Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
[TEXTE] J’ai rêvé que j’avais des ailes

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> Privé - Le Coin de l'Admin -> ** RP hors Royaumes Renaissants ** -> Divers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Lun 2 Nov - 17:53 (2009)    Sujet du message: [TEXTE] J’ai rêvé que j’avais des ailes Répondre en citant

La nuit venait d’envelopper les alentours
De son manteau sombre et velour…

Allongé dans l’herbe mon regard s’était posé sur les étoiles, ces petites choses qui s’allumaient des que la nuit déployait ses ailes sur le monde.

Un prince, petit de surcroit d’apres les "on dit", aurait dit un jour, ou dira plus tard, à un homme perdu dans le désert :

"Tu regarderas, la nuit, les étoiles. …
Quand tu regarderas le ciel, la nuit, puisque j'habiterai dans l'une d'elles, puisque je rirai dans l'une d'elles, alors ce sera pour toi comme si riaient toutes les étoiles. Tu auras, toi, des étoiles qui savent rire !
... Ce sera comme si je t'avais donné, au lieu d'étoiles, des tas de petits grelots qui savent rire... "


Des étoiles qui savent rire… comme des petits grelots. Mamée m’avait toujours dit de me méfier de ces "on dit" qui souvent induisaient les gens d’erreur [tu as vu Malt j’ai pas dit enduisait] et depuis que j’avais ouï cela, je n’avais de cesse de scruter les étoiles en tendant l’oreille, parfois les deux, afin d’entendre ce chant si mélodieux. Mais souvent, à la place des grelots je n’entendais que Mamée qui ralait apres Papé parce qu’il rentrait de taverne bien trop tard avec cette fatigue que je connais maintenant, lorsque Sainte Boulasse m’accapare et m’oblige à tenir Altaïr pour qu’il marche droit à côté de moi.

Les étoiles, ces petites lumières fascinantes, si lointaines mais dont le scintillement s’offre à nos yeux tel de petites lucioles voletant tout là haut au dessus de nos têtes, des milliers que l’on laisse filer quand une seule suffirait à me faire entendre ces fameux grelots.

J’en étais donc là de ma contemplation des étoiles quand une idée "saute et grenue", pour reprendre les mots de Mamée, me vint. Nom d’un ébouriffé il fallait que j’en ai le cœur net, apres tout les "on dit" ils sont bien gentils mais moi je ne crois que ce que je vois. Je me relevais et regardais la première étoile qui me tombait sous les yeux.


- celle là ! ce sera celle là !

Personne pour me voir, j’en profitais donc pour déployer mes ailes, comme tout ange qui se respecte et fonçais droit sur elle. Lumière qui guida mon chemin et mon voyage de quelques secondes, et m’obligea à fermer les yeux tant elle m’éblouissait lorsque je m’approchais d’elle.
La main en visière devant mes yeux je l’interpellais tout en me retournant quand même, pour apercevoir au loin la drôle de boule avec des taches bleues qui tournoyait légèrement.
Me rappeler le chemin pour rentrer sinon les coups de lattes vont pleuvoir.

Je reportais mon attention sur l’étoile et me rappelais les conseils de Mamée : n’oublies jamais de dire bonjour, s’il te plait, merci et au revoir.

- Bonjour m’dame l’étoile petit haussement de sourcils si caractéristique du jeune voyageur en la dévisageantvous brillez drol’ment fort, tellement fort que j’vous ai vu de mon coin d’herbe et qu’j’ai eu envie d’venir vous dire bonjour.

Mamée l’allait être heureuse que son petit fils parle ainsi. La chose étant faite je regardais autour de moi avant de m’adresser à nouveau à elle.

- "on dit" a dit, enfin il parait, que la nuit vous riez et que même si j’suis sur la boule qui tourne là bas, je pourrai vous entendre. Je pris mon air perplexe et réfléchi mais j’ai beau ouïr de toutes mes esgourdes, je n’ois rien, ni rire, ni grelots

Je me sentais soudainnement idiot, réalisant que l’étoile devait se demander pourquoi je lui racontais tout ça. Elle avait peut être peur que je me mette à parler de Mamée car elle m’interrompit.

- si tu n’ois rien c’est qu’il n’y a rien à ouïr et si tu ois c’est que tu ois bien et donc tu n’as pas besoin de venir voler jusqu’ici pour me dire que tu ois rien.

Je dois l’avouer, le petit moment qui suivi ne fût pas troublé par beaucoup de mes mots, ceux-ci étant en train de se bousculer dans ma tête, en courant dans tous les sens, pour trouver la sortie et voler à ma rescousse.

