Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
[Salle du Trône] Hommages du Duc de Champagne

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1462 ~
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Mer 15 Jan - 14:55 (2014)    Sujet du message: Re: [Salle du Trône] Hommages du Duc de Champagne Répondre en citant

Archiviste a écrit:
Pline a écrit:
La salle fût correctement préparée de bon matin sous le regard d'azur du Premier Huissier de France. Aujourd'hui devait se dérouler la cérémonie des hommages du Duc de Champagne.
Une fois tout en place le Sulignan s'en alla rejoindre sa place sans omettre de saluer Vittoria qui officierait et accueillerait le régnant.

Vittoria a écrit:
Vittoria se rendit en salle du trône afin de pouvoir officier pour la cérémonie d'hommage de la Champagne. Saluant poliment le premier huissier royal, elle se plaça à l'entrée de la salle, pour accueillir celui qui arriverait.

Aimelin a écrit:
Et c'est un jeune seigneur qui avait délaissé son bureau de régnant, ses brigands guère courageux qui s'amusaient à faire tomber ses villes les unes après les autres, car quoi de plus facile que s'attaquer à proie facile, qui se présenta au Louvre.
La même impression qu'au mois de novembre malgré ce qu'il avait traversé, la même intimidation et humilité devant un lieu tant chargé d'histoire, et les mêmes battements de coeur qui s'accéléraient au rythme de ses pas.

Des saluts et des sourires discrets à mesure qu'on le conduisait devant les huissiers qui l'attendaient, et un dernier geste pour arranger épis rebelle et tenue sobre avant de saluer celle qui se trouvait devant lui, Comtesse du Maine qu'il croisait au CDR.


mes respects votre Grandeur

et de se présenter

je suis Aimelin de Millelieues, Seigneur d'Etampes sur Marne et nouvellement élu pour la seconde fois à la tête de la Champagne
Je suis là pour l'hommage à Sa Majestée.

Vittoria a écrit:
Et elle vit arriver, celui qu'elle croisait depuis quelques temps un peu partout et le salua :

Le bonjour.

Je vais aller vous annoncer à Sa Majesté. Si vous voulez bien attendre ici.


Vittoria fit un demi tour et pénétra dans la salle du trône pour annoncer :

Votre Majesté, Aimelin de Millelieues, Seigneur d'Etampes sur Marne, reconduit à la tête de la Champagne, choisi par le peuple et reconnu par le Conseil nouvellement élu.


Aimelin a écrit:
Il la suivit des yeux tandis qu'elle faisait demi tour pour aller l'annoncer au Roy puis parcourut à nouveau les lieux de ses prunelles grises.
Il était toujours aussi nerveux à chaque fois qu'il lui fallait se rendre dans les lieux nécessaires à sa fonction, et il s'obligea à respirer lentement afin de laisser doucement descendre la pression qui l'avait habité tout le long du voyage, par crainte d'arriver en retard.
Il profita du petit répit qu'il avait pour mettre une dernière fois de l'ordre dans sa tenue et attendit qu'on l'introduise dans la grande salle.


Charlemagne_vf a écrit:
Il y avait un roi, mais il était d'Armes. Ingeburge d'Euphor se tenait à la droite de Charlemagne de Castelmaure qui, devant le trône, allait recevoir l'hommage champenois pour la seconde fois.
Nul n'avait averti les huissiers. C'était que le roi n'était pas là. Sans doute occupé à faire croire à sa rousse qu'elle était vierge. Ou qui savait. Bref. Pas là. Ou si. Peu importait, car l'Aiglon et la Prinzessin avaient décidé de se charger de ce qui n'était une formalité que pour les blasés et les gens de peu de valeurs. Alors, royal en son altesse, ce qui ne voulait rien dire, l'Infant de France demanda à Vittoria de faire entrer le prétendant, et de l'inviter à faire son hommage.


Ingeburge a écrit:
C'était Ingeburge qui, sortant du cadre de ses fonctions ordinaires, avait demandé à ce que l'on préparât la salle du trône et que l'on convoquât Aimelin de Millelieues qui avait été reconnu depuis plusieurs jours déjà , la faute à une nomination du Premier Secrétaire d'État qui faisait ce jour-là plus que tarder et qui se résoudrait finalement quelque temps après. Elle en avait conçu un fort agacement et avait apprécié de constater que l'office des huissiers s'était diligemment mis en frais pour organiser le second hommage du Champenois. Et, le hasard provoquant parfois des coïncidences heureuses, il était dit qu'elle irait jusqu'au bout du processus puisqu'elle voisinait, mais pas trop, le Grand Chambellan de France tout le temps que la prestation de serment durerait. Ce ne serait pas trop long, Aimelin, elle le savait, avait fort à faire et elle doutait qu'il se perdrait en circonvolutions somnifères.

La comtesse du Maine, de faction ce jour, vint faire connaître l'arrivée du convoqué, ne restait plus qu'à attendre.


Vittoria a écrit:
Ah bah c'est pas le roy finalement.
Pas plus mal, ça irait plus vite pour le coup. Vittoria acquiesça à l'ordre du Grand Chambellan et revint vers Aimelin :


Vous pouvez entrer.

Et retournant en salle du trône, elle annonça d'une voix plus claire :

Aimelin de Millelieues, Seigneur d'Etampes sur Marne, reconduit à la tête de la Champagne, choisi par le peuple et reconnu par le Conseil nouvellement élu.


