Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
[Joute Mont St Michel] Lice - Tournoi

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP Joutes --- -> * 1462 *
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Aimelin
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 21 Sep 2009
Messages: 130

MessagePosté le: Jeu 13 Mar - 17:39 (2014)    Sujet du message: [Joute Mont St Michel] Lice - Tournoi Répondre en citant

Constance_vf a écrit:
Tournoi : Tournoi du Mont-Saint Michel Fevrier 1462 - 16ème de finale

Citation:


« Que s'avance sur la lice Albin d'Ar Sparfel, Seigneur de Baillou & Leepo do Urden, Baron de Caumont , seigneur de Virazeil et d'Epinas »

Les deux cavaliers s’élancent sur la piste, montant à la rencontre l’un de l’autre. Leurs lances s’abaissent tandis qu’ils se rapprochent. Et l’impact est vigoureux, la visée juste de part et d'autres dans une volée de bois leurs lances se brisent tour à tour contre l'écu de l'autre en entraînant leurs chûtes. Le baron de Caumont se réceptionnant mal sur le sable, se fait une navrure à l’épaule au contraire de messire Albin qui en sort indemne.

S’en suit un duel à l’épée pour les départager. Les épées s’entrechoquent. Le sire Albin touche par quatre reprises le baron Leepo, sans le blesser. Mais le baron ne parvint pas dans ce duel acharné à porter clairement les coups à son adversaire et ne réussissant à le toucher que trois fois. Mettant fin au duel elle annonça le résultat


Albin est donc déclaré vainqueur de ce duel par 4 touches à 3. Il accède donc au huitièmes de finale.



Citation:

Pour le second duel de ses seiziemes de finale, j'appelle maintenant à venir combattre Sa Grasce Ursus de Valbois, Duc de Chateaurenard, Baron d'Illiers, Seigneur de Quiers sur Bezonde, de Chevilly et du Mée et Donà Elwin von Frayner qui joutera pour les couleurs de la Baronne Zoyah Aurel-Novotny, Baronne de Valençay, Dame d'Arpheuilles et de l'Aulbraie, Héraut d'Armes Royal de Guyenne
 
Donà Elwin et le duc Ursus s'élance sur la lice, les montures prennent de la vitesse et les cavaliers abaissent leur lance.
Se préparant au choc la tension se fait plus extrême puis un bruit sourd vint sonner le coup du duel qui voit Elwin échouer à toucher le duc, qui lui touche et brise entraînant la chute de sa concurrente de sa monture. La réception sur le sol est dure et elle se tenant le milieu du bras, elle se relève tant bien que mal malgré sa blessure moyenne au coude.
Le duel se finissant là, elle annonça l'évident résultat.


« Sa Grasce Ursus de Valbois est vainqueur, il est qualifié pour les huitièmes de finale »


Citation:


Que prenne place sur la piste pour ce duel la baronne Idril de la Fiole Ebréchée de Sparte Baronne de Mercy-le-Haut, Dame de Dampierre, Dame de Nommay, Héraut ès généalogie.et Donà Constance d'Orsenac, Dame de la Moutade, Poursuivante pour Sylvestre 


Lors de cette première lance, la baronne parvient à toucher et briser sa lance contre l'armure la jeune Orsenac sans que cette dernière ne puisse faire de même. Mais Constance réussit à se maintenir en selle. 

A la deuxième lance, l’inverse se produit. Constance touche et brise sa lance sur son adversaire. La baronne Idril manqua son objectif mais parvient à rester malgré le choc en selle. 

Pour cette troisième lance, la dame de la Moutade réitère son exploit, parvenant cette fois-ci à désarçonner son adversaire. Et sans surprise, Elle remporte donc la victoire que la juge confirma aussitôt.


Constance d'Orsenac est victorieuse de ce duel, elle accède au huitième de finale du tournoi.



Citation:



Pour le duel suivant, j'appelle à rejoindre la lice, Sa Grasce Exaltation Lablanche d'Abancourt d'Izard, duchesse de Châteauneuf-sur-Loire et de Sedan, Baronne de Chaumont, Dame de Tronchay et Dame Aliénor Vastel di Favara, Dame de Lesmont 


Les deux cavalières lancent leurs montures à toute allure sur le sable de la lice, fonçant l'une vers l'autre jusqu'au point d'impact. Cependant la duchesse de Sedan ne parvient pas à toucher son adversaire. Dame Alienor quant à elle, touche et brise sa lance contre son l'écu de sa concurrente. Cependant la duchesse Exaltation parvint à trouver les ressources nécessaires à se maintenir en selle.

Deuxième lance. Cette fois la duchesse Exaltation prend les choses en main, et vise juste en brisant sa lance sur son adversaire, alors que celle-ci ne parvient pas à toucher et rate tout en se maintenant sur sa monture.

Une troisième lance pour les departager est nécessaire, cette fois, les deux se réussisent à toucher avec leurs lances et à les briser dans une volée de bois. Mais alors que la duchesse se maintient en selle, Donà Aliénor tombe à terre sans se blesser.


Sa Grasce Exaltation est victorieuse et ira en huitième de finale.


Citation:


Que s'avance pour ce duel, Sa Grasce Hervald Blackney, Duc de Mortain & Dame Héloïse du Val d'Haine-Cheroy, Dame de Avanne-Aveney

Les présentations faites les combattants salue leur adversaire. Puis elle donna d'un geste de la main, le signal de départ. Et la première passe débute dans le bruit  des sabots battant le sable avec rage, les cavaliers visière baissé abaisse à hauteur de la poitrine d'une main leur lance mais ne parvienne pas à porter le coup à l'autre.
Les deux premières lances sont infructueuses.

A la troisième lance, le duc Hervald place sa lance au bon endroit, et son adversaire ne peut l’esquiver. Sa lance se brise et fait chuter Donà Heloïse de son destrier sur le sol, qui se relève sans blessure.


Sa Grasce Hervald Blackney remporte ce duel, et accède au huitième de finale du tournoi.


Citation:


« Que viennent prouver leur bravoure sur la lice, Son Altesse Lilin de Cassel, Prince de Valois, Duc de Saint Florentin, Comte d'Armentières, Vicomte de Cassel, Baron de Château-Thierry et messire Athanasios de Riveroy, Seigneur de La Bastide-Pradines »

Les salutations d'usage passés, les visières s'abaissent et les écuyers fournissent à chacun des jouteurs leurs lances, puis le signal de départ est donnée. Les montures partent dans un puissant galop sur la lice, les deux chevaliers se préparent au choc et les lances pointés l'une vers l'autre. Et l'impact survint, le Prince touche et brise sur l'écu d'Athanasios alors que celui manque sa cible et chute se blessant à la main en ce réceptionnant sur le sol.

«  Son Altesse Lilin de Cassel est victorieux. Il rejoint donc les huitièmes de finale. »


Citation:


Que se présente Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne et Dame Hersent d'Ar Sparfel, Dame de Maizières et de Vignory, Vice Chambellan de Champagne, Ambassadrice royale 

Les deux concurrents suivant prennent position sur la lice. Le duc de champagne referme sa visière, tandis que la dame de Maizières prend possession de sa lance. Un coup d'oeil, si les deux concurrents était et elle put lancer le signal de départ. Les montures s'élancent rapidement sur la piste et le duc touche et écrase sa lance sur son Donà Hersent qui ne parvient pas à en faire de même. L’arme se brise sous l’impact. Et Donà Hersent dégringole de sa monture sans se blesser. 

Sa Grasce Aimelin de Millelieues remporte la victoire.


Citation:


Que s'avance pour ce duel Messire Anthoyne de la Louveterie, Seigneur de Maillé et de Chasnay-en Marzy et Dame Albine de la Fléchère Marigny

Les deux cavaliers s'équipent de leur lance et après avoir salué le public s'élancent dans un rapide galop dans leur couloir et ajuste leur lance pour viser l'adversaire et le destabiliser. Mais au moment du choc, le Seigneur de Maillé rate sa cible au contraire de sa concurrente qui le touche de plein fouet. Sa lance se brise sur lui, et le fait choir au sol mais celui ci se relève aussitôt sans blessure.

Dame Albine de la Fléchère Marigny remporte ce duel et accède aux huitièmes de finale du tournoi.


Citation:


Que se présente sur la lice, la baronne Maylis do Urden, Baronne de Caumont , Dame de Virazeil et d'Epinas et Sa Grasce Lanfeust de Troy Duc de Souvigny & Riom, Baron de Creil, Dienne et Ischia, Seigneur de Chamalières

Les deux cavaliers lancent leurs montures sur la lice, les sabots frappent vigoureusement le sol entraînant de la poussière. Puis les lances s’abaissent et le face à face a eu lieu. Le duc de Souvigny parvient à toucher et à briser sa lance sur l'écu de la baronne Maylis alors que celle ci rate. Malgré la puissance du choc, elle réussit à rester en selle. 

La deuxième lance, ne se fait pas attendre les destriers chevauchent à nouveau face à face, avec détermination mais la baronne ne su à nouveau pas atteindre sa cible au contraire du duc Lanfeust qui en réitérant son exploit jette son adversaire sur le sol sans qu'elle ne se blesse.

Sa Grasce Lanfeust de Troy remporte la victoire



Citation:


Monseigneur Kylian Deschenaux Carsenac, Vicomte de Montmaur, Seigneur de St Firmin et de Linards et Son Altesse Agnès de Saint Just, Princesse de Dammartin en Goële, Comtesse du Lavedan, Duchesse de Bouillon, Vicomtesse de Bapaume, Baronne de Desvres et Dame de Seuiri. 

Entrant sur la piste sous le son des busines, les deux adversaires se saluent, avant qu'elle donne le départ.
D'un coup de talon les destriers gagnèrent de l'allure, et tenant ferment de leur main les rênes, de leur dextre ils abaissèrent leur lances. Et au moment de impact, la princesse de Dammartin touche de plein fouet et brise sa lance sur le plastron de son adversaire, qui manque sa cible et choit brutalement au sol. Un instant à terre, il se releva difficilement se tenant le coté droit de sa hanche endolori sous le choc.


Son Altesse Agnès de Saint Just remporte la victoire et rejoint les huitièmes de finale


Citation:


Sont attendus sur la lice, Messire Feodor de Talleyrand seigneur de la Grange sur Briarres et Dame Léanore, Dame de Sennely.

Les deux concurrents se font face sur la lice et saluent la foule venue en nombre assister à ses joutes. Le départ sonné leurs montures s'élancèrent avec vitesse sur le sable. Et les deux adversaires se touchèrent au moment du choc de leur lance, mais seul Messire Feodor réussit à la brise tandis que la lance de Dame Léanore resta intacte. Les deux combattants surent se maintenir en selle.
Et une seconde passe débuta rapidement, mais cette fois sans être couronné de succès pour l'un comme pour l'autre.
Enfin ce n'est qu'à la troisième lance, que le seigneur de la Grange et Leanor eurent réussite à leur tentative. La lance de Feodor se brise, alors que celle de Leanor non. Feodor tombe de selle sans se blesser. Mais remporte malgré tout la victoire.


Messire Feodor de Talleyrand est déclaré vainqueur de ce duel.


Citation:



« Que vienne se départager sur la lice, la vicomtesse Gatimasse du Rivau, Vicomtesse du Rivau, Baronne d'Azay-Sur-Cher, Dame de Saulaie et Dame Boudicca d'Arkan, Dame des Roches Saint Quentin »

Laissant les adversaires prendre place de part et d'autre de la lice, les couleurs de chacun flottant aux vents et présenter à la foule. Elle donna le signal lançant les hostilités.
Les chevaux prennent de la vitesse sur le sol de la lice et chacuns, visières baissées, lances et rênes en main en direction de l'adversaire n'attendent plus que la rencontre. Quelques instants plus tard la dame des Roches parvient à frapper et briser sa lance sur le plat de l'écu de la vicomtesse qui déstabilisée par le coup chute de son cheval.


Dame Boudicca d'Arkan remporte le duel et se qualifie pour les huitièmes de finale.


