Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
1457-11-03 ~ Eglise de Pau

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1457 et 1458 ~
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Mer 4 Nov - 11:22 (2009)    Sujet du message: 1457-11-03 ~ Eglise de Pau Répondre en citant

Aimelin_ a écrit:


[1457-11-03 ~ Eglise de Pau]


Le visage encore plein de poussière de sa enième nuit de ronde en compagnie de son amie Dotch, le jeune béarnais semblait soucieux. L’ambiance de la capitale devenait pesante, lourde comme ces nuages qui s’amoncellent au-dessus de nos têtes, prêts à laisser tomber leur colère et leur tristesse sur les hommes.

De ses rares passages en taverne il ne relevait que mépris et ironie de ces hérétiques, pour les béarnais. Gens qui pensaient que eux seuls avaient les bonnes réponses aux questions de l’humanité, eux seuls étaient de bons sujets du royaume et eux seuls avaient valeur. Sous son air gentil, le jeune béarnais bouillonnait, retenant sans cesse son épée pour ne pas leur passer l’envie de rabaisser son peuple. De quel droit, ces femmes et ces hommes venus guerroyer dans le comté, le méprisait il ainsi.

Les sabots d’Altaïr l’avaient mené devant l’église de Pau où il le fit arrêter, le regard fixé sur les grandes portes. Un sourire éclaira malgré tout son visage fatigué. La dernière fois qu’il était entré dans une église, c’était pour prier le Tres-Haut de lui donner la force de réussir à avancer. Il avait été écouté et il avançait, même si par moment ses pas revenaient en arrière comme mus par une force invisible qui le poussait à revenir dans ce passé qui le hantait encore trop souvent. Mais il avançait, certe au prix de quelques erreurs, mais il apprenait et il savait qu’il était sur le bon chemin.

L’église … son ex fiancée en était la gardienne et il ne put s’empêcher de laisser vagabonder à nouveau son esprit. Que pensait elle de tout cela, de ces lions venus semer le sang et la terreur. Connaissant sa foi, sans doute pas du bien. Il mit pieds à terre et attacha son étalon à un anneau scellé dans le mur qui longeait l’église et apres s’être dépoussiéré légèrement, s’avança pour monter les quelques marches qui menaient aux portes. Son regard fût attiré par des parchemins affichés, mais surtout par un. Il s'approcha et passa sa main dessus pour en retirer la poussière et voir la date... le 5 octobre. Il lut et relut plusieurs fois restant sans réaction devant les lignes poussiéreuses. Il avait pourtant croisé Clémence en taverne et elle ne lui avait rien dit. Un ami s'en était allé une fois de plus, un de ceux qui avait été là à la mort de Mayane et des jumeaux.

Il tourna la poignée qui fit s'ouvrir la porte dans un grincement, et s’arrêta quelques secondes le temps de laisser ses yeux s’habituer à la pénombre, avant de s'avancer doucement dans l'allée centrale.

Son regard était fixé sur les cierges qui brûlaient doucement à coté de l'autel faisant danser leurs petites flammes incertaines quand un léger courant d'air les faisait vasciller. Lily. Il ne pouvait regarder ces lumières sans penser à elle. Comme elle lui manquait.
Il prit un cierge neuf parmi ceux déposés et laissa la mèche s'enflammer au contact d'une autre avant de le déposer doucement à leurs côtés. De petites flammes comme ces feux qui réchauffent les coeurs et les corps quand le froid est trop rigoureux.

Il recula et s'agenouilla devant l'autel, ses yeux gris fixant la petite flamme, laissant juste échapper un murmure.


tu m'as guidé lorsque j'avais besoin de toi,
tu as enlevé les doutes de mon esprit lorsque je ne croyais plus en rien ni en toi,
aides nous à garder notre comté en paix pour que nos enfants y grandissent sans connaitre la peur
pardonne à ceux qui ne savent pas et rend leur bras plus léger quand ils frappent mon peuple
protèges le de la folie meurtrière des hommes
protèges ceux que j'aime


Il se signa et apres un long moment de silence se releva. Un dernier regard vers la petite flamme et il fit demir tour pour se diriger lentement vers les portes et rejoindre Altaïr.

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Nov - 11:22 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1457 et 1458 ~ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image