Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
1461-10-18 - Tout vient à point à qui sait attendre.... cérémonie ennoblissement

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> Histoires de Famille
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 15:04 (2014)    Sujet du message: 1461-10-18 - Tout vient à point à qui sait attendre.... cérémonie ennoblissement Répondre en citant

Maltea di Favara a écrit:
par une belle journée d'octobre le 18 plus précisément....

Une fois de plus le castel était en effervescence, la duchesse avait finalement décidé d'une date pour les cérémonies d'ennoblissements. Elle allait de nouveau prendre vassaux et le duc son époux aussi.
La paperasse avait finalement été faites, les derniers arrangements avec la hérauderie aussi, l'officiant serait le petit biscuit, en espérant qu'elle ne perde la tête au vu des catastrophes qui arrivaient régulièrement en sa mesnie. D'un autre côté elle serait rodée à vie après son passage sur le domaine de Brienne.

La salle était prête, tout le monde convié à se présenter dans la salle de réception, elle n'avait plus qu'à filer se préparer, et ensuite à attendre le héraut.



neyco a écrit:
Dim dam doum di doummmmmmmm, vive les biscuitttttttttttts, les biscuittts c'est la vieeeeeeeeee.

C'est en chantant, faux naturellement, que notre biscuit avait fait route jusqu'en Champagne s'arrêtant ici et la pour faire honneurs aux divers mets proposé par la populace locale. En tant que Grand Panetier elle mettait toujours un point d'honneur à tout goûter même si elle n'aimait pas. Qui sait si au détour d'une ville elle ne pourrait trouver un plat succulent à mettre sur table du Roy. En attendant la Champagne elle ne connaissait pas vraiment, mais elle espérait trouver des biscuits de rose. On disait que c'était succulent.
Ce jour un peu spécial son premier anoblissement toute seule ou presque puisque Maltea l'aiderai au pire. Bien entendu cette année avait été riche en apprentissage aussi elle bénissait le Très Haut mais aussi les hérauts car oui si ils ne lui avaient dit oui ben elle n'aurai rien apprit.

Une grille passé, une boite à biscuit sous le bras, sa besace dans l'autre son fichu tabard et ses caducés tout propre pour l'occasion et oui aucune miette de biscuit n'était à déplorer. Autant dire que c'était un miracle.

Se rendant en la salle, elle avait pu entre temps se changer, elle faisait la grimace, mais bon vu sa taille mini le tabard faisait presque choupinou. Il manquait qu'elle porta un jouet d'enfant et on l'aurai prise pour une gamine ayant enfilé le tabard de sa mère. Maltea forcément présente, elle se rendit vers elle pour la saluer.


Salutation biscuitale à vous Duchesse. Ne criez à l'horeur pour le tabard mais j'ai cru comprendre que c'était obligatoire, au pire j'ai une tenue de rechange.


Moue mutine du presque allez dit oui car franchement l'es lourd le tabard nom d'un biscuit.



wendoline de Sisley a écrit:
Ils étaient sur la route de Brienne lorsqu'un messager était venu à leur rencontre. D'abord inquiète car peu habituée à telle chose, la surprise succéda à son étonnement ; le pli lui était adressé. Un regard vers Floryan, un léger froncement de sourcils.

A sa grande surprise la Duchesse Maltea leur demandait de se hâter. Elle dut relire plusieurs fois avant de réaliser..... le coeur battant, non seulement ils étaient attendus pour les présentations mais pour.... la cérémonie d'anoblissement.

Souriante, elle tendit le pli à Floryan puis ils accélèrent leurs montures. Bientôt les tours de Brienne en vue, elle stoppa un court instant sa monture pour s'imprégner de la vision.

Après avoir confié leurs montures au palefrenier, ils suivirent le garde qui les mena en salle de réception. Peu de personnes présentes, si ce n'est le Héraut du jour qu'elle avait connu bien des années en arrière lorsqu'elle était Albigeoise, que d'années passées.... Elle la salua courtoisement.

Main dans la main, ils s'approchèrent de la Duchesse Maltea


Maltea permettez que je vous présente mon futur époux, le Baron Floryan Alterac


flaiche a écrit:
Le roux suivait sa promise sur la route de Brienne, préférant se laisser guider tant son sens de l'orientation tenait de l'improbable. Au moins en était il conscient, il gagnait la un temps précieux, ne sachant où ils auraient pu finir s'ils avaient suivit les choix de route qu'il faisait mentalement, avant de constater qu'il se trompait, ce qui était arrivé depuis leur départ plus de deux fois sur trois.

Autant dire qu'ils iraient plus vite ainsi, et gagneraient quelques précieux jours de voyage, d'autant que d'après la missive reçue par sa douce, il ne fallait plus traîner. Fort heureusement pour eux, ils n'étaient pas loin de leur destination, et il leur suffit de presser le pas des chevaux pour voir apparaître les plus hautes tours de l'imposant édifice.

Les formalités mises de coté, ils furent tout deux introduit auprès de la duchesse et du héraut, seules personnes présentes pour le moment. Flaiche ne pu que se demander si d'autres viendraient se joindre à ce petit comité très restreint.

Le roux salua à son tour en s'inclinant.


Bien le bonjour duchesse, me voici honoré de faire enfin la connaissance de celle dont je n'ai entendu que du bien.


Cedmisc a écrit:
"C'est que vous n'avez pas du bien écouter... le jour où l'on ne dira que du bien de femme c'est qu'elle aura quitté ce monde. Mais c'est également ce qui fait tout son charme."