Citation:


Que rejoignent maintenant la lice Dame Elisabeth Stilton,  Dame de Lusigny  Chancelière de France et Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite. 

Le départ donné, les deux destriers s’engagent sur la lice. Les deux cavalières fondent l'une sur l'autre rapidement en un galop rapide… Puis l'impact a lieu. La lance de la duchesse Victoire percute le bouclier de la chancelière de plein fouet, se brise sous le choc. Alors que la dame de Lusigny est moins chanceuse et manque sa cible, mais désarçonné de sa monture par la duchesse elle chute sur le sol sans blessure.

La victoire est remportée par Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux qui accède ainsi aux huitièmes de finale.


Helene.blackney a écrit:
    [Spectatrice attentive]

    Un avantage à avoir perdue dès les premiers temps, je pouvais profiter du spectacle en VIP. Et il y en avait du spectacle! J'avais mes favoris, les filles du cercle bien sur et mes amies, j'avais aussi des personnes sur qui j'espérais grandement qu'elles tombent. Je tairais les noms pour ne pas attiser les flammes. J'avais Stefen sur les genoux qui était très enthousiaste de voir son oncle jouter. J'étais contente que ma famille soit réunie pour ces événements et que le Mont Saint Michel puisse se réjouir d'une telle activité.
    Les duels commençaient, mince Constance contre Idril, je soufflais à l'oreille de mon fils *toi tu encourages Constance et moi Idril, que la meilleure gagne*. L'arbitre lança la joute et je criais:


    - Allez Idril!

    Mes encouragements ne portèrent pas leurs fruits car Idril fut vaincue par Constance. J'espérais qu'elle ne se soit pas blessée. Suite de l'épisode, j'applaudissais son Excellence Exaltation qui avait gagné le duel.
    Les joutes s’enchaînaient, la poussière avait à peine le temps de retomber. Je pris les bras de mon fils et je lui dis:


    - Voilà Hervald!!! Regarde comme il fait le fier!

    Mais il y avait un grave dilemme, il joutait contre mon amie Heloise. Erf, d'un côté, j'étais mauvaise perdante car il m'avait débouté en joute de l'autre, c'était une femme du Cercle. Je ne pouvais me décider mais Stefen lui l'avait fait!
    Elle chuta, je retenais ma respiration, rassurée qu'elle se relève rapidement. Je savais qu'il y avait un problème, j'avais bien vu son visage lorsqu'elle se rendit dans mes appartements.
    La suite, c'était Athanasios qui se blessait, j'étais peinée pour le garde royal. Il aurait assurément des bons soins.
    J'étais déçue que son Excellence Hersent chute également, je l'applaudissais, j'avais une profonde affection pour cette dame. Albine rentrait en lice contre le loup, j'étais évidemment du côté de la blonde, espérant que loup se blesse et s'étouffe dans son sang... J'étais nerveuse, le duel fut vite expédié, ma blonde débouta ce mal autrui, bien fait! Stefen était déchaîné, il hurla pour soutenir sa tante Albine, une mère pour lui, je le savais très bien.
    La suite, c'était le mari de Mahelya qui dégringola, je regardais à mon côté, vite une boîte de biscuits pour la rousse!
    Enfin, les seizièmes se terminèrent avec la Belle Meringue face à la poule de luxe qui piaillait. Le Meringue fut victorieuse, j'étais ravie et je l'applaudissais avec joie.
    Je fis une bise sur la joue rouge de mon fils et je dis:


    - Alors ce tonton tu crois qu'il va gagner?


Victoire. a écrit:
Citation:


Que rejoignent maintenant la lice Dame Elisabeth Stilton,  Dame de Lusigny  Chancelière de France et Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite. 

Le départ donné, les deux destriers s’engagent sur la lice. Les deux cavalières fondent l'une sur l'autre rapidement en un galop rapide… Puis l'impact a lieu. La lance de la duchesse Victoire percute le bouclier de la chancelière de plein fouet, se brise sous le choc. Alors que la dame de Lusigny est moins chanceuse et manque sa cible, mais désarçonné de sa monture par la duchesse elle chute sur le sol sans blessure.

La victoire est remportée par Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux qui accède ainsi aux huitièmes de finale.


Victoire avait échappé aux éliminatoires ce qui lui avait permis de prolonger sa partie de pêche. Assise sur un rocher enserrant ses genoux contre sa poitrine et posant son menton sur ceux-ci elle s'enivrait des embruns iodées espérant bien se défaire de la mine de papier mâché qu'elle affichait depuis quelques jours.
La pêche fut fructueuse, Bernard remis à l'eau, et une bonne bassine d'algues récoltée. Elle remballe donc son matériel et grimpe jusqu'au panneau d'affichage pour découvrir le nom de son adversaire. Elle grimace en constatant la défaite de Perrinne puis aidée d'Olivièr elle active les préparatifs
Une fois empaquetée dans son armure, elle choisit sa lance, de couleur rouge toujours, au poids équilibré, et se met en selle. Sa jument commence à piaffer d'impatience, il était donc temps de gagner la ligne de départ.
Un salut à l'encontre de son adversaire puis les chevaux s'élancent au triple galop, faisant voler le sable de la lice. Très vite les lances se baissent et visent l'écu...Celle de Victoire se brise sous l'impact, mais le Chevalier parvint à éviter le coup porté par la Dame de Lusigny, qui désarçonnée par le choc, se retrouve à terre en moins de deux.
D'un saut Victoire la rejoint tout en retirant son heaume, et lui tend la main pour l'aider à se relever.


    Désolée. Pas trop de mal Excellence ?


Visiblement non. Aussi Victoire quitte la lice en déviant son regard vers les tribunes. Ses azurs cherchent Perrinne sans pouvoir la distinguer, mais accrochent ceux d'Hélène à qui elle adresse un sourire. Pour le coup Saint Michel avait été de son côté.


Leepo a écrit:
Citation:


« Que s'avance sur la lice Albin d'Ar Sparfel, Seigneur de Baillou & Leepo do Urden, Baron de Caumont , seigneur de Virazeil et d'Epinas »

Les deux cavaliers s’élancent sur la piste, montant à la rencontre l’un de l’autre. Leurs lances s’abaissent tandis qu’ils se rapprochent. Et l’impact est vigoureux, la visée juste de part et d'autres dans une volée de bois leurs lances se brisent tour à tour contre l'écu de l'autre en entraînant leurs chûtes. Le baron de Caumont se réceptionnant mal sur le sable, se fait une navrure à l’épaule au contraire de messire Albin qui en sort indemne.

S’en suit un duel à l’épée pour les départager. Les épées s’entrechoquent. Le sire Albin touche par quatre reprises le baron Leepo, sans le blesser. Mais le baron ne parvint pas dans ce duel acharné à porter clairement les coups à son adversaire et ne réussissant à le toucher que trois fois. Mettant fin au duel elle annonça le résultat


Albin est donc déclaré vainqueur de ce duel par 4 touches à 3. Il accède donc au huitièmes de finale.


Pas d'éliminatoire pour lui cette fois , peut être une chance de faire mieux que son premier et précédent tournoi . Il s'était entrainé tout les jours , il lui fallait bien sa , lui qui était surtout agile avec une plume et les chiffres .

Il lança son cheval , baissa sa lance en marmonnant , il devait mettre a profit son entrainement . Il toucha son adversaire , il sentit sa lance se briser , Il se relâcha croyant avoir fait le plus dur .Mais son adversaire lui aussi avait fait aussi bien .

Il se sentit une douleur a l'épaule quand il toucha le sol . Malgré cela il fit de son mieux dans le combat a l'épée , touchant son adversaire que par 3 fois .

Il n'avait pas fait mieux que la dernière fois , un tour est puis s'en va .
Il salua le seigneur qui venait de la battre , puis tenant son épaule retourna a son campement se débarrasser et revenir suivre la joute de son épouse .


Maylis a écrit:
Citation:


Que se présente sur la lice, la baronne Maylis do Urden, Baronne de Caumont , Dame de Virazeil et d'Epinas et Sa Grasce Lanfeust de Troy Duc de Souvigny & Riom, Baron de Creil, Dienne et Ischia, Seigneur de Chamalières

Les deux cavaliers lancent leurs montures sur la lice, les sabots frappent vigoureusement le sol entraînant de la poussière. Puis les lances s’abaissent et le face à face a eu lieu. Le duc de Souvigny parvient à toucher et à briser sa lance sur l'écu de la baronne Maylis alors que celle ci rate. Malgré la puissance du choc, elle réussit à rester en selle.

La deuxième lance, ne se fait pas attendre les destriers chevauchent à nouveau face à face, avec détermination mais la baronne ne su à nouveau pas atteindre sa cible au contraire du duc Lanfeust qui en réitérant son exploit jette son adversaire sur le sol sans qu'elle ne se blesse.

Sa Grasce Lanfeust de Troy remporte la victoire.


Maylis regardait les joutes des concurrents et murmurait de temps en temps à l'oreille de son fougueux destrier qui piaffait d'impatience , elle se souvenait encore de sa dernière joute ou son séant était resté plusieurs jours endolori lorsqu'elle s'était reçue sur celui ci après que son adversaire l'eut fait choir de sa monture .

Soudain ce fut à elle qu'il appartenait de faire briller leur couleur , elle s'avança en bout de la lice et jaugea son adversaire , le regarda à travers la fente de son heaume
bon sang en voyant son regard elle eut envie de faire demi tour ce qu'elle voyait n'augurait rien de bon ; mais elle était là pour se battre.

l'envoi du combat fut donné elle baissa sa lance et partit à fond , mais arrivé à la hauteur du Duc de Lanfeust elle n'eut le temps de rien voir sa lance glissa sur le côté tandis qu'elle ressentait une douleur au poignet sous le violent coup frappé sur son écu , elle ne chu point et se retrouva en bout de lice, elle prit sur elle et à cœur vaillant rien d'impossible elle repartit à l'assaut , mais encore une fois rata sa cible , son poignet plia au dernier moment et sa lance partit totalement à coté de sa cible , tandis qu'elle recevait de plein fouet la lance de son adversaire , qui se coup ci la mit à bas de son destrier .

Zut alors encore une fois ......heureusement elle avait prévu des onguents .

Elle se releva ôta son heaume et alla saluer son adversaire


Bravo messire je ferais mieux la prochaine fois


Xalta a écrit:
Citation:



Pour le duel suivant, j'appelle à rejoindre la lice, Sa Grasce Exaltation Lablanche d'Abancourt d'Izard, duchesse de Châteauneuf-sur-Loire et de Sedan, Baronne de Chaumont, Dame de Tronchay et Dame Aliénor Vastel di Favara, Dame de Lesmont 


Les deux cavalières lancent leurs montures à toute allure sur le sable de la lice, fonçant l'une vers l'autre jusqu'au point d'impact. Cependant la duchesse de Sedan ne parvient pas à toucher son adversaire. Dame Alienor quant à elle, touche et brise sa lance contre son l'écu de sa concurrente. Cependant la duchesse Exaltation parvint à trouver les ressources nécessaires à se maintenir en selle.

Deuxième lance. Cette fois la duchesse Exaltation prend les choses en main, et vise juste en brisant sa lance sur son adversaire, alors que celle-ci ne parvient pas à toucher et rate tout en se maintenant sur sa monture.

Une troisième lance pour les departager est nécessaire, cette fois, les deux se réussisent à toucher avec leurs lances et à les briser dans une volée de bois. Mais alors que la duchesse se maintient en selle, Donà Aliénor tombe à terre sans se blesser.


Sa Grasce Exaltation est victorieuse et ira en huitième de finale.


16ième de finale. Elle n'aurait pas cru franchir les éliminatoires en rencontrant dès le départ Lexhor qu'elle connaissait bien et dont l'expérience aux joutes n'était plus à démontrer. Mais elle avait eu un coup de chance. Mais point de jubilation de sa part ni de fanfaronnade, d'une part car ce ne serait pas très noble, d'autre part pas vraiment dans sa nature. Rares sont les fois où elle avait jubilé.

