Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum
Les archives de l'Ebouriffé Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
[RP] Carnet de voyage

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1463 & 1464 ~
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Archiviste
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 22 Juin 2009
Messages: 724
Localisation: partout

MessagePosté le: Lun 18 Jan - 14:14 (2016)    Sujet du message: [RP] Carnet de voyage Répondre en citant

Le coin des aRPenteurs

Citation:


Le voyage d'un groupe d'amis partis voyager quelques semaines sur les chemins.
Bien sûr, ce ne sont que les joueurs qui lisent et non les perso, surtout ceux des brigands.
Pour éviter ce genre de soucis, bien que .... nous prenons du retard dans la rédaction.



-------------------------------------


Belrifou a écrit:
Belrifou profite de son premier temps de pause depuis son départ de Conflans pour sortir un carnet de voyage. Il l'avait préparé bien à l'avance dans ses affaires, mais les péripéties du début ne lui ont pas donné l'occasion de le sortir avant.
Quelle idée aussi de ne pas réussir à se lever le premier jour et de se perdre seul dans les bois le second. Au moins il avait réussi à rejoindre ses amis et le voyage était plus paisible. A vrai dire il ne savait pas à quoi s'attendre lui qui n'était encore jamais vraiment parti sur les routes.

Il pris sa plume et nota ces quelques mots :

[rp]Dimanche 17 janvier de l'an 1464

Je n'ai pas arrêté d'être la risée du groupe jusqu'à ce que nous trouvions enfin une rivière : pour être sûr de ne pas rater de nouveau le départ comme à Conflans, j'ai dormi sur une paillasse dans la basse-cour pour être prêt au champs du coq. Malheureusement cette tactique a eu ses inconvénients.

Nous ne savons pas encore vraiment ou notre voyage nous mènera, mais qu'importe la destination, ce sont les moments partagés qui comptent.
[/rp]
Belrifou fait signe à ses amis pour leur montrer le carnet de voyage.
N'hésitez pas écrire dedans et à vous le faire passer, ça nous laissera un bon souvenir de chacune de nos péripéties.

Belrifou marque une pause et avec l'ombre d'un sourire dit :
Et à l'occasion il faudra que nous racontions avec Jujoss, la soirée mémorable à l'origine de cette aventure.

Belrifou fit un clin d’œil à Jujoss avant de remettre la carnet dans son sac où tout le monde pouvait le prendre.


Jujoss a écrit:
Voilà un début de voyage en fanfare !
Quelques petits imprévus mais qui heureusement se terminent bien. Pas de brigandage, pas de perte de compagnon irréversible, pas de désistement. Du moins touchons du bois.
Une fois que Belrifou les eut rejoint, Jujoss s'excusa auprès de lui. C'est que se lever et partir sans leur compagnon de voyage.. même si il n'était pas là ce n'était pas très sympa.. Puis ils avaient repris leur route tranquillement. La blonde était heureuse de pouvoir montrer quelques petits coins à son ami qui n'était que rarement sorti de sa ville.

Une petite halte, voilà qui faisait du bien ! Autour d'un feu de camp parce que bon... Il faisait froid tout de même à cette époque hivernale. Chacun y allait de sa petite occupation. La blonde s'occupait de ses enfants. Et oui les 4 étaient avec eux pour ce voyage. Marc-Antoine était fatigué... Il avait passé la journée à courir après ses frère et soeurs pour leur lancer de la neige.


Alors petite tête ! On fait le dur ! Etaient les mots de Pierre pour l'embêter maintenant qu'il était crevé. Marc-Antoine lui passa la langue et Jujoss décida de les laisser régler ça pour se diriger vers les adultes. Elle rit aux mots que Belrifou lui adressa

Eh bien, mémorable je ne sais pas si c'est le terme puisque nos mémoires ont quelques trous... Rovaria a une sacrée descente !

La clermontoise repensa à la séance d'entraînement que Rovaria lui avait dispensé pour boire des bières et attaquer un tonneau... Pfiou !

C'est une excellente idée ce journal ! J'écrirai dedans demain puisque vous l'avez fait aujourd'hui

Et le lendemain donc, quand le soleil montait dans le ciel doucement, Jujoss profita de l'instant pour lire les quelques lignes de Belrifou en souriant. "La risée" du groupe carrément ! Le pauvre... A son tour d'écrire !

[rp]Lundi 18 Janvier de l'an 1464

Notre ami exagère ! Mais il s'est fait un nouvel ami avec ce coq j'ai l'impression. Il y avait de l'idée dans la tactique mais il peut se tranquilliser, je me ferai une joie de le réveiller avec de l'eau fraîche s'il le désire !