Le duc avait fait son apparition dans la pièce dans la pièce, sourire aux lèvres. Comme à son habitude sa femme l'avait prévenu au dernier moment de la date de la cérémonie; il avait donc eu peu de temps pour se vêtir correctement. Heureusement son habit de cérémonie fétiche n'avait point perdu de son éclat si bien qu'il n'avait pas eu trop à réfléchir, et qu'il pouvait ainsi être présent sans trop de retard.

Venant aux côtés de sa femme, il salua les invités, à commencer par le couple:

"Wendoline, je suis heureux de vous revoir. J'espère que tout se passe bien pour vous en Bourgogne." Se tournant vers Floryan il ajouta. "Cela semble à première vue être le cas. Baron, heureux de faire votre connaissance. De quelle Baronnie êtes vous propriétaire"

Faisant ensuite face à Neyco.

"Et nous devons avoir ici notre héraut, si j'en crois le tabard. Soyez la bienvenue à Brienne. J'espère que votre voyage s'est bien déroulé. Comme vous avez pu le deviner pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis le duc de Joigny, Cedmisc Fontanaz, époux de sa Grâsce ici présente."


Maltea di Favara a écrit:
La préparation de sa petite personne n'avait pas pris trop de temps et le temps de songer à faire prévenir son époux de la petite sauterie... oui elle avait encore oublié de le tenir au courant.... elle fila à la salle de réception. Elle était à peine installée que sa soeur d'Armes arriva. Salutations d'usage et petit rire à l'évocation du tabard... ah cette horreur.. Maltea l'avait fait retailler pour qu'il épouse ses formes et ainsi le rendre plus féminin et sexy... ah beh oui, futile comme elle l'était, fallait pas rêver pour qu'elle porte un sac tout de même!

Je vous donnerai l'adresse de mon tailleur, il fait des merveilles avec cet uniforme ... informe et tellement hideux... en plus pas de chance, moi le bleu, il me déprime, je n'aime que le noir, alors imaginez mon dégout à chaque fois que je dois le porter.

Pas le temps de s'éterniser que Wendoline faisait son apparition, accompagnée d'un homme. Cela devait être le fameux Floryan dont elle lui avait tant parlé... elle avait mis du temps à comprendre qui il était mais lumière avait fini par se faire jour en son esprit.. la mémoire lui étant revenue en même temps que son surnom avait été donné au cours d'une conversation entre les deux femmes. C'est avec le sourire qu'elle accueillit la jeune femme et son fiancé.

Bienvenue à tous deux en mes terres, c'est un plaisir de faire enfin votre connaissance baron, après avoir tant entendu vanter vos qualités et avant cela d'avoir entendu plus d'une fois votre nom cité dans de vieilles histoires concernant le royaume. En tous les cas, Wendoline ne tarit pas d'éloge et l'amour qu'elle vous porte fait plaisir à voir, c'est si rare de nos jours.

Alors qu'elle lançait de nouveau un sourire, celui-ci s'évanouit avec l'arrivée de son époux. Saloperie avait elle envie de lui hurler! Au final ele regrettait de l'avoir fait prévenir, au moins il aurait été en retard et elle n'aurait pas eu droit à cet affront. Il allait lui payer cher, foi de Maltea!

Petit regard à ce dernier avant de...

Baron de Saint Julien le Chastel si j'en crois le nobiliaire que je manipule depuis que je suis en charge de la hérauderie du Limousin et de la Marche... et sincèrement, tu as déjà de grosses difficultés à retenir les fiefs des nobles champenois, donc... d'ailleurs tu n'es même pas fichu quand tu m'adresses une missive pour la hérauderie d'écrire mon nom correctement... oui tu mets encore et toujours le nom de mon défunt époux donc....
Et puis sincèrement, tu penses sérieusement qu'il y a des gens qui te connaissent?


Et voilà, ça c'était fait, une partie de sa vengeance était assouvie grâce à ces quelques vacheries, mais ils n'en étaient pas quitte pour autant, là il pouvait rêver son époux chéri!


Cedmisc a écrit:
Les piques de sa femme aurait pu en déstabiliser certains, mais il la connaissait maintenant trop bien pour savoir qu'elle allait répliquer instantanément. Toujours le sourire aux lèvres, mains jointes dans son dos, buste légèrement pencher en avant, il répondit à l’effrontée.

"Je ne retiens que ce qui est utile et intéressant, ce qui est loin d'être le cas de tous les nobles champenois tu en conviendras. Et concernant ma notoriété, je m'en contrefiche royalement. Je suis connu de ceux que j'apprécie et cela me suffit amplement. Tu n'aimerais pas que je fasse des courbettes pour être connu de tout le monde."

Approchant son visage de celui de Maltea, il lui dit d'une voix suave:

"Quand à l'erreur sur ton ton nom, c'est certainement à cause du trouble que provoque l'amour que tu me portes."


Aimelin a écrit:
Badaboumm.... bruit d'une miette de pain qui roule dans le corridor sous l'oeil empli de reproches de Supercalifragilisticexpidélilicieux*, la cuisinière en chef de Brienne. Bon pour celles et ceux qui ne connaissent pas je vous fais un résumé de cet étrange surnom.