Elle avait appris ensuite qu'elle jouterait contre une adversaire des plus expérimentées. Une personne qui était bien plus haut dans le classement que sa pomme. Il lui fallait rester concentrée. Après un court moment de pause durant lequel elle avait assisté aux autres rencontres, elle retourna dans sa tente pour s'assurer su maintien de son armure et surtout grossesse oblige : soulager sa pauvre vessie. Mais elle n'était pas à plaindre pour une femme enceinte: cela se voyait peu, elle ne soufrait d'aucun maux dont beaucoup de ses congénères souffraient

Helie, après les joutes qui auront lieu en Orléans , je demanderai à quelqu'un de jouter pour moi

Hissée sur son cheval, ne pas oublier qu'une armure de joute est plus lourde qu'une armure de bataille, elle rejoint la lice. Elle inspire profondément. Elle agite ses doigts nerveusement. Elle enfile son heaume, se saisit de sa lance, elle salue leur hôte, le juge, le public puis enfin Alienor. Visière baissée. Elle se place en bout de lice. Le drapeau s'abaisse, elle s'élance. Son Normand file, elle ajuste sa lance trop tard et rate sa concurrente qui , elle, fait mouche, elle encaisse le rude choc, elle sert les cuisses aussi fort qu'elle peut, se crispe, et ses efforts sont payants, elle ne choit pas au sol. Arrivée en fin , elle fait demi-tour.

La dame de Lesmont s'équipe d'une nouvelle lance. Le drapeau s'abaisse de nouveau, les chevaux s'élancent dans un bruit de roulement de tonnerre. La duchesse est bien plus concentrée, elle ajuste sa lance et la brise, le choc est rude de nouveau, mais c'est son bras qui encaisse. Elle jette ce qui reste de sa lance brisée, Helie lui en tend une nouvelle dont elle s'empare, soupèse histoire de bien l'avoir en main, puis elle se présente de nouveau face à Alienor. Le souffle court, le cœur battant à tout rompre. Elle le sait, cette passe est décisive , les deux femmes sont à égalité. Le drapeau s'abaisse pour la 3ieme fois, elle talonne fermement Gama qui s'élance au galop. Elle vise, touche et sa lance se brise, mais elle est également touchée, pour éviter d'être désarçonner elle s'agrippe en enserrant d'avantage les flancs de sa monture, au prix d'un effort important elle se maintient en selle. Demi-tour pour voir alors son adversaire à terre, un immense soupir de soulagement lui échappe suivi d'un second en ayant la confirmation qu'elle n'est point blessée par cette chute. Au pas, elle se rapproche de celle-ci, ôte son heaume.

Ma dame, ce fut un honneur et un plaisir de jouter contre vous.
Vous fûtes une adversaire redoutable.


Elle la salue d'un hochement de tête respectueux puis elle rejoint Helie. Elle esquisse enfin un sourire, ravie de sa victoire.

Je crois que j'aurai besoin d'un bon verre de vin.


Leanore a écrit:
Citation:


Sont attendus sur la lice, Messire Feodor de Talleyrand seigneur de la Grange sur Briarres et Dame Léanore, Dame de Sennely.

Les deux concurrents se font face sur la lice et saluent la foule venue en nombre assister à ses joutes. Le départ sonné leurs montures s'élancèrent avec vitesse sur le sable. Et les deux adversaires se touchèrent au moment du choc de leur lance, mais seul Messire Feodor réussit à la brise tandis que la lance de Dame Léanore resta intacte. Les deux combattants surent se maintenir en selle.
Et une seconde passe débuta rapidement, mais cette fois sans être couronné de succès pour l'un comme pour l'autre.
Enfin ce n'est qu'à la troisième lance, que le seigneur de la Grange et Leanor eurent réussite à leur tentative. La lance de Feodor se brise, alors que celle de Leanor non. Feodor tombe de selle sans se blesser. Mais remporte malgré tout la victoire.


Messire Feodor de Talleyrand est déclaré vainqueur de ce duel.


En faisait-elle trop ? Les joutes n'avaient pas été bienveillantes avec elle ces derniers temps. Peut être se vengeaient-elles de les avoir boudées durant quelques mois.

Depuis quelques temps elle préférait se faire discrète et n'avait pas spécialement l'envie d'aller vers les gens. Bref..... elle s'isolait, retrouvant son état de sauvageonne, être sociable dans le sens aller parler aux gens lui demandait trop d'efforts et qui plus est avec ceux qu'elle connaissait, qu'elle appréciait, qui l'intimidaient aussi avec ce sentiment sans doute faux qu'on ne cherchait pas spécialement sa compagnie.

Pour ces joutes-ci elle n'avait même pas pris la peine d'emporter la tente, les gens et tout l'attirail qui allait avec. Le Mont Saint MIchel n'était pas lieu facile pour le campement et elle avait préféré prendre chambre dans une auberge. Elle n'était accompagnée que d'un garde qui ferait office de palefrenier et écuyer en même temps.

Elle n'avait même pas eu le coeur, ni pris le temps d'admirer le lieu qui l'accueillait. ET c'est avec cet état d'âme qu'elle se rendit sur la lice le jour venu.

Le panneau lui avait annoncé Féodor. Un instant elle eut envie de déclarer forfait de suite et ceci pour diverses raisons. Mais il n'aurait sans doute pas apprécié son abandon. Elle se félicita encore une fois de ne pas avoir choisi le campement, où elle aurait pu le croiser et où la conversation se serait sans doute bornée à des politesses échangées. Un petit noeud dans la gorge au souvenir d'un bel après-midi à Alluyes, après-midi qui s'était terminé sous la pluie. Etait-ce un présage ? Sans doute puisque la chaleur ressentie ce jour-là s'était envolée aussi vite qu'elle était apparue.

Juchée sur son cheval, qu'on ne pouvait appeler destrier, elle salua le juge et son adversaire du jour qui sans doute pas très à l'aise lui non plus oublia de répondre à son salut.

Elle talonna la jument et avait décidé dès cet instant de perdre. Elle ne combattit pas ou fit semblant. Elle avait positionné sa lance de telle façon qu'au moment de la touche, elle puisse glisser vers l'extérieur. Elle y réussit fort bien. Féodor avait-il senti sa réticence. Aucun des deux ne touchèrent à la seconde. Elle utilisa la même stratégie pour la dernière et fut fort contrariée lorsqu'elle vit son ami toucher le sol. Ils se retrouvèrent à mi-chemin.

Je suis heureux que vous n'ayez pas a exercer vos talents. Et félicitation, mon séant se souviendra de nos joutes.

Et oui.... médecin elle était, médecin elle resterait.Une barrière était bien là. Ces quelques mots la rassurèrent quand même, il n'était pas blessé.

Etrangement moi aussi aussi Féodor, mais j'ai été assez contrariée de devoir vous affronter. Bravo pour votre victoire et bonne chance pour la suite.

Elle n'ajouta rien de plus, l'esprit de son......patient était déjà parti vers d'autres horizons.

Elle quitta la lice, et encore se félicita d'avoir choisi l'auberge. Le départ n'en serait que plus rapide


Deedlitt a écrit:
              16 ème de Finale - Suite


Et Minerve arriva. Constance, ne semblait au meilleur de sa forme, il fallait bien venir la soutenir. Et puis elle ne voulait surtout manqué le moment ou son sénile cousin tomberait de son destrier.
Elle prévint donc la maitresse des lieux et fît son apparition en bord de lice pour continuer l'arbitrage. Pouuuuuuuuuiiiiiittttt sonnez bucines on reprend.


Citation:
Que s'avancent sur la lice, Kantin Aymeric de Mialans, Seigneur de Banson et de Clavières-sur-Alagnon  et Sa Grasce Kateyll de Loubenzac, Duchesse de Saint-Cirq, Dame de Mercués et De la Mothe de Courréjan



Première lance…
Les deux jouteurs se présentent sur le bord de la lice. Minerve abaisse son drapeau !
Ils prennent le départ avec vélocité, les lances s'ajustent, se croisent… Et c'est l'Auvergnat qui touche sans toute fois briser sa lance. La Duchesse reste en selle.

Seconde lance…
Un demi tour et puis s'en vont… Non c'est pas ça, un demi tour et les voici déjà face à face. Une fois de plus les lances se croisent et c'est le choc !!!! Les deux jouteurs brisent leurs lances et se retrouve à terre. La Duchesse fait signe… Elle est blessé légèrement à la poitrine. Mais rien qui n'empêche la suite.
S'en suivrait un duel à l'épée. Comme toujours Minerve rappela les règles pour les plus néophytes des tribunes.


Lorsque les deux jouteurs chutent sans que l'ont puisse les départager par le nombre de bris de lance. S'en suit un duel à l'épée. Le premier qui atteindra quatre touches ou qui mettra son adversaire hors d'état de combattre, sera déclaré vainqueur.

Première passe…
C'est la duchesse qui ouvre le bal, elle touche, sans pour autant blesser son adversaire.

Une touche à zéro pour la Duchesse de Saint-Cirq

Seconde passe…
Le héraut riposte aussitôt, il touche et à travers un coup puissant il blesse une fois de plus la duchesse. Blessure certes légère, mais à la hanche.

Une touche partout.

Troisième passe…
Et il continu sur sa lancée ! Il touche une nouvelle fois, cette fois-ci sans blesser son adversaire.

Deux touches à une pour le Seigneur de Banson

Quatrième passe…
La Duchesse n'est pas femme à s'avouer vaincu aussi facilement. Elle touche une nouvelle fois. Coup porté avec technicité, elle blesse légèrement son adversaire à l'avant bras.

Deux touches partout.

Cinquième passe…
Peut-être le seigneur fût-il surprise par la passe précédente, ou simplement sa blessure le faisait souffrir. Le tout étant que la Duchesse touche une fois de plus. Pas de blessure infligé sur cette passe.

Trois touches à deux pour la Duchesse de Saint-Cirq

Sixième passe…
On approchait du dénouement. Et c'est la Duchesse qui donne l'assaut final ! Elle touche sans pour autant blessé le héraut.


Kateyll de Loubenzac est déclarée vainqueur par quatre touches à deux.



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Son Altesse Sancte Iohannes von Frayner, Chevalier de France, Prince de Clichy, Comte du Lavaur, Seigneur de Labastide San Peyre, de Bressels, d'Eyrignac, de Domvallier, de Varennes-les-Narcys, & de Castelloubon. et Son Altesse Ellesya de la Louveterie d'Amahir,  Princesse de Montlhéry, Duchesse d'Alluyes, d'Amboise et de Luynes, Vicomtesse de Montbazon, Baronne d'Auneau, de Château-Landon, de Vouvray et de Yèvre-le-Chastel, Dame de Pléaux



Première lance…
Un duel d'Altesses comme on les aime ! Les jouteurs prennent place sur le sable de la Minerve donne le départ avec son fidèle drapeau.
Les chevaux sont talonnés avec force, les lances s'ajustent … Et c'est le Prince de Clichy, qui touche, sans pour autant briser sa lance. La Princesse chute en bout de lice, déséquilibrée par le coup. Elle fait signe que tout va bien, elle n'est pas blessé.
Bon ben Minerve pensait que cela serait résolu avec plus de spectaculaire, mais bon il faut bien garder ses forces pour la suite.


Sancte Iohannes von Frayner est déclaré vainqueur.



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Sa Grasce Heimdal von Strass, Duc de courtomer, Vicomte de Lonlay-L'abbaye, Seigneur d'Augnax et de Belleville-sur-vie et Sa Grasce Kelso Declervaux, Duc de Rosnay, Baron de Brou, Seigneur de Souville sous Yèvre, Raucourt et Dammartin-Marpain



Première lance…
Pour ce dernier duel de la journée, Minerve restait attentive, elle attendit que tout les concernés soient en place et donna le départ.
Les jouteurs s'élancent l'un vers l'autre… Et c'est le Duc Alençonnais qui touche et brise sa lance sur l'écu de son adversaire sans que celui-ci ne puisse riposter. Cependant il encaisse le choc et reste en selle.