Je suis heureuse de partir et j'ai hâte de découvrir de nouveaux horizons. Car si Belrifou n'a guère souvent quitté sa ville, je n'ai pour ma part guère souvent quitté la Champagne...
Les enfants semblent apprécier le voyage. Ça me permet de passer du temps avec eux après de longs mois d'investissement au sein de diverses institutions.
En route vers de nouvelles aventures !

Jujoss[/rp]

Elle sourit satisfaite


Aimelin a écrit:
[Quelque part en Champagne]



A y’attaaaaaq !

Comment ça "à y’attaq ?"
Les mirettes grises se tournèrent légèrement trop tard vers la petite brune aux yeux pervenches qui déjà avait déclenché les hostilités alors que le brun finissait de bouchonner Altaïr, le sien. Un sourire de vainqueur s’affichait sur le visage enfantin, alors que ses petites mains gantées, déjà, préparaient la prochaine munition.


Ha non ! mais !

Et de se baisser pour ramasser une poignée de neige qu’il envoya illico presto sur le bonnet de sa fille avant de contourner doucement sa monture, afin de prendre l’ennemi à revers.
A peine installés pour la nuit, à peine laissée en liberté surveillée pendant que chacun s’affairait, que la petite Lilly en profitait. Placé derrière la croupe de son animal, il jeta prudemment un regard vers la droite, l’ennemie étant de petite taille, avant de regarder à gauche et haussa un sourcil. Diante l’ennemi avait déjà battu en retraite ?
Mais ses pensées furent stoppées net par une autre attaque venue d’entre les jambes de l’étalon avant que l’enfant ne parte en courant vers son point de repli, à savoir sa mère.


ha mais reviens ! et de courir après elle avant de la saisir à bras le corps en riant et de la faire tournoyer pour ensuite la poser et la rouler un peu dans la neige. Bon d’accord ça n’était guère une bonne idée avec le froid, mais il fallait endurcir les soldats.

tu es maline ma fille mais je cours plus vite que toi.

Aux paroles succédèrent les rires mêlés du père et de la fille avant que le père eut pitié de l'enfant et ne la prenne dans ses bras, déposant un baiser sur le petit nez tout rouge de froid. Son regard glissa vers son épouse affairée auprès de leur dernière née, puis vers ses compagnons de voyage. Leur amie et soeur de coeur et un ami à elle qui s'était joint au trio, et que le jeune Duc qu'il était, avait eu l'occasion de côtoyer que ce soit du côté des maires ou du côté du conseil ducal. Un homme qu'il jugeait intègre, simple et qu'il appréciait tout simplement.
Et l'idée de tenir un journal tout au long de leur ballade était une bonne idée. Bien entendu, les feuilles pouvant s'envoler, ils seraient discrets car de mauvaises âmes trainaient toujours.
Pour le moment ils étaient en Champagne et puis bientôt ils partiraient à l'aventure, en espérant cette fois ci qu'aucune guerre ne viendrait les rappeler, comme ça avait été le cas lors de leur premier voyage alors qu'ils avaient passé des semaines dans des armées du domaine royal du côté du Maine, avant de revenir pour ce fameux conseil de régence sous le balbuzard, qui avait vu surgir de nombreuses animosités, dont certaines vivaient encore, plus de deux années après. Ce voyage avait eu de positif, quelques belles rencontres, dont celle d'Ellesya et de la petite cousine d'Alie, ainsi que les retrouvailles d'Aimelin avec son amie Dotch à Honfleur.

Il sourit en voyant le journal laissé sur la table et après avoir déposé sa fille sur le sol et l'avoir débarrassé de son manteau, écharpe, bonnet et gants, s'installa pour écrire quelques lignes, profitant du calme ambiant.



[rp]17 janvier 1464


1464... que le temps passe.

Mes premiers pas en Champagne ont eu lieu un peu avant l'été 55 alors que je venais y rejoindre Loïs, et j'ai l'impression que c'était hier. Et pourtant que de chemin parcouru depuis cette époque où je ne connaissais rien, ne sachant même pas comment fonctionnait une Province, et j'avoue que je m'en fichais royalement. J'avais dix sept printemps, et je ne pensais qu'à m'amuser contrairement à ceux qui à peine sortis de l'enfance, se noient déjà dans des fonctions oubliant de profiter de ces années d'insouciance.