La belle... enfin la.. bûcheronne ayant un nom à consonance étrangère que personne n'arrivait à retenir, et surtout répéter, dans le genre de Supercalifragilisticexpidélilicieux*, chacun l'appelait à sa façon ou lui donnait un petit surnom affectueux histoire de ne pas se mordre la langue en essayant de prononcer un nom ... imprononçable. Généralement, elle était surnommée la Bucheronne de part son fin physique et son titre de lancer de bûches obtenue à son village, lorsqu'elle s'était confrontée aux gars du coin en abattage d'arbres et lancer de bûches. Avec un jet de plus de 65 pieds** elle avait suscité l'admiration de tous et la crainte en cuisine.

Et en parlant de Supercalifragilisticexpidélilicieux, elle était malheureusement en train de réintégrer son domaine cuisinal, lorsque l'ébouriffé se présenta dans le grand hall et fit glisser sa cape sur laquelle s’était posée la dite miette. Un regard noir avait répondu à celui de la cuisinière, petit jeu entre eux, avant qu’il ne lui fasse un large sourire et s’incline une fois qu’elle avait disparu dans le méandre des enfers qui menait aux cuisines.

Et de tourner la tête vers l’endroit d’où venaient les éclats de voix en se disant qu’il devait encore être en retard, mais il avait été averti quelques heures auparavant par jolie maman et il avait laissé moutons, vaches et cochons non pas à Perrette occupée avec son pot au lait, mais à Cochonou, le responsable du cheptel de Champagne.
Débarassé de sa cape, il essaya d’arranger sa mèche rebelle, remis en ordre sa chemise blanche, son pourpoint de cuir et lissa les quelques plis de son pantalon couleur terre, avant d’entrer d’un pas décidé dans la salle de réception. Alie ne devait pas être bien loi, et il balaya la salle d'un rapide regard circulaire avant de sourire aux personnes présentes.


Bonjour bonjour !
J’ai appris qu’il y avait une petite réunion de famille


Il se dirigea vers Malt qu'il salua comme à son habitude d'une petite bisouille affectueuse sur la joue, serra la main aux hommes dont joli papa, et salua d'un sourire et d'une inclinaison de tête Wendoline et l'homme qui accompagnait.

Puis il salua le biscuit du royaume


bonjour Neyco ravi de vous voir ailleurs que sur une lice.

C’est qu’elle était douée la petite Baronne et qu’elle excellait dans ce noble art équestre.


*merci Mary Poppins
** un peu plus de 20 m


Alienor a écrit:
Maltea avait-elle eu pitié de son état, qu'elle ne lui avait pour une fois pas confié le soin de superviser la préparation de la salle ? Ou avait-elle craint quelconque espièglerie "made in Aliénor" dans ladite préparation ? Pourtant l'on était à Brienne, aucun risque de décoration à base de râteaux !
Quoiqu'il en soit, la blondinette avait donc échappé à la corvée de surveillance des serviteurs et s'était isolée dans ses appartements pour se reposer un peu. Cette fin de grossesse s'avérait épuisante, entre ses nerfs à fleur de peau, les gesticulations du bébé dans son ventre, un futur joueur de soule certainement, sa charge au conseil...

Allongée sur la couche, elle s'était endormie, et c'est Margaux qui vint la sortir de sa somnolence pour lui annoncer que la cérémonie allait bientôt commencer. Le temps de réussir à s'extraire du matelas vraiment trop confortable, de brosser consciencieusement sa chevelure blonde, de lisser les plis de son surcôt azur et de pincer ses joues pour donner à son visage un semblant de bonne mine, et, après avoir parcouru les couloirs et descendu les escaliers, elle put enfin se présenter sur le seuil de la salle de réception de Brienne.

Ses pervenches balayèrent la salle alors qu'elle s'avançait vers le petit groupe déjà présent, de sa démarche tranquille de futur mère. Un léger haussement de sourcils en notant, un peu à l'écart, un inconnu à ses yeux qu'elle salua d'un signe de la tête, avant de glisser son bras sous celui d'Aimelin, souriante.
Et de commencer les salutations d'usage.


Môm... ma suzeraine adorée tu es resplendissante ! Ced, bonjour à toi.
Wendoline, c'est un plaisir de vous revoir !
Regard curieux à l'intention de l'homme qui paraissait accompagner cette dernière et à qu'elle salua d'un cordial Messire...
Sourire et signe de la tête adressé au héraut, qu'elle avait davantage l'habitude d'observer en armure que vêtue du tabard de la fonction.
Et de terminer son tour par son fiancé, à qui elle glissa...
Alors, nous allons bientôt être voisins ! Petite moue à la fois amusée et perplexe ; le fief qu'il allait se voir octroyer était en effet limitrophe de Lesmont, et Aliénor se demanda soudain si le blason lui plairait, qu'elle avait dessiné pour lui et en pensant à lui.


wendoline de Sisley a écrit:
L'accueil et le sourire de Maltea libèrent un peu l'appréhension qu'elle ressent depuis leur départ. Se retrouver dans un lieu encore inconnu mais entourée de personnes connues quel paradoxe.

Merci pour votre accueil Maltea.... Cedmisc, ravie également de vous revoir ; à vrai dire ma vie en Bourgogne est beaucoup moins tumultueuse qu'en Champagne.