Seconde lance…
Pour cette seconde lance, ils se font face une nouvelle fois. A croire que l'alençonnais est en forme, une fois de plus il est le seul à toucher. Mais cette fois-ci il ne brise pas sa lance. Son adversaire tient bon sur sa monture.

Troisième lance…
Pour le final de cette phase de tournoi il fallait donner le meilleur et c'est ce qu'ils fient.
Les deux lancent se croisent, touchent et se brisent ! Quel spectacle ! Les deux ducs restent fièrement en selle.


Heimdal von Strass est déclaré vainqueur



Deedlitt a écrit:
              8 ème de Finale


Oyez, Oyez, sonnez bucines, voici les 8 ème de Finale.

Citation:
Que s'avancent sur la lice, Sa Grasce Hervald Blackney, Duc de Mortain et Sa Grasce Exaltation Lablanche d'Abancourt d'Izard, duchesse de Châteauneuf-sur-Loire et de Sedan, Baronne de Chaumont, Dame de Tronchay.



Première lance…
Les jouteurs se présentent sur le bord de lice. Minerve abaisse son drapeau pour ce premier passage des 8 ème.
Les chevaux filent ventre à terre, les lances s'ajustent, se croisent et c'est le Duc de Mortain qui touche et brise sa lance! La Duchesse ne peut riposter, cependant elle reste en selle.

Seconde lance…
Les jouteurs se font à nouveau face, les lances s'abaissent… Et c'est le duchesse qui touche et brise sa lance cette fois. Moins aguerri, le Duc chute en bout de lice déstabilisé par le coup. Il fait signe, il n'est pas blessé.


Exaltation Lablanche d'Abancourt d'Izard est déclarée vainqueur.



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Son Altesse Sancte Iohannes von Frayner, Chevalier de France, Prince de Clichy, Comte du Lavaur, Seigneur de Labastide San Peyre, de Bressels, d'Eyrignac, de Domvallier, de Varennes-les-Narcys, & de Castelloubon. et Sa Grasce Ursus de Valbois, Duc de Chateaurenard, Baron d'Illiers, Seigneur de Quiers sur Bezonde, de Chevilly et du Mée.



Première lance…
Les deux jouteurs se présentent en bord de lice, Minerve donne le départ.
S'ils y avait un prix pour le départ le plus véloce, alors ils l'auraient eu. Les lances se croisent…Le duc manque sa cible, fatale erreur, le prince touche, brise sa lance et l'envoie valser sur le sable de la lice. Ca pardonne pas. Le Duc se relève, il n'est pas blessé.


Sancte Iohannes von Frayner est déclaré vainqueur.



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Donà Constance d'Orsenac, Dame de la Moutade, Poursuivante pour Sylvestre et Sa Grasce Kateyll de Loubenzac, Duchesse de Saint-Cirq, Dame de Mercués et De la Mothe de Courréjan.[/b]



Première lance…
Les jouteurs se font face, Minerve leur donne le signal du départ. Les dames se font face, arrivent à bonne hauteur, quelle grâce, quelle tenue… Un tour de parade sans doute. Personne ne touche.

Seconde lance…
Un élégant demi tour et les voici une fois de plus en position sur leur fières montures. Les lances se croisent… Et ce sera tout. Personne ne touche. Trop d'observation, tue l'observation.

Troisième lance…
Alors que le public n'en finissait pas d'admirer les fines cavalières, il fallait pourtant déterminer qui irait en quart de finale. Ainsi fût dit, ainsi fût fait. Les chevaux repartent à vive allure, les lances s'abaissent, se croisent…. Et c'est le Dame de la Moutade qui touche brise sa lance et fait chuter la duchesse sur le sable de la lice. Comme quoi l'observation, ça a du bon. La duchesse fait signe, elle n'est pas blessée.


Constance d'Orsenac est déclarée vainqueur.


Citation:
Que s'avancent sur la lice, Albin d'Ar Sparfel, Seigneur de Baillou et Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne.



Première lance…
Les adversaires font signe qu'ils sont prêts, Minerve donne le départ.
Le Duc de Champagne parait en grande forme, et cela se confirme. Sa position parait plus assuré et sa tenue de lance très ferme. Les lances se croisent… touchent et se brisent. Carton plein pour les deux adversaires sur cette lance. Cependant le seigneur ne peut se maintenir en selle suite au choc, il chute sur le sable de la lice. Il fait signe, tout va bien pour lui, aucune blessure.


Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur.


Deedlitt a écrit:
              8 ème de Finale - Suite



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Son Altesse Lilin de Cassel, Prince de Valois, Duc de Saint Florentin, Comte d'Armentières, Vicomte de Cassel, Baron de Château-Thierry et Albine de la Fléchère Marigny, Dame de Sauvagnat Sainte Marthe.



Première lance…
Ah enfin, voyons voir ce que ce vieux machin peut encore faire sur un cheval, se dit Minerve, voyant arriver son princier cousin sur son fidèle destrier.
Les jouteurs font signes qu'ils sont prêts, Minerve donne le départ très attentive à ce qui allait se passer.
Ils s'élancent l'un vers l'autre, les lances s'ajustent, se croisent… Touchent et se brisent !!! Pas si mal vieux mullet, pensa-t'elle une demi seconde, jusqu'à ce que Lilin chute en bout de lice. Alalalala, s'en suivit un long soupir. Le Prince se relève, il n'est pas blessé


Albine de la Fléchère Marigny est déclarée vainqueur.


Citation:
Que s'avancent sur la lice, Lanfeust de Troy, Duc de Souvigny & Riom, Baron de Creil, Dienne et Ischia, Seigneur de Chamalières et Son Altesse Agnès de Saint Just, Princesse de Dammartin en Goële, Comtesse du Lavedan, Duchesse de Bouillon, Vicomtesse de Bapaume, Baronne de Desvres et Dame de Seuiri.



Première lance…
Un duel de Mano a Mano, heuuu pardon de héraut à héraut ! Ils font signes qu'ils sont prêts pour la suite. Ca tombe bien Minerve aussi, le départ est donné.
C'est sur un rythme endiablé que les chevaux sont talonnés, les lances abaissées, les dès sont jetés… Le public stupéfait.. N'est pas héraut qui veut, il faut avoir le sens de la parade. C'est donc ce qui se passa un magnifique tour de chauffe de toute beauté. Personne ne touche.

Seconde lance…
La parade c'est beau, mais cela ne dure qu'un temps! Vient en suite le temps de l'action voir même de la réaction !C'est ainsi qu'après un ajustement en règles de leurs lances respectives, les deux adversaire touchent sans pour autant briser leur lances… Politesse ou pure technique, les voici tout deux à terre, sans se blesser. Pas de brise lance. Un duel à l'épée alors… Minerve fît signe aux écuyers respectifs de venir équipés les deux jouteurs et en profita pour rappeler les règles.


Lorsque les deux jouteurs chutent sans que l'on ne puisse les départager par le nombre de bris de lance, s'en suit un duel à l'épée. Le premier qui atteindra quatre touches ou qui mettra son adversaire hors d'état de combattre remportera le duel.

Bon, ça c'est dit, tout le bon est bien dans son armure, alors on y va.
Première passe…
Et c'est Sylvrestre qui ouvre le bal, il touche Toulouse, sans la blesser.

Une touche à zéro pour le Duc de Souvigny.

Seconde passe…
L'épée n'a pas l'air de plaire à Toulouse aujourd'hui, Sylvestre touche une seconde fois. Pas de bobo

Deux touches à zéro pour le Duc de Souvigny.

Troisième passe…
Et c'est toujours le Duc qui touche et ne blesse pas.

Trois touches à zéro pour le Duc de Souvigny.

Quatrième passe…
Toulouse n'y est plus, une fois de plus c'est le duc qui touche mais cette fois il y a un hic. Le Duc la blesse légèrement à la cuisse. Ca risque de piquer un peu dans le bain.


Lanfeust de Troy est déclaré vainqueur par quatre touches à zéro.



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Messire Feodor de Talleyrand seigneur de la Grange sur Briarres et Dame Boudicca d'Arkan, Dame des Roches Saint Quentin.



Première lance…
Les jouteurs s'observent et se saluent, Minerve en fait de même et donne le départ. Les chevaux filent comme le vent, et c'est la dame qui touche et ne laisse aucune chance au seigneur. Elle brise sa lance et l'envoie aussi sec sur le sable de la lice. La chute est rude et il se blesse légèrement à la tête en tombant.


Boudicca d'Arkan déclarée vainqueur.



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite et Sa Grasce Heimdal von Strass ,Duc de courtomer, Vicomte de Lonlay-L'abbaye, Seigneur d'Augnax et de Belleville-sur-vie.



Première lance…
Pour ce dernier duel des huitièmes de finale, les voici qui s'avancent. Minerve donne le départ. Ils sont beaux, ils sont fiers, ils sont habiles, ils ont de magnifiques montures. Et c'est tout ce que l'on pu observer pour cette première lance. Personne ne touche.

Seconde lance…
Et un élégant demi tour, quel style, les chevaux se font face et les lances brille au soleil couchant. Personne ne touche.

Troisième lance…
Minerve regardait, observait et se demandait quand l'observation allait payé pour l'un ou pour l'autre. Et ce sera là cas ! C'est la duchesse qui d'un geste technique touche et brise sa lance sur l'écu du duc. Celui-ci en jouteurs aguerrit reste en selle.


Victoire de Joncheray-Devirieux est déclarée vainqueur.



Xalta a écrit:
Citation:
Que s'avancent sur la lice, Sa Grasce Hervald Blackney, Duc de Mortain et Sa Grasce Exaltation Lablanche d'Abancourt d'Izard, duchesse de Châteauneuf-sur-Loire et de Sedan, Baronne de Chaumont, Dame de Tronchay.



Première lance…
Les jouteurs se présentent sur le bord de lice. Minerve abaisse son drapeau pour ce premier passage des 8 ème.
Les chevaux filent ventre à terre, les lances s'ajustent, se croisent et c'est le Duc de Mortain qui touche et brise sa lance! La Duchesse ne peut riposter, cependant elle reste en selle.

Seconde lance…
Les jouteurs se font à nouveau face, les lances s'abaissent… Et c'est le duchesse qui touche et brise sa lance cette fois. Moins aguerri, le Duc chute en bout de lice déstabilisé par le coup. Il fait signe, il n'est pas blessé.


Exaltation Lablanche d'Abancourt d'Izard est déclarée vainqueur.



Les 8iemes, bien longtemps qu'elle n'avait été aussi loin dans des joutes, généralement elle était éliminée dès le tour des éliminatoires ou avec un peu de chance aux 16ieme. Elle ne connait pas son adversaire, du moins elle n'a aucun souvenir d'avoir déjà jouté contre lui. Elle ne se laisse pas envahir apr la nervosité. Elle a assisté aux différentes rencontres, elle a suivi certaines avec plus d’intérêt quand il s'agissait d'Orléanais ou de connaissances plus ou moins proches.

L'armure est réajustée avant l'entrée en lice, les mains expertes d'Helie vont et viennent sur les morceaux de ferrailles qui l'habillent. Le poids de celle-ci commence à se faire sentir.

Vivement que je puisse prendre un bain j'ai l'impression de sentir le fer et..

Elle parle à voix haute , ne s'adressant pas particulièrement à Helie, c’est une réflexion qu'elle se fait et qu'elle ne termine pas, le fer et la sueur. Eh oui rien de sexy à porter des armures et à combattre.