- heu

Certes la phrase fût courte, mais mon silence en disait long sur ma comprenelle légèrement perturbée par les mots qui ne trouvaient toujours pas le bon sens afin de m’ expliquer plus clairement les pensées de l’étoile.

- heu … oui m’dame l’étoile

Mamée me disait toujours de ne jamais contrarier les gens bizarres et de secouer la tête en disant oui pour ne pas avoir l’air trop idiot. Mais là c’était une étoile et je n’avais aucun conseil de Mamée pour cela. Comme un grand, je pris décision d’agir ainsi et secouais la tête, faisant oui tout en prenant un air réfléchi afin de noyer le poisson, enfin si je peux parler ainsi. (ceci dit, petite parenthèse quasi obligatoire ... hum hum ... Si l’on pouvait noyer les poissons je reconnais que ça m’arrangerait bien quelquefois, ceux-ci n’étant pas mes amis. Mais c’est une autre histoire que peut être je vous conterai un jour).

Donc pour revenir à l’étoile je hochais la tête d’un air de lui faire comprendre que ses paroles m’avaient atteint droit au cœur et que je la comprenais fort bien.


- il est vrai m’dame l’étoile que si j’avais ouï vos grelots, je s’rais pas venu vous dire que je les oyais pas.

Pourquoi parlais je ainsi, encore un mystère que je devrai percer un de ces jours.

- mais j’aim’rais bien vous entendre rire pour ouïr ces grelots dont parlait le Prince, enfin le petit je précise, ce qui peut être apres tout n’est pas si important, le grand n’ayant rien dit sur ce sujet là.

Et là, vous me croirez où non, mais l'étoile me regarda avec de grands yeux et partit d'un éclat de rire qui raisonna tout autour de moi. Je fermais les yeux, et un tintamarre de tous les diables vint perturber mon champ d'écoute. Toutes les cloches béarnaises, les vraies, celles qui sont accrochées dans les églises, et même toutes celles du Royaumes, la Champagne y compris, sonnant en même temps ne devaient sûrement pas faire moins de bruit.

Mes ailes se replièrent d'un coup comme pour se protéger des mauvaises ondes qui pourraient les abîmer et compromettre mon retour sur mon coin d'herbe et ma tête se mit à raisonner comme une cougourde vide sur laquelle on tape pour en vérifier la contenance. Je ne sais pas combien de minutes s'étaient écoulées avant que je n'ouïsse à nouveau normalement, ouvrant les yeux et les oreilles.


- nom d'un nobliau ! il avait pas tort le petit prince quand il parlait d'un tat de petits grelots ! je me gardais bien de dire à l'étoile que son rire était plus fort qu'une grosse cloche, et la remerciais avant de déployer à nouveau mes ailes pour reprendre dare dare la direction de la boule qui tournoyait toujours.

- SONNEZ LES CLOCHES A LA VOLEE !!! QUE LE PAYS ENTIER ENTENDE LEUR CHANT !!
- l'étoile rigole encore !! plies tes ailes Aime !! protèges les de ... rhaaaaaaa !!..

Je me réveillais et m'assis sur le banc de l'église où je m 'étais endormi.

- SONNEZ LES CLOCHES A LA VOLEE !!!
- que .. qu..
- bandes de sacripants, venez ici que je vous les sonne les cloches moi !!!

Je regardais le curé courir apres deux gamins qui sortaient de l'église en riant et apres avoir remis un peu d'ordre à mes habits, me dirigeais mine de rien vers la sortie, n'oubliant pas de saluer le locataire des lieux.

- à la revoyure m'sieur l'curé

Il va falloir que j'arrête de venir prier, voila que j'ai rêvé que j'avais des ailes. Je levais les yeux vers les cloches qui finissaient leur danse tout là haut et poussait un soupir de soulagement en murmurant.

- ce prince, si petit qu'il soit, a un problème d'oreille où alors c'est encore un bonimenteur. C'est pas les grelots des étoiles qui rigolent qu'on entend, mais les cloches du père François.

_______________________________________



Oui je sais c’est idiot et absurde… mais j’avais envie .... juste pour vous faire sourire et vous changer les idées si besoin était.
Un peu d'absurdité dans ce monde de brutes. Razz

Bonne journée les amis !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Nov - 17:53 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> Privé - Le Coin de l'Admin -> ** RP hors Royaumes Renaissants ** -> Divers Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image