Elle adresse au couple ducal un sourire chaleureux à la hauteur de sa joie de se retrouver ici, face à eux. Un couple qu'elle apprécie. Certes Maltea au franc parler ne fait pas que des émules mais elle est droite et ce qu'elle aime le plus en elle c'est son respect d'une parole donnée. Cedmisc que l'on pourrait croire effacé à première vue est un homme qui ne parle pas pour ne rien dire, elle l'a déjà remarqué. Un homme qui pèse ses mots et tranche quant il faut. Du moins c'est ainsi qu'elle le voit. Alors oui, elle apprécie vraiment le couple ; s'amuse de les voir se chipoter. N'est-ce pas là le reflet d'une véritable complicité ? L'art de se chipoter en public !

S'en suivent un inconnu puis Aimelin et la douce Alienor à qui elle adresse également un sourire chaleureux.

C'est un plaisir également... Le regard posé sur Flo ; elle s'empresse de répondre à la question muette de la future maman. Floryan Alterac mon futur époux.


neyco a écrit:
Notre mini biscuit prenant note des arrivants, elle nota surtout mentalement que son truc bleu pouvait être rendu plus saillant. Qu'à cela ne tienne, autant en profiter, vu sa stature déjà retouches avaient été apporté mais si on pouvait faire mieux pourquoi pas.

Votre proposition quand à ma tenue ne sera oublié soyez en sure et certaine.


Saluant poliment chacun, tiens Wendo, elle n'avait tilté en regardant les noms proposé mais oui il était vrai qu'elles ne s'étaient depuis combien de temps maintenant? Oula des années sans doute. A l'époque Voda vivait encore donc oui cela remontait à loin.


Puis le maitre des lieux la salua aussi fit de même.


Salutation biscuitale à vous votre Grâce, voyage c'est bien déroulé mercé, j'ai eu chance de trouver de bonnes auberges sur la route. Aussi voyage fut relativement bon, c'est une joie de vous rencontrer. En tabard on me nomme Astrée.


Echange brûlant entre Malt et Ced oula c'était terrible même ici y avait de l'ambiance. Bon au moins si il y avait un repas après elle ne s'ennuierai guère.
Une voix familière la sortie de son imagination débordante soit Malt VS Ced à table se faisant une bataille de miette de pain.


Ah Aimelin très cher, et oui or armure surtout précisez. Mais bon pas sans tabard un jour vous me verrez et bien en civil sisi c'est promis.


Faisant un grand sourire elle attendit signal de Maltea.


Maltea di Favara a écrit:
Papoter c'était bien, mais là, il était temps de passer à la suite. Ils auraient tous et toutes le temps de discuter ou de faire plus ample connaissance autour du repas qui suivrait la cérémonie. Oui repas parce qu'au sein de cette mesnie, les vassaux mais aussi les membres avaient leur place, la plupart était là depuis longtemps maintenant et il était une famille. Et là il y avait tout de même deux « inconnus », la nouvelle recrue en la personne de Sam et le fiancé de Wendoline... si du moins ils ne fuyaient pas au vu de l'ambiance souvent assez volcanique. Quand ce n'était pas entre les deux époux, c'était entre cousines, ou  entre la fifille et la moman de substitution, voir la duchesse et son père de substitution, pilleur de cellier à ses heures perdues ou encore son ex amant en passe de devenir son futur beau gamin mais qui était un de ses plus vieux amis.... oui rare était les moments calmes et plats chez les di Favara Fontanaz et il fallait s'y retrouver dans les affaires de coeur et tout le tralala des personnes la composant, mais c'était surement cela qui était marrant chez eux.

Petit regard au héraut qui avait accepté de venir ce jour... la pauvre... elle aussi n'avait surement du vivre cette ambiance....


Maltea prit finalement la parole afin de demander l'attention de tous...

En ce jour, moi, Maltea di Favara, vais prendre vassaux. Il s'agit d'un jour important pour eux, car par cet acte, ils vont lier leur vie à la mienne, et à celle des autres personnes qui m'entourent jour après jour. Mais c'est aussi un jour important pour moi, car elle me prouve l'amitié et la fidélité de ceux-ci, la loyauté aussi, chose importante à mes yeux.

Elle posa son regard sur Wendoline, ce serait la première à passer...

Honneur aux femmes, Wendoline Sisley, veuillez vous avancer et vous agenouiller devant moi....

Elle tendit les mains afin de saisir celles de la jeune femme... les choses sérieuses allaient commencer...


wendoline de Sisley a écrit:
Son regard se pose ici et là, que de chemin parcouru depuis son arrivée en Champagne, de bonheurs en désillusions, de choix en erreurs aussi. Mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, elle se retrouve à Brienne entourée de personnes qui ne sont pas des inconnues pour elle. Même Neyco, une amitié qui date et qui la ramène en arrière, à son premier amour... Une bouffée de joie l'envahit, la boucle est bouclée, elle est aujourd'hui une jeune femme accomplie, une mère, une future épouse et bientôt la vassale d'une figure de Champagne. La Duchesse Maltea qui ne laisse point insensible, qu'on aime ou pas, mais qu'on ne peut ignorer. Elle aime les personnes de cette trempe, entières et fières de ce qu'elles sont. Ces personnes qui défendent leurs idées et leurs idéaux.

Et c'est sa future suzeraine qui la sort de ses pensées alors qu'elle l'invite à se présenter devant elle.

Une légère pression de la main de son promis, à la recherche d'un petit encouragement, ses yeux croisent son regard avant d'esquisser un sourire. Elle libère ses doigts, relève légèrement le bas de sa robe, s'avance au devant de la Duchesse puis s'agenouille. Bien que cette cérémonie ne soit pas une première, les circonstances sont différentes, le lien qui va se sceller l'est tout autant.