Juchée sur son Normand , elle retourne sur la lice. Petit rituel des salutations. Puis le drapeau s'abaisse, elle s'élance au galop vers lui, ajuste sa lance mais trop tard, elle encaisse le choc rudement. Elle concentre tous ses efforts pour se maintenir en selle. Ce qu'elle réussit au prix d'une forte volonté . Demi-tour, elle sait qu'elle a eu de la chance et qu'elle a une possibilité de rattraper ce premier tour. Le drapeau s'abaisse de nouveau, la détermination de la duchesse est vive, son cheval file droit, elle ajuste sa lance, elle fait mouche, sa lance se brise dans un craquement sec de bois mort. Elle continue sur sa lancée, arrivée en bout de lice, elle jette le cadavre de bois e t se tourne pour finalement apercevoir son concurrent au sol.

Elle pousse un grand soupir de soulagement, elle a emporté cette manche.
Un second soupir encore plus soulagé lui échappe en apercevant le duc de Mortain indemne. Elle se rapproche de lui tout en ôtant son heaume.

Votre Grasce ce fut un plaisir et un honneur de vous rencontrer.

Elle lui adresse un sourire chaleureux.


Autres rencontres.
Puis elle assiste à la rencontre Ursus VS Iohannes. L'un est un Orléanais et un homme qu'elle respecte, l'autre est un ami. Elle assiste à la victoire du Montalbanais, ce qui lui tire une légère grimace, elle se retrouvera donc contre lui. Leur dernière rencontre sur un terrain de joute s'était conclue par une blessure de la Châtaigne.

Ensuite duel de femmes suivi de la rencontre entre le duc de Champagne et Albin. Aimelin sans surprise l'emporte, après tout n'est-il pas au sommet du classement des jouteurs. Une rencontre homme/femme puis une autre qui retient son attention celui de l'ex-souveraine, défaite de cette dernière.

Ensuite toute son attention est centrée sur la rencontre entre Feodor et Boudicca. Elle prie pour la victoire de Feodor mais c'est l'inverse qui se produit et de plus il est blessé. Elle réprime un mouvement pour aller au-devant de ce dernier. Mais elle se retient. Elle ira prendre de ses nouvelles après qu'il ai vu un médecin.

Albin. a écrit:
[Albin vs Aimelin ou comment le fils fini comme la mère]

Ayant vu au tour précédent sa mère adoptive prendre la porte de sortie des joutes en passant par le sable fin de la lice, un goût pas si bon qu'est le sable mais comme tout on s'y habitue à force.

Préparer à la défaite, il fallait compter sur un facteur, la chance. Oui, la chance, il faut savoir compter dessus, une maladresse, une étourderie peu très vite venir.

Quand on l'appela, Albin se présenta en bout de lice afin de prendre place et dans sa tête se mit à prié un instant. Quelle prière pouvait il faire? Celle de ne pas se faire mal c'est le minimum.

Il s'élança lorsque les drapeaux s'abaissèrent et miracle la lance de l'Ar Sparfel se brisa après avoir touché le duc Champenois. Un miracle mais pas deux faut pas exagéré car Aimelin à lui aussi brisé sa lance en touchant le plastron de l'armure de l'Ar Sparfel. Conséquence de cela, Albin se retrouva au sol dans le sable mais non blessé c'est déjà ça.

Chance ou pas, le duc de Champagne venait de battre coup sur coup la mère et le fils. Score final Aimelin 2/ Ar Sparfel 0.

Saluant Aimelin, Albin quitta la lice et retourna d'où il venait ou presque...se changer et suivre la fin depuis les tribunes.

Victoire. a écrit:
Citation:
Que s'avancent sur la lice, Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite et Sa Grasce Heimdal von Strass ,Duc de courtomer, Vicomte de Lonlay-L'abbaye, Seigneur d'Augnax et de Belleville-sur-vie.



Première lance…
Pour ce dernier duel des huitièmes de finale, les voici qui s'avancent. Minerve donne le départ. Ils sont beaux, ils sont fiers, ils sont habiles, ils ont de magnifiques montures. Et c'est tout ce que l'on pu observer pour cette première lance. Personne ne touche.

Seconde lance…
Et un élégant demi tour, quel style, les chevaux se font face et les lances brille au soleil couchant. Personne ne touche.

Troisième lance…
Minerve regardait, observait et se demandait quand l'observation allait payé pour l'un ou pour l'autre. Et ce sera là cas ! C'est la duchesse qui d'un geste technique touche et brise sa lance sur l'écu du duc. Celui-ci en jouteurs aguerrit reste en selle.


Victoire de Joncheray-Devirieux est déclarée vainqueur.



Les joutes ce n'était pas qu'un art mais aussi de la chance. Il suffisait d'un rayon de soleil trop puissant, d'un sol trop boueux, d'un étrier mal réglé et tout pouvait partir à vau-l'eau en moins de deux.
Si passer les 16e de finale la réjouit, Victoire ne compte pas s'en satisfaire et lorsqu'elle consulte le panneau d'affichage elle esquisse une grimace. Heimdal Heimdal, le mari de Luaine, autant dire qu'il n'est sans doute pas novice en la matière et qu'elle aura intérêt à s'accrocher pour rester en selle.
L'armure de plates n'étant pas ce qu'il y a de plus pratique pour se contorsionner sur sa jument elle se penche comme elle peut et lui confie à l'oreille


    Surtout tu m'envoies pas valser, tant pis si on passe pas ce tour mais hors de question que je goûte le sable.


Rompant alors la complicité de l'instant, Victoire salue son adversaire à l'autre bout de la lice, puis abaisse la visière de son heaume, le départ est donné.
Coup d'étrier et sa monture se lance au galop. Elle abaisse sa lance, en priant le Très Haut pour qu'elle touche, or...rien.
Retour à l'envoyeur et c'est reparti pour une seconde passe. On prend les mêmes, on recommence et toujours rien. Nouvelle traversée de la lice, lances abaissées.
Tout en restant concentrée, Victoire se demande quel sera la suite du menu.
Troisième coup d'étrier nouveau galop, et sa lance se brise contre l'écu du Duc de Courtomer. Lui a raté sa cible et il faudra attendre le demi tour en bout de lice pour qu'elle constate qu'il n'est pas tombé de selle.


    Votre Grâce ce fut un honneur de jouter contre vous. Ne manquez pas de transmettre mes amitiés à Luaine.


Elle salue une nouvelle fois le Duc et cherche du regard son écuyer en rêvant de quitter au plus vite sa boîte de conserve

Ursus a écrit:
Citation:
Que s'avancent sur la lice, Son Altesse Sancte Iohannes von Frayner, Chevalier de France, Prince de Clichy, Comte du Lavaur, Seigneur de Labastide San Peyre, de Bressels, d'Eyrignac, de Domvallier, de Varennes-les-Narcys, & de Castelloubon. et Sa Grasce Ursus de Valbois, Duc de Chateaurenard, Baron d'Illiers, Seigneur de Quiers sur Bezonde, de Chevilly et du Mée.



Première lance…
Les deux jouteurs se présentent en bord de lice, Minerve donne le départ.
S'ils y avait un prix pour le départ le plus véloce, alors ils l'auraient eu. Les lances se croisent…Le duc manque sa cible, fatale erreur, le prince touche, brise sa lance et l'envoie valser sur le sable de la lice. Ca pardonne pas. Le Duc se relève, il n'est pas blessé.


Sancte Iohannes von Frayner est déclaré vainqueur.



Mais quelle mouche avait donc piqué Pégase? Ce n'était pourtant pas la saison... Au signal, Ursus eut à peine le temps de saisir sa lance que déjà le palefroi aux jambes de feu filait vers l'autre bout de la lice. Comment pouvait on ajuster la frappe dans ces conditions ?

Ce fut impossible, et à ce petit jeu c'est Son Altesse Sancte Iohannes von Frayner qui trouva la faille. Un petit vol au dessus de sable et Ursus se retrouva sur le dos et les pieds en l'air.

Enfin, ce n'était pas la première défaite et ce ne serait pas la dernière. Il se releva bien vite pour saluer son adversaire, le public et le juge arbitre.

Alienor_vastel a écrit:
    Pour le duel suivant, j'appelle à rejoindre la lice, Sa Grasce Exaltation Lablanche d'Abancourt d'Izard, duchesse de Châteauneuf-sur-Loire et de Sedan, Baronne de Chaumont, Dame de Tronchay et Dame Aliénor Vastel di Favara, Dame de Lesmont



Après les éliminatoires, le tour suivant la voyait affronter une jouteuse qui ne lui était pas inconnue, pour l'avoir déjà vue fouler les lices, et également croisée dans les couloirs du ban champenois.
Mais qu'importait qu'elle la connaisse ou non, la préparation et la concentration étaient les mêmes. Elle ne ressentait d'appréhension que lorsqu'elle devait croiser la lance avec une personne proche, son époux, ou encore Célénya. Et encore, même dans ces cas l'appréhension laissait la place à l'excitation dès qu'elle prenait place en bout de lice.

Ce bout de lice où elle vient de se positionner à l'appel de son nom. Un signe de la tête pour saluer l'adversaire, un autre en direction de l'arbitre, la visière du heaume rabattue devant son visage, la lance saisie et tenue fermement, et d'un geste, elle indique qu'elle est prête.
Aux drapeaux qui s'abaissent, d'un coup de talon elle élance Etoile qui part avec vivacité et fougue, soulevant le sable sous ses sabots. La lance est mise à l'horizontale, le coup ajusté en même temps que d'un léger déplacement sur la selle, la jeune femme esquive la lance adverse. La sienne se brise, mais d'un coup d'oeil derrière elle, Aliénor constate que la duchesse réussit à tenir en selle.
Petite moue, nouvelle lance, et elle repart. Même galop, peut-être un peu trop confiante, et c'est l'inverse de la passe précédente.
Au demi-tour en bout de lice, elle grimace. Une lance partout, balle au centre, elle ne doit pas se rater. Et elle ne se rate pas, touche et brise. La Duchesse aussi. A la différence près que la petite blonde est déséquilibrée par le choc, et choit doucement mais surement.

Un instant à compter ses os, s'assurer de ne pas en avoir perdu dans l'aventure, et elle se releva à temps pour accueillir la Duchesse qui venait de se porter à sa hauteur.
Heaume retiré, salut de la tête, un léger sourire, et la consort cachée de répondre
Redoutable, pas tant que ça, et moins que vous en tout cas, mais l'honneur et le plaisir furent partagés. Je vous souhaite bonne continuation pour la suite de ces joutes.

Et de récupérer sa frisone avant de quitter la lice au bord de laquelle elle restera pour assister au duel de son époux. Et à sa victoire, cela va de soi !


Deedlitt a écrit:
              Quarts de Finale


Oyez, Oyez, voici venir les quarts de Finale.

Citation:
Que s'avancent sur la lice, Sa Grasce Exaltation Lablanche d'Abancourt d'Izard, duchesse de Châteauneuf-sur-Loire et de Sedan, Baronne de Chaumont, Dame de Tronchay et Son Altesse Sancte Iohannes von Frayner, Chevalier de France, Prince de Clichy, Comte du Lavaur, Seigneur de Labastide San Peyre, de Bressels, d'Eyrignac, de Domvallier, de Varennes-les-Narcys, & de Castelloubon.



Première lance…
Les jouteurs font se présentent en bord de lice, Minerve attend qu'ils soient fin prêts. Elle donne le départ. Et c'est la Duchesse qui ne se fait pas prier pour toucher et briser sa lance sur l'écu du Prince, sans que celui-ci n'ai pu faire quoique ce soit. Il tient bon sur sa monture.

Seconde lance…
Une nouvelle lance pour la Duchesse alors que le Prince se contentera d'un demi tour.
Bref, ceci fait, ils s'élancent une fois de plus l'un vers l'autre. La riposte ne fait pas attendre, le prince touche, brise sa lance et voie valser la duchesse sur le sable de la lice. Jouteuse expérimentée, elle n'est pas blessée.


Sancte Iohannes von Frayner est déclaré vainqueur.




Citation:
Que s'avancent sur la lice, Donà Constance d'Orsenac, Dame de la Moutade, Poursuivante pour Sylvestre et Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne.



