit:
Depuis combien de temps ne s'étaient-ils plus affrontés en lice? Les souvenirs se troublaient? Elle essayait de ne pas laisser transparaitre son inquiétude dans sa posture, dans son regard, mais Belle Dragonne le sentait bien et s’ébrouait régulièrement.

Que s'avancent sur la lice, Célénya Océalys dicte Ptitmec13, Dame de Lasson et Aimelin de Millelieues, Seigneur d'Etampes sur Marne.

Regard et sourire complices qui s’échangent ponctués d'un clin d’œil de la blondine. Son cœur bat la chamade plus que tout. Elle appréhende de le blesser encore et ça se tord au creux de son ventre.
Elle essaie de faire le vide en baissant sa visière. Sa main se saisit de la lance qu'on lui tend. Le signal est donné elle ne peut plus reculer. Et pourtant Dieu sait que c'est ce qu'elle voulait faire. Mais au lieu de cela elle talonne... Hésitation encore, rentrer au campement.. Oui c'est ça.. Et bim dans l'écu. Toute à son appréhension elle avait abaissé sa lance sans constance et avait loupé son coup. Par contre Aime lui l'avais largement touchée. Ça n'allait pas se terminer ainsi.
Deuxième lance.. Là où il fallait se rattraper. On oublie tout on fait le vide et on y va.. droit devant. Le choc est alors plus rude et surtout partagé. Elle essaie de se maintenir en selle, en vain, pour finir par rejoindre le sable de la lice avec délicatesse.
Elle se relève rapidement pour vérifier que son ami n'avait rien. Pfiou.. Soulagée elle pu enfin ôter son heaume pour l'accueillir avec un sourire emprunt de malice.


Tu m'as eu cette fois ci!! Je me vengerai.

Elle l’ébouriffa en riant, elle lui aurait même déposé une bise sur la joue si ces armures qui les protégeaient n'étaient pas si imposantes. Pourquoi cette joie d'avoir perdu? Oh non elle était surtout heureuse qu'aucun des deux ne soient blessés.



Coxynel a écrit:
Alors oui, elle était en retard.

Elle n'avait déjà pas pu s'inscrire à ces joutes pour cause de retard...
Ereon lui avait rappelé quelques jours auparavant que les joutes en l'honneur d'Elsa débutaient et qu'il y aurait du vin ! Héhé... Et deux blondes de partir vers Maligny... Mais c'est où Maligny au fait ?
Ah v'oui !!!! Première à gauche après le pissenlit et quatrième à droite après le rocher en forme d'ours. Quand tu vois l'arbre qui ressemble à un nez crochu, tu fais 100 pas sud-sud-ouest puis 15 vers le sud et tu arrives à bon port !
Et c'est comme cela qu'une mère et sa fille, main dans la main - ou plutôt l'une dans les bras de l'autre - arrivèrent en retard à Maligny.

Une fois installée dans les gradins, elles encouragèrent les champenois - enfin surtout la mère parce que Manon dormait et autant dire pas pour longtemps au vu du bruit - à coup de cris et de sifflements. Ben quoi ? On est patriote ou on l'est pas !

Allez les Champenois !!!!!

Alors oui, elle avait loupé la moitié des joutes... mais elle était arrivée juste à temps pour voir les champenois gagner en mauvaise posture. Ils se prenaient tous ou presque des déculottées doublées de fessées monumentales.

Du coup son patriotisme diminua d'un coup d'un seul! Elle se tassa un peu plus dans les tribunes, tête dans le cou. La vache... Pitoyable! C'te honte...
Ereon, nez dans le sable.
Hersent, nez dans le sable.
Kelso, nez dans le sable.
Ali, nez dans le sable aussi.
Heureusement qu'Aime remontait le niveau.

Grand sourire sur les lèvres, les Champenois n'étaient pas en vaine. Mais l'important c'était de participer, non ?
Oui...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Juil - 10:34 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP Joutes --- -> * 1460 * Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image