Elle tend ses mains vers la Duchesse de Brienne, émue.


Duchesse mes respects


Maltea di Favara a écrit:
Petit sourire à Wendoline avant de de prononcer son discours.

Wendoline, voulez vous devenir ma femme? Me jurez vous fidélité, loyauté, aide et conseil devant l'assemblée ici présente ainsi que le témoin héraldique présent en ces murs? Gardez vous à l'esprit que ce serment n'est pas à prendre à la légère et que ce dernier nous liera d'un lien qui pourra parfois être pesant?

Oui le lien vassalique pouvait être lourd et elle en savait quelque chose la blonde, forcée la plupart du temps à servir des rois suzerains alors qu'elle ne les avait même pas choisi. Au moins Wendoline, elle, elle savait à quoi s'en tenir, elle connaissait la blonde et son caractère, et surtout elle la choisissait comme suzeraine... parfois elle se demandait si elle ne ferait pas d'échanger sa place tiens... oui parce que bon sang, qu'est ce que c'était fatiguant et blasant d'être un noble de mérite dans le DR...

Elle sera légèrement les mains de Wendoline dans les siennes, attendant la réponse et le serment de la jeune femme... ensuite viendrait le baiser et le présent et ce serait au tour de l'ébouriffé.


wendoline de Sisley a écrit:
Et voilà les dés, enfin non, les mots sont jetés ou plutôt prononcés. D'abord par la Duchesse et là.... une soudaine envie de rire la chatouille quand elle entend le mot "femme" avant de se souvenir avoir déjà entendu pareille proposition par le passé.

Elle se contente de sourire en retour, ses mains dans celles de sa future suzeraine. Un court silence s'installe, non pas d'hésitation mais pour se souvenir des mots qu'elle doit adresser à son tour à celle qu'elle a choisie comme suzeraine. Savoir que son promis tout près la soutient dans ses décisions lui fait apprécier l'instant.

Et c'est d'une voix claire et assurée qu'elle répond, son regard posé sur la Duchesse de Brienne.


C'est un honneur pour moi en ce jour de devenir votre vassale et de vous jurer obsequium, consilium et auxilium devant l'assemblée et le témoin héraldique ici présents. Un serment que je prononce consciente de ce qu'il représente pour mon avenir.  





Stella di Favara a écrit:
Les grilles de Brienne passée, la Sicilienne constate qu'elle a oubliée LA chose primordial à une bonne Charognerie! Elle tiiiiiiiiiire sur les rênes de son Sanfratellano, si fort et si brusquement que la bête se cabre.
Et l'insulaire de maudire en Sicilien ce terrible oubli, la monture ne sera pas ménagée c'est au galop qu'elle rejoint Brienne et son faste...Brienne et ses cuisines...Brienne et son champagne....Brienne et quoi? Encore eux! Mais c'est pas potib!
La blonde peste et file en cuisine, retournant les armoires, cherchant, fouinant, charognant mais que nenni...niente...Toutes les bouteilles se trouvent déjà dans LA pièce ou se trouve TOUT le monde!
C'est pas comme si un domestique traînerait dans le coin...ben non...C'est pas comme si Poustoule avait un pouce et un index...
Elle tape du pied la capricieuse...la soif justifie les moyens...oui toujours...Elle s'avance, le pas déterminé, le regard fixe, arrive au bas de la porte alors que tout le petit monde parle et se poutoute, et que sa Suzy semble affairé à quelque chose...
Peu importe...la sicilienne en effrontée qu'elle est, se saisit de son trésor,salue rapidement tout le monde d'un geste large de la main et entame sa fuite en planquant la contenant de champagne dans son dos et marchant à reculons...
Pas vu...pas pris...enfin bon...vu et prit quand même...on va se gêner!


Maltea di Favara a écrit:
Et à son tour maintenant de preter serment....

Moi, Maltea Wagner di Favara, Duchesse de Brienne, de Rethel et de Joigny, Baronne de Beaufort, Dame de Menneville, jure devant témoin et l'oeil du très haut, protection et bonne justice, ainsi que subsistance à Wendoline faite Dame de Donchéry selon ma volonté, ainsi qu'a sa descendance.

Se tournant légèrement, elle saisit la couronne seigneuriale et la lui déposa sur la tête avant de lui glisser au doigt une bague finement ciselée.

Cette couronne aujourd'hui déposée sur votre tête ainsi que cette bague sont les symboles représentant la seigneurie de Donchéry dont vous êtes à présent la Dame. Je vous sais digne de ma confiance et je sais que vous serez parfaite pour administrer les terres de ce domaine ainsi que veiller sur les villageois. A partir d’aujourd’hui, le château de Donchéry ainsi que ses dépendances sont votres.

Elle l'aida à se redresser et approcha ses lèvres des siennes pour l'échange du sacro saint baiser vassalique.... au moins avec elle, elle espérait ne pas avoir de mauvaise blague comme avec certains de ses vassaux.

Alors qu'elle se reculait, elle regarda l'assemblée et un froncement se dessina sur son front.... la Charogne était là et tentait de filer à l'anglaise... qu'est ce qu'elle avait fait encore?
Elle éleva la voix qui raisonna dans la grande salle....


Stella di Favara, viens donc un peu par ici, que je puisse embrasser ma chère et tendre cousine...

Et rajouta dans sa tête, et vérifier qu'une bêtise n'est pas en cours, surtout!


wendoline de Sisley a écrit:
Elle ne le montre pas, ou du moins elle pense arriver à cacher son émotion mais elle tremble légèrement lorsque sa suzeraine pose sur sa tête sa couronne de Dame de Donchéry, un nom qui sonne doux à ses oreilles.... Dame de Donchéry.....

Puis celle-ci glisse à son annulaire droit un anneau d'or finement ciselé surmonté d'une pierre précieuse, un présent qu'elle pourra porté en permanence, ce cadeau lui plait vraiment. Et puis quelle femme n'apprécie pas les bijoux ? Mais celui-ci représente ses nouvelles terres, elle caresse des yeux le bijou et adresse un sourire à la Duchesse avant que celle-ci ne la relève et pose ses lèvres sur les siennes pour le baiser vassalique.


La voici unie à la Duchesse Maltea Di Favara Fontanaz, elle est émue.

Je suis honorée de ces présents Duchesse, je fais serment de m'en montrer digne.

Elle s'éloigne un peu perdue tout à coup, encore sous le coup de l'émotion et se rapproche de son aimé. Soudain intimidée, elle glisse sa main droite dans la sienne pour qu'il sente le bijou et lui sourit.


Stella di Favara a écrit:
- Dio porco!- Voilà ce que la Sicilienne pense quand sa cousine chérie d'amour que c'est même sa préférée l'appelle.


Citation:
Stella di Favara, viens donc un peu par ici, que je puisse embrasser ma chère et tendre cousine...

Puis la vilaine pensée laisse tout de suite place à un sourire courtois mais figé... - Vi...voilà...continue de sourire et pose cette maudite bouteille, mais garde un air serein-.
D'un geste fluide la bouteille de bubulles est reposée sur la longue table déjà chargée de ripailles, risettes par ci risettes par là.Le regard se pose sur the New vassale et son compagnon à la chevelure de feu.  
- Hum je les connais pas ceux là...Hannn cette chevelure! Je suis jalouse je veux les même! Cette couleur feu...Dio mio....Je veux je veux je veux je veux!-
-Bon c'est bon on a compris , continue d'avancer ou ta Garce va te tomber dessus...Et pense à reprendre le coussin ducal, il ira parfaitement bien avec le siège de ta coiffeuse-
-Heyyy mais vous êtes qui vous? Et puis pourquoi vous me coupez comme ça je suis /-
-Je suis ta mauvaise pensée oui! Bon allez c'est pas tout mais là tu es devant ta suzy, tu ploies le genou...desfois qu'elle ait une autre couronne en plus...-
-GRRRUUMPFFFFFfff TAIS TOI TAIS TOI TAIS TOI TAIS TOI-

C'EST TOI ma Suzy! Scusa mi je ne t'avais presque pas reconnue d'aussi loin....

Oui bon, c'était moins une que de brailler devant sa Malty TAIS TOI!  

Je ne vais pas vous déranger plus longuement...j'ai beaucoup de chose à faire encore à Charbogne...-Oui...déprimer...lancer Poustoule le plus loin ou le plus haut possible, brûler les portraits d'Altaiir...et nan Kraime pas ton cheval!-
Oui il faut que je me débarrasse de vieilles choses toussa toussa...Le petit ménage avant ma saison d'Automne...

Se tournant vers les visiteurs/vassales/amoureux/ cheveux de feu qu'elle veux les mêmes, s'inclinant respectueusement.

Bienvenue à Brienne et parmis tous...La bonne journée. -Je veux la même couleur de chevaux moiiiiiiiii!-

Et abracadabra...la charogne s'en va...quelques pas en arrière...
La Charogne elle aime pas la nouveauté...Pis la Charogne elle a surtout le coeur brisé.


PIQUES LE COUSSIN DUCAL!


neyco a écrit:
Mini biscuit avec son parchemin enfin ses pour l'occasion s'avança vers Wendoline.

Wendoline de Sisley, vous voici désormais Dame de Menneville suite à la volonté de la duchesse de Brienne de vous voir être sa vassale. Soyez en digne. Voici votre écu portez le fièrement en toute circonstances.




Puis la mini s'éloigna pour laisser place au prochain octroi.


Maltea di Favara a écrit:
Regard ahuri posé sur Stella... cette dernière ne l'avait pas reconnue, mais oui bien sur et mon cul c'est du poulet, pensa t'elle?
Une pirouette de la blonde sicilienne qui déjà prend la fuite, sans que la volcanique puisse réagir... une première ça oui!
C'est Neyco qui la fit réagir.... Menneville.... c'était la journée de personne, cette fois c'était certain...
Petit sourire en coin, l'oeil brillant de malice, elle s'adresse au héraut ayant gentiment proposé ses services pour cette cérémonie...


Pour Menneville, faudrait peut-être demander l'avis d'Agnès de Saint-Just, parce que c'est un fief vassal de sa baronnie de Desvres en Artois, et bien qu'elle m'appartienne, puisque j'en suis la Dame, je ne peux point me permettre de le sous louer à Dame Wendoline.... Non le fief qui vient de lui être octroyé c'est Donchéry, fief vassal de mon duché de Rethel.

Et de pincer les lèvres afin de ne pas laisser échapper le fou rire qui la guette.... et oui, les fourlaches lors des cérémonies d'octrois, ce n'était ni la première et surement pas la dernière, c'était sur et certain.

Sur ce..... Aimelin de Millelieues, approchez donc, c'est à votre tour à présent de souffrir!

Et de lui offrir un sourire, attendant que ce dernier s'approche et se mette en position tout comme l'avait fait Wendoline avant lui.

neyco a écrit:
Ne pas rire non non, forcément c'était son premier anoblissement fallait qu'elle foire. Au moins ça faisait fort et surtout personne ne l'oublierai celle la enfin elle espérait que Wendy lui pardonnerai la bourde su siècle ou presque.

Tire le bon parchemin et le montre presque fièrement.


Ah vi c'est celui là tiens. Nom d'un biscuit j'en suis navré.


Aimelin a écrit:
Il avait tout suivi ou presque jetant des regard étonnés à Stella après le passage de Wendoline. Brienne était habitué à la folie de la Reyne des Feuilles mais là c'était à croire que poustoule l'avait mordue.
Et de sortir de ses pensées en entendant jolie maman, enfin future si si ça viendra un jour, l'appeler.

Il lâcha la main d'Aliénor laissant tourner ses pensées en s'approchant du trône. Les images de son anoblissement dans les jardins de sa suzeraine, et la petite farce que lui avait joué Champagne faisant mine de ne pas le reconnaitre le firent sourire. Et puis penser, ça lui éviterait peut être de broncher au pli du tapis, les évènements importants ayant tendance à la déstabiliser.

Waouh l'était imposant ce trône quand même et arrivé devant sa blonde chieuse il posa un genou à terre et tendit ses mains jointes vers la Duchesse, posant ses mirettes grises sur elle.

Maltea di Favara a écrit:
Et de sourire à Aimelin, que lui avait elle préparé? En fait, même elle ne le savait pas encore, mais ça sortirait tout seul!

Mon cher Aimelin, des années que l'on se connait, peut-être plus que la bienséance ne l'aurait souhaité d'ailleurs.... Tu es un de mes plus vieux ami, même si parfois, le ton peut monter, mais ami ne signifie pas être toujours d'accord sur tous les sujets et heureusement. Malgré les chamailleries, je sais pouvoir compter sur toi et inversement et c'est une des raisons qui fait qu'aujourd'hui, tu es là devant moi....
Par le passé, tu aurais adoré entendre ce que je vais te demander aujourd'hui, même si cela n'a pas la même signification....


Et de sourire malicieusement....

Aimelin de Millelieues voulez vous devenir mon homme? Non mon époux, je vous rassure, la place étant déjà occupée et puis j'aime l'idée que vous soyez destiné à Aliénor.... mais bien mon homme lige. Me jurez-vous fidélité, loyauté, aide et conseil, devant l'assemblée ici présente? Vous sentez-vous capable de me supporter encore plus que ce n'est le cas actuellement?

Allez mon ptit ébouriffé, que vas tu faire avec ça? Pensa la blonde duchesse, attendant la réponse du jeune homme afin de continuer.


Aimelin a écrit:
Et d’écouter, gardant un air des plus sérieux tout en laissant ses prunelles grises croiser les émeraudes ducales. C’est qu’il avait un peu les traquettes le Millelieues, parce qu'il était toujours aussi intimidé lorsque ça devenait très sérieux. Mais il n’avait pas glissé ni butté contre quelconque obstacle, c’était déjà ça, bien que ça ne soit pas encore terminé.

Et de lui rendre son sourire malicieux.

Pour sûr qu’il aurait été étonné en 56, d’entendre Maltea lui demander d’être son homme. Quoi qu’à bien y réfléchir, entre un perchoir, des folles soirées en taverne et des courses poursuites chez lui, ça aurait pimenté encore plus leur relation qui n’avait pas été de tout repos, mais qu’il ne regrettait pour rien au monde. De cette relation était née une amitié indéfectible qui même lorsqu’il était colère, ne cédait pas. Et puis les amis qui ne s’engueulaient jamais, il n’y croyait pas, ça n’était que foutaise et poudre aux yeux.

Il refreina une envie de rire à l’évocation de leur passé et une petite étincelle éclaira son regard à l’évocation d’Aliénor. Il se serait d’ailleurs bien retourné pour voir si elle avait son petit sourire habituel lorsqu’elle voyait son brun et sa suzeraine se taquiner. D’un autre côté, ça l’arrangeait aussi de ne pas voir les visages des personnes derrière lui, ça l’aurait perturbé.

Et de prendre un air réfléchi tout en murmurant
vous supporter  encore plus que ce n'est le cas actuellement... aie aie aie… quel challenge.

Mais il fallait répondre alors il se lança sans réfléchir plus longtemps. Après tout il s’était bien lancé à l’aveuglette lors du mariage de Malt et de Fantomisc alors aujourd’hui il allait renouveler l’expérience.

Il était une fois … mais non !
Il est vrai que si notre amitié avait dû partir en fumée à chaque fois que le ton montait, il y aurait bien longtemps qu’elle ne serait plus qu’un nuage de poussière. Mais le Très Haut nous impose peut être parfois ce genre d’épreuves pour consolider les liens et vérifier que nous en sommes conscients et que nous les méritons.

Non il n’allait pas en plus lui demander une médaille.