Première lance…
Les jouteurs se font face, Minerve donne le départ. Les chevaux se mettent au grand galop rapidement, les lances se croisent… Et c'est le choc! Le Duc de Champagne a décidé de ne pas faire de cadeau durant cette joute. Il touche, brise sa lance et une fois de plus fait chuter son adversaire. La dame fait signe, elle n'est pas blessée. [/b]

Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur.


Citation:
Que s'avancent sur la lice, Albine de la Fléchère Marigny, Dame de Sauvagnat Sainte Marthe et Lanfeust de Troy Duc de Souvigny & Riom, Baron de Creil, Dienne et Ischia, Seigneur de Chamalières



Première lance…
Les jouteurs sont fins prêts, Minerve agite son drapeau en guise de départ.
Ils prennent un bon départ, on peut remarquer leurs techniques très pointues, les lances se croisent… Et c'est la dame qui touche judicieusement, brise et envoie son adversaire sur le sable de la lice. Une sacrée surprise pour le public ici présent.
Sylvestre se relève, il n'est pas blessé.


Albine de la Fléchère Marigny est déclarée vainqueur.



Citation:
Que s'avancent sur la lice, Boudicca d'Arkan, Dame des Roches Saint Quentin et Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite.



Première lance…
Pour ce dernier duel des quarts, les jouteurs prennent place, Minerve donne le signal du départ.
On pouvait percevoir toute leur concentration dans cet échange. En quelques instants, les dès sont jetés, c'est la Duchesse qui touche, brise sa lance et fait chuter la dame. Celle-ci fait une lourde chute vers l'arrière. Minerve attend quelques instants puis fait signe aux médicastres, elle est blessée légèrement au dos.


Victoire de Joncheray-Devirieux est déclarée vainqueur.


Constance.. a écrit:
Deedlitt a écrit:
              8 ème de Finale


Citation:
Que s'avancent sur la lice, Donà Constance d'Orsenac, Dame de la Moutade, Poursuivante pour Sylvestre et Sa Grasce Kateyll de Loubenzac, Duchesse de Saint-Cirq, Dame de Mercués et De la Mothe de Courréjan.



Première lance…
Les jouteurs se font face, Minerve leur donne le signal du départ. Les dames se font face, arrivent à bonne hauteur, quelle grâce, quelle tenue… Un tour de parade sans doute. Personne ne touche.

Seconde lance…
Un élégant demi tour et les voici une fois de plus en position sur leur fières montures. Les lances se croisent… Et ce sera tout. Personne ne touche. Trop d'observation, tue l'observation.

Troisième lance…
Alors que le public n'en finissait pas d'admirer les fines cavalières, il fallait pourtant déterminer qui irait en quart de finale. Ainsi fût dit, ainsi fût fait. Les chevaux repartent à vive allure, les lances s'abaissent, se croisent…. Et c'est le Dame de la Moutade qui touche brise sa lance et fait chuter la duchesse sur le sable de la lice. Comme quoi l'observation, ça a du bon. La duchesse fait signe, elle n'est pas blessée.


Constance d'Orsenac est déclarée vainqueur.


Bon elle avait passé les seizièmes, c'était une bonne chose. Maintenant il fallait se concentrer sur les huitièmes, surtout quand elle appris le nom de son adversaire qui n'était pas une débutante comme elle...

Préparation de base nécessaire et obligatoire, puis la jeune femme enfourche sa monture et s'équipe de l'écu et de sa lance.

Premier et deuxième tours... Et bien rien, personne ne touche. Pffff.
Troisième tour, on se cale bien les pieds dans les étriers, départ au triple galop, on se penche un peu en avant en agrippant bien fort les rênes d'une main, lance en position... et on touche !!!!
Demi tour en bout de lice pour voir son adversaire au sol et qui se relève indiquant qu'elle n'est pas blessée. Retour de la blonde vers la Duchesse.


Je vous remercie pour cet affrontement Vostre Grasce.



Deedlitt a écrit:
              Quarts de Finale


Citation:
Que s'avancent sur la lice, Donà Constance d'Orsenac, Dame de la Moutade, Poursuivante pour Sylvestre et Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne.



Première lance…
Les jouteurs se font face, Minerve donne le départ. Les chevaux se mettent au grand galop rapidement, les lances se croisent… Et c'est le choc! Le Duc de Champagne a décidé de ne pas faire de cadeau durant cette joute. Il touche, brise sa lance et une fois de plus fait chuter son adversaire. La dame fait signe, elle n'est pas blessée.


Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur.


Les quarts de finales ! Les quarts de finales ! Étonnant ! Ahurissant ! Sa troisième participation à des joutes et elle arrive aux quarts ! Fière la blonde ? Ben oui, et pas qu'un peu ! Un brin d'orgueil personnel ne peut pas faire de mal après tout...

Avant sa participation, la blonde Orsenac avait pu assister à l'affrontement et la victoire de son père, lui aussi en quart donc. Cela serait vraiment étrange si la belle fille et son beau père étaient confrontés l'un à l'autre.
Elle assista en revanche à la défaite de Messire Feodor, dommage il faisait parti de ses pronostics gagnants.

C'était son tour de passer. Adversaire Aimelin de Millelieues... Ce n'était pas non plus un débutant c'est certain, la blonde l'avait déjà vu jouter, tout comme sa précédente adversaire.
Se dirigeant en bout de lice, la jeune femme observa son adversaire au travers de son heaume. Bon, quand faut y aller, faut y aller.

Départ au triple galop, lance en position et paf !

Humpf...
Son adversaire touche, et sous la force de l'impact, l'Orsenac chute lourdement. Mais se relève bien vite en pensant à Sofio de Valmonte et en pratiquant un jeté de natte à l'arrière façon Laurethalles, bien sûr tout sourire...
Toujours invisible le sourire d'ailleurs sous le heaume. Faudra penser à l'enlever la prochaine fois avant le sourire qui là pour la peine ne sert strictement à rien...

Remerciements à son adversaire d'un signe de tête.


Aimelin a écrit:
[16ème de finale Aimelin Vs Hersent]

Citation:


Que se présente Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne et Dame Hersent d'Ar Sparfel, Dame de Maizières et de Vignory, Vice Chambellan de Champagne, Ambassadrice royale 

Les deux concurrents suivant prennent position sur la lice. Le duc de champagne referme sa visière, tandis que la dame de Maizières prend possession de sa lance. Un coup d'oeil, si les deux concurrents était et elle put lancer le signal de départ. Les montures s'élancent rapidement sur la piste et le duc touche et écrase sa lance sur son Donà Hersent qui ne parvient pas à en faire de même. L’arme se brise sous l’impact. Et Donà Hersent dégringole de sa monture sans se blesser. 

Sa Grasce Aimelin de Millelieues remporte la victoire.


Jeune marié et déjà sur les lices. Nul doute que Lily serait de la graine de jouteur, non content de devoir savoir se battre et toucher un peu à tout comme ses parents. Son épouse avait franchi les éliminatoires mais s'était arrêté face à Xalta et c'est un peu anxieux qu'il entra en piste. Affronter l'Ar Sparfel, et pas le petit Arthur, c'était comme affronter une armée artésienne avec quelques petits fatums cachés au milieu. C'est à dire que ça n'était pas du clafouti et qu'il allait devoir jouer serré, ne pas lâcher sa lance et surtout.. ne pas choir et jouer le fruit trop mûr. Du moins pas tout de suite.

Et pour être décidé il l'était le jeune duc ébouriffé tant et si bien qu'il ne retint pas son coup et brisa sa lance sur l'écu adverse, ne laissant pas d'autre choix à Hersent que d'aller mordre la poussière. Ca n'était qu'un prêté pour un rendu, ils s'affrontaient régulièrement en lice, et gagnaient à tour de rôle.
Il faudrait donc se méfier de la prochaine fois pensait il en revenant à sa hauteur.


J'espère ne pas vous avoir blessée et merci pour cette joute.



[8 ème de finale Aimelin Vs Albin]

Citation:
Que s'avancent sur la lice, Albin d'Ar Sparfel, Seigneur de Baillou et Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne.



Première lance…
Les adversaires font signe qu'ils sont prêts, Minerve donne le départ.
Le Duc de Champagne parait en grande forme, et cela se confirme. Sa position parait plus assuré et sa tenue de lance très ferme. Les lances se croisent… touchent et se brisent. Carton plein pour les deux adversaires sur cette lance. Cependant le seigneur ne peut se maintenir en selle suite au choc, il chute sur le sable de la lice. Il fait signe, tout va bien pour lui, aucune blessure.


Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur.


Dans la famille d'Ar Sparfel je voudrai la mère.. c'est fait.. maintenant le fils... 'sitôt demandé sitôt fait. Manquerait plus qu'Arthur joute et il aurait le trio gagnant, quoi qu'il l'aimait bien le petit défenseur de Reims.

Et le jeune Duc de saluer Minerve avant de se mettre en place, ses prunelles grises posées sur le fond de lice. Un bon galop au signal donné et un coup frappé avec force tandis qu'il encaisse celui reçu. Il tient bon en selle et se tourne une fois arrivé en fond de lice, pour voir son adversaire au sol.
Il le salue et sort rejoindre son épouse pour suivre la suite du tournoi.



[Quarts de finale Aimelin Vs Constance]

Citation:
Que s'avancent sur la lice, Donà Constance d'Orsenac, Dame de la Moutade, Poursuivante pour Sylvestre et Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne.



Première lance…
Les jouteurs se font face, Minerve donne le départ. Les chevaux se mettent au grand galop rapidement, les lances se croisent… Et c'est le choc! Le Duc de Champagne a décidé de ne pas faire de cadeau durant cette joute. Il touche, brise sa lance et une fois de plus fait chuter son adversaire. La dame fait signe, elle n'est pas blessée.


Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur.


Et cette fois ci il affrontait une jeune jouteuse qui déjà se présentait en quart, donc un adversaire dont il fallait se méfier.
Un dernier regard à son adversaire avant de rabaisser sa visière et de laisser Altaïr partir dans un fougueux galop.
Lance qu'il abaisse et accompagne pour la sentir se briser sous l'impact, faisant choir la jeune femme.

Un soupir de soulagement comme à chaque fois que son adversaire se relève, avant d'enlever son bacinet et de la saluer arrivé à sa hauteur.


Merci pour cette joute
et j'espère ne pas vous avoir blessée.


Un dernier salut de la tête avant de sortir de lice rejoindre son épouse pour suivre la fin de ce passage.


Victoire. a écrit:
Citation:
Que s'avancent sur la lice, Boudicca d'Arkan, Dame des Roches Saint Quentin et Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite.



Première lance…
Pour ce dernier duel des quarts, les jouteurs prennent place, Minerve donne le signal du départ.
On pouvait percevoir toute leur concentration dans cet échange. En quelques instants, les dès sont jetés, c'est la Duchesse qui touche, brise sa lance et fait chuter la dame. Celle-ci fait une lourde chute vers l'arrière. Minerve attend quelques instants puis fait signe aux médicastres, elle est blessée légèrement au dos.


Victoire de Joncheray-Devirieux est déclarée vainqueur.


Quarts de Finale

A peine le temps de s'être débarassée de son attirail, il fallut s'enfermer une nouvelle fois dans cette boite de fer rigide et exigüe, certes plus légère que celle d'un homme et ajustée à sa taille mais enfermée néanmoins.
Une fois emprisonnée dans sa ferraille, on l'aida à se hisser sur sa jument, avant qu'elle ne se dirige vers la lice.
Armée de sa lance, la rouge toujours, elle salua son adversaire d'un signe de la tête puis rabattit la visière de son heaume tout en lorgnant du côté de l'arbitre.
Elle était fin prête autant qu'on en finisse rapidement. C'est donc au triple galop qu'elle lance sa monture, le choc est violent, des miettes de bois volent partout, sa lance est brisée et son adversaire est à terre.
Ses gantelets volent lorsqu'elle descend de son cheval et se rend auprès de la Dame pour lui proposer son aide.


    Dame tout va bien ?


Un brin embarrassée, Victoire espérait surtout que la blessure ne fut point importante. Elle resta donc près d'elle le temps que les secours ne les rejoignent.