Aimelin a écrit:
Il n’avait fallu qu’une seconde aussitôt que la Comtesse s’était absentée, pour qu’il ne sorte de la poche de son surcôt de cuir, le précieux petit cailloux qui ne le quittait pas lorsqu’il était loin de chez lui. Le jeune brun avait ses petits gestes que ce soit avec ce caillou, un anneau ou son médaillon, aussi bien lorsqu’il était dans les différents lieux nécessaires à ses fonctions que lorsqu’il était en lice. C’était un challenge à chaque fois, d’arriver à garder son calme, et de laisser certaines choses passer bien au-dessus de sa tête, et ces petits gestes imperceptibles quelques fois, lui permettaient surtout de faire le vide et de se centrer sur l’essentiel et le moment présent.

Le retour de la Comtesse le tira de ses pensées et il se redressa pour lui emboiter le pas tout en remettant son petit objet dans sa poche et arrangeant d’un geste de la main, sa cape de couleur sombre assortie à sa tenue, qui laissait ressortir la blancheur de sa chemise.

Une inclinaison de la tête vers Vittoria lorsqu’il passa à sa hauteur et quelques mots, comme à son habitude
je vous remercieavant de laisser ses prunelles se poser directement sur le trône.

La même silhouette, celle du Grand Chambellan, qui l’avait accueilli pour son précédent hommage, et un imperceptible mouvement de surprise en reconnaissant la dame en noir qui se tenait aux côtés du Prince. Aie, allait il se faire latter parce qu’il osait tenir tête à quelque personne.
Et d’avancer vers eux, non sans encore jeter quelques regards aux tapisseries qui ornaient les murs de cette salle majestueuse, dans laquelle il se sentait toujours aussi petit que la dernière fois.

Parvenu à quelques pas du Prince et du Roy d’Armes il s'inclina pour les saluer.


Votre Altesse Royale, Monjoie

Et d'attendre que demande lui soit faite avant de prendre la parole.


Ingeburge a écrit:
La comtesse du Maine s'exécuta sans délai, comme en témoigna l'entrée quelque temps après du seigneur d'Étampes-sur-Marne. Ingeburge, caducée noir de Grand Maître des Cérémonies de France en main, observa la progression du Champenois qu'elle avait connus par les joutes où il brillait régulièrement et qu'il arbitrait parfois en tant que membre de la Ligue. Aimelin avait connu un premier mandat agité, comme seule la Champagne sait en produire, et elle espérait sincèrement, tant pour le duché, que pour son régnant – et aussi pour la Favara dont elle avait besoin en Hérauderie – que la prochaine mandature serait plus quiète.

Parvenu au-devant du duo, le Millelieues salua, et la Prinzessin fit de même :

— Le bonjour messire Aimelin.
Et ajouta ensuite :
— Son Altesse royale le Grand Chambellan est prête à recevoir votre serment.

Il s'agissait d'être efficace. Donc.


Aimelin a écrit:
Ses prunelles grises se posèrent sur la Prinzessin et il posa un genoux à terre avant de porter sa main droite sur son cœur, son regard posé au sol au devant de lui. C'est d'une voix claire et posée qu'il prêta serment.

Moi Aimelin de Millelieues, élu par le peuple de Champagne et reconnu par son Conseil, prête allégeance à la Couronne de France représentée par Sa Majesté et lui jure Fidélité, Aide, Service Armé, et Conseil.

Il était bien conscient de la difficulté de la tâche encore une fois, surtout après ces mois difficiles mais s'il y avait une chose qui ne le quittait que rarement, c'était son courage allié à la confiance qu'il mettait dans son conseil et sa vice Duchesse.


Charlemagne_vf a écrit:
Que c'était beau, cette toute puissance. Des gens qui anticipent vos désirs, et d'autres qui s'agenouillent devant vous. Charlemagne de Castelmaure se voulait roi. Mais pas du genre Jean-Foutre élu par des gens de la même espèce. Il se voulait dynaste. Fils de sa mère et reconnu tel. Interprétation abusive des désirs de l'Abdicateur : des élections pour une nouvelle dynastie, et non pour poser un nouveau cadavre sur le trône à chaque faiblesse cardiaque du suivant, ou du précédent, qui n'avait finalement rien fait que saccager le bon sens des choses en prétextant que le sien valait davantage que celui des autres, quand il ne voyait que d'un oeil. C'était drôle ça, tient. Un borgne qui s'en va jeter un oeil à quelque chose, c'est un aveugle, en somme.
Bref. Satisfait de la pose et des paroles d'Aimelin de Millelieues - ce qui fait un sacré bout de chemin - l'Infant poursuivi droit derrière lui.


En retour de votre hommage, moi, Charlemagne de Castelmaure-Frayner, en ma qualité de Grand Chambellan de France, je vous fais duc de Champagne, et vous promets tout à la fois protection, justice et subsistance, pour le temps de votre mandat.

Puis, il l'invita à aller aimer et chérir son peuple jusqu'à ce que la mort les sépare. Ou d'autres élections. Saleté de pseudo-monarchie.


Aimelin a écrit:
Il avait attendu que le Grand Chambellan ai fini de parler pour se relever avant d'incliner le buste à nouveau croisant les prunelles du Prince.

je vous remercie Votre Altesse

Il posa son regard sur l'un et l'autre pour prendre congés.

que le Très Haut vous garde

Il afficha un sourire discret et recula de quelques pas, avant de se retourner vers l'huissier qui l'avait introduit.
Un salut de la tête accompagné d'un autre sourire, et il disparut dans les couloirs, regonflé, pour aller affronter rumeurs et troubles fêtes champenois.. ou pas.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Jan - 14:55 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1462 ~ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image