Moi Aimelin de Millelieues, dict l’Ebouriffé j’accepte d’être votre homme.
Je fais le serment ici devant témoins, de vous apporter toute l’aide et les conseils dont je serai capable, le tout enveloppé d’une loyauté sans faille … sinon tu me latteras comme toujours … et mettrai mon bras armé à votre service quand vous le demanderez.
J’espère ne jamais vous décevoir … ou du moins faut tu me le dises et qu’on règle ça hein… même si je sais qu’entre deux chemins, je me risque parfois sur celui de l’erreur. Je serai de plus très fier de cette confiance que vous me témoignerez.



Alienor a écrit:
Eut-elle su qu'Aimelin avait résisté à l'envie de se retourner lorsque Maltea avait mentionné son nom, qu'Aliénor aurait pensé alors que son beau brun connaissait bien sa blondinette. Car en effet, un sourire était venu fleurir sur ses lèvres alors que les mots s'échangeaient, que les souvenirs étaient évoqués, et que cette amitié indéfectible entre le futur vassal et sa suzeraine transparaissait plus que jamais.

Les côtoyer au quotidien tous les deux, son promis et sa "môraine", c'était comme naviguer sur une mer calme le plus souvent, mais qui parfois devenait tempête sous l'orage. Avant de retrouver sa sérénité, au bout d'un temps plus ou moins long.
Mais ce qui importait, l'essentiel, c'était que toujours l'un avait été là pour l'autre, et que cela continuerait. Et avec elle, ils formaient un drôle de trio, où chaque duo avait son existence propre. Et c'était sans doute ce qui en faisait sa richesse et sa pérennité. Sans jalousie, sans arrière pensée, juste profiter de ceux qu'on aime.

Aimelin faisait durer le suspense, et Aliénor dut retenir le "accouche !" pas très distingué qui menaçait de franchir ses lèvres. Histoire de lui rappeler que ce ne serait pas mal qu'il se dépêche, pour que la cérémonie puisse être terminée avant qu'elle n'accouche justement. Et puis il lui tardait d'avoir sa réaction au blason qui allait lui échoir.

Et de mordiller sa lippe pour garder son sérieux alors que son fiancé se décidait enfin à répondre.


Maltea di Favara a écrit:
Et de hocher la tête, sourire amusé en écoutant les paroles d'Aimelin. A son tour, elle prit la parole une fois son serment prononcé....


Et à son tour maintenant de preter serment....


Moi, Maltea Wagner di Favara, Duchesse de Brienne, de Rethel et de Joigny, Baronne de Beaufort, Dame de Menneville, jure devant témoin et l'oeil du très haut, protection et bonne justice, ainsi que subsistance à Aimelin fait Seigneur de Précy Saint-Martin selon ma volonté, ainsi qu'a sa descendance déjà en route, ceci dit!

Se tournant légèrement en réprimant un rire, elle saisit la couronne seigneuriale et la lui déposa sur la tête avant de le relever et de procéder à l'échange de souffle. Elle lui offrit ensuite une dague marquée des armes de Précy Saint-Martin.

Cette couronne aujourd'hui déposée sur votre tête ainsi que cette dague sont les symboles représentant la seigneurie de Précy Saint-Martin dont vous êtes à présent le Seigneur. Je vous sais digne de ma confiance et je sais que vous serez parfaite pour administrer les terres de ce domaine ainsi que veiller sur les villageois. A partir d’aujourd’hui, le château de Précy Saint-Martin ainsi que ses dépendances sont votres.

Et de lui offrir en prime un sourire avant de croiser le sourire d'Aliénor, d'un air de dire, t'as vu, je ne l'ai pas trop enquiquiné avec l'échange de souffle, je suis restée sage.
Et d'appeler le suivant et surtout le dernier.... elle avait franchement l'impression que la cérémonie durait depuis des mois.... ce qui dans un univers parallèle était réellement le cas^^


Raleur de Sédan, à ton tour!


Aimelin a écrit:
Il leva les yeux lorsque sa nouvelle Suzeraine posa la couronne sur sa tête puis se saisit de la dague qu'il admira, se rappelant les joutes de Brienne et jeta un oeil à côté de lui, afin de vérifier qu'Aliénor n'était point dans le coin.
Il laissa ses doigts courir sur ses nouvelles armes de Précy.


je te remercie pour ce présent que je vais garder précieusement et prendrai grand soin de ces terres que tu me confies.

Ce qui était certain c'est que leur futur enfant ne manquerait pas d'endroits pour courir et il en était lui même étonné, ayant passé son enfance dans la seule ferme de son oncle.
Il sourit, fier d'assurer l'avenir de sa descendance et après s'être incliné recula un peu avant de rejoindre sa douce, une lueur faisant pétiller ses prunelles grises.


neyco a écrit:
eyco"]Avant de passer à Ghost mini biscuit en sa qualité de témoin héraldique mit pied à terre oui même si elle n'était à cheval de son perchoir on aurai presque crû, pour se rendre auprès d'Aimelin.

Aimelin de Millelieues, vous voici désormais vassal de la Duchesse de Brienne, soyez en fier. Ce jour vous porterez armes du fief de Précy Saint Martin.

Remettant les armes à Aimelin n'osant pas dire qu'il allait devoir refaire ses armes mais bon.



Puis à Ghost désormais validant l'échange vassalique.


Ghost d'Izard, ce jour j'ai pu constater l'échange vassalique entre vous même et la Duchesse de Brienne, désormais vous voilà lié par la terre de Dienville. Portez ses armes fièrement en tous lieux.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 2 Juil - 15:04 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> Histoires de Famille Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image