Helene.blackney a écrit:
    [Avec Marie armure robe rose et sa filleule attentive]

    J'oubliais de présenter ma filleule, elle le fit elle même. Je ne quittais pas des yeux la lice, je répondis à Ishtara.

    - Je ne serais pas vostre maître vu mes performances en joutes!

    L'arbitre annonçait haut et fort, les prochains duels, j'encourageais mes préférés:

    - Victoire!!!!!

    Je l'encourageais mais je vis aussi que sur la lance, elle y était allée un peu fort...Les médecins arrivèrent sur la piste. Je priais Saint Michel qu'elle n'est rien.
    Puis je n'oubliais pas Constance dans les cris aiguës et surtout ma blonde Bibine. J'applaudissais Albine qui venait de gagner son duel.


Deedlitt a écrit:
              Demi-Finales


Oyez, Oyez, voici venir les Demi-Finales.

Citation:
Que s'avancent sur la lice, Son Altesse Sancte Iohannes von Frayner, Chevalier de France, Prince de Clichy, Comte du Lavaur, Seigneur de Labastide San Peyre, de Bressels, d'Eyrignac, de Domvallier, de Varennes-les-Narcys, & de Castelloubon et Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne.



Première lance..
Les jouteurs se présentent sur le bord de la lice, Minerve donne le départ.
Ils prennent un bon départ, les chevaux foncent au triple galop, les lances s'abaissent, se croisent, touchent, et se brise!!! Les deux adversaires sont littéralement éjectés de leurs montures respectives. Ils ne sont pas blessés. En attendant qu'ils s'équipent pour le duel à l'épée Minerve rappelle les règles.


Lorsque les deux jouteurs chutent de cheval sans que l'on puisse les départager par le nombre de bris de lance. S'en suit un duel à l'épée. Le premier qui atteint quatre touches ou qui met son adversaire hors d'état de combattre remporte le duel.

Première passe…
Ils prennent place, et c'est le Prince qui ouvre le bal, il touche sans blesser son adversaire.

Une touche à zéro pour le Prince de Clichy.

Seconde passe…
Il continu sur sa lancé, une fois de plus le prince touche sans blesser son adversaire.

Deux touches à zéro pour le Prince de Clichy.

Troisième passe…
Le Duc doit se réveiller et c'est ce qu'il fait, il touche, mais dans la foulé blesse gravement le Prince au ventre. Celui-ci est forcé d'abandonner. Minerve fait signe aux médicastres.


Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur par forfait.




Citation:
Que s'avancent sur la lice, Albine de la Fléchère Marigny, Dame de Sauvagnat Sainte Marthe et Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite.



Première lance…
Les jouteurs se font face sur le bord de la lice, Minerve abaisse son drapeau, elles prennent le départ.
Un bon départ, déjà elles sont à bonne hauteur, les lances se croisent, touchent et se brisent! Quel éclat! Et c'est la dame de Sauvagnat qui chute et se blesse dans sa chute. Une blessure légère au genou.


Victoire de Joncheray-Devirieux est déclarée vainqueur.


Victoire. a écrit:
Citation:
Que s'avancent sur la lice, Albine de la Fléchère Marigny, Dame de Sauvagnat Sainte Marthe et Sa Grasce Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite.



Première lance…
Les jouteurs se font face sur le bord de la lice, Minerve abaisse son drapeau, elles prennent le départ.
Un bon départ, déjà elles sont à bonne hauteur, les lances se croisent, touchent et se brisent! Quel éclat! Et c'est la dame de Sauvagnat qui chute et se blesse dans sa chute. Une blessure légère au genou.


Victoire de Joncheray-Devirieux est déclarée vainqueur.


Demi finale

Voilà déjà que l'arbitre l'invita à rejoindre la lice. Pourtant elle aurait bien voulu piquer un somme, ou simuler quelques brasses dans son baquet histoire de soigner ses muscles endoloris.
Bah non fallait déjà retourner en piste.
L'on s'installerait presque dans une routine.
Nouvelle traversée de la lice, lances abaissées, suivi d'un salut à son adversaire, heaume levé avant de monter en selle.
A l’abaissement du drapeau, Victoire donne un coup d'étrier et lance sa jument au galop. , les lances se croisent, touchent et se brisent! Et la Dame de Sauvagnat se retrouve à terre, aussitôt rejoint par la duchesse qui s'empresse de s'enquérir de sa blessure.


    Est-ce que tout va bien Dame ?


Quelque peu embarassée d'avoir envoyé la Dame à terre, elle resta près d'elle et attendit que son advsersaire la rassure.


Sancte a écrit:
Citation:
Que s'avancent sur la lice, Son Altesse Sancte Iohannes von Frayner, Chevalier de France, Prince de Clichy, Comte du Lavaur, Seigneur de Labastide San Peyre, de Bressels, d'Eyrignac, de Domvallier, de Varennes-les-Narcys, & de Castelloubon et Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne.



Première lance..
Les jouteurs se présentent sur le bord de la lice, Minerve donne le départ.
Ils prennent un bon départ, les chevaux foncent au triple galop, les lances s'abaissent, se croisent, touchent, et se brise!!! Les deux adversaires sont littéralement éjectés de leurs montures respectives. Ils ne sont pas blessés. En attendant qu'ils s'équipent pour le duel à l'épée Minerve rappelle les règles.


Lorsque les deux jouteurs chutent de cheval sans que l'on puisse les départager par le nombre de bris de lance. S'en suit un duel à l'épée. Le premier qui atteint quatre touches ou qui met son adversaire hors d'état de combattre remporte le duel.

Première passe…
Ils prennent place, et c'est le Prince qui ouvre le bal, il touche sans blesser son adversaire.

Une touche à zéro pour le Prince de Clichy.

Seconde passe…
Il continu sur sa lancé, une fois de plus le prince touche sans blesser son adversaire.

Deux touches à zéro pour le Prince de Clichy.

Troisième passe…
Le Duc doit se réveiller et c'est ce qu'il fait, il touche, mais dans la foulé blesse gravement le Prince au ventre. Celui-ci est forcé d'abandonner. Minerve fait signe aux médicastres.


Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur par forfait.




Double ouverture.

Se retrouver la corde au cou au-devant de ce hâbleur d'Aimelin, quoi de plus tragique ? Enfin, il s'agit d'un malheur somme toute assez relatif puisqu'il peut s'enorgueillir de l'avoir prodigieusement jeté au sol, en parfait envoyeur du Quercy, le faisant rouler comme une demoiselle mise en terreau. Mais en tombant lui aussi en ne parvenant pas à recouvrer son équilibre, il s'est choisit un mauvais allié : après s'être presque fait égorger par la Stilton, les duels à l'épée post-lice ont le don de le terrifier. Et après la carotide, c'est le ventre qui en pâtit !

« Humpf ... Mes félicitations, votre Grâce. On ne fait bien que ce que l'on aime & me voici forcé de m'incliner. Nul doute finalement que votre jeunesse désirait certainement davantage cette finale que mes vieux os. »

Sur ce, comme il pisse quand même le sang au travers de sa broigne lourde, il se fait un devoir de s'absenter à l'écart, afin de faire soigner au mieux ce bien vilain navrement.


Actarius a écrit:
[1/16, Héloïse VS Actarius]

Une inconnue. Une inconnue dès son entrée en lice. A croire que la famille von Frayner s’était liguée contre lui et voulait le faire perdre à chacune de ses apparitions. Car oui, quiconque connaissait un peu l’histoire des tournois savait que l’Euphor était maudit, réellement maudit lorsqu’il affrontait une débutante d’entrée de jeu. C’était bien simple, il perdait deux fois sur trois alors qu’il partait largement favori. Il n’y avait aucune explication particulière, hormis peut-être désormais la pression exercée par ce mauvais œil qui ne manquait pas d’alourdir le bras du Languedocien, de le rendre moins solide sur ses appuis, moins précis…

Bref, après le cauchemar vécu en Bourbonnais dans des joutes arbitrées par… le bâtard Von Frayner, il n’escomptait certes pas voleter dans un rêve triomphal lors de son séjour au Mont Saint-Michel. Et la réalité lui donna d’autant plus raison qu’il n’était pas tout à fait rétabli de la blessure subie à Souvigny. Son adversaire n’eut besoin que d’une lance pour lui faire mordre la poussière et anéantir les bribes d’espoir qui avaient subsisté dans un esprit plus résigné que combattif. Vaincu, mais toujours digne, il félicita son adversaire et regagna sa tente afin de se changer, puis d’assister à la suite du tournoi dans les … tribunes. Cette suite justement qui se prolongea sur plusieurs jours lui infligea de voir ses favoris tomber les uns après les autres. Il ne restait plus qu’Aimelin, qui, pour le plus grand plaisir d’Actarius, blessa gravement l’inutile ancien Dauphin. Restait à voir qui gagnerait le tournoi et s’échapperait dans un classement dans les profondeurs duquel végétait le Grand Prévôt.


Deedlitt a écrit:
              Finale


Oyez, Oyez, voici venir la Finale de ce tournoi du Mont Saint Michel 1462.

Citation:
Que s'avancent sur la lice, Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne et Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite.



Première lance…
Les finalistes se présentent sur le bord de la lice, Minerve attend qu'ils soient prêts et donne le départ.
Il fallait faire du spectaculaire, pour une finale! La tension était palpable, le Duc plus expérimenté ne cède pas à la pression. Alors que la Duchesse manque de peu sa cible, lui touche et brise sa lance sur l'écu de son adversaire. Résistante la Duchesse reste en selle.

Seconde lance…
Un demi tour et une nouvelle lance pour le Duc et les voici une fois de plus s'élançant l'un vers l'autre. Et c'est le duc qui ne se laisse pas déstabiliser une seconde qui touche son adversaire avec précision. Il touche, brise sa lance, et envoie valser la duchesse sur le sable de la lice. La chute était rude, mais la duchesse fait signe, elle n'est pas blessée.


Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne, est déclaré Champion du Tournoi de Mont Saint Michel 1462! Acclamez votre champion !


Victoire. a écrit:
    "Alea jacta est."
    J.César


    Finale
    Aimelin de Millelieues VS Victoire de Joncheray-Devirieux


Pas de commentaire lorsqu'elle découvrit le nom de celui qu'elle affronterait en finale.
Par deux fois il l'avait déjà vaincue, par deux fois elle s'était dit, non pas qu'elle se vengerait, mais qu'elle inverserait les rôles.
Rapidement elle est en selle, salue le Duc et Minerve, abaisse sa visière puis tend le bras afin de saisir la lance que son écuyer lui présente. Le signal est donné. Elle éperonne sa jument et gagne rapidement en vitesse.
Le choc est rude, Victoire a l’impression que l'impact seul de sa lance contre son adversaire suffit à ce qu’elle se désarçonne elle-même. Mais c'est la lance du Duc qui se brise net, tout est à recommencer.
Nouveau départ, nouveau coup d'éperon et là....Salto avant, non double salto s'il vous plait. Bah oui on ne fait pas les choses à moitié, au moins pour ravir les spectateurs.
Oh la vache quel valdingue !
Avec dignité elle se redresse, ôte son heaume et s'observe dans la brillance du métal, pour se recoiffer avant de tendre la main au Duc.


    Félicitations votre Grâce, et merci pour cette joute. Nous nous retrouverons sans doute car j'ai encore toute la vie devant moi pour remporter une finale.


Au fond d'elle-même elle sourit en pensant à son prénom, peu importe le nombre de défaites à venir, la Victoire elle l'avait en elle et personne ne pouvait lui retirer.


Sancte a écrit:
[Le Triforium contre l'ouverture]


Ce satané Aimelin l'a fait passer la veille pour une "vieille baderne". Blessé, désinfecté au vin bouilli, largement bandé de charpie, Iohannes a néanmoins tenu à s'asseoir en tribune pour la finale. Mais Victoire fut battue et face à un tel adversaire, qui pourrait l'en blâmer ?