Aujourd'hui, après presque trois années sans sortir du Duché, hormis pour des joutes, nous projetons d'aller respirer un autre air pendant quelques semaines, les plus nombreuses possibles. Il va d'ailleurs falloir que j'en parle à Shan.
N'avoir qu'à penser à ce qu'on fera le lendemain, avec juste deux fonctions pour occuper quelques peu sans bouffer la vie, fera du bien. Et puis il est important pour nous, que Lilly, du haut de ses deux années, voit d'autres terres que la Province où elle est née et puisse fouler d'autres chemins, en profitant de ses parents davantage disponibles, et de son entourage le plus souvent possible.

La mésaventure de Belrifou m'a fait sourire en me souvenant de notre départ pour le Sud avec Shandra.
Notre compagnon de voyage s'était perdu aussi, et nous l'avons vu arriver à Tonnerre le lendemain, en haillons, sans plus aucun écus ni nourriture. des brigands ayant croisé sa route. Au moins, Belrifou était sain et sauf et c'est déjà une bonne chose. Cela ferait quelque anecdote à raconter, et lorsque la troupe serait au complet, elles ne manqueraient certainement pas.

Aimelin.

[/rp]

Et de poser la plume avant de jeter un oeil près du feu où Lilly semblait s'être endormie recroquevillée dans une couverture, ce qui soutira un sourire attendri à son père. Il en profita pour rejoindre sa blonde à qui il déposa un baiser tout en prenant place à ses côtés, après avoir déposé également un baiser sur le front du nourrisson.

madame mon épouse va t elle bien ?



Alienor_vastel a écrit:
    [Quelque part en Champagne]

Une mélodie légère s'échappait des lèvres d'Aliénor berçant leur cadette, remplacée parfois par un rire cristallin à observer les uns et les autres de leur petit groupe. La neige qui avait recouvert la Champagne faisait le bonheur des petits... et des plus grands, songea-t-elle amusée en regardant Aimelin jouer avec Lily.
Elle réussit tant bien que mal à se retenir d'interrompre leur récréation, et ses pervenches se tournèrent alors, souriantes, vers leurs compagnons de voyage.


Hm... j'espère bien en savoir un peu plus sur cette fameuse soirée. Du moins, ce dont vous vous souvenez !


Encore qu'à y bien songer, ce n'était pas tant les circonstances dans lesquelles ce voyage avait été décidé que sa réalisation qui importait. Après tant de mois à ne pouvoir quitter la Champagne, entre implication dans la vie du Duché et levées de ban, ils avaient accueilli avec plaisir la proposition faite par la jolie blonde, d'aller voir ailleurs tant qu'ils pouvaient. En famille, et même davantage, puisque Belrifou s'était joint à eux. A moins que ce ne soient eux qui s'étaient joints à lui ?...
Quoi qu'il en soit, Aliénor se faisait une joie de cette épopée qui leur permettrait de sans doute faire plus ample connaissance, au delà de leur participation commune à des conseils ducaux. Car le sénonais était de la trempe de ceux que la petite Duchesse appréciait, et elle savait qu'il en était de même pour son époux et leur amie ; travailleur, discret mais efficace, courtois et simple. Et sans doute doué de patience, s'il projetait ce périple en leur compagnie à tous, enfants inclus !
Bien loin des arrivistes de tout poil qui avaient fait de la Champagne leur terrain de prédilection -avec plus ou moins de succès, au demeurant. Rien d'étonnant, donc, à ce qu'il y ait entre eux une sorte de connivence mêlée de respect, dont la jeune femme espérait bien qu'elle serait encore renforcée par ce voyage.

Aélis s'était endormie, dans la chaleur de la fourrure que sa mère tenait au creux de ses bras, et Aliénor regarda, songeuse, son époux prendre la suite de Belrifou pour couvrir de quelques lignes le carnet de route, excellente initiative du sénonais pour y glisser les souvenirs de leurs péripéties.
De ses pervenches, elle suivit Aimelin qui venait la rejoindre. Un baiser échangé, avant de se blottir dans ses bras, un sourire au bord des lèvres.


Madame ton épouse va bien. Très bien même, à la pensée qu'enfin nous allons pouvoir faire ce que nous avons tant remis au lendemain...


    [Sainte-Ménéhould]

Et ce lendemain, ce fut leur arrivée à Sainte-Ménéhould. Un messager les avait précédé pour avertir l'Auberge qu'ils y possédaient et demander de préparer, en plus de leur chambre, celles qui accueillerait leur amis.
Ils mettraient à profit ce court passage pour s'assurer de la bonne tenue de leurs propriétés et organiser la logistique pour la suite. C'est que la dernière fois qu'ils avaient pris la route pour aller vers de plus verts pâturages, ils n'étaient encore que tous les deux, alors que maintenant il fallait compter avec deux têtes brunes en plus, dont l'une prenait un malin plaisir à taquiner ses parents et l'autre nécessitait l'attention requise à un bébé de quatre mois. Sans oublier le reste du petit groupe, bien évidemment !

Assise à l'une des tables de l'Auberge, Aliénor laissait courir ses pervenches sur les rapports dont elle devait prendre connaissance. Car si elle entendait bien profiter autant qu'elle le pourrait de son époux et de leurs filles, de même que de leurs amis, il n'en restait pas moins qu'elle devait consacrer quotidiennement un peu de temps à sa fonction au Secrétariat d'Etat.
Machinalement cependant, son regard glissa des feuillets dont elle prenait connaissance, vers le sac où Belrifou avait laissé à disposition, leur carnet de route. Il ne lui fallut qu'un instant d'hésitation pour se saisir de ce dernier ; un sourire en lisant ce que ses prédécesseurs y avaient couché, avant d'elle aussi prendre la plume.


[rp]Sainte, le 18 janvier

C'est un sentiment de légèreté qui s'est emparé de moi depuis que décision a été prise de faire ce voyage. A la pensée de passer plus de temps avec nos filles, de m'éloigner quelque peu de la Champagne -sans en être jamais bien loin toutefois-, de profiter de bons moments avec nos amis, je me suis aperçue à quel point ces derniers mois avaient été comme un poids sur mes épaules. Sans doute l'aurais-je moins bien toléré sans la présence d'Aimelin à mes côtés. Celle de Jujoss aussi, tous trois nous comprenons si bien.

Je suis heureuse aussi que notre petit groupe s'enrichisse de Belrifou, et j'espère que de belles rencontres nous attendent...[/rp]

La plume resta un instant en suspend dans l'air, au souvenir des rencontres qu'ils avaient fait lors de leur dernier voyage, et un voile obscurcit un instant les pervenches alors qu'elle tentait de se remémorer le visage de cette cousine trouvée et dont elle n'avait plus de nouvelles.
Un bruit à l'étage interrompit le cours de ses pensées et de son travail d'écriture et, reconnaissant la voix de son aînée qui visiblement avait terminé sa sieste, Aliénor se hâta d'aller la rejoindre.


Belrifou a écrit:
    [Sainte-Ménéhould]

L'arrivée à Sainte-Ménéhould fut la bienvenue, Belrifou était ereinté, mais ravi. Aimelin et Alienor avaient vraiment bien fait les choses, une chambre l'attendait à l'Auberge des petits Cailloux, très confortable.
Par chance Jujoss et ses enfants ne se trouvaient pas bien loin et il pouvait compter sur eux pour le réveil cette fois-ci.


    [Compiègne]

Le voyage pour Compiègne avait été rapide. Belrifou commençait à se familiariser avec ses compagnons de voyage. Il les avait côtoyés lors de ses différents mandats pour le duché de Champagne, mais les affaires passaient souvent avant le reste. Au moins maintenant ils avaient le temps pour apprendre à mieux se connaître.
Aimelin et Alienor avaient été de rudement bon conseil lors de son arrivée comme nouveau bailli au conseil et l'entente s'était fait naturellement.
Avec Jujoss comme nouvelle duchesse, les relations de travail s'étaient transformées en des moments complices que Belrifou appréciaient particulièrement.


Lui qui était habituellement si solitaire, de se retrouver à parcourir la campagne en aussi bonne compagnie et avec une ribambelle d'enfants le changeait de sa routine quotidienne. Un changement bienvenue selon lui.
Il commençait à mieux connaître Pierre, l'aîné de Jujoss et à apprécier le garçon. Malgré leur différence d'âge le jeune garçon aimait discuter et s'intéressait à la fabrication des outils.
Avec les autres enfants, Belrifou retrouvait son âme d'enfance et se laissait entraîner de bon cœur dans les batailles de boules de neige.


Un moment tranquille au coin du feu, Belrifou sort de son sac le carnet de voyage. Il lut avec plaisir les quelques lignes laissées par ses amis. Sa plume prête il ajoute ces quelques mots :

[rp]Compiègne, le 19 janvier

Le voyage me fait du bien. Prendre l'air, sortir de ma routine de la forge et de Conflans me font pousser des ailes ! Bien sûr je ne suis pas encore habitué au froid et à la marche, mais encore quelques jours ainsi et même les brigands ne me feront plus peur !

Je compte maintenant sur mes compagnes de voyage pour m'aider à choisir un mantel sur le marché. Le choix est tellement plus vaste ici qu'à Conflans ![/rp]

Belrifou posa sa plume et sortit faire un tour sur le marché espérant y rencontrer Jujoss ou Alienor.


Belrifou a écrit:
Belrifou est tranquillement installé au pied d'une cheminé dans le manoir de Jujoss. Par la fenêtre il contemple le paysage féérique du lieu. La neige était tombée il y a quelques jours, mais les premières journées ensoleillées sont toujours magnifiques. Le manteau blanc de neige a recouvert prés, champs, chaumières et forêts. La lumière du soleil scintille au sommet des arbres chargés de neige.

Devant le manoir, un bonhomme de neige plus très en forme, des remparts de neige entassée et des traces de pas témoignent qu'une nouvelle grande bataille s'est déroulée ici. Mais à la différence de bien d'autres, celles-ci s'est terminée dans les rires, la joie et la bonne humeur de tous les participants autour d'un bon verre de lait chaud.

Avec un sourire en coin au souvenir de ce moment mémorable, Belrifou sort sa plume et le carnet de voyage :


[rp]Clermont, le 21 janvier

Nous sommes depuis quelques jours au manoir de Jujoss. Reçus comme des invités de marque, le séjour est agréable, entre repos et batailles de boule de neige.

Messire Actarius m'a envoyé une missive pour demander de l'aide afin d'améliorer le port de Troyes. Étant sur notre route, je pense que nous ferons un arrêt afin de participer à ce grand chantier. Nous en discuterons avant d'arriver à destination.

Nous rejoignons bientôt Klouska et Atlas. Je me réjouis de retrouver Dame Klouska. Si ma mémoire est bonne je n'ai encore jamais rencontrée messire Atlas.[/rp]


Jujoss a écrit:
L'arrivée à Clermont s'était faite sereinement mais le froid les avait envahi. Il était temps d'arriver au manoir où Jujoss fit mettre des chambres à disposition pour tout le monde. Hors de question que quelqu'un paye une chambre ou ne dorme dehors non mais oh !
C'était donc heureuse de recevoir du monde et de pouvoir leur rendre la pareille. En effet, Belrifou avait été d'un accueil exemplaire à Conflans et Alienor et Aimelin l'avaient déjà accueillie tant de fois... Il manquait Klouska et Atlas mais ils les retrouveraient très bientôt. Leur petit voyage prenait forme et c'était le sourire aux lèvres que Jujoss s'attabla pour écrire dans le journal


[rp]Clermont, le 22 janvier

Voilà quelques jours que nous sommes au même endroit et même si notre soif d'aventure se fait des plus dévorante, il faut bien l'admettre : ça fait du bien !
Je me demande pourquoi nous avons choisi de partir si tôt dans l'année. Assurément une idée qui est venue autour d'une chopine ou plutôt d'un tonneau... Mais je ne regrette rien !

Notre belle tribu s'agrandit et tout le monde semble bien s'entendre. Asmaé a fait une petite crise hier mais je pense qu'elle était fatiguée et les garçons l'ont bien embêtée. Pierre semble heureux de pouvoir s'évader un peu de son rôle d'aîné et de discuter avec Belrifou.

Et[/rp]

Tout d'un coup elle entend des bruits étranges et des éclats de rire.

Par Aristote que se passe-t-il ?

Elle se lève d'un bond et file voir d'où provient le bruit. Elle débarque dans la chambre du malheureux Belrifou qui venait de se faire attaquer par deux petits monstres qui s'étaient faufilés dans sa chambre pendant qu'il regardait ailleurs. La blonde observa le manège avec Marc-Antoine et Asmaé qui essayaient de grimper sur son dos ou de s'accrocher à ses jambes, ses bras,...
Elle ne put s'empêcher d'éclater de rire


Eh bien... Vous voilà bien avancé mon pauvre ami !


Belrifou a écrit:
[rp]Compiègne, le 25 janvier

Aujourd'hui Klouska et Atlas ont rejoint notre petit groupe. Nous partons dans les prochaines heures et je me réjouis déjà de faire le trajet avec eux. Notre petite troupe s’agrandit et promet de belles aventures.[/rp]
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 18 Jan - 14:14 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Les archives de l'Ebouriffé Index du Forum -> ** Les Royaumes Renaissants ** -> --- RP généraux des R.R. --- -> ~ 1463 & 1464 ~ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
hebergeur image