Mais un jour elle finira vainqueur.
Il en est absolument certain.


ellesya a écrit:
~ Seizième de finale ~

La licorneuse n'avait pas le souvenir d'avoir déjà affronté le prince de Clichy, aussi entra-t-elle en lice l'esprit relativement léger, comme souvent. Point de souvenir de revanche à prendre et aucune inimité personnelle à abolir dans le heurt violent des lances.

La victoire rapide lors des éliminatoires ne présagea malheureusement pas de la suite des festivités.
Sa lance n'accrocha que la nue alors que celle de son adversaire percutait sa cible en pliant sans rompre. Étonnement, cela suffit à alléger sa selle de sa présence.

Relevée sans navrure, il ne resterait plus qu'à soutenir ses vassaux toujours en lice pour les tours suivants, à savoir Boudicca et Feodor. Sans avoir vu venir la scène désagréable offerte par Gatimasse à cette occasion.
Et à finalement regretter la défaite d'Aimelin en bout de tournoi.


Helene.blackney a écrit:
    [Le choc des titans]

    J'étais toujours entourée par Mahelya et Ishtara lorsque toute mon attention fut portée sur mes deux amies Victoire et Albine. Je ne pouvais supporter l'une plus que l'autre, alors j'avais demandé à Stefen d'encourager Albine et je supportais Victoire. Depuis les tribunes principales où je trônais fièrement, je hurlais:

    - Meringue!Meringue!

    Et c'est avec regrets que je vis ma blonde sauter et aussi avec joie que Victoire gagne. Je m'assurais que Albine soit bien prise en charge sur la lice et qu'elle n'est rien. Stefen, de déception, commença à pleurer. Je lui caressais le dos tendrement et je lui confiais à voix basse:

    - Ta tante va bien, soit rassuré, file vite lui faire des bisous, se sera son plus beau cadeau

    Ainsi, le rouquin partit à la rencontre de sa tante, tandis que moi, je me préparais à encourager Victoire pour la finale. Un parfait inconnu contre une bien connue de nos services. J'étais anxieuse...je voulais que mon amie gagne et qu'elle fasse mordre le sol au mâle adversaire. Digne, je me tenais droite, saluant les amis et la famille qui se tenaient aussi prêts à encourager les deux jouteurs. J'applaudissais à leur entrée, tout allait si vite, l'arbitre agita l'oriflamme, les montures partirent et la Meringue sauta, enfin elle triple sauta. Magnifique d'ailleurs, tout en volupté et grâce. Le mâle avait gagné...grumpf! Je me levais et j'acclamais comme il se doit le champion de ces joutes. Il faudrait quelques biscuits, beaucoup d'alcool, une poularde au miel et énormément de meringues pour réconforter Victoire.


Hersent a écrit:
[quelques tours en arrière: Hersent VS Aimelin]

Leur rencontre était le dernier duel programmé des seizièmes de finale. Hersent avait été impressionnée par la qualité des jouteurs et elle se disait qu'elle avait échappé aux éliminatoires pour mieux tomber sur un des meilleurs jouteurs de la saison. Quelle guigne.

Elle s'arma en conséquence, tentant de juguler la nervosité qui la gagnait... et si elle s'effondrait, si proche de son lieu natal, à quelques encablures du Mont, et si... et si le Mont ne lui portait pas chance. C'est la tête pleine d'interrogations parasites qu'elle entra en lice à l'annonce de son nom.

Saluts rituels au juge arbitre et à l'adversaire. Elle abaissa la visière de son heaume, s'empara de sa lance et au signal talonna son frison qui fendit la bise, plus décidé que sa cavalière à bouter de sa selle le duc Aimelin
. Par le Grand Macaron, faites que je vise juste et fort.

Heum, où qu'il est passé ce fichu de sacré malandrin de saligaud de Grand Macaron? En villégiature à Dinard ou à Saint-Malo? Non mieux, filé je ne sais où quelque part sur la côte plus à l'ouest!
Nom d'un artigot, elle n'avait rien vu venir et se retrouva le séant dans le sable normand... tiens, quel traître ce sable normand, houuuuuhouuuu, oser y recevoir l'Ar Sparfel! Mauvaise perdante la donzelle? Ouais... d'habitude non, enfin juste un peu car cela faisait longtemps qu'elle ne s'était pas retrouvée proprement mis à bas de sa monture. Pour un peu elle en taperait du poing ganté de fer sur ce maudit sable!

Jehan courut pour l'aider à enlever l'encombrante armure. Fallait vraiment qu'elle change de protection pour une armure plus pratique et légère. Elle put ôter son heaume, découvrant une mine rougeoyante de sueur et déconfite, oui, oui, on peut le dire, dé-con-fi-te la mère Ar Sparfel. Elle n'aurait pas du manger de l'omelette à l'auberge. Entre le sable et les oeufs traîtres, elle les tenaient les acteurs de sa lamentable défaite.

Elle se recomposa le visage afin de recouvrer son "fair-play" , se releva péniblement et reçut, tout sourire les salutations d'usage du duc Aimelin:


Félicitations, Vostre Grasce, pour cette belle envolée dans le sable normand. Que ce soit de bon augure pour une longue série de victoires jusqu'à la finale. Rassurez-vous, les mauvaises herbes ont la peau dure: je n'ai rien hormis un peu d'orgueil blessé. Bah, cela faisait longtemps que je n'avais pas rempli de fiole de sable. Comme quoi....

[i]Elle salua le jeune duc en souriant et s'accroupit au sol pour remplir une fiole, qu'elle gardait toujours sur elle en lice au cas où, avec une poignée de sable normand. Pffff, fallait le faire quand même!

Elle rentra, son frison la suivant sagement, au campement où elle digérerait sa défaite cuisante... une seule lance! dans un bon baquet d'eau chaude agrémenté d'huile essentielle. Ensuite, elle resterait pour admirer les jouteurs en lice, depuis les tribunes. Elle se devait d'encourager ses amis et son Albinou.

Maintenant la question existentielle était: que mettre??? C'est qu'elle n'avait que peu de choix et une visite chez les couturiers s'imposait chaque jour davantage.

_________________
Merci de ne pas piquer mon avatar pour l'utiliser tel quel !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 13 Mar - 17:39 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Ven 14 Mar - 00:01 (2014)    Sujet du message: [Joute Mont St Michel] Lice - Tournoi Répondre en citant

Aimelin a écrit:
Demi Finale Sancte Vs Aimelin

Citation:
Que s'avancent sur la lice, Son Altesse Sancte Iohannes von Frayner, Chevalier de France, Prince de Clichy, Comte du Lavaur, Seigneur de Labastide San Peyre, de Bressels, d'Eyrignac, de Domvallier, de Varennes-les-Narcys, & de Castelloubon et Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne.



Première lance..
Les jouteurs se présentent sur le bord de la lice, Minerve donne le départ.
Ils prennent un bon départ, les chevaux foncent au triple galop, les lances s'abaissent, se croisent, touchent, et se brise!!! Les deux adversaires sont littéralement éjectés de leurs montures respectives. Ils ne sont pas blessés. En attendant qu'ils s'équipent pour le duel à l'épée Minerve rappelle les règles.


Lorsque les deux jouteurs chutent de cheval sans que l'on puisse les départager par le nombre de bris de lance. S'en suit un duel à l'épée. Le premier qui atteint quatre touches ou qui met son adversaire hors d'état de combattre remporte le duel.

Première passe…
Ils prennent place, et c'est le Prince qui ouvre le bal, il touche sans blesser son adversaire.

Une touche à zéro pour le Prince de Clichy.

Seconde passe…
Il continu sur sa lancé, une fois de plus le prince touche sans blesser son adversaire.

Deux touches à zéro pour le Prince de Clichy.

Troisième passe…
Le Duc doit se réveiller et c'est ce qu'il fait, il touche, mais dans la foulé blesse gravement le Prince au ventre. Celui-ci est forcé d'abandonner. Minerve fait signe aux médicastres.


Aimelin de Millelieues est déclaré vainqueur par forfait.




Aie.

Il affrontait Sancte. Cette fois-ci s'il jouait les fruits trop mûrs il allait devoir le faire avec brio et grâce. 
Le choc le projeta à bas de sa monture sans qu'il ai pu réaliser ce qui se passait et c'est en roumégant qu'il enleva son bacinet après s'être relevé, avant de constater non sans un certain plaisir, que son adversaire avait subi le même sort que lui. Comme quoi le Très Haut était parfois de son côté, même s'il lui imposait maintenant un duel à l'épée, ce dont il se serait bien passé. Il ne faudrait pas qu'il trucide Sancte, sinon on l'accuserait bien d'avoir fait exprès.

Il jeta un regard noir au valet qui lui apportait la dite épée, bien décidé quand même à titiller son Altesse, histoire de marquer quelques points en ce début de saison.
Deux assauts il n'en subirait pas un troisième et emporté par son élan l'épée frappa un peu trop violemment, obligeant son adversaire à l'abandon. 

Une petite grimace amusée aux paroles prononcées.


merci Altesse. 
Je dois avouer que vos félicitations ajoutent une petite saveur supplémentaire à cette victoire.


Il n'allait pas trop en rajouter, les tournois se succédant et les défaites étant toujours possibles. Cette épreuve était passée, lui restait maintenant celle de la finale et il comptait bien continuer sur sa lancée vers le sommet.
Premières joutes au Mont, alors autant laisser sa marque.




Finale Victoire Vs Aimelin


Citation:
Que s'avancent sur la lice, Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne et Victoire de Joncheray-Devirieux, Chevalier de l'Ordre Royal des Hospitaliers de Saint Jean de Jerusalem, Duchesse de Château Queyras, , Vicomtesse de la Garde Adhémar, Dame de Saint-Chaffrey, de Mirmande et de Vernet Sainte Marguerite.



Première lance…
Les finalistes se présentent sur le bord de la lice, Minerve attend qu'ils soient prêts et donne le départ.
Il fallait faire du spectaculaire, pour une finale! La tension était palpable, le Duc plus expérimenté ne cède pas à la pression. Alors que la Duchesse manque de peu sa cible, lui touche et brise sa lance sur l'écu de son adversaire. Résistante la Duchesse reste en selle.

Seconde lance…
Un demi tour et une nouvelle lance pour le Duc et les voici une fois de plus s'élançant l'un vers l'autre. Et c'est le duc qui ne se laisse pas déstabiliser une seconde qui touche son adversaire avec précision. Il touche, brise sa lance, et envoie valser la duchesse sur le sable de la lice. La chute était rude, mais la duchesse fait signe, elle n'est pas blessée.


Sa Grasce Aimelin de Millelieues, Duc de Champagne, est déclaré Champion du Tournoi de Mont Saint Michel 1462! Acclamez votre champion !



Il connaissait son adversaire pour l'avoir croisée quelquefois en joutes, dont celles d'Etampes, mais il avait davantage fait sa connaissance du côté de la curia depuis qu'il était Duc. Une jeune femme dont il fallait se méfier en joutes et c'est ce qu'il fit.

Malgré une lance brisée, en bonne cavalière qu'elle était, elle resta en selle et il relança Altaïr avec un peu plus de fougue pour abaisser rapidement sa lance et la briser à nouveau contre l'écus de la Duchesse.
Ce n'est qu'en contournant la lice qu'il s'aperçut qu'elle avait été désarçonnée et un grand sourire illumina son visage poussiéreux, il y était enfin parvenu, et de plus il ne l'avait pas blessée.
Revenu à sa hauteur, il enleva son bacinet et adressa à la jeune Duchesse un salut de la tête accompagné d'un sourire.


félicitations à vous également votre Grasce.
Vous êtes une jouteuse redoutable et je gage que vous goûterez aux joies d'une finale victorieuse bientôt.
merci pour cette joute.


Il quitta la lice à ses côtés, tout en laissant ses prunelles chercher les pervenches aimées, une petite lueur au fond des yeux.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:34 (2018)    Sujet du message: [Joute Mont St Michel] Lice - Tournoi

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP Joutes --- -> * 1462